Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Amata - Esprit Naturel -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 28
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Amata - Esprit Naturel -   Sam 30 Aoû - 13:29

Vous qui pensez que le monde est régit par deux forces : Le bien et le Mal vous êtes dans l’erreur la plus parfaite.
L’équilibre ne réside que par la neutralité. L’équilibre n’existe que par la nature. Notre terre, Gaïa, mère de toutes les créatures vivante s’en tient la garante.
Je suis l’une de ces nombreuses filles. Je ne fais pas partie de votre univers.





I- Identité


  • Nom: Elle est née à l’époque où les noms n’avaient pas cours.
  • Prénom: Amata
  • Age: Née lors d’une floraison, il y a des milliers et des milliers d’années. Elle naît, meurt, puis revient sous la même forme des années plus tard. Cependant si elle est assassinée sans avoir terminé son cycle elle ne pourra renaître.
  • Origine : Le bout du monde, Ynis Witrin lorsque la terre de cette île était encore rattachée au continent.
  • Famille: Aucune

  • Race: Esprit Naturel
  • Profession: Prophétesse



II- Profil psychologique



  • Caractère: Le temps a poli son caractère, endormie sa fougue et ses envies d’ailleurs. Son hibernation, chaque fois un peu plus, a fait grandir son lien avec la nature. Si elle a une voix, c’est celle de la terre, un comportement, celui des arbres. Amata est une personne bien étrange qui, n’étant pas en proie au temps comme les êtres humains, ne comprends la mort, la tristesse, l’amour, la sensualité. Tout cet univers de sensation et de songes lui est totalement fermé.
    Détachée de toutes émotions, elle n’a aucun respect pour les êtres humains et autres créatures qui bafouent la terre et les tuerait sans hésiter, sans une once de remord si cela pouvait soulager un peu la douleur lancinante qui lui vrille les entrailles. La douleur de la terre est sienne, car c’est pour cette raison que les esprits naturels existent. Comprendre et soigner Gaïa, leur mère. Ainsi, la jeune femme vit éloignée de toute civilisation, à l’abris des regards humains, plongée dans un lac, endormis à même la terre encore humide.

    Pourtant, Amata est loin d’être agressive, éternellement sereine, n’appartenant pas à votre univers. Gardienne de l’équilibre terrestre… Son calme peut allègrement passé pour de la froideur, pour une profonde insensibilité à votre histoire et en effet, votre vie, ce que vous en faites, la manière dont vos pas vous ont conduit à elle ne l’intéresse guère. Un esprit naturel ne se lie à personne, ne se livre à personne.

    A ses yeux, rien n’a de réelle importance. Les guerres qui sévissent ne l’atteigne que depuis peu, depuis que les cris de la terre retentisse dans son esprit. Et pourtant, consciente du danger, elle reste neutre et ne prends aucunement partie. Aux questions des insulaires, elle réponds simplement. Mais jamais, jamais elle ne rompra l’équilibre, l’harmonie. C’est sans doute la chose qu’elle comprends le mieux, l’équilibre nécessaire.

    C’est pour cela que jamais elle ne se défendra, si elle doit mourir, elle ne fera pas appel à Gaïa, celle ci ne la défendra pas. Elle acceptera son sort, sachant que les hommes paieront par des hivers rigoureux et des moissons égoïstes d’avoir ôter au monde un esprit naturel. Pacifique par nature, elle ne déclenche aucun conflit. Incapable de mentir, le silence sera sa seule répartie aux questions que vous lui poserez.

    Les seuls instants où elle paraît un tant soit peu humaine sont lors de ses crises. Lorsque la terre lui envoie de violentes visions où les sensation deviennent douloureuses au point que son sang coule. Amata semble alors en proie à la folie, fragile, et se réfugiera dans un mutisme absolue.

  • Signe(s) particulier(s) Mental(aux): N’a aucun comportement humain.

  • Qualités: Ce n’est qu’un question de point de vue.
  • Défauts:Ce n’est qu’un question de point de vue.



III- Apparence physique


  • Physique: D’apparence, Amata a le corps d’une femme d’une vingtaine d’année. Toujours nue, elle ne voit pas l’intérêt de dissimuler des attributs que la nature lui a donné. Sa peau, comme celle des animaux, est recouvert d’un fin duvet beige, très doux au toucher qui n’est pas sans rappeler celui des animaux. Il est cependant constamment couvert de terre ou de poussière. D’un physique grand et élancé, on ressent en la regardant ses liens avec la races des nymphes et une certaine beauté pourrait lui être attribué. Pourtant son côté animal, végétal perturbe. Différente des êtres humains, sa chevelure est un amas de plumes aux couleurs chatoyantes, rousses l’automne, bleues l’hivers, vertes aux printemps , dorées l’été, mais toujours agrémenté d’une touche de rouge.

    Son visage est, en lui même, fait dans la douceur et dans les courbes, des joues rondes, des lèvres pulpeuses et sanguines, un regard d’or, animal. Cependant, aucune expression ne l’anime et il reste éternellement vierge d’émotion. Seul la douleur y est parfois lisible.

  • Signe(s)particuliers Physique(s) : Sa chevelure change de couleurs en fonctions de la saison. Amata est muette, elle ne communique que par la pensée. Enfin son sang a la couleur et l’odeur de la sèvre.


IV- Biographie


  • Histoire:
    Amata est née, il y a des milliers d’années dans la forêt du bout du monde, comme on l’appelait à l’époque. C’est un mûrier qui l’a porté durant des années et des années, jusqu’à ce que son apparence soit celle d’une jeune femme. A son éveil, Amata connaissait son nom, et son devoir. Jamais elle n’a connu la solitude, capable de ressentir, de communier avec la nature qui l’entourait. En quittant son antre d’écorce, elle savait qu’elle avait abîmer l’arbre lui ayant arracher pour vivre, une importante quantité d’énergie. Pour rétablir l’équilibre, alors qu’elle titubait encore sur ses jambes, elle plaça ses mains sur le bois humide de sève et ferma les yeux. Encore fragile, elle dut passer plusieurs jours et s’y reprendre à plusieurs fois pour sauver son arbre. Les sensations, les émotions qu’elle ressentait et qui n’étaient pas sienne lui firent comprendre ce qu’elle était, qui elle était, comment elle devait vivre.

    Le monde était alors très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui, des êtres vivants, il n’existait encore que le règne animal et végétal. Vinrent alors les esprits naturels, les nymphes, les dryades les fées puis les elfes. Des tréfonds de la terre sortir alors divers démons, qui alors n’avait pas encore leurs bestialité et leurs violence. Les hommes survinrent quelques siècles plus tard et l’équilibre établit en fut rompu. Comment le sait-elle ? On le lui a dit car à l’époque, Amata, après avoir passé ses dix premières années sur terre avait sentie la vit la quitter. Poussière elle était redevenu poussière mais son énergie avait regagner son antre : le mûrier.

    Lorsqu’elle sortit à nouveau de son écorce natale, le monde n’était plus celui qu’elle connaissait. En raison de son jeune âge, elle avait encore besoin de plusieurs siècles pour renaître, et ces siècles avaient changé la terre à jamais. Des flashs brutaux et violent l’assaillirent et elle eut beau hurler encore et encore rien n’y fit.

    C’est là que des homme s’installèrent dans la forêt du bout du monde. Bien malgré elle, ils la dénichèrent et l’emmenèrent au village, fier de leur trouvaille. Mais que faire de cet être qu’aucun regard n’avait encore jamais croisé.

    « On la sacrifie aux dieux ! »

    « On la dévore ! »

    « On l’utilise ! »

    « On l’engrosse pour en faire des esclaves ! »


    Poussés par leurs instinct de domination, c’est cette dernière idée qui fut retenu. Ainsi, sur chaque enfant, ils testeraient l’une de leurs idées. Les viols se succédèrent. Bafouée, humiliée, giflée, Amata ne répondait pas, ne parlait pas. Silencieuse, elle n’avait pas encore en elle cette haine contre les êtres humains. Trop pure et encore trop innocente, la notion de révolte lui était inconnue. Mais aucun œuf ne s’implanta dans son ventre stérile. Les coups plurent sans relâche. Et lorsqu’elle saigna, l’horreur fut la plus totale. Ce n’était pas du sang qui coulait de ses blessures, mais une sève odorante.

    « On la tue ! C’est un de leurs monstres ! »

    Telle était la stupidité humaine mais… Blessée comme elle l’était, Amata mourut après seulement dix ans de vie sur terre. Son corps redevint poussière, et son esprit s’échappa jusqu’au mûrier. Il lui fallut moins de temps que la fois précédente pour guérir ses blessure. Dans son sommeil, dans les entrailles de sa mère, elle entendait tous les changements. Les hommes du villages furent assassiné par les démons, eux-même chassés par des elfes qui prirent leur place sur cette terre.

    Eux aussi la trouvèrent, ils assistèrent à sa renaissance. Lorsqu’elle déchira l’écorce pour en sortir, un silence respectueux se fit entendre. L’observant, ils la virent soigner son arbre. Ils s’inclinèrent devant elle et la conduire à leur village. Là bas, ils lui offrirent leur plus grandes richesses. Ils voulurent l’habiller mais elle refuse tout vêtement, les bijoux n’avait à ses yeux aucune valeur. Amata commençait déjà à grandir, à se polir telle une pierre précieuse.

    Ils lui dirent ce qu’elle était, une gardienne de l’équilibre, un esprit naturel rattaché plus que toute autre personne à la terre. Puis ils lui posèrent des question, où trouver de l’eau, où se trouvait la terre des anciens, qu’allait-il devenir du monde. Amata répondait sans faillir, sauf à cette dernière question. Là, seul son silence était sa réponse. La terre ne lui répondait pas, elle ne pouvait pas répondre.

    Elle mit cent ans à s’éteindre pour cette troisième floraison. Le temps avait été clément, les elfes repartirent sur d’autres terres, la forêt du bout du monde lui fut une nouvelle fois rendu. Il lui fallut autant de temps pour renaître. Lorsqu’elle s’éveilla, le monde allait encore un peu plus mal, les hommes se croyaient maître de la nature, possesseur de toute richesse. Les démons s’étaient avilit et animés par un désir de vengeance, prenaient la forme qu’on leur connaît aujourd’hui. Les elfes se divisèrent, les nymphes se réfugièrent près des ruisseaux. La terre commença à hurler. Ses enfants se déchiraient, lui infligeant à chaque fois de nouvelles blessures, de nouvelles blessures.

    Amata ne supporta pas la douleur de sa mère. Durant deux siècles, elle s’enferma à nouveau dans le mûrier, et se transforma en énergie pour soigner la terre, pour chercher à guérir ce qu’elle pouvait. Les nains, quant à eux, creusaient non loin d’elle dans la chair de sa mère. C’est là que la forêt du bout du monde fut séparée de la terre appelée maintenant, le Continent. Elle se sentit dériver sur les flots, s’éloigner de la terre. Et elle s’endormit. Durant des siècles, elle refusa de renaître, ne désirant n’être qu’un appui, observant le monde depuis son mûrier. Elle senti la terre guérir un long moment, mais aujourd’hui, elle crie à nouveau.

    Ce sont ces cris qui ont réveillé Amata. Si à l’intérieur, elle n’a rien pu faire, elle espère aujourd’hui agir de l’extérieur. Gardienne de l’équilibre Neutralité parfaite. Le temps est venu pour elle de renaître à nouveau.


  • Animal de Compagnie: Aucun animal ne devrait servir de simple compagnie.


V- Armes & Pouvoirs


  • Pouvoirs: Elle voit l’avenir, le présent et le passé, ou plutôt c’est la terre elle-même, sa mère, qui le lui conte. C’est grâce à cette communion constante avec la nature qu’elle peut savoir toutes ces choses.
    · Elle communique également par la pensée, mais ne saurait pénétrer votre esprit pour y prendre ce qu’elle désire, ce qu’elle entends n’est que ce que vous accepter de lui dire.
    · Enfin, elle a un pouvoir de régénération, mais elle ne l’utilise que pour la terre, les animaux, les fleurs.

  • Armes: Elle ne porte aucune arme, la nature cependant la protège mue par une volonté propre.
  • Talents/Hobby/Loisirs: Choses si futiles, si humaines…


VI- Hors rp


- Comment avez vous eue connaissance du forum? /
- Que pensez vous du design? /
- Des suggestions? /
- Le mot de la fin? /

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amata - Esprit Naturel -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aristide prêt à revenir
» La Monade : ou comment se torturer l'esprit avec Leibniz
» « Comment en suis - je arrivé là ? » ; Esprit de la Nuit & Petite Utopie
» « Timide ne veut pas dire simple d'esprit. »
» Esprit Servant de l'anneau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Hors Rp ~.*.~ :: Archives :: Concours-
Sauter vers: