Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre inattendue ... [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Jeu 3 Juil - 20:30

Tuer le temps. Voila une activité que Skalev' avait découvert après son arrivée sur l'ile. Il fallait tout de même rappeler que sur Pay'Shansen, tout était organisé selon un plan précis, et personne n'avait le temps de s'y ennuyer, les tâches ne manquant jamais.
Seulement, depuis son arrivée sur l'ile, il y a de cela plusieurs années, l'homme-serpent s'était fait un nouvel ami bien souvent présent : l'ennui. Ce ressentiment étrange n'était cependant pas bien désagréable, car offrait l'opportunité de penser, de réfléchir, de faire une multitude n'ayant pas de réel intérêt, si ce n'était peut-être celui de profiter différemment du temps qui passe. Il fallait dire que le Conseil qu'il venait d'intégrer n'avait pour le moment pas organiser de réunions importantes, et que sa nouvelle vie démarrerait certainement d'ici peu.

Mais pour le moment, Skalev' était réveillé et ne savait pas quoi faire, alors que le soleil commençait à peine à illuminer l'ile et annoncer le début de la journée, reprenant peu à peu ses droits sur la lune. Et ne voulant rester chez lui, l'Asnou prit la direction des rues de la cité, errant sans vraiment savoir pourquoi.
C'était pourtant appréciable de voir l'ile se lever. Dans les rues, des commerces commençaient à s'agiter, des personnes encore perdues dans leurs rêves tentaient de bien démarrer leurs journées tandis que d'autres profitaient de leur début de matinée pour s'accouder à leurs fenêtres et observer le réveil d'Ynis Witrin.

Skalev' aimait ce moment si particulier de la journée, et prenait plaisir à saluer d'un signe de tête bref les personnes qu'il connaissait, aussi nombreuses soient elles. Alors qu'il allait prendre la direction du marché, cependant, il fut frappé par le visage d'une personne qu'il crut bien reconnaitre ...

Pas de doutes, ça ne pouvait être qu'elle. Que faisait-elle sur l'ile ? Il l'ignorait, mais ces grands yeux rouges semblant vidés étaient reconnaissables parmi tant d'autres.
De sa démarche trainante, Skalev' s'approcha donc de la petite au passé qu'il jugeait houleux, et d'une voix des plus neutres la salua.


" Namibe Stark, en voila une surprise ... Dites-moi, il n'y a plus assez de personnes en détresse prêts à vous léguer leurs biens contre l'assurance de leur survie sur le continent ? Ou bien votre présence ici a un sens que j'ignore peut-être ? "


Pas une pointe de méchanceté, de cynisme ou de tout autre sentiment belliqueux, non. Juste un calme olympien et un sourire faux. Cette femme, Skalev' en avait plus d'une fois entendu parler, et n'aimait pas ce qu'elle avait fait de sa vie. Pourtant, il en était convaincu, elle avait un potentiel, tant physique qu'intellectuel, mais se servait désormais de celui-ci uniquement dans ses propres intérêts, ne se battant plus que pour l'argent ...
Et pourtant, auparavant, elle fut l'une des plus ingénieuses et brillantes chevaucheuses d'ombres, ayant même été sur une courte période à leur commandement, à la place de cet incapable de Dan Ryu. Bien que n'éprouvant que de l'antipathie envers les membres de cette guilde, l'Asnou devait avouer que le cas Stark n'était pas des plus communs, et c'est ce qui le rendait si intéressant ...


Dernière édition par Skalev' Shisstan' le Dim 20 Juil - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Namibe Stark
Mercenaire


Féminin Nombre de messages : 97
Age : 28
En deux mots : Ce personnage ne sera plus joué en RP désormais.
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Jeu 3 Juil - 23:05

(j'ai pas été chef lol j'étais sa seconde ^^
J'ai fais son boulot pour un scénar, quand sa fille est néé -dans le rp hen-)


L'Aube. Elle avait presque surpris Namibe. Il fallait dire que cet incapable de meneur de barque était arrivé en retard, et que par conséquent elle avait passé la nuit à l'attendre à l'embarcadère. Un instant, elle s'était même demandé si, en raison de son changement de vie, l'île ne lui avait pas simplement fermé ses portes. Bien heureusement ce n'était pas le cas, et bien que contrariée, elle déambulait à présent dans les ruelles de la cité de verre. Ca au moins, elle aimait bien. C'était "agréable" l'éveil d'une ville la stimulait toujours plus que celui de la nature.
Mais Ca n'était pas pour le tourisme que Namibe était revenue sur Ynis, ni pour faire son grand retour. Si Namibe était là, c'était pour faire des emplettes. Elle avait besoin d'herbes et de produits, pour son Alchimie, ainsi que de miel en très grande quantité. Elle avait d'ailleurs emporté des sacs confortables dans lesquels elle allait pouvoir emporter tout ce dont elle avait besoin. Pour l'heure, ils pendaient, vides, dans son dos. Mis à part cela, elle ne portait nulle arme, ni quoi que ce soit qui pourrait lui servir à se protéger. Elle n'avait jamais tant réalisé qu'Ynis était un havre de paix que depuis qu'elle avait quitté l'île.

En passant devant une ruelle, elle se figea. C'était celle qu'elle empruntait lorsqu'elle se rendait à la Guilde, avant. Celle au bout de laquelle, sans doute, elle trouverait Dan. Revoir l'homme n'aurait pas été pour lui déplaire, mais elle ne l'emprunta pas pour autant et, résignée, passa son chemin. Cette ruelle l'avait rendue songeuse. C'est d'un pas plus lourd et traînant qu'elle se déplaçait alors. Tout à coup, une voix rauque prononça son nom.

Elle se retourna d'un geste vif, comme au sortir d'un songe profond dont on l'aurait arrachée, et plissa les yeux. Elle écouta ce qu'il avait à lui dire, et sourit. Alors la rumeur de ses nouvelles occupations courait déjà sur l'île... Elle n'allait pas accuser Dan de ce forfait, car elle le savait incapable de la trahir. Mais après tout, les bonnes gens étaient de formidables commères... Ses frères d'armes, avant qu'elle ne décide de venir sur Ynis trois ans auparavant, en avaient suffisamment fait les frais pour qu'elle le sache.
Avant de répondre, elle étudia son interlocuteur. L'hybride avait un corps pour le moins original, qui ne fut pas sans plaire à Namibe. Elle aimait les reptiles, et trouvait cet assemblage gracieux. Pourtant, elle n'apprécia pas le regard qu'il posait sur elle. Il n'était pas agressif, mais il laissait entendre qu'il en savait un peu trop sur son compte. Ce qui n'était guère étonnant, venant d'un membre du conseil.
L'Alchimiste balaya son malaise d'un geste nonchalant de la main, et lui rétorqua, d'une voix douce et basse :
"Je suis ici pour affaire, Conseiller Shisstan'."
Se souvenait-elle bien de son nom, ou la reprendrait-il ?

Elle prit un air plus sérieux, et décida de jouer le jeu de la conversation.
"Contrairement à ce que pourraient penser les gens, je ne suis pas encore assez corrompue pour qu'Ynis ne veuille plus de moi. Mais vous, quelles affaires vous ont mené si tôt en ces lieux ? Un conseil se prépare ?"



(Ce post n'est pas bien long, je suis rouillée disolée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Ven 4 Juil - 14:05

[ C'est pas la taille qui compte Very Happy ]

Bien que Skalev' ait interpelé la jeune femme un peu brutalement, il resta surpris de sa vivacité. Il ne lui fallut que quelques secondes pour se retourner et observer le physique peu commun de l'homme-serpent. Skalev' devait avouer qu'il n'aimait pas être ainsi dévisagé, mais si la jeune femme était aussi intriguée, c'était, qu'heureusement, elle n'avait jamais rencontré d'autres Asnous auparavant.
Si elle sembla surprise de voir que l'hybride en savait plus qu'elle ne l'aurait souhaitée sur elle, Skalev', lui, ne s'attendait pas non plus à ce qu'elle soit au courant de sa récente nomination au rang de Conseiller. Ainsi, elle restait étrangement proche de l'ile ... Et pourtant, ce n'était qu'après la disparition de Leïa que l'hybride avait été nommé. Namibe Stark ne s'était donc peut-être pas totalement coupée d'Ynis Witrin, et cela ajoutait à son mystère.

En tout cas, discuter avec Skalev' ne sembla pas déranger la mercenaire. Cela fit sourire le membre du Conseil qui se douta alors que sa venue ici n'avait, dans le fond, rien de bien important.
Ecoutant attentivement Namibe, Skalev' remarqua qu'elle n'hésitait pas à demander à son interlocuteur s'il préparait un Conseil. Hmpf, sa première remarque agaça l'Asnou qui tenta de rester zen, bien que son poing se resserra sur lui-même. Pourquoi ? Tout simplement car il était contre les allées et venues sur Ynis, et qui si le Conseil le laissait maitre de cette décision, il remercierait tous les meneurs de barque avant de fermer l'accès à l'ile. En ces temps dangereux, on ne pouvait se permettre de prendre le risque de garder un contact régulier avec le Continent, mais là encore, bien rares étaient ceux partageant ce point de vue.


" Méfiez-vous tout de même, en ces temps difficiles, l'accès à l'ile se veut être plus régulé. Comprenez, Namibe Stark, que nous ne pourrons pas éternellement vous considérer comme l'une des nôtres, et qu'il arrivera un moment où vous devrez faire un choix. "

Bien évidemment, il s'agissait là plus d'une menace liée aux idées de Skalev' plutôt que d'une vérité générale approuvée par le Conseil, mais l'hybride espérait que la petite qui lui faisait face l'ignorait.
De plus, il se décida à répondre à la deuxième partie de la phrase de la blonde, et, mêlée à une physionomie hautaine, sa voix prit une forme cynique, ce qui n'était pas chose courante chez Skalev'. Sans vraiment savoir pourquoi, il décida de jouer la carte de la provocation.


" Et pour vous répondre, seuls les gens importants de l'ile méritent à mes yeux d'être informés de la préparation éventuelle d'une réunion du Conseil. Vous ne m'en voudrez donc pas de ne rien vous dire à ce sujet. "

Après tout, elle avait fait son choix. Personne ne l'avait forcée à quitter Ynis pour vivre du malheur des autres, loin de là. Namibe Stark avait eu l'occasion d'être connue et reconnue de tous ici, mais à la reconnaissance et l'honneur elle avait préféré l'argent.


" Mais si vous voulez vraiment savoir ce qui m'amène si tôt dans les ruelles de mon ile, c'est que je trouve agréable de voir s'éveiller des gens ayant l'espoir que nous pourrons protéger leurs lendemains. "
Revenir en haut Aller en bas
Namibe Stark
Mercenaire


Féminin Nombre de messages : 97
Age : 28
En deux mots : Ce personnage ne sera plus joué en RP désormais.
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Ven 4 Juil - 21:59

Très sincèrement, il fallait bien avouer qu’il avait touché au but. S’entendant dire qu’elle ne serait plus des leurs, Namibe fut comme… Piquée. Elle n’en laissa pourtant rien transparaître, si ce n’était un regard un peu plus froid. Ce qui l’agaça surtout, fut la façon dont il jugea utile de détailler sa pensée, d’en fournir une traduction. Namibe avait traduit des grimoires ancestraux, très jeune, et ce n’étaient pas les propos de l’homme serpent qui la laisseraient pantoise. Mais visiblement, il la prenait pour plus bête qu’elle n’était, et passer pour faible face à un interlocuteur était toujours, en fin de compte, une chose bénéfique. Aussi le laissa-t-elle parler, son visage toujours souriant, à en devenir presque insolent. Il continua sur sa lancée, lui crachant au visage un peu de ce qu’il avait de venin. Elle savait par Dan que la créature était un proche de Leïa, et mit sur le compte de la peine son comportement. Il fallait dire que la demoiselle n’était pas femme à se laisse harponner, puis dénigrer sans réagir. Cela dit, il était toujours intéressant de le laisser se mettre à table, le laisser afficher ce qu’elle considéra comme de la colère, voire une sorte de haine. Ce qu’il dit, en fin de compte, couronnait le tout. Le sourire de Namibe se fit narquois, aigre. Alors il comptait protéger Ynis…

Jugeant au silence de l’hybride que cela devait être à son tour de parler, l’alchimiste prit une profonde inspiration, et soupira, comme lassée. Elle laissa ses sacs tomber sur les pavés, et posa ses poings fermés sur ses hanches. Se penchant un peu en direction du serpent, comme pour le saluer, elle lui répondit d’une voix dont le timbre se fit plus grave :


« Sâchez, serpent, que jamais je ne fus totalement des vôtres. J’étais l’enfant de mon passé, prise au piège par mes souvenirs. Mon choix et fait, et si un jour vous deviez m’empêcher de rejoindre l’île, alors je n’en serais point marrie. Ynis est une belle île, mais ses ressources sont limitées, et ça, je le sais sans doute mieux que vous ne vous l’imaginez. Peut-être ne suis-je plus quelqu’un d’important à vos yeux, mais pour information, sâchez que les chevaucheurs, que cela vous plaise ou pas, se tiennent au courant de beaucoup de choses… Et sachez également que certains registres et listes, dont, à l’occasion, des inventaires de nos denrées… enfin, de vos denrées, furent écrit de ma main même. Ynis est belle, mais limitée, et je peux vous assurer, en tant que scientifique, que la fermer au continent serait signer sa perte…

« De plus, si je puis me permettre, vous prenez les choses par le mauvais bout… Se terrer ici ne signifie pas « protéger Ynis » Bien au contraire, vous la rendriez aveugle… Et les yeux d’Ynis, c’est sur le Continent qu’ils ont besoin de se poser.

« Je ne suis plus l’un d’eux, et s’il se trouvait que j’en redevienne un, j’estime que cela ne vous regarde foutrement pas… Mon avis est posé. Maintenant, peut-être Ynis ne veut-elle plus de ces yeux-là. Sans doute parce que la vérité des horreurs qui se trouvent au-dehors est trop angoissante…

« Maintenant, je crois savoir qu’il est un homme qui vient remplacer Emma Aleyna. Je pense qu’il n’est ni de votre ressort, ni du mien de juger du futur de l’île. Après tout, Leïa elle-même n’aura pas su assumer ce poids… Fions-nous au courage de celui qui, enfin, osera l’endosser. »


Il l’avait provoquée, et elle estimait que la remarque au sujet de Leïa, si l’alchimiste ne se trompait point au sujet de leur affection passée, était de bonne guerre. Sur ces mots, elle mit genou à terre et se saisit de ses sacs pour les remettre sur son épaule.

« Pardonnez mon audace, conseiller. Mais comme vous le laissez entendre vous-même, il ne faut point attendre chez un mercenaire une quelconque tenue, n’est-ce pas ? Après tout je ne suis qu’un être insensible et cupide… Mon avis ne vaut sans doute rien à vos yeux, ainsi que mon analyse. »

Elle était de mauvais poil, oui. Finalement, peut-être aurait-elle dû l'emprunter, cette ruelle, peut-être aurait-elle dû rejoindre Dan en quête d'un peu de son calme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Sam 19 Juil - 19:36

A priori, Skalev' n'avait pas tout faux en cherchant à titiller ainsi la jeune Namibe. Evidemment, il était difficile de lire en elle, son corps semblant ne pas être lié à son esprit, mais cela importunait peu l'hybride qui cherchait juste à pouvoir opposer ses idées à celles de quelqu'un qu'il jugeait un brin plus intelligent que la majorité des êtres qu'il avait rencontré ici.
De plus, se savoir membre du Conseil d'Ynis Witrin était une fierté qui nourrissait sans cesse l'égo de l'Asnou, et celui-ci aimait beaucoup cette étrange sensation qu'était celle d'avoir l'impression d'être supérieur à une personne pourtant respectée, car respectable. Là, en ce moment précis, Skalev' s'imaginait avoir pris une position dans le débat qui le hissait en bonne position, comme si la continentale ne pouvait que se faire morigéner et n'avait rien à répliquer.

A ne pas en douter, l'homme-serpent sous-estimait son interlocutrice, et plus particulièrement le fait qu'elle était encore en contact avec certains habitants de l'ile. Cela, il le comprit lorsqu'il eut fini de parler, et qu'il, voyant la blonde laissait tomber ses affaires, écouta ce qu'elle avait à dire.
D'ailleurs, lorsque la mercenaire nomma l'une de ses sources, un certain dégout perceptible se fit découvrir sur le visage du Conseiller. Ah, les chevaucheurs d'Ombres, ces nuisibles aux intérêts bien peu loyaux et aux passés parfois suspects. Tout du moins, suspects aux yeux de Skalev', car n'oublions pas que lui-même n'a pas hésité à sacrifier les siens pour assurer sa propre survie.

Quoi qu'il en soit, Skalev' écouta attentivement les paroles de celle qui gisait face à lui. Au fond de lui, il se trouvait être vexé de voir que la thèse adverse était tout sauf idiote. Mais s'avouer vaincu n'était pas dans les cordes de l'Asnou, et, lorsqu'après s'être rééquipé, la blonde eut enfin fini, il enchaina.


" Avant tout, j'aimerais vous corriger sur un point. Lyan Key Aleyna ne pourra, à lui seul, assumer la charge qui lui a été confié, et je tiens à vous rappeler que c'est à des gens de mon rang qu'on a confié la tâche de le seconder. "


Une insistance certaine avait été faite sur le "mon", montrant plus que jamais la valeur possessive de ce simple mot. Malgré cela, Skalev' fit mine de n'avoir en aucun cas prémédité cela, et continua naturellement.

" Mais vous avez raison, Namibe Stark ... "

Skalev' se mit alors à regarder le sol, l'air désolé, et reprit d'une voix bien trop théâtrale pour être sincère.

" Nous ne devons nous enfermer sur Ynis, et dès demain, je proposerai au Conseil d'ouvrir Ynis au continent. Ainsi, nous pourrons commercer avec les continentaux, ces êtres si sympathiques, et je suis certain que les Démons seront ra-vis de pouvoir créer un lien, bien sûr amical, avec nous. "

Skalev' rit alors, bruyamment, comme pour insister sur la lourdeur et l'absurde de ses propos.

" Foutaises !! " siffla-t-il alors, prenant alors un air sévère et agressif.
" En de pareils moments, Namibe Stark, ce n'est pas à la science qu'il faut se fier. Allez vous même annoncer aux habitants d'Ynis qu'ils ne peuvent croire que c'est en restant ici qu'ils pourront survivre, soyons la porteuse de ce message qui, n'en doutons pas, les ravira !
Par le passé, j'ai vu les miens périr, et les erreurs d'antan, je ne les commettrai pas à nouveau. Nous sommes sur le qui-vive, et je préfèrerai instaurer sur l'ile une rigueur certaine qui nous offrirait un répit supplémentaire. Ynis mérite d'espérer, et je ne veux briser le rêve de tous ses habitants.
Mais vous, Namibe Stark, vous ne pouvez pas comprendre ce genre de choses. Vous êtes bien trop froide et insensible pour endosser de pareilles responsabilités. "


C'était la première fois depuis sa discussion avec Leïa que Skalev' avait mentionné les siens disparus. Il n'expliquerait rien à Namibe, mais cela trahissait un agacement certain, car oui, l'homme-serpent n'aimait être ainsi contrarié.

[ Un retard monstre, et je m'en excuse platement Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Namibe Stark
Mercenaire


Féminin Nombre de messages : 97
Age : 28
En deux mots : Ce personnage ne sera plus joué en RP désormais.
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Dim 20 Juil - 12:18

Il n'y a pas de soucis ^^ J'espère que tu apprécieras ma réponse.

    Tandis qu’elle parlait, Namibe s’était rendue compte de l’agacement qui naissait en l’homme-serpent. Et elle en était ravie, tant et si bien qu’elle choisirait mieux encore ses mots si elle avait à répondre à l’une de ses invectives. Mais dans ces yeux reptiliens, elle lu également une once de surprise. C’était ce que Namibe prisait le plus. Surprendre par ses mots, pas ce qu’elle avait en elle. Surprendre tant l’enveloppe et puérile et simple, de l’être, de l’alchimiste qui dormait en elle. Bien évidemment, elle ne criait pas sur les toits qu’elle était sa profession de toujours… Il y avait toujours ce secret dans l’alchimie, qui s’expliquait par le nombre colossal de ces hommes qui furent brûlés sans ménagement sous l’étiquette de l’hérésie… Namibe, qui plus était, n’avait qu’une foi très limitée… Stellae elle-même n’était pas à ses yeux une déesse à part entière…

    Puis elle lu également, et cela aussi elle l’avait cherché, un fiel, un dégoût très savoureux. Il l’avait cherché, et ce qu’elle lui opposait était, elle en était consciente, de nature à l’agacer. La façon dont il reprit était d’ailleurs parlante. Il la corrigeait… Il s’attachait à un point sur lequel il avait une « correction » à faire. Namibe ne pu s’empêcher de ricaner doucement lorsqu’il eut fini cet incipit. Parce qu’elle n’avait nommé Lyan Key et ses responsabilités dans un seul et unique but… Celui de l’énerver. Celui de mettre en relief la si véridique fresque de la honte de Leïa. Comme lui, elle s’était sur ce point contentée de lui tanquer une flèche acerbe entre les écailles. Le fait qu’il en ait tiré de la fierté et de l’orgueil n’était pas, étant donné le personnage, fait pour la surprendre, mais elle se contenta de hocher humblement la tête, tout en ricanant encore quelque peu.

    Puis il reprit à nouveau, en la nommant cette fois. Tout, sa position, sa voix et son ton… Il se moquait d’elle. Quant aux mots qu’il employa, ils ne firent que sourire Namibe, discrètement. Lui aussi la surprenait, par son obscurantisme et ses œillères. Alors le Continent était une terre démoniaque. Elle se garda de l’interrompre et de le contredire, pour l’heure. Il lui fallait choisir précisément les mots qui mettraient à bas la thèse de l’hybride.
    Puis il changea de ton, pour se faire agressif et sévère. Pour ôter le masque de cette pièce de mauvais goût et revêtir celui qui couvait sous les écailles… Cet hybride, il était de la trempe de son propre père. Ce lord Stark. Il était de ces hommes pleins de rigueur et de principes. De ces hommes qui voient le mal où il n’est pas toujours… De ces hommes qui voient en noir et blanc et ne s’embarrassent pas de nuances. Si l’hybride avait vécu dans sa cité, il se serait lui aussi dévoué à la cause de son géniteur, et lui aussi aurait abhorré les guildes et autres associations de « malfrats » qui faisaient pourtant la vie et la sève de la cité…
    A cette idée, une bouffée de colère monta en Namibe. Elle la réprima relativement bien, si bien que rien dans son physique ne la trahit… Seuls ses yeux… Oh non, ils ne respiraient pas la haine, non ils ne nourrissaient pas des flammes insondables…

    C’était bien plus simple que cela. L’emblème des Starks était un dragon. Un dragon noir aux ailes repliées, comme réprimé par des liens étroits. Un dragon qui ne vole plus. Face à son père, il s’était libéré quelque chose en Namibe, d’assez inattendu. Son sang était devenu aussi froid que celui des reptiles… Ses flammes plus mordantes que celles de l’enfer… Et ses yeux rouges, sous l’émotion… Ses yeux devenaient ceux du dragon qui en elle avait su faire éclater ses chaînes.
    Aussi, sous la colère, les pupilles de la jeune femme s’étrécirent jusqu’à n’être plus que deux traits menaçants dans ces étangs écarlates en mouvement…
    Trop froide…
    Trop insensible…

    Elle ferma les yeux et ravala sa salive, puis lui sourit d’un air plutôt inquiétant.


    « Sans doute, mais vous… Vous êtes un imbécile. »
    Elle était consciente de ce que sa réplique avait de provocateur, mais elle n’en avait rien à faire.
    « Admettons, je tue l’espoir de la population d’Ynis, ce qu’entre nous je ne prends pas pour argent comptant. Mais vous, votre crime est bien plus grand… »
    Elle marqua une pause, réprimant sa colère.
    « Sur le Continent vivent encore des hommes et des femmes. Des paysans, des commerçants, qui ne peuvent abandonner leur maison, leur foyer… Des gens qui, ces dernières années, se sont contentés de rebâtir villages et maisons sur les ruines du précédent. Ils sont comme la vigne sauvage. C’est dans la maladie et la mort qu’ils osent se dresser pour repartir. Ils s’échinent à protéger leur vie, là bas, dans cet enfer ! » C’était fait, elle lui criait dessus. « Et pour la plupart, ils n’ont nulle connaissance de la localisation d’Ynis. Ils n’ont jamais, de leur vie, brandit d’épée, ils n’ont nul pouvoirs… Ils sont faibles. Plus faibles que vous et beaucoup plus faibles que moi. Eux ne s’offrent pas le luxe d’un voyage périlleux pour une légende dont ils ignorent tout. Eux, parce que l’on garde jalousement le secret d’une île que les démons n’ignorent plus, ils meurent là bas. Ils meurent de vos œillères et de cette intimité dont vous vous gargarisez ! Ca n’est pas vous qui priez pour ces hommes, serpent, c’est moi. Ce sont les pauvres continentaux que j’escroque, ces êtres que je protège des démons. Croyez moi, lorsque votre vie ne vaut plus rien, abandonner deux pièces pour protéger celle de vos enfants et de vos femmes est un plaisir, que dis-je, un devoir. Si leur espoir meurt, ne m’en blâmez, pas, blâmez-vous en si c’est un exercice qui vous est encore un tant soit peu familier. Ynis vit. C’est une tâche sur ce continent gris et agonisant.
    « Non, serpent. Vous avez une médiocre vue de la vie. Vos draps d’or vous voilent la réalité. Ne vous adresser pas à la science si elle vous effraie, adressez-vous à la vie. Croyez vous qu’il n’est sur le continent que des démons qui ont le regard braqué sur nous ? C’est que vous ne l’avez pas traversé. C’est que vous n’avez pas voyagé et franchit chaque village… Sur votre passage, ils sortent… Ils vous observent… Qui êtes-vous ? Serez vous celui qui les achèvera ou celui qui les sauvera du mal ? Un regard est pour eux l’espoir de voir tout cela finir. Chaque jour, il redoutent l’annonce de la mort d’un proche, d’un enfant, d’une parent. Mais chaque jour aussi ils attendent la nouvelle de la défaite des démons. Chaque jour, ils meurent à petit feu, et se raccrochent à des légendes comme celle d’Ynis.

    « Et vous savez quoi ? Moi qui garde le secret d’Ynis, et c’était, quoi que vous en disiez, ma principale fonction en tant que chevaucheuse, et bien… Je suis honteuse de le faire. J’ai honte de ne point leur apporter le bonheur et l’espoir que fournirait une carte et une escorte à des gens qui s’attendent chaque matin à trouver leurs enfants égorgés et leurs épouses violées… »

    Au long de son discours, le ton était retombé… Jusqu’à n’être plus qu’un grincement bas et grave lorsqu’en le toisant, sans le moindre mouvement, elle ajouta : « Et à votre place, j’aurais honte également. Tuer l’espoir de ceux qui vivent dans la paix est une faute. Ne pas en offrir à ceux qui risquent leur peaux au moindre pas, là bas, c’est un crime qu’un jour ou l’autre il vous faudra payer »

    Et Namibe parlait en connaissance de cause… Il ne fallait pas oublier, et cela le serpent l’oubliait, qui elle était. Tuer des démons pour de l’or, c’était son gagne-pain. Mais il était des êtres qu’elle tuait volontiers, et gratuitement. Les êtres comme son père et comme l’asnous.
    Sur ces mots, elle fit mine de lui fausser compagnie.


    « Maintenant, ce n’est point pour converser avec un être tel que vous que j’ai fait le voyage jusqu’ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Dim 20 Juil - 15:32

La colère, l'agacement, l'impatience, tous ces maux frappaient Skalev', et c'était bien la première fois qu'ils s'unissaient tout trois contre l'hybride depuis son arrivée sur l'ile. Et bien, l'on pouvait dire que Namibe Stark était à la hauteur de sa réputation, oui. Mais si l'Asnou était, il y a encore quelques minutes, curieux de découvrir quel être se cachait sous cette enveloppe charnelle bien insignifiante, il était désormais crispé et n'attendait qu'une chose, que la petite blonde rebrousse chemin et que lui puisse rentrer chez lui. Oui, il n'allait surement pas poursuivre cette balade qu'il voulait apaisante après avoir été ainsi énervé.

Et pourtant, malgré le courroux qui tourmentait l'âme de l'homme-serpent, il ne se laissa pas intimider par les belles paroles de la petite blonde. A vrai dire, il pensait même avoir réussi à la faire définitivement taire lorsqu'il augmenta la tonalité de sa voix, convaincu d'avoir réfuté la "thèse adverse".
Mais non, cette petite garce était de celle qui s'accrochait, qui ne s'avouait jamais vaincu. Cela leur faisait au moins un point commun, mais à ce rythme là, la discussion pourrait se transformer en un éternel échange de balles, où à chaque fois, chacun serait persuadé d'avoir donné le coup de grâce.

N'observant même plus les réactions physiques de sa petite interlocutrice qu'il méprisait en cet instant trop pour s'intéresser à ses mimiques, Skalev' marqua un hoquet de stupeur à l'entente d'une attaque on ne peut plus directe. Un imbécile, lui, qui, il le croyait, était le membre du Conseil incarnant la sagesse et la rigueur. Si l'impertinente Stark cherchait à blesser le Conseiller, elle venait de réussir.
Comment pouvait-elle rester presque insensible à ces paroles et à ce discours que Skalev' jugeait bien mené ? Elle était surement moins humaine que l'hybride pour ne pas juger censé que d'être atteinte par la portée des mots de l'hybride.

A vrai dire, suite à cette insulte, il fallut un certain temps à Skalev' pour retrouver ses esprits. Jamais personne n'avait osé l'insulter de la sorte, même Leïa avait fait preuve d'un brin d'humanisme lorsqu'il lui avait annoncé la lourdeur de son passé.
Elle hurlait, et cela suffit à ramener Skalev' a la raison. Ô que non il ne la laisserait salir son image ainsi, et personne, jamais, ne pourrait dire que le Conseiller Shisstan' n'avait pas le courage de défendre sa cause et ses opinions face à une blonde pédante.
C'était une oratrice de talent, certes, mais Skalev' avait écouté le plus attentivement possible ce qu'elle avait à dire, et ce dans l'unique but de trouver une réplique fiable.
Il ne se laisserait pas abattre, ça non, et lorsqu'elle fit mine de partir, il commença à parler d'une voix grave, mais au fond un brin belliqueux.


" Restez là, petite garce, et écoutez moi attentivement.
Vous n'êtes qu'une gamine, une enfant, une fillette. Vous croyez avoir pu, en une vingtaine d'années, en voir suffisamment vu pour vous permettre de donner des leçons à des êtres de mon rang. Vous n'étiez pas encore née que j'avais sous ma responsabilité un peuple, un peuple entier. Et ce peuple, je l'ai vu mourir. Impuissant, j'ai assisté à l'œuvre des Démons. Alors, je vous le demande ... "
L'hybride marqua alors une pause, avant de reprendre en hurlant le premier mot.
" ARRÊTEZ ! Je sais de quoi les Démons sont capables, et je sais aussi que le Continent souffre de ce mal qui, comme la peste, s'étend en ravageant toutes les contrées par lesquelles il passe.
Je n'ignore pas la situation de ceux vivant par delà les brumes, mais êtes-vous réellement assez idiote et utopique pour croire que l'aide d'Ynis changerait quoi que ce soit ? L'avancée démoniaque est telle que nous ne pouvons plus tenter quoi que ce soit. Mais vous êtes à l'âge où l'on s'enflamme, où l'on découvre les joies de la vie, et n'avez ni la sagesse, ni le recul nécessaires en de pareils moments. Continuez à appauvrir les pauvres en échange d'un bref espoir de survie, mais arrêtez de croire que vous avez la solution au problème de l'ile.
Je n'ai pas l'intention d'approuver les idées des Conseillers souhaitant que l'on aille dans votre sens, sachez-le, et j'espère bien que vous serez considérée comme une hérétique plus que comme une émissaire. "


Le ton était donné, la haine était née, les positions annoncées, le combat lancé.


" Maintenant, vous pouvez partir. "

Cependant, bien qu'il se montrait fier et impassible, au plus profond de lui-même, Skalev' entendait l'écho du mot "crime", et se remémorait de biens tristes moments. Non, elle avait tort, elle ne pouvait qu'avoir tort. Il était maintenant capable de sauver les siens, et rien ni personne ne lui empêcherait d'y croire.
Revenir en haut Aller en bas
Namibe Stark
Mercenaire


Féminin Nombre de messages : 97
Age : 28
En deux mots : Ce personnage ne sera plus joué en RP désormais.
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Dim 20 Juil - 16:29

    Elle avait très visiblement tapé fort, et à en juger par l'expression de courroux que dépeignaient les traits du reptile, leur échange ne s'arrêterait pas là. Il commença par une insulte, en réponse à la sienne, sans nul doute. Être une petite garce n'était pour Namibe pas une nouvelle. Elle avait toujours été la garce de quelqu'un. Elle avait toujours été l'être belliqueux, dans le faux. Pour son père, par exemple, pour les notaires de la cité qui la jugeaient sotte de ne point reprendre le flambeau si noble des Starks. Namibe était la fille des chemins de traverse. Ceux que les gens biens n'empruntent pas de peur de se salir. Elle y avait cultivé l'arrogance, mais aussi le savoir. Un savoir que l'on ne soupçonnait pas. Aussi n'était-elle d'une gamine, une enfant, une fillette... Mais une gamine qui avait plus de sang sur les mains que la plupart des habitants d'Ynis. La Mort s'attire. Les Morts mènent à l'Hadès, et chaque jour l'assassin se rapproche d'une fin qui n'est pas tout à fait la sienne. C'est un flirt bien dangereux, que Namibe entretient depuis dix ans...
    Namibe n'avait nul intérêt pour les êtres du rang du conseillers. Elle les avait vu perdre. Elle les avait vu tomber après avoir ignoré ce qu'était l'essence de leur contrée. Eux aussi avaient été impuissants, trop nobles pour pouvoir faire quoi que ce soit. La destruction d'un peuple est toujours le fait de celui qui le dirige... Namibe se laissa traîner dans la boue. Cela lui était plus que familier. On pouvait même dire que par rapport aux tortures que son propre père lui fit endurer, le fiel et les insultes de Skalev' n'étaient guère impressionnantes. Elles étaient blessantes, certes, mais elles ne l'impressionnaient pas. Namibe avait des souvenirs et des cicatrices plus profondes.

    Le conseiller dévoila ensuite l'une de ses souffrances. Alors c’était un peuple qui était tombé par sa faute ? L’ombre d’un sourire effleura les petites lèvres de l’alchimiste. Elle ne s’était pas trompée sur son compte. Alors c’était ici qu’il voulait se racheter de ces morts ?
    Le cri du conseiller la surprit quelque peu, et elle du lui accorder un léger sursaut.
    Idiote
    Utopique…
    Avec garce, insensible, froide et immature, cela commençait à faire beaucoup. Elle serra les poings, ses pupilles comme agitées de spasmes de fureur. Quelques minutes à ce train-là et Namibe craquerait… Alors plus rien n’était envisageable… Un tel flot de pessimisme et d’idioties commençait à la lasser. Il avait au moins raison sur un point : Namibe était à l’âge où l’on s’enflamme… Et ce au sens propre dans le cas de la demoiselle. Elle se canalisa suffisamment, cela dit, pour se contenter d’un soupir alors qu’il poursuivait son déversement jusqu’à l’instant où il la traita d’hérétique. Pour le coup, elle marqua un arrêt. C’était la première fois de son existence que c’était avec sérieux qu’on lui appliquait ce terme là. Daeniel l’avait sans doute utilisé comme une boutade, faisant référence à son alchimie, mais jamais réellement. Et pour le coup, Namibe fut réellement blessée. C’était des années qu’elle avait sacrifié au savoir et à l’apprentissage douloureux de ce qu’était la vie et son anéantissement. Puis, comme s’il pensait avoir gagné la partie avec ce flot d’insultes et ces quelques témoignages touchants, il la congédia. C’en était trop pour Namibe.

    Elle s’approcha de lui, posa une main sur son épaule, et lui glissa à l’oreille :

    « Ceux qui approuvent une opinion l'appellent opinion; mais ceux qui la désapprouvent l'appellent hérésie. » -
    HOBBES-

    Puis elle fit augmenter la température de sa main jusqu’à ce que la chaleur en soit gênante. Avant que la gène ne se transforme en douleur, elle la retira et, au raz de son visage, lui jeta le regard le plus assassin qu’il eut jamais vu sur Ynis.

    « Stellae n’aurait pas créé cette île dont vous bénéficiez au même tître que tout le monde ici, dans le but de protéger les âmes faibles ? Conseiller, vous blasphémez. » Sur ces mots, elle lui tourna le dos. Décidément, depuis son départ de l’île, les insultes lui devenaient quotidiennes… A vrai dire, c’était un phénomène auquel elle ne s’était pas attendue…
    « Sachez juste que le monde évolue. Tandis que vous vous enfermez dans votre tour d’ivoire, il est en dehors des vies qui s’assemblent, et en qui naissent des sentiments très puissants et dévastateurs. Et ce n’est pas aux vieux dirigeants bouffis de leurs échecs que l’on demandera de l’aide.
    « Lorsque les âmes, au-dehors, vaincrons, quitte à ce que cela soit éphémère, elles mettront à bas leurs bourreaux. Mais méfiez-vous également du sort qu’elles réserveront à ceux qui leur auront fermé leur porte. »


    Sur ces mots, avec un ultime regard de dégoût, Namibe s’éloigna de lui, lui tourna le dos et rebroussa chemin. Elle s’était déjà éloignée lorsqu’une dernière chose lui vint. Elle se retourna avec vivacité, et le héla. « Serpent ! Une dernière chose. Affublez-moi de ce que vous désirez, d’hérésie, de bêtise, de cruauté ou d’immaturité, je n’en ai cure. Sachez seulement que je ne suis l’émissaire de personne sur cette île. Comme vous l’avez dit vous-même, vos histoires ne me concernent plus. Vous venez de me convaincre que la foi et la morale de ces peuples d’au-dehors valent mieux que la votre. »

    Et sans attendre de réponse de sa part, elle s’en alla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   Dim 20 Juil - 19:24

Bien, alors que la petite blonde dominait depuis un petit moment l'échange verbal, et ce malgré la tendance qu'avait Skalev' à penser qu'il avait le dessus, l'homme-serpent sembla avoir -enfin- réussi à atteindre l'impertinente de par la force de ses propos. C'était donc une victoire qui fut fêtée dignement : un sourire des plus envenimés remplaça les lèvres stoïques de l'hybride.
A priori, elle ne supportait pas le petit surnom, pourtant ô combien affectif, d'hérétique. Lorsque l'on tente d'expliquer quoi que ce soit par la science, il faut s'attendre à ce genre de représailles. Peut-être que dans un élan d'excitation infondé, la petite aurait oublié qu'insulter un Conseiller d'imbécile, c'est s'attaquer à l'une des plus hautes autorités régissant Ynis Witrin.

Quoi qu'il en soit, une fois son venin déversé, le serpent était de ces animaux à laisser sa proie fuir, jusqu'à ce que celle-ci périsse de la suite de ses blessures. Ainsi, l'hybride lui annonça qu'elle pouvait maintenant partir, pour la simple et bonne raison qu'il ne supportait plus sa présence. Désormais, il fallait attendre de voir si l'entaille infligée par Skalev' serait suffisante pour tourmenter Namibe jusqu'à la détruire. Hmm, en imaginant que sa simple rencontre suffirait à détruire l'esprit robuste de cette femme, l'hybride fabulait totalement, mais il aimait s'imaginer vainqueur d'elle, alors qu'elle avait su se servir efficacement de ses défenses.

Restait à savoir lequel des deux s'emporterait le premier, annoncerait la première hostilité physique. Sur ce point là, l'Asnou était confiant. Lui savait se modérer et ne pas se laisser aller à une quelconque violence, mais au sujet de la blonde, il ignorait beaucoup de choses.
Cependant, elle corrigea le tir, lui apprenant donc que le peu d'humanité qu'elle avait la poussait à craquer, de temps à autre. Encore fallait-il que ça soit par réel impatience qu'elle s'approcha du Conseiller et qu'elle posa sa main sur son épaule, main dont la température changea assez rapidement, au point de devenir désagréable.

User de sa magie sur autrui, cela n'avait rien d'intelligent. L'acte était fait, et bien qu'il resta minime, l'hybride n'hésiterait pas à s'en servir s'il venait à en avoir besoin. Ecoutant ce qu'elle avait à lui dire, il lui répondit de suite.


" Vous ne faites que semer le trouble, partout où vous passez. C'est sans doute ce qui explique que rares sont ceux témoignant de la justesse de vos opinions. "

Si Namibe croyait que c'est en invoquant le nom de Stellae qu'elle réussirait à atteindre la pensée de Skalev', c'était faux. Bien que l'hybride respectait la Déesse de l'ile qu'il chérissait tant désormais, jamais il n'avait oublié l'Unique, celle qui pourtant aurait pu l'abandonner mais semblait être la seule à avoir compris que Skalev' Shisstan' était celui ayant sauvé la mémoire du peuple qu'elle avait créé. Alssya' guidait la pensée de l'hybride, Stellae ne faisait que lui montrer d'où venait les codes et habitudes des habitants d'Ynis.


" Stellae n'est là que pour offrir l'espoir à ceux qui ne l'ont plus. Je ne remets pas en cause sa puissance, mais je ne pense pas qu'en ces temps difficiles, l'invocation de son nom suffise à me convaincre.
C'est tout de même une légende infondée sur cette même Stellae qui a provoqué la mort d'Emma Aleyna, alors n'ayez pas l'audace de croire que je me montrerai impressionner par une si piteuse prestation. "


Décidément, la petite aimait les métaphores.

" Il me semble pourtant que la protection qu'offrent les vieux dirigeants bouffis à leur tour d'ivoire paie pour le moment, et que les seules pertes qu'a eu à déplorer Ynis ont eu lieu sur le Continent, cette terre corrompue sur laquelle vous œuvrez, à juste titre.
Et pour ce qui est des âmes, je communique avec elles depuis assez longtemps pour savoir que je n'ai à craindre un quelconque retour de flamme de leur part. Non, je me méfie plus des intrus prétendant pouvoir venir sur l'ile en raison d'une allégeance ancienne qui n'a, aujourd'hui, plus de significations à mes yeux. "


Et, enfin, elle prit le chemin du départ. Evidemment, elle ne put s'empêcher une dernière remarque, mais celle-ci n'atteint guère, cette fois-ci, l'avisé Skalev' qui voyait en Namibe un être animé par l'envie de troubler plus que par une réelle raison.
D'une voix forte, il lui répondit, avant de lui aussi rebrousser chemin.


" Cela me rassure de savoir que je ne vous compte par parmi mes acolytes, Namibe Stark. Sachez seulement que je ne vous oublie pas, et que j'espère réussir à vous laisser avec ceux qui, de toute manière, valent bien plus que moi.
J'émets juste le souhait que les Démons finiront par avoir raison de vous. "



- Sujet libre -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue ... [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre inattendue ... [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Hors Rp ~.*.~ :: Archives :: Topics-
Sauter vers: