Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Dim 6 Juil - 16:11

Haruka venait de quitter les rives. Elle avait longuement chercher la ville, traversant foret et plaines, grimpant sans s'en rendre compte sur une montagne. Elle venait d'arrivée à une falaise, tête dans les nuages. Heureusement, son instinct la tira de sa rêverie avant d'être trop proche du bord. Elle se recula alors et soupira.

" Mon sens de l'orientation laisse à désirer... "

Elle lâcha un beau rire, même s'il n'était pas entendu pas une intelligence, au moins les animaux et insectes environnant pourraient en profiter. Haruka était toujours habillé avec des tissus très couteux mais solide. Ils n'avaient rien malgré qu'elle ai marché aveuglément jusqu'à maintenant, dans ses pensés, rêveuses. Elle détestait être seule. Elle l'était depuis trop longtemps, pour éviter la compagnie de cet être horrible, la compagnie du gardien du temps. A sa simple pensée, Haruka grogna. Elle chercha du regard un endroit pour s'assoit et elle trouva plus loin un gros rocher bien lisse. Elle l'observa et le poussa un peu de toute ses forces. Elle avait peut être la grâce et la beauté d'un paon, mais elle était aussi faible physiquement. Elle savait pourtant se défendre, d'où son assurance. Mais elle savait aussi reconnaitre un faible d'un fort, celui lui sauvera souvent la vie, ne pas affronter plus fort permet souvent de se sauver la vie. Elle fixa ensuite l'ile, voyant au loin une ville. Elle devait s'y rendre mais l'orientation n'était pas son guide. Elle aurait voulu trouver quelqu'un en chemin, mais personne... Normal, c'est plus difficile de trouver quelqu'un en foret, surtout quand on ne cherche pas et qu'on attend que la personne arrive à nous... Elle devrait peut être faire plus d'effort? Effort?.. C'est quoi?

" J'veux un lit... "

Elle soupira, elle était épuisée. Tant de marche, tant d'utilisation de son pouvoir, sans repos. Un homme de grande endurance connaitrais aussi des signes de fatigue après tout ça, alors Haruka? La petite demoiselle de haute noblesse? L'elfe fragile qu'elle est? Elle devait se sentir plus qu'épuisée... Et c'était au moins comme cela qu'elle se sentait. Ses yeux oscillaient, laissant Haruka passer de la réalité aux rêves d'une seconde à l'autre. Elle somnolait. La fatigue allait l'emporter et qui sait comme il peut être dangereux de dormir au bord d'une falaise...
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 29
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Mar 8 Juil - 13:16

Sindanarie avait accosté peu de temps auparavant. Ne sachant vers où diriger ses pas, elle avait longé la côte, quelque temps, jusqu’à arriver au pied d’une falaise. Un rire avait alors fusé. Le premier réflexe de Sindanarie fut de tirer la dague à sa ceinture, avant qu’elle se rappelle de ce que lui avait expliqué le meneur de la barque. Rengainant la lame, levant les yeux, elle distingua une silhouette richement vêtue au sommet des rochers.

Va voir, transmit-elle à son choucas par leur lien d'esprit, et dis-moi de quoi il retourne.

Tous ses sens étaient aiguisés par son contact avec l’esprit du choucas. Elle se voyait s’élever dans le ciel et sentait l’air autour de ses plumes. Elle vit ensuite le haut de la falaise. Une dame fort richement vêtue s’escrimait à pousser une pierre, et jetai des regards vers le lointain. Sans se poser, s’élevant au contraire au dessus de cette personne, le choucas orienta son regard vers ce que regardait la femme.

Sindanarie eut du mal à le croire… Une immense cité qui semblait de verre s’élevait au loin, flamboyant dans les quelques rayons de lumière qui filtraient encore.

Le choucas, suivant son injonction avec la docilité que fait naître une profonde et ancienne amitié, tourna encore au-dessus de la jeune femme, maintenant assise au sommet de la falaise sur le rocher qu’elle avait voulu pousser. Sindanarie montait vers cette femme, suivant les indications de l’oiseau pour trouver un chemin sûr et se servant de sa vue naturellement plus perçante que celle de n’importe quel humain.

Arrivée en haut de la falaise, essuyant le sang qui perlait de sa paume gauche (son pied avait glissé sur une pierre pendant son ascension, et elle s’était rattrapée de la main gauche à un rocher coupant, se maudissant presque à haute voix de son indiscrétion), elle s’approcha de la jeune femme qu’elle avait aperçue d’en bas.


Bonsoir, Dame, lui dit-elle.

Puis, hésitant un peu, car elle avait le sentiment de s’adresser à une femme de haut rang, de grande importance, elle continua, en désignant l’endroit d’où elle venait et le chemin qu’elle avait emprunté :

Je vous ai vue du bas de la falaise, alors je suis montée… J’espère ne pas vous importuner, mais je viens de prendre pied sur cette île… Pourriez-vous m’aider à trouver un abri ? Ou puis-je vous aider de quelque manière que ce soit ? reprit-elle, remarquant la mine fatiguée de celle à qui elle s'adressait.

Le silence lui répondit. Sindanarie n’arrivait pas à déchiffrer l’expression de la jeune femme à qui elle s’adressait. Elle semblait avant tout... Oui, épuisée...

Euh… Enfin, c’est qu’il me semblait étrange qu’une femme si bien vêtue que vous se retrouve seule en haut d’une falaise à cette heure…

Il lui semblait qu’elle s’enferrait. Pour se donner contenance, elle chercha du regard le choucas et lui demanda de venir se poser sur son épaule, ce qu’il fit sans tarder, sentant un certain désarroi chez Sindanarie.


Dernière édition par Sindanarie le Mer 23 Juil - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Mar 8 Juil - 13:35

Haruka était à moitié endormis, quelques minutes encore et elle aurait, au mieux, glissé sur le cotés pour s'endormir sur le bord de la falaise. Cependant une personne vint la sauver de cette solitude et de cette ennuie accentué. Elle était accompagné, semblait-il, d'un oiseau d'une race qu'elle n'avait jamais vraiment vu. Elle se souvint cependant que dans les nombreux livres sur la nature qu'elle avait lut, se trouvait ce genre d'oiseau. Un choucas? Sans doute, mais peu importe, la race du compagnon de la personne qui lui parlait n'est pas le plus important. Autre chose la titillait, elle avait les oreilles pointues mais était blanche aussi, comme Haruka. Elle devait être née d'un Humain et d'un Elfe, contrairement à Haruka qui n'est qu'une simple elfe à peau blanche. Elle la salua alors qu'Haruka était encore en train de vogué dans ses pensés. Elle ne répondit donc pas tout de suite. Après ça la demoiselle lui de l'aide pour trouver un abri ou encore lui proposa son aide. Haruka fit un léger sourire en coin. La demoiselle lui avoua trouvé étrange la présence d'une noble vêtue à cette heure et à ce lieux. Que répondre à cela? La Kito serrait déjà dans un bon lit en ville si elle le pouvait, mais hélas... Elle n'est pas douée pour se repérer dans un lieux inconnu. Elle se leva donc, tangua un peu à cause de la fatigue puis alla calma les tremblements de ses jambes. Elle s'essuya une larme de fatigue au coin de l'oeil et fit un sourire radieux à la demoiselle et son oiseau.

" Et bien, et bien, je suis heureuse de voir une présente non hostile dans ces lieux. Même si tu me semble plus être une amazone qu'une citoyenne de cette ville. "

Elle lui fit un sourire, pour lui montrer que sa moquerie n'était qu'amical. C'était bien là le caractère d'Haruka, moqueur avec tout le monde mais toujours pour trouver quelqu'un capable d'écouter ses moqueries. Elle est comme ça, et elle ne changera pas. Cependant, cela lui plairait de trouver quelqu'un qui ne réagirait pas mal à toutes ses remarques, et jusqu'à présent, ce fut difficile à trouver.

" Je me nomme Haruka Kito, fille de... Tu ne dois pas connaitre. "

Elle lâcha un léger rire, non vraiment adapté à la situation mais il faut dire qu'Haruka peut rire d'un rien, sourire pour moins et pleurer pour tout l'or du monde. Ses bras couverts de tissus violet d'une beauté luxueuse pendait le long de son corps. Haruka avait sans doute perdue quelques manières lors de son voyage, mais ce n'était rien de bien flagrant, elle gardait tout de même une bonne grande partie des tics de la haute noblesse.

" Je cherche moi aussi un endroit où loger. Je suis nouvelle sur cette ile et je compte m'installer... Je me suis perdue et me voilà au bord d'une falaise avec une vue qui me nargue sur mon but. Et vous mademoiselle? Que comptiez vous faire en atterrissant sur cette ile? Ce n'est pas un hasards si vous y êtes je suppose? "

Elle fit un léger sourire en coin tout en plaçant sa main devant sa bouche pour lâcher un bâillement dont seul le son était retenu. Elle s'excusa juste après d'un geste et d'une parole.
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 29
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Mar 8 Juil - 15:40

Sindanarie répondit au geste d’excuse d’Haruka par un signe de la main montrant sa compréhension.

La personne qui lui faisait face était étonnante, bien loin des rustres que Sindanarie avait pu côtoyer par le passé. Elle était noble jusque dans sa manière de repousser le sommeil pour s’intéresser à sa conversation, et pour lancer une moquerie fort peu éloignée de la réalité… D’ailleurs, le fait qu’elle ait commencé à citer sa famille montrait l’appartenance à une famille de très haut rang… Mais c’était vrai, elle ne connaissait pas cette famille… Elle était une étrangère en ces lieux, comme elle lui avait fait remarquer. Passant en revue, dans sa tête, ce qu’elle portait (tunique à peu près convenable, mais bottes ayant manifestement vécu, et pantalon ayant subi moult péripéties ; seule sa longue cape avait encore un aspect présentable…), Sindanarie esquissa un sourire, un de ces sourires francs qui ne doivent rien au calcul.


De fait, Dame, je ne suis pas d’ici, et encore moins citoyenne de la cité que vous désignez. Tout au plus, depuis un temps que j’ignore, je suis une vagabonde qui n’a plus rien d’autre que son épée pour vivre.

Elle se retourna, et continua, tout en admirant la cité de verre :

C’est un endroit magnifique…

Puis, se souvenant qu’une question lui avait été posée, elle y répondit du mieux qu’elle put :

Une nouvelle vie, voilà ce qui m’amène en ces lieux cachés. Fuir mon passé, et fuir ceux qui me pourchassent. Je ne sais pas vraiment si je suis ici par hasard ou non…

Un instant de silence, Sindanarie baissa les yeux, essayant de cacher son regard soudain un peu plus humide.

J’avais sauvé une famille qu’on m’avait ordonné de tuer, mes supérieurs l’ont découvert, et j’ai payé, non, presque payé le prix fort pour avoir fait preuve d’un peu d’humanité… Remarquez, ce n’était pas ce qu’ils me demandaient, de l’humanité… Ils attendaient de moi que je fasse le sale travail, et j’ai bien honte d’avoir obéi alors… J’étais à peine plus qu’une machine, vous savez…

Se reprenant, et voulant à tout prix épargner ses souvenirs à Haruka, qui tombait tout de même de sommeil, Sindanarie acheva :

C’est donc cette cité que vous voulez atteindre ? Je ne sais pas à quelle distance elle peut être, mais sans doute à plusieurs heures de marche… De bonne marche, s’entend. Enfin, à vue d'oeil...

Elle tourna de nouveau son regard vers Haruka, et vit sur ses traits l’ombre de l’épuisement.

Je ne pense pas que vous puissiez y parvenir ce soir, ni même cette nuit… Il va vous falloir dormir ici, et je vous mènerai là-bas demain. Je suppose que j’y trouverai aussi un refuge. En attendant, prenez ma cape et enroulez vous dedans pour dormir, vous aurez chaud ainsi. Nous veillerons sur votre sommeil, Plume-Noire et moi, rien ne vous arrivera.

Sur ces derniers mots, elle dégrafa la broche qui retenait la cape en question, et tendit, avec un grand sourire, le lourd tissu noir à Haruka.


Dernière édition par Sindanarie le Mer 23 Juil - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Jeu 10 Juil - 14:40

Haruka pencha légèrement la tête lorsque la demoiselle lui de son passé. Elle fit un léger sourire en coin, un sourire agréable et aucunement moqueur... pour une fois. Elle ferma les yeux et lâcha un léger rire lorsqu'elle eut terminé. Elle se pencha légèrement en avant puis se redressa.

" Heureuse de faire la connaissance d'une héroïne. "

Elle lui parla ensuite de la cité, elle avait donc comprit qu'elle voulait atteindre cette endroit qu'elle avait magnifique quelques temps avant. Expression non adapté Haruka qui ne peut pas calculer en temps étant donné sa nature. Haruka fit un grand sourire puis fixa les alentours.

" Vous savez, la distance et le temps ne sont pas un problème pour moi. Si vous voulez... je peux vous faire confiance? "

Haruka ne voulait pas dévoiler son secret à toute l'île pour le moment. Surtout que son pouvoir n'a jamais été apprécié chez les humains. Le fait de pouvoir rajeunir une personne dans sa vie est déjà énorme... pouvoir se déplacer dans l'espace et contrôler le temps, toutes ces choses qui font d'Haruka un être étrange et repoussé par les races qu'elle apprécie, elle préférait le garder pour elle... Et pourtant, elle aimerait trouver quelqu'un à qui avouer cela, trouver quelqu'un qui l'accepterait avec ses pouvoirs et sa natures. Cette demoiselle est une elfe, sa nature est quasiment similaire à la sienne... Maintenant, cela vaut-il le coup de risquer une peut être amitié juste pour être acceptée entièrement?... De toute façon, dans son état actuel, il serrait difficile de réussir à cibler un déplacement dans l'espace... Et puis, il suffirait que le gardien soit dans les méandres à l'attendre pour qu'Haruka se face avoir, n'étant pas au mieux de sa forme.

" Je veux bien accepter votre requête. En échange, je nous emmènerais là bas demain matin, si vous ne êtes pas enfuie en apprenant ma vrai nature. "

Haruka ne prit pas tout de suite le tissu de la demoiselle, pour ne pas avoir à lui courir après pour lui rendre si elle venait à fuir.

[HRP: désolé pour l'attente, anniversaire hier et puis baisse de motivation comme cela peu encore se ressentir actuellement ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 29
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Jeu 10 Juil - 20:42

Moi, une héroïne ? Sûrement pas, Dame… se défendit Sindanarie aux mots d’Haruka.

Elle resta immobile, le bras toujours tendu devant elle, intriguée par les mots de la jeune femme. Pouvait-on lui faire confiance ? Sans doute, oui… Enfin, si l’on considérait qu’elle avait enfreint des ordres, non… Mais si l’on voyait ce refus d’obtempérer comme la marque d’un certain sens des devoirs réels, oui… Que pouvait-elle répondre ? Elle ne pouvait se juger elle-même, après tout… Aussi, dans l’incertitude, répondit-elle :

Je ne sais si vous devez me faire confiance, Dame. En tout cas, continua-t-elle avec un sourire, soyez sûre que je ne compte plus m’enfuir, je me suis assez adonnée à la fuite pour une vie entière !

Pendant quelques secondes, elle garda le silence… Quelque chose la chiffonnait… Quoi donc ? Elle reprit donc le fil de sa rencontre avec Haruka, et le dévida consciencieusement dans sa tête. Haruka était perdue, tombait de fatigue en haut de la falaise. Elle semblait vouloir rejoindre la ville que l’on apercevait de là. Elle avait dit s’être perdue, et… Voilà ! C’était ça qui clochait ! Elle était perdue et pourtant proposait à Sindanarie de l’emmener dans cette fameuse cité ! Aussi risqua-t-elle cette question :

Dame, je ne suis pas sûre de vous suivre. Tout à l’heure, vous disiez être perdue, et maintenant vous me dites que vous pouvez m’emmener dans cette ville que nous voyions tout à l’heure ? Je ne comprends pas…

Baissant le bras qui tenait le lourd tissu, plus par fatigue que par hésitation, elle ne savait trop quelle contenance adopter.

Je reste à votre disposition, Dame. Si vous avez besoin de l’humble vagabonde que je suis ou de mon épée, vous n’avez qu’à le dire. Si je peux vous aider, je le ferai.

[HRP : aucun problème, je comprends tout à fait^^ désolée, ce cou-ci c'est un peu rapide, s'il faut que je développe, pas de souci, suffit de le dire^^]


Dernière édition par Sindanarie le Mer 23 Juil - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Jeu 10 Juil - 22:40

[HRP: oh non, j'aime bien comme ça ^^]

Haruka soupira légèrement en se donnant des légers coup du bout de son index sur son menton. Elle fixait le ciel et se posa sur son rocher, trop épuisée pour rester debout, même si son visage montrait déjà meilleur mine que tout à l'heure. Elle fixait ensuite la ville puis se mit à tourner la tête pour regarder les alentours. Elle fixa un lieu non loin, à quelques petits mètres. Elle ferma les yeux et s'y rendit, pour la "vagabonde", en un instant à ce lieu. Elle était toujours assit, le rocher sur elle. Elle venait de faire passer, elle et le rocher, dans les méandres du temps pour se rendre à cet endroit. Ce lieu obscure mélangeant le violet, le rouge, le bleu et le noir pour former un long tunnel étrange emplit de porte spirituel que seule Haruka peut voir. Elle pouvait y emmener une personne à la fois mais le prix d'énergie était trop important pour le faire dans l'état actuel des choses. Elle se pencha en avant, jambes croisés et coude sur son genoux. Elle se massa les yeux avec la main du coude cité il y a peu.

" Tais moi ce terme, tu n'es pas une simple vagabonde je pense. Une vagabonde ne fait qu'errer sans but, hors toi tu as pour but de fuir l'horreur qu'est le meurtre commandé. "

Elle fit un geste de main pour chasser le terme, la demoiselle devrait surement la prendre pour une folle ou autre mais cela peut être excuser quand on sait qu'Haruka est épuisée. Elle se redressa ensuite et tendit le bras.

" J'espère que mon pouvoir ne t'a pas effrayer. Je suis bien perdue et je n'ai pas assez de force pour me rendre à ce lieu sans dormir, mais grâce à ton aide, je pourrais m'en sortir après une nuit de sommeil... si tu n'as pas envie de me fuir comme tous les sous être qui l'ont fait jusque là... "

Elle soupira, son visage devenait plus neutre, en effet, le sourire disparaissait de ses lèvres et la fatigue commençait à la rendre désagréable. Le temps avait beau être son rayon, le fatigue et les humeurs en sont d'autres.

" J'appelle sous être ceux qui sont incapable de m'accepter comme je suis, et donc tous ceux que j'ai rencontrer jusqu'à présent. Tu n'as pas fuis en voyant mon apparence car nous avons la même... mais peut être fuira tu en apprenant que je suis une magicienne du temps. "

Haruka fondit son regard dans celui de la porteuse d'épée. Sa main toujours tendu, attendant la cape, son autre main supportant le poids de sa tête. La grâce d'Haruka disparaissait petit à petit à cause de la fatigue, elle n'arrivait plus vraiment à se concentrer sur sa gestuelle.

[HRP: Rooh, quel post horrible, désolé ><]
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 29
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Jeu 10 Juil - 23:32

[HRP 1 : merci uhu^^]
[HRP 2 : il faut bien un peu de tout, y'a aucun souci^^]

Sindanarie avait cru voir quelque chose… Haruka semblait s’être déplacée, elle ne savait absolument pas comment cela était possible, c’était peut-être juste un effet de la fatigue de Sindanarie… La fatigue semblait aussi monter de plus en plus en Haruka, elle perdait progressivement son sourire et faisait des gestes plus brusques, plus larges, moins contrôlés. Cela la soulageait de savoir que cette elfe, semblable à elle par une partie de ses origines, ne la voyait pas comme les hommes de la terre qu’elle avait quittée la voyaient.

Quand Haruka tendit le bras, Sindanarie mit un temps à réagir, ce qu’elle lui révélait au même moment la laissait sans voix. Une telle magie existait donc ? Cela expliquait le déplacement qu’elle n’avait pu comprendre, peu de temps auparavant… Non, elle n’était pas effrayée… Etonnée, oui, mais sans peur. Après tout, elle n’avait pas de raison de se sentir menacée : la jeune elfe n’avait pas eu une parole de méfiance ou d’agression envers elle alors même qu’elle ne la connaissait pas, et au contraire n’était pas rebutée par les quelques phrases dans lesquelles elle avait tracé un vague dessin de sa vie passée.

Quant à sa diatribe sur les sous-êtres… Elle ne savait qu’en penser. Comment pouvait-on craindre un tel pouvoir ? Peut-être était-ce son origine elfique qui lui ôtait toute appréhension… Quoi qu’il en soit, elle lui répondit :


Dame, je n’ai aucune raison de vous fuir. Si j’avais dû vous fuir, je ne serais pas montée sur cette falaise, Plume-Noire m’aurait dissuadée s’il avait senti un danger. Je reste avec vous, je veillerai sur vous. Mais il faut que vous dormiez, continua-t-elle, mettant sa cape dans la main d’Haruka. Je ne serai jamais loin de vous cette nuit, vous n’avez rien à craindre. Nous veillons.

Sindanarie lui sourit, et finalement étendit sa cape sur Haruka, voulant lui éviter de bouger et de se fatiguer plus.

Dormez bien, Dame. Reposez-vous, lui dit-elle en se redressant.

Et elle s’éloigna de quelques pas, puis s’assit sur une grande pierre plate et commença sa longue veille. Plume-Noire se posa auprès d'elle, et s'endormit contre ses jambes, petite boule de plumage chaud.


Dernière édition par Sindanarie le Mer 23 Juil - 15:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Ven 18 Juil - 3:40

[HRP: Si jamais tu passe par là avant le flood, je te conseil d'y jeter un œil ^^]

Haruka sera la cape de la main appartenant au bras tendu, ses muscles fatigués tentaient de rapatrier le membre prêt du vaisseau mère... Cependant, elle n'y arriva pas et se laissa tomber sur le cotés allongée. Ses yeux se fermaient à moitié laissant un choix entre l'à moitié fermé ou l'à moitié ouvert se dessiner.

" Je suis désolée... je vais lais...laisser ma vie entre tes mains... "

Elle tira le draps, déployant un effort surhumain... non juste un effort très important pour elle puisqu'elle sera les dents pour y arriver. Sa grâce s'évaporait mais cependant, on y voyait toujours quelques mimiques nobles comme le fait de bien mettre les bords du tissus comme il le fallait pour que ce soit parfait. Elle ne s'endormit pas tout de suite. Son corps dormait, mais pas son esprit. En effet, elle ne pouvait absolument plus bouger si ce n'est la mâchoire et les lèvres pour débiter des paroles.

" Merci... Je te revaudrais ceci... héroïne incomprise... "

Elle lâcha un léger sourire en coin, ses derniers mots étaient dit assez bas pour ne pas être entendu par un humain, cependant, étant elfe, peut être pourra-t-elle les entendre. Ces paroles moqueuses, évidemment, même fatiguée elle ne perd pas sa fichue habitude... Ce n'est pas sa faute s'il elle s'attache aux gens tellement qu'elle vite qu'elle se met à les taquiner comme on taquine un bon ami... Si? Peut être.
Lorsque la nuit passera et que le sommeil d'Haruka laissera place à une bonne forme, elle se lèvera et nettoiera de ses mains, ou plutôt du bout de ses doigts protégé par ses gants, la cape pour la rendre aussi bien qu'elle lui avait été tendue, même si elle ne se souvient pas de son état étant donné son état de fatigue de la veille...

[HRP: Voilà, tu peux faire ce que tu veux de ton prochain post et puis ensuite je nous téléporte si t'es d'accord, je le ferrais rapidement pour Loïs si mon idée est mise en rigueur ^^]
(Edit: Déjà je met du temps à répondre puis je fais un post aussi petit... poua... désolé ><)
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 29
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Ven 18 Juil - 15:23

[HRP : bah alors j'men vais raconter la nuit gnark gnark ^^ Tu peux nous téléporter comme tu veux, fais ce que tu veux ^^]
[re HRP : pas de souci pour la taille du post, ce qui compte c'est qu'il y en ait un Wink ]

Quelques mots, presque imperceptibles, avaient sonné aux oreilles de Sindanarie, lui arrachant un sourire.

Ayez confiance, je doute même que nous risquions quoi que ce soit ici, murmura-t-elle, plus fort tout de même qu’Haruka.

La nuit fut paisible, laissant Sindanarie se perdre dans ses pensées. Elle appréciait la jeune noble qui lui avait confié sa vie, selon ses propres mots. Elle était différente des nobles qu’elle avait connus en Terre de Cerf. Ceux-là étaient distants et plus froids que la glace. Seul comptait le travail fait pour eux. Souvent, ce n’étaient même pas eux qui donnaient les ordres pour les tâches obscures qu’ils commanditaient, mais simplement leur conseiller le plus proche… Et cette dame, cette Haruka, différait indéniablement. Elle, elle lui parlait, plaisantait, la moquait éventuellement, mais sans l’ombre de la plus petite mesquinerie, au contraire, avec cœur et avec naturel. C’était à se demander où, en elle, se séparaient sérieux et affabilité. Elle ne méprisait pas ceux qui ne lui étaient pas semblables, alors qu’elle s’élevait au-dessus de la masse par ses manières, par son origine, par son incroyable pouvoir même.

Sindanarie jeta un coup d’œil à la silhouette endormie. Cette fois, ses yeux étaient clos, et elle aurait juré que sur ses lèvres dansait comme un début de sourire. Au cours de la nuit, elle lui jeta de fréquents regards, pour veiller sur elle véritablement, avant de reporter son attention sur ce qui les entourait.

Point de bruits inquiétants, comme dans les forêts de la Terre de Cerf. Point de mouvements inexplicables, point d’inquiétude à avoir. Elle se sentait enfin comme en paix, sur cette île, elle sentait sa honte pour son passé s’estomper, comme au début d’une vie nouvelle. Mais elle se raisonna : après tout, elle avait toujours son passé à trainer… Tiens, d’ailleurs, il faudrait bien vivre, ici… Bon, l’on verrait à se trouver un travail, le lendemain, dans cette cité splendide. Au pire, elle vendrait les services de son épée… Elle devrait se trouver une sorte de guide sur place, pour l’épauler dans les premiers temps… Elle ne pouvait pas le demander à Haruka, par respect, elle aurait autre chose à faire, car sinon, rejoindre la cité ne l’aurait pas autant préoccupée…

Sindanarie avait relevé les manches de sa tunique et jouait machinalement, du bout des doigts, avec la parure de son avant-bras gauche. Elle sentait ses mécanismes se déclencher, relâcher son bras… Puis l’enserrer de nouveau… Elle caressa doucement la poignée de la minuscule lame qui se cachait dans son épaisseur… Oh, la parure n’était pas épaisse, mais la lame non plus… Elle se souvenait de son père, le jour où il lui en avait fait don… Puis chassa ce souvenir, secouant la tête.

A l’horizon pointèrent soudain, au travers de la brume qui voilait les berges du monde des hommes, les premiers rayons du Soleil. Elle laissa leur chaleur pénétrer chaque pore de sa peau, y puisant une énergie nouvelle, une nouvelle joie. Détachant ses cheveux, elle s’étendit de tout son long. Plume-Noire venait de se réveiller et s’ébrouait, ébouriffant son plumage. Elle lui confia, par leur lien, la garde de la noble dame, et sombra dans un sommeil somme toute réparateur.

Elle fut réveillée par le choucas, qui lui tapotait le crâne. Ouvrant à demi les yeux, elle aperçut au-dessus d’elle la silhouette d’Haruka, se détachant sur le Soleil qui avait pris son ascension dans le ciel. Elle tenait sa cape à la main et attendait manifestement que la nouvelle arrivée se réveille. Confuse, encore embrumée par le sommeil, Sindanarie se releva, chancelant un petit peu, et s’inclina pour souhaiter le bonjour à Haruka.


J’ai dormi quelques heures, Dame, mais Plume-Noire a veillé sur vous pendant ce temps. J’espère que vous avez bien dormi, vous aussi.

Il lui sembla qu’Haruka acquiesçait. S’époussetant, redescendant ses manches et cachant ainsi aux regards la parure de son avant-bras gauche, Sindanarie lui sourit. Celle-ci lui tendit alors, sans mot dire, sa cape, impeccablement pliée, pas même froissée… Le reprenant, s’en drapant et l’ajustant par la broche qui en tenait le col fermé, Sindanarie remarqua qu’Haruka avait bien meilleure mine que la veille. Ses traits n’étaient plus tirés par la fatigue, elle avait retrouvé son sourire. Et, ce qui sembla étonnant à la dite Lame Brisée, ses vêtements n’étaient pas fripés, malgré le fait qu’elle ait dormi avec… Décidément, Haruka était fort surprenante.


Dernière édition par Sindanarie le Mer 23 Juil - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Lun 21 Juil - 14:44

Haruka fit un léger sourire lorsque l'oiseau réveilla la demoiselle. L'intelligence de celui-ci était plus grand qu'à la normal et cela se voyait étrangement dans son attitude. De plus, la demoiselle qui lui faisait face lui avoua avoir dormis, laissant son compagnon les surveiller, cela montre la confiance qu'elle a en lui et en ses aptitudes. Elle lui avait aussi demandé si elle avait bien dormis dans la foulé, Haruka changea son sourire entier en sourire en coin.

" Et bien et bien, comment n'aurais-je pu dormir bien en si bonne compagnie? Je n'ai pas aussi bien dormis depuis des mois. Merci à toi ! Non, merci à tous les deux... Maintenant à moi de remplir la part du marché. "

Elle remarqua l'attention que portait la demoiselle sur ses vêtements. Elle fit un autre sourire et lui pris la main pour la faire toucher sa manche tout en gardant une grâce digne d'un haut noble.

" Ce n'est pas un tissu normal. C'est un tissu elfe issu de chez moi. Je n'ai pas vraiment fais de grands efforts pour le maintenir dans cet état. Il suffit de le remettre droit et de ne pas trop bouger pour qu'il reste impeccable. Il n'adhère pas la poussière. "

Après cela, elle fixa son armure et lui fit un sourire légèrement moqueur.

" Ton habit aussi n'est pas froissé. "

Elle lâcha un léger rire et lui pris l'autre main. Elle ferma les yeux puis les rouvrit et fixant la demoiselle d'un air plus sérieux que précédemment.

" Je vais nous téléporter hein? Ne t'inquiète pas... Cependant, je dois te prévenir, tu vas te sentir mal. Ton oiseau normalement moins au vu de sa taille, mais toi... Tu vas devoir supporter une sorte d'envie de vomir pendant quelques secondes. Tu ne vomiras pas évidemment, ce n'est qu'une envie, d'où le fait que ce soit désagréable... Mais une fois terminé tu te sentiras mieux. "

Haruka fit un sourire pour rassurer la demoiselle, elle ferma ensuite les yeux et demanda à l'oiseau d'attendre ici. Elle ne pouvait pas les transférer tous les deux en même temps. Elle leva la tête vers lui, les yeux toujours fermés mais un sourire au lèvre pour le rassurer aussi. Elle lui dit que ça ne durera que quelques secondes et qu'elle viendra le chercher après.

" Ne quitte pas la barque Sindanarie. Sous aucuns prétextes. "

Un flash apparu alors et tout devenait rouge autour des deux personnes. Elles étaient toutes les deux sur une barque étrangement stable. Haruka ne lâcha pas les mains de la demoiselle. La folie de l'inconnu pouvait rapidement prendre le contrôle des plus faibles d'esprit. Elle a déjà perdu des personnes dans ce monde, et elle ne veut pas en perdre une autre, surtout une dame aussi sympathique qu'elle.
Au bout de quelques secondes, si tout s'était bien passé, elle passerait une porte gigantesque et magnifique, contrairement au reste du décor qui restait magnifiquement douloureux à regarder de part sa complexité. Les formes des méandres étaient impossibles à identifiés, tout était inexplicable et un physicien n'aurait pas assez de 9 vie pour expliquer les paramètres d'un mètre carré de surface.
Une fois arrivé, encore une fois, si tout s'était bien passé, Haruka et Sindanarie devait se retrouver à l'entrée de la ville, les mains toujours dans les mains, tel qu'elles étaient avant la téléportation.


" Je... je reviens, je vais chercher ton ami. "

Elle fit un léger sourire, l'essoufflement se voyait sur son visage mais ce n'était pas bien grave. Elle se reposerait en voyageant seul pour cette fois et puis pour transférer un oiseau, c'est immensément plus facile. Elle arriva donc sur la falaise dans un flash avant de chercher l'oiseau du regard. Elle attendit qu'il la rejoigne ensuite, espérant qu'il ne soit pas trop effrayé par la demoiselle étant donné qu'elle n'est pas son maitre mais son intelligence devrait lui permettre de comprendre qu'elle n'était là que pour l'aider à arriver à elle plus vite. Il fit donc le voyage, l'oiseau n'eut pas autant de problème que son maitre heureusement, Haruka n'aurait rien pu faire pour le retenir s'il devait s'enfuir de la barque. Ils arrivèrent ensuite, normalement, devant la ville où Sindanarie devait avoir été transporté.

" Nous y voilà... Tu veux que je te paye un repas? Comme je vais aller manger... J'ai un peu d'argent elfique sur moi, j'espère juste qu'ils l'acceptent... "

Son cœur battait, elle avait peur de voir ce qui se trouvait dans cette ville. Elle voyait déjà des formes plus étranges les unes que les autres marcher dans les rues. Serrait-il tous et toutes aussi gentils que cette guerrière? L'accepteraient-ils tous aussi facilement?...


[HRP: Bon voilà, je peux éditer si jamais certaines de mes actions te posent problèmes ^^'. Comme pour ton oiseau, je sais pas s'il aurait accepter de se poser sur moi... ^^'. Autrement, il peut toujours nous rejoindre en volant ^^ Voilà tu me dis ! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 29
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Mer 23 Juil - 15:45

[Non non, c'était parfait, y compris pour l'oiseau Very Happy Désolée pour l'attente... Si tu veux que j'édite, suffit de le dire Smile]

Sindanarie ne put réprimer une sorte de haut-le-cœur quand Haruka la fit sortir du tunnel qu’elles avaient emprunté. Cela l’avait fascinée… Ces couleurs, ces formes, cet infini que l’on devinait, là, à portée de main… Heureusement que les mains de sa guide enfermaient les siennes, l’empêchant de céder à cette tentation si forte… Quelle fascination exerçaient le temps, et l’espace ! Mais heureusement, sans qu’elle ait rien fait d’inconsidéré, elle se trouva soudain au pied de la ville qu’elles contemplaient, la veille encore, du haut de la falaise.

Alors qu’Haruka repartait dans les méandres des passages qu’elle lui avait révélés, Sindanarie chercha du regard la hauteur où elles avaient passé la nuit. Elle était loin, cette falaise, mine de rien… Incroyable ! D’ailleurs, qui eût cru une telle chose possible, dans son monde ? Quiconque se serait vanté de pareilles merveilles eût été brûlé dans l’heure, accusé de sorcellerie, soupçonné d’être une créature démoniaque et fondamentalement mauvaise… Mais elle ne pouvait croire que ce fût le cas d’Haruka. Elle n’était rien de cela.

A ce point de ses pensées, Sindanarie vit Haruka surgir devant elle, accompagné de Plume-Noire. Le choucas s’empressa de regagner l’épaule de sa maîtresse et se blottit contre son cou. Tout sourire, remise de son malaise de tout à l’heure, la Lame Brisée dit à Haruka :


Il n’a pas eu plus peur que cela, vous savez. Il dit même que vous êtes vraiment gentille. Pour cela, je suis d’accord avec lui. Vous êtes d’une générosité rare. Et je vous remercie pour votre invitation à déjeuner, comme j’ai aussi un peu d’argent avec moi, je pourrai même vous dépanner si l’argent elfique n’est pas utilisé ici !

Haruka acquiesça, et toutes deux s’avancèrent dans les rues. Des êtres aux formes étranges s’y mouvaient. Certains étaient plus inquiétants que d’autres… Ici, une face rappelant celle d’un vautour. Là, une capuche rabattue sur des yeux flamboyants, sur un visage noyé dans l’ombre au dessus d’un corps noyé dans un immense manteau. Plus loin, un homme qui devait venir d’un désert, à en juger par les pans de tissus dont son corps était enveloppé. Tous les visages n’étaient pas accueillants, beaucoup étaient tendus, certains méfiants. Elle se sentit étrangère, et soudain elle fut assaillie par l’impression qu’Haruka n’était pas non plus à son aise. La regardant, elle vit comme une lueur d’incertitude dans ses yeux. Un sourire qui se voulait réconfortant éclaira alors ses traits, mais elle sentait combien elle était peu crédible…

Sindanarie sentait ses muscles se tendre, dans des réflexes anciens, de ceux de la Lame Brisée qui dormait en elle, celle qui autrefois combattait pour sa vie. Son attention était plus vive, plus concentrée et plus large à la fois. Elle élargissait sa conscience aux êtres qui l’entouraient, cherchant en eux les traces de l’animosité ou du danger. En silence, elle demanda au choucas de s’élever, au cas où…

Haruka et Sindanarie poursuivaient néanmoins leur chemin, de rues en ruelles. Elles suivaient le flot principal, et bientôt se trouvèrent dans une artère de la cité. Des groupes se pressaient autour d’échoppes, semblait-il, d’autres circulaient, poussant sans ménagement ceux qui étaient sur leur chemin… Du bruit à en devenir sourd, des senteurs multiples, une foule si dense peuplaient cette artère que Sindanarie s’arrêta un instant, étourdie par cette soudaine vague de vie qui se brisait à la frontière de sa conscience.

Elle sentit une brusque pression dans son dos, ce qui la ramena à la réalité. Elle regarda autour d’elle, comme après un éblouissement. Et là, elle s’en rendit enfin compte… Où était Haruka ? Quand l’avait-elle perdue dans cette vaste allée ?

Elle tourna sur elle-même au milieu de la marée d’individus qui l’entourait, criant le nom de sa compagne. Finalement, elle repartit et suivit le flot, jusqu’à ce qu’elle aperçoive, partant sur la gauche, une petite ruelle qui semblait déserte. Elle s’y engouffra, espérant qu’Haruka aurait l’idée de chercher un endroit semblable. Elle leva la tête. Plume-Noire était là, mais avait perdu de vue Haruka…Tout comme elle… Elle attendit quelque temps encore. Puis, se résignant à avoir perdu la seule personne en qui elle avait confiance, elle s’enfonça dans le dédale des ruelles de la Cité de Verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   Jeu 24 Juil - 14:01

Haruka fit un léger sourire à la demoiselle lorsque celle-ci fit sa remarque et lui répondit. Ils iraient donc gouter aux plats de cette île toute les deux. N'est-ce pas génial? Elle espérait juste trouver un restaurant ou quelque chose comme ça ici. Il n'y en avait pour l'instant pas à portée de vu et quoi de plus normal étant donné qu'elles étaient encore à l'entrée. Elles devraient s'enfoncer dans la masse de gens et trouver quelque chose pour manger. La demoiselle passa devant, Haruka n'y fit même pas attention, l'ordre de passage la rendait indifférente. Haruka ne fit qu'observer les gens du coin de l'oeil. Ils l'effrayent tous, cela l'amusait intérieurement, ils étaient tous aussi différent qu'elle... Peut être qu'en fin de compte elle a pu trouver sa place, enfin... Peut être trouvera-t-elle un homme qui ne fuira pas en connaissant ses pouvoirs et en voyant ses oreilles... Peut être même qu'il l'aimera et ne voudra pas que profiter d'elle... Qui sait...? Tiens?

" Sindanarie? Où es-t.. excusez moi. "

La masse de gens l'avaient emportée sans qu'elle ne s'en rende compte. Elle tentait de prendre une direction que son amie aurait prit mais impossible, le courant l'emportait... Et il était dangereux d'utiliser son pouvoir de téléportation dans ces conditions, les personnes qui étaient en contact avec elle serraient transporté... Le nombre autorisé n'étant que de une personne, les autres vogueraient vers l'infinie espace-temps... Accompagné du gardien du temps...
Elle était bousculés et n'arrivait pas à se dégager, contracter par la masse, à croire que deux hommes massifs faisaient exprès pour l'étouffer. Elle ne pouvait plus respirer, sa respiration s'arrêta, le temps s'arrêta. Haruka retenait sa respiration, en effet, lorsque sa respiration est retenu, le temps s'arrête pour elle. Elle ne peut rien faire si ce n'est se déplacer. Elle passa donc sous les jambes de l'un des hommes massifs et se dirigea vers un restaurant non loin. En chemin elle entendit le bruit d'une goute d'eau... Quoi de plus normal qu'une goute lorsque l'on est en extérieur... Cependant, une goute d'eau alors que le temps est arrêté? Elle se retourna et vit qu'une fissure était en train d'être faites dans l'espace. Une sorte d'arme étrange commençait à en sortit, laissant des goutes venant de la fissure tomber sur le sol. La fissure était trop petite pour laisser passer quoi que ce soit d'autre que l'arme, cependant, on pouvait tout de même voir autre chose à travers, une armure orangé. Haruka se remit à respirer, elle tomba ensuite en arrière contre le mur du bâtiment où se trouvait le restaurant. Elle posa son visage dans ses mains et se laissa glisser le long du mur jusqu'à se retrouver assise. Le peuple avait retrouvé son activité, comme si de rien n'était. Les goutes d'espace-temps avaient disparu, l'arme et l'armure du gardien du temps aussi, mais Haruka en était tout de même troublé, assez pour allez jusqu'à laisser couler quelques larmes, sans bruit évidemment, son statut ne lui permet pas.


" Il est déjà libre... Il peut venir ici... Mon dieu qu'est-ce que j'ai fais pour mériter ça... "

Elle inspira un bon coup et redressa la tête. Elle refusa la main d'une personne qui passait par là, avec le sourire et les larmes aux yeux. La personne lui fit un sourire et s'éloigna en haussant les épaules. Haruka s'essuya les larmes avec un mouchoir d'une manière très minutieuse. Elle rangea ensuite le mouchoir et passa la porte du restaurant. Elle demanda au réceptionniste si il avait vu une demoiselle avec une grande épée et un habit de combat. Il lui dit n'avoir rien vu de tel aujourd'hui même si il arrive de souvent voir des gens portant une épée et/ou une armure. Elle partit donc s'assoir à une table pour deux, au cas où son ami la rejoindrait. Elle commanda de quoi manger et soupirer à la fin du repas voyant que sa seule amie, pour le moment, elle l'avait perdue.
Elle paya ensuite et s'en alla, cherchant à trouver ce pour quoi elle est ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon sens de l'orientation laisse à désirer... *rire*
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "J'ai jamais eu le sens de l'orientation." [Walter C. Burnes & Eskä Vowel]
» Entraînement d'orientation
» Ally et son splendide sens de l'orientation.
» presentation de Zalys
» Les riches et le sens de l'orientation... [Oktober :)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Hors Rp ~.*.~ :: Archives :: Topics-
Sauter vers: