Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 - La Chair et Le Fer - Bibliothèque [Appartements de Lyan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: - La Chair et Le Fer - Bibliothèque [Appartements de Lyan]   Ven 11 Juil - 12:25

[Je me suis permise deux trois truc, j’espère que ça ne t’embête pas ^.^]

Une nuit glacial venait de tomber sur l’île pourtant ensoleillée toute la journée. Une pluie diluvienne battait furieusement contre les large fenêtre de la bibliothèque de la demeure des Aleyna. Lyan, les pupilles dilatées à l’extrême par un trop plein d’absinthe, sirotait tranquillement un verre d’un rhum ramené d’une terre lointaine. Le goût était exquis et enivrant. Sans vouloir se l’avouer, il noyait son stress et sa douleur dans cet alcool aux senteurs de paradis perdu. Il n’était pas ivre et semblait encore en pleine possession de tous ces moyens. L’habitude sans nul doute y était pour beaucoup.

La maisonnée était depuis longtemps endormie et seul résonnait le bruit de parchemins que l’on déroule et que l’on roule à nouveau. Il lisait ce qui avait été le journal intime d’Emma. Quelques heures auparavant, son fantôme souriant et si lumineux lui était encore apparu. D’un bond il s’était levé l’avait suivi jusque dans sa chambre tandis que la main transparente lui désignait le double fond d’un coffre dans lequel recelait son plus intime trésor. Jusqu’à la fin, elle avait écrit.

Elle y racontait son histoire d’amour avec un vampire subjuguant du nom d’Yvan il le détestât juste pour la manière amoureuse avec laquelle elle avait calligraphié ce prénom. Faisant office d’exutoire, elle y avait noté ses cauchemars, le souvenir des tortures de Kyo, les rêves où apparaissaient ses parents et les visions dramatiques qu’elle avait eue au sujet de l’île. Au fil des pages, il comprenait de mieux en mieux pourquoi elle semblait apaisée quand elle lui apparaissait. Emma était libéré de tout ce poids. Si elle avait combattu sa destinée, irrémédiablement, l’île aurait été menée à sa perte. D’autres noms apparurent au fil des lignes, Blizz, Ael, des considérations su sa sœur et sur sa nièce nouvellement née, tant de choses qu’elle aurait aimé pouvoir encore faire et qu’elle ne ferait plus jamais.

La mâchoire crispée, les traits dures et froids, il porta à nouveau la coupe à ses lèvres et tourna la page. L’entête lui était adressée en ces termes « Mon cher Lyan… ». Ses yeux restèrent un instant figée sur l’écriture tremblante d’émotion. Et enfin, il lut les quelques mots qui lui était adressés…


« Mon cher Lyan…

Si tu lis ça, c’est que mes rêves ont dit vrais et que je suis morte. C’est étrange pour une vivante d’écrire sur sa propre mort non ? J’aurais aimé te le dire de vive voix, mais il semblerait que le temps qui m’a été imparti soit bien trop court. C’est à toi que je remets mon île, à toi que va revenir la tâche de me succéder. Pourquoi toi ? Tu le comprendras en temps voulu, mais je suis profondément persuadé que tu es le seul que je connaisse à avoir la force nécessaire pour mener notre combat.

Aujourd’hui je vois que j’ai commis un bon nombres d’erreurs. Je n’étais pas assez forte pour ce rôle bien que j’ai fait de mon mieux. J’ai abandonné mon peuple et ait conduit certaines missions trop dangereuses qui ont coûté la vie à bon nombre d‘entre nous. Mais laissons mes regrets de côté, je n’ai pas beaucoup de temps devant moi et je vais bientôt partir chercher dans les grottes d’Alenka l’un des treize artefacts. Il nous faudra les récupérer tous, je te fais confiance pour retrouver ceux que je n’aurais pas trouver. Ils nous sont essentiels.. »


La lettre se poursuivait sur certains souvenirs communs qui dénotait l’attachement qu’ils s’étaient portés l’un à l’autre. Puis ensuite :

« J’ai un autre service à te demander, bien que j’ai confié la protection de ce jeune homme à Blizz, je souhaiterais qu’il puisse encore… »

Un grand fracas se fit entendre parmi les étagère, le bruit de papier qu’on froisse, de livres qui tombent à terre résonna brusquement dans l’air. Le regard de Lyan se fit aussi tranchant que la lame du katana dont il se saisit sans attendre. Ses cheveux noirs dissimulant à demi ses yeux, ses vêtements luxueux dévoilant en V son torse, tout en lui rappelait à la fois sa condition et son origine lointaine. Silencieux tel un chat, les sens affûtés comme ceux d’un prédateurs, il fit le tour de la bibliothèque, chemina au travers de nombreuses étagères pour que l’intrus perde sa trace et enfin, il se plaça derrière l’homme et sans hésiter plaça la lame de son arme contre le cou de son adversaire. En un geste, il lui trancherait la gorge.

A voix basse et sur un ton pourtant glacial et autoritaire, il clama :


« Je ne sais pas ce que tu fais ici ni qui tu es mais tu vas regretter d’avoir pénétrer ma demeure. »

- Réservé Ael -

_________________


Dernière édition par Lyan Key Aleyna le Jeu 31 Juil - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: - La Chair et Le Fer - Bibliothèque [Appartements de Lyan]   Dim 20 Juil - 2:22

- Gomen je suis crevé c'est pas genial je sais. A demain! Pas corrigé-

Ael portait un bon moment dans la bibliothèque à déambuler entre les étagères. C'était bizarre comme les livres avaient reussit à garder l'odeur de Emma, et les souvenirs l'envahissaient à chaque pas qu'il faisait.
Pourquoi était-il revenu chez Emma? Pourquoi avait-il encore une fois parcouru les couloirs qui l'avaient oublier. Peut-être parce qu'il s'y sentait bien dans cet endroit ou tout les deux avaient passé tellement de bons moments. Peut-être parce que Emma lui avait offert un toit, peut-être parce que quelque chose le retenait à cet endroit.
Il déambulait entre les dizaines de livres, lisant à peine les titres. Inutile pour lui d'essayer de les lire, il venait à peine d'aprendre l'alfabet, et puis, il connaissait exactement l'emplacement des livres qui pouvaient l'interresser.
Mais il ne les cherchait pas non plus. Il voulait juste respirer cette odeur, rester dans cette ambiance entre passé et présent, où on avait la sensation qu'Emma allait aparaitre d'une minute à une autre par la porte. Fantôme entre quelque chose qui était et qui n'est plus, et quelque chose qui est et n'était pas, ne sachant pas quoi faire, si se perdre dans les souvenirs, ou essayer d'avancer.
C'était certainement plus plaisant la première option. Mais il ne pouvait s'arrêter de penser. Il comprenait certaines réactions d'Emma maintenant. Par exemple comment elle avait du se sentir après la mort d'Yvan. À vrai dire, il s'était toujours demander pourquoi elle avait insister pour qu'il porte les habits d'Yvan. Ce ne dérangeait pas vraiment Ael, plutôt ça l'arrangeait, mais c'était bizarre pour lui.
Maintenant il comprenait mieux. C'était une façon d'avancer. Fallait bien finalement. Oui, peut-être ce serait bien d'avancer. Mais pour quelle raison en fait?
La réponse lui aparut immédiatement en forme d'image. Emma, Emma qui lui aprenait à lire, Emma qui l'avait proteger, ce stupide homme-loup qui aussi l'avait proteger, Blizz...et sa mère.
Oui c'était d'excellentes raison.

Il se releva sans bruit, sans faire sentir sa présence. C'était un vrai maître pour cela. Toute façon, il voulait pas se faire remarquer. Il voulait pas que LUI sache qu'il était là. Il ne l'aimait pas. Il l'avait croiser quelques fois, mais il ne l'aimait pas. On lisait dans ses yeux l'arrogance. Ael preferait ne pas s'aprocher de lui. Rester discret, c'était la clé pour avoir la paix. Pourquoi Emma avait choisit quelqu'un comme lui?
Elle devait avoir ses raisons, il ne s'interposerais pas à sa décision, mais preferais garder les distances avec Lui.
Il evita de trop s'aprocher à l'endroit ou il était assis. Mais mème de loin il remarqua le verre et la bouteille à moitié vide. Raison de plus pour ne pas s'en aprocher.
Ael se glissait entre les étagères à la manière dont le vent se glisse entre le feuillage des arbres. Il était habituer à cet endroit.
Il cherchait maintenant un livre. Un petit livre, tout fin et remplit d'ilustrations. Le bruit de ses pas était impercevable même s'il portait de longues bottes noires. Son pantalon était de la mème couleur que les bottes, ainsi que sa chemise qui avait des reflets argentés. Par dessus la chemise il portait un gilet argenté et noir et une cravate vert emmeuraude. C'était l'ensemble qu'il preferait le plus de toute la collection d'habits qu'il avait hérité d'Yvan. Une veste et une cape complaitaient l'ensemble mais il avait laisser les 2 pièces dans la chambre a fin de les sècher. En tout cas, personne n'aurait put faire le lien entre le vagabond et ce jeune homme. Il avait l'air tout droit sortit de la bourgoisie où la noblesse.
Ses cheveux legerement humides retombaient sur son visage augmentant peut-être cet air maléfique qu'il conservait à cause de sa partie démone. Ses yeux vert ressortaient enormement entre le noir et l'argent que portaient ses habits, les faisant legerement plus profond et serveres qu'ils ne pouvaient l'être.
Mais les signes de fatigues eux aussi étaient evidents. Les manches de la chemise étaient défaits et retombaient en diagonal sur ses bras, ainsi que la cravate dont le noeud avait été élargit ce qui laissait entrevoir une chemise quelque peu déboutonnée.

Il arriva enfin devant le livre. Mais quelqu'un l'avait déplacer plusieurs étagères vers le haut et il avait du mal à l'atraper. Il ne voyait aucun tabouret à proximité, c'est pourquoi il se mit sur la pointe des pieds et essaya de l'atraper. En passant il renversa plusieurs livres par terre et sur sa tête le faisant tomber par terre.
Aussitôt il regarda autour de lui. Personne. Il resta attentif au bruit pendant quelques minutes mais n'entendit rien de particulier qui pouvait pressager que Lui, pouvait avoir remarquer sa présence. Où il s'en foutait des livres qui étaient tombés ou alors il s'était endormit.
Mais ce ne fut ni une chose ni l'autre.

Ael venait de ramasser le livre qui l'interressait. Un recueil de plusieurs contes. Il y avait son préféré. L'histoire d'une merveilleuse princesse qui luttait contre un méchant sorcier et qui se faisait aider par un pauvre garçon. Oui, c'était totalement infantin, mais il aimait penser, que quelque part dans le monde, il y avait une princesse, noble, gentille, aimable, et courageuse qui luttait contre un méchant sorcier pour sauver son royaume. Un peu comme Emma, mais avec une fin heureuse.
Les fins tristes étaient surement plus réalistes, mais prendre comme modèle la réalité n'avait aucun sens. Si on devait se battre, que ce soit pour des causes bien plus nobles, que ce soit pour une fin heureuse, ou personne ne doit mourrir et tout le monde peut vivre heureux ne serait-ce que quelques années. Oui, battons nous pour le bonheur, pour notre bonheur et ceux des autres, c'était peut-être la chose la plus importante qu'il avait appris d'Emma. Mais plutôt c'étaient les mots qu'il avait trouver pour expliquer ce que Emma lui avait transmit.

Mais toutes ses pensés furent coupées nets, comme un sabre coupe l'air pour se diriger vers l'homme à abattre.
En questions de secondes, Ael se retrouva avec une épée sous le cou. Il ne perdit pas son sang froid pour autant. C'était Lui. Dommage, il ne dormait pas.


" Je croyais que tu dormais, après d'avoir presque vider la bouteille. "

Non évidement, il ignorait les mots que Lui avait prononcer. Lui était a part de tout. Il y avait Lui et les autres. Lui c'était Lyan Key Aleyna. Toute façon Ael ne se dérangerais jamais à prononcer son nom ni son prénom. Il ne le valait pas.

" Pardon? Je crois que je n'est pas bien entendu. Ta demeure? Elle porte ton nom au moins? Ici c'est la maison d'Emma. L'intrus en tout cas, ce serait toi. Quand à moi je ne suis venu que pour récuperer un livre que j'aimerais essayer de finir de lire, dans le cas évidement que tu ne m'égorge pas. J'ainemerais pas salir les livres d'Emma avec mon sang. Ah oui mais j'allais oublier, je ne me suis pas présenter, même si c'est d'abord à toi de te presenter, mais je sais c'est inutile, tout le monde te connait assez bien. Quan à moi, j'habite ici et je m'apelle Ael. Maintenant baisse l'arme s'il te plais "

Sa voix était calme et posé, peut-être aussi glaciale que la nuit, mais Ael ne voulait en aucun cas montrer de la faiblesse face a Lyan. Tout sauf ça. Il ne voulait pas perdre tout ce qu'il avait gagner, un toit, des souvenirs, de la connaissance. Ça pourrait parraître égoiste, mais ce lui était égal. Il ne voulait pas s'arreter à mi-chemin, et Lyan suposait une pierre sur le droit chemin qu'avait commencer a tracer Emma. Il n'essayait pas non plus d'être poli, mais sans vouloir se montrer malpoli. Il avait tout simplement pas apris à vovoyer les gens.
En tout cas il était prêt à réagir au cas où. Bizarrement, il n'avait pas peur. Pas peur de Lyan ni de son épée. Il ne savait pas pourquoi mais il ne pouvait qu'être calme. C'était surement la meilleure chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: - La Chair et Le Fer - Bibliothèque [Appartements de Lyan]   Jeu 31 Juil - 20:02

En un clin d’œil il avait gravé dans son esprit le moindre détail du personnage. Un jeune bien habillé, aux yeux d’un vert si éclatant qu’ils devaient envoûter, un charme indéniable et quelque chose au fond des yeux. Et une insolence qui ne le mit pas en rogne contrairement à ce que l’on pouvait croire. L’insolence qu’il lui témoignait l’appelait, elle était comme un défi à relever, une épreuve à surmonter pour asseoir sa personnalité. A la joute des mots comme à la joute des corps, il sortirait vainqueur. Son orgueil ne le tolèrerait pas autrement.

Le fixant, Lyan ne relâcha pas la pression de sa lame contre le cou gracile du jeune éphèbe. Il était beau, il était jeune, il avait l’allure d’un noble libertin. Il lui rappelait ses amants, ses catins… Le regard assassin, affûté comme des lames, il n’hésita pas à répliquer :


« Mais elle n’est qu’à moitié vide. »

Il parlait bien sûr de la bouteille du rhum, ce breuvage si merveilleux qui s’était mêlé au sang du prince d’Essaline sans encore endormir sa méfiance ni ses réflexes.

L’intrus persista dans sa petite crise d’insolence et de mépris, Lyan le laissa déverser ses propos avec un calme qu’il voulait narquois sans cesser de le poignarder du regard. Un sourire mesquin vint sur les lèvres de l’étranger qui laissa s’écouler quelques secondes sans rien dire. Le silence était pesant sans doute mais lui, s’en amusait beaucoup. C’était une manière de chercher à déstabiliser Ael pour mieux le prendre par surprise. Il savoura la lenteur qu’eut le temps et brusquement, fondit sur sa proie.

De son bras gauche, il appuya sur le haut du torse de l’intrus pour le plaquer contre l’une des étagères vertigineuses. Bien en appui sur ses deux jambes, inébranlables, sa main droite placée à la perpendiculaire de son coude tenait fermement la lame qu’il appuya avec force contre la gorge de l’intrus. La chair contre le fer. Il lui avait manqué de respect, il fallait bien le lui faire payer.


« Premièrement, je te conseille de tenir ta langue dans ta poche si tu ne veux pas qu’elle disparaisse mystérieusement. »

Et pour appuyer sa menace, il pressa un peu plus sa lame contre la peau de l’enfant. Une légère coupure apparut, coupure qui laissa apparaître un très léger filet de sang.

« Reprenons. Tu es ici chez moi et je ne t’ai pas invité à rester en ma demeure. L’arme est donc de mise tant que je n’en saurais pas plus. C’est compris ? »

Il ne tolèrerais aucune mauvaise réponse, cela se lisait dans ses yeux. Fort de son charisme et d’une assurance donnée par l’alcool, il recula d’un pas et laissa sa main descende le long de son corps. Il tenait toujours son katana fermement, près à retenir l’intrus et à recommencer son acte à la moindre incartade. Il lui trancherait la gorge sans hésiter, après tout, les gens de cette maison n’était là que pour nettoyer derrière lui. D’un mouvement de sa lame, il invita son hôte du moment à descendre les escaliers qui menaient aux étagères pour rejoindre la table. Qu’il le fasse ou non, Lyan lui, alla regagner sa place, sachant pertinemment qu’au moindre mouvement, il serait capable de lui envoyer la dague – qui faisait partie des effets personnels d’Emma retrouvés dans le tiroir – en plein cœur.

« Tu es prêt à me dire qui tu es et quelle est la raison qui te pousse à croire que tu peux vivre sous mon toit car telle est la vérité, ici, c’est chez moi pour l’instant et je ne vois rien qui me force à te garder ici et à ne pas te faire payer ton offense pour ensuite te jeter dehors. »

Noble et gracieux, Lyan porta la coupe à ses lèvres et avala une gorgée du précieux liquide, savourant la chaleur brûlante qui descendait dans sa gorge. Il posa son arme sur la table, pour montrer à son hôte la supériorité qu’il avait sur lui, puis narquois, se saisit de la bouteille pour en remplir un autre verre. Le liquide transparent ruissela dans le cristal dans un bruit merveilleux. Il tendit son offrande à son invité, jouant la politesse alors même qu’il venait de le menacer de l’assassiner sans en éprouver le moindre remord. Il reprit pour le forcer à répondre à ses questions:

« Alors ? »

Dans une ambiance feutrée, à la lumière des bougies, une odeur suave flottant dans l’air – celle de l’alcool mêlée au musc de la peau du dirigeant – il observait Lyan sans aucune honte. Et l’alcool et la tristesse aidant, il sourit narquoisement. Il l’aurait volontiers mis dans son lit et posséder entre ses draps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: - La Chair et Le Fer - Bibliothèque [Appartements de Lyan]   Lun 11 Aoû - 0:57

C’est vrai. Ael avait plutôt peur. Faut dire qu’il n’avait pas tellement l’habitude d’avoir à faire à ce genre d’objet. Ceux qui se mettent sous la gorge et qui risquent de la trancher à tout moment. Il n’avait pas non plus l’habite d’avoir à faire aux tipes qui empoignaient ce genre d’objets. Il préférait s’éloigner de ce genre de danger. Surtout parce que lui il n’avait pas ce genre d’objets tranchants.
Ce qui ne veut pas dire que c’était un lâche. Plutôt il préférait conserver sa tête sur ses épaules, et surtout la conserver avec toutes ses fonctions, comme la respiration, ou le contrôle des muscles. Mais Mônsieur n’avais pas trop l’air de vouloir accorder ce petit désir à Ael.
Il sentait son cou s’entaillait sous la lame. Comment est-ce qu’Emma avait pu laisser le commandement à cet être aussi dégoutant. La peur se transformait petit à petit en rage et haine. Mais pas seulement vers Lyan, aussi envers lui qui n’avait pas su protéger Emma, et l’avait laissé mourir sous ses yeux. Apparemment il ne l’avait pas encore accepté sa disparition. Peut-être parce qu’il continuait à croire que c’était la maison d’Emma et non celle de Lyan, parce que malgré sa disparition elle continuait à exister dans ses souvenirs et dans son cœur et tentait tant bien que mal de la faire apparaître dans la réalité a travers des objets.

De toute façon, un jour ou l’autre, il devra bien accepter que plus jamais Emma n’existe. Tout comme la distance et le temps avaient effacé et continuaient d’effacer sa mère. Pour lui Emma était plus une grande sœur qu’une amie ou une mère ou une petite amie. Une grande sœur qui était morte sous ses yeux. De quoi petter un câble.
Et maintenant lui, un salopard qui était son cousin, et voilà qu’il le menace. Et malgré sa rage, Ael restait planté effrayé par sa lame. Il se tentait vraiment comme un gamin, lâche, aussi lâche que quand Emma fut tuée.

C’est alors que le fou furieux ivre enleva l’épée de son cou lui posant plein de question. Comme s’il allait y répondre ! Oui, Ael avait finit par cacher sa peur sous une bonne couche d’orgueil, comme tout jeune homme qui essaye de devenir fort.
Ael ne dit mot. Il estimait qu’il n’avait pas à se justifier.

Et sa présence disparue. Ses pas s’éloignaient d’Ael, ce *PIT* retournait s’asseoir devant la bouteille, à moitié pleine, mais qu’il allait vider très certainement.

Quand à Ael, il fut soulagé. Il pouvait enfin se concentrer sur le livre. Oubliant la présence dégoutante et écrasante, il se rappela du titre du livre, c’était comment déjà ? « Contes de la belle princesse du bord du lac ». Un livre bleu avec des dessins naïf. Pour en enfants quoi. Au bout d’une dizaine de minutes il le retrouva. Après l’avoir séparer du reste des livres il rangea tout doucement les autres livres. Toujours sans se presser, il était chez lui.

Il fallut attendre une bonne vingtaine de minutes avant de voir Ael sortir des rangés d’étagères, un livre à la main les manches de la chemise relevées.


« Je te l’ai déjà dit. Je m’appelle Ael. Ici c’est chez Emma et Emma m’a dit que c’était aussi ma maison. Toute façon mes affaires sont là depuis bien avant que les tiennes. Et puis j’avais raison, la bouteille est vide maintenant. »

Ael n’était pas un garçon compliqué. Il agissait selon les règles des vagabonds. Qui va à la chasse perd sa place. Et donc le premier qui trouve une bonne planque y reste. De la même façon, Ael n’était pas dangereux. Il ne savait pas se battre, à peine contrôler ses pouvoirs. Et il n’avait pas d’armes non plus. Un garçon sans défense face au plus grand prédateur de l’île. Cela s’annonçait mal. La seule chose qui restait à Ael c’était l’orgueil d’avoir connu Emma et d’avoir été instruit par elle dans l’art de bien parler (qui n’appliquerais certainement pas dans ce ça face à ce *pit*) et son sale caractère.
Aucun nom de famille, juste des yeux, verts comme des émeraudes, avec une petite lueur noire.


" Bonne nuit "

Aussitôt qu'il eut finit sa phrase il tourna sur ses talons tout comme Emma lui avait appris, lui donant un air noble, bien qu'un oeil avisait saurait se rendre compte de quelques imperfections. Une pierre précieuse qu'il fallait encore polir et taillait. Peut-être qu'il pourrait finir aussi orgueilleux et associable que Lyan!
Ce n'était pourtant pas son but. Il voulait juste regagner le lit qu'Emma avait dit que serait le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: - La Chair et Le Fer - Bibliothèque [Appartements de Lyan]   Lun 1 Sep - 18:56

Ael ignora son verre, quelle erreur ! Le dirigeant poursuivit lui aussi sa lecture. Mais à chaque page qui se tournait, à chaque mot écrit de la main tremblante et gracieuse d’Emma, il sentait cet atroce sentiment s’emparer de lui. L’alcool avait baissé sa garde et la douleur d’avoir perdu un proche, bien qu’il s’acharne à l’ignorer comme une faiblesse, lui revenait en plein visage. A chaque mot, il se réfugiait dans l’alcool. Pour fuir ses émotions, il les changeait en rage froide et en violence. Rien ne devait paraître sur son visage, dans son attitude, il ne devait se permettre aucun faux pas.

Le prénom inconnu revint dans le petit livre, Ael. La manière dont sa cousine le décrivait, avec un attachement sans bornes le poussa à tolérer l’existence de cette personne. Elle le voyait comme un enfant, un bel enfant fragile à qui l’on devait apprendre les choses, qui deviendrait quelqu’un de bien au sein de cette maison. Elle voulait qu’il veille sur lui mais lui, pourrait-il veiller sur qui que ce soit ?

Malgré son caractère, tout son comportement, au fond il se sentait parfois coupable. S’il ne voulait de personne dans sa vie c’était en partie car il savait qu’il détruirait toute l’innocence des personnes qui l’approcherait. Ne pas s’attacher à son entourage lui permettait d’éviter d’avoir à souffrir de son évolution.

Il porte une fois de plus le verre en cristal à ses lèvres, savourant la brûlure intérieur que lui causa le liquide ambrée. Au fils des minutes qui s’égrenaient, la bouteille se vida de son contenu jusqu’à ce qu’il n’en reste que ces deux verres abandonnés sur la table.

Lyan ferma alors le livre de sa cousine et se massa le front. A cet instant, il se sentait mal au point de ne savoir comment canaliser sa douleur. Ce fut ce moment que choisit Ael pour réapparaître. Cette fois ci, son prénom résonna dans son esprit empruntant le timbre de la voix de sa cousine. Tandis qu’il écoutait l’éphèbe déblatérer, immobile, de dos, il sentait la rage monter en lui. Virus lent et qui prenait possession de ses entrailles avant de se répandre comme un cri dans tous son corps.

Alors que le jeune homme venait de tourner les talons, Lyan, pris d’un accès de colère, envoya le verre qu’il lui avait précédemment offert, encore plein, voler. Il passa, comme prévu, juste à côté de l’oreille d’Ael avant d’aller s’écraser dans un bruit déchirant contre la porte close de la bibliothèque. Debout, il pointa un doigt accusateur contre cet homme qu’il aurait bien mis dehors, il hurla :


« Elle est morte, triple abruti ! Morte ! Et ce n’est pas tes petits mots de gamins stupides qui vont y changer quoi que ce soit ! Ce n’est pas à toi qu’elle a légué cette maison mais bien à moi, alors si tu veux vivre sous ce toi qui est à présent le mien il va falloir que tu gagnes ce droit.»

Et sans un mot de plus, il se laissa tomber à nouveau dans son fauteuil, et, d’un geste rageur, se saisit de son verre sans néanmoins le boire. Alors pensif, il réfléchissait à un moyen de comprendre ce qu’il venait de lire dans le journal intime de l’ancienne dirigeante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - La Chair et Le Fer - Bibliothèque [Appartements de Lyan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
- La Chair et Le Fer - Bibliothèque [Appartements de Lyan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» La Bibliothèque de Mazarbul
» [Mission D] Du rififi dans la bibliothèque
» [Allemagne ]La bibliothèque de Cologne.
» Désordre à la bibliothèque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Hors Rp ~.*.~ :: Archives :: Topics-
Sauter vers: