Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Mar 31 Mar - 13:03

« Et que personne ne me dérange. » avait-il marmonné d’une voix basse.

D’un geste brusque Lyan claqua la porte de ses appartements. Le bruit résonna au centuple dans sa tête ce qui lui fit regretter amèrement son geste. Depuis l’incendie, le lit et les tentures avaient été remplacés, mais les murs gardaient en mémoire l’incident dont ils avaient souffert. Malgré l’entêtement de ses domestiques, il avait refusé de coucher ailleurs que dans cette pièce. Sa chambre.

Il tourna la clé dans la serrure et se débarrassa de sa lourde cape ainsi que de ses armes. Le son de métal lui fit serrer les dents. Les nouvelles de la journée n’avaient jamais été aussi ennuyeuses et déconcertantes. A tel point d’ailleurs, que n’ayant su contenir sa colère, il avait fait exploser un petit arbre de la cours. Le prince payait depuis les conséquences de son manque de sang froid.

Dans sa tête, de mauvais musiciens jouaient des timbales et du tambour, y mêlant la mélodie d’un vieux violon aux cordes miteuses et d’un piano désaccordé. Le tout était une pure horreur. La lumière tamisée de la pièce était encore trop forte pour ses yeux fatigués. Il éteignit deux des lampes à huile, n’en laissa que deux allumées au fond de la pièce.

Il fit brûler des herbes dont il tenait le mélange d’Hanaë. L’odeur embauma bientôt la pièce. Une odeur qui n’était pas des plus agréables d’ailleurs mais c’était toujours préférables aux immondes infusions dont il se passait la plupart du temps. La vieille sorcière des bois n’avait décidément pas les mêmes goûts que le prince, il supposait d’ailleurs que sa frustre vie de recluse ainsi que les centaines d’années qu’elle avait sans doute vécues lui aient rendu la langue insensible au goût des choses.

Sans prendre la peine d’éteindre les lumières, Lyan se déshabilla et s’approcha du lit. Son regard s’attarda sur les traces noires qui serpentaient le mur. Que lui avait-il donc pris cette nuit là de laisser partir l’auteur de ce crime ? La colère avait certes disparu mais tout de même, le visage du gamin dans la cellule lui revenait souvent en mémoire, suivi du sourire malicieux qui avait précédé l’incendie. L’innocence naturelle de l’enfant avait supplanté sa colère. Ceci était désagréablement perturbant.


« Sac à puce. » murmura-t-il, un léger sourire aux lèvres.

Le son de sa propre voix lui fut douloureux et il se massa le front. Le dirigeant soupira et se glissa, nu, sous les draps. Il ferma les yeux en les protégeant de la paume de sa main. La nuit s’abattit sur ses yeux et peu à peu, très lentement, il sentit les griffes de la douleur se retirer de sa tête sous l’effet des plantes qui brûlaient encore. Bientôt, Lyan s’endormit.

Et derrière ses paupières closes apparurent cette nuit encore deux grands yeux d’or fendus par de minces pupilles noirs.



- Réservé =) -


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Sam 11 Avr - 17:22

Un formidable gargouillement troubla le silence nocturne. Dans la ruelle sombre, le garçon lança un regard réprobateur à son ventre. Les premiers rayons de l'aube teintaient déjà les cieux clairs de roux et de pourpre; pas vraiment dormi. Son estomac le tiraillait depuis plusieurs jours : il n'avait pas eu l'occasion de dérober de quoi s'acheter à manger, et évitait de se laisser tenter par la viande humaine. Vivre au milieu de tous ces humains ne lui réussissait pas...

Loïs marchait en essayant de calmer cet afflux soudain de pensées qui était venu embrumer son esprit. Il y avait une phrase, très irritante, qui revenait souvent à ses oreilles : “il faut travailler pour vivre et non vivre pour manger”. L'autre bourge avait dit quelque chose comme ça. Peut-être bien qu'il avait confondu avec un proverbe, aussi. Ah, ça n'étaient pas ce genre de problèmes qui l'empêchaient de dormir, lui.
Le chat s'était énervé tout seul pendant un moment, et son exaspération s'était apaisée d'elle-même puisqu'il n'arrivait à rien. Et lorsqu'il avait regardé vers le Pavillon de Verre une fois de plus, il avait eu une idée.

C'est ainsi que, bravant la loi et la surveillance des gardes -qui ne lui semblaient pas servir à grand chose- le jeune voleur escalada de nouveau le haut mur vers une des fenêtres facilement accessibles. C'était presque le jour, il devait faire vite. Heureusement, la chance était au rendez-vous, et il atteint son but sans encombre majeure. Ni vu, ni connu. Avec un sourire de satisfaction, il se glissa silencieusement vers la porte, Sa porte. Il avait envie d'écrire dessus : “la porte du Diable” en rouge sang... mais il ne savait pas écrire, dommage. Et puis cela nuirait certainement à ses projets.

A l'aide d'un petit crochet sorti de sa poche, il repoussa délicatement la clé, jusqu'à la faire tomber par terre de l'autre côté au risque de faire du bruit. Heureusement, le tapis amortit l'objet dans un bruit mat. Il n'eut plus qu'à faire jouer le mécanisme de la serrure grâce à son ustensile.

La pièce était dans un bien meilleur état que celui où il l'avait laissé; mais l'ambiance ne lui plaisait pas. C'était comme quelque chose d'inachevé, une atmosphère en attente... Certains meubles avaient été remplacés, mais pas le revêtement des murs. Une chose en tous cas n'avait pas changé : c'était la forme immobile dans le lit.

Loïs s'approcha du bel au château dormant, qui ne daignait pas remuer une moustache. Il hésita un instant; quelle idée de dormir à une heure pareille ? S'il le réveillait, cela allait encore lui retomber dessus. Il contempla le visage du dormeur pendant plusieurs minutes, changeant de temps à autre de posture avec gêne. Allons.

Avant d'en avoir marre, l'adolescent eut le temps de se demander si sa majesté avait encore des vélléités de mettre fin à ses jours, s'il comptait faire quelque chose pour la décoration -un peu plus de rose, pourquoi pas- ce qu'il mangeait au petit déjeuner, s'il était marié, s'il était toujours aussi mignon quand il dormait, si les draps étaient en satin, et ce qu'il allait bien pouvoir penser de sa présence suicidaire en ces lieux.
Alors, Loïs se pencha au dessus du chef de l'Ile, et approcha son visage très près comme s'il voulait l'embrasser, ses grands yeux à quelques centimètres de ceux de son hôte improvisé. Mais il l'observait juste, histoire de faire passer le temps, et comme si cela pouvait le faire revenir du royaume de Morphée...

Enfin, lorsque l'éphèbe ouvrit les yeux, au bout de ce qui lui sembla être une attente interminable, le chat s'empressa de plaquer un immense sourire sur son visage et de clamer un “Bonjouuur !" qui se voulait encourageant.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Mar 14 Avr - 18:04

Dans l'imaginaire débridé du prince, les grands yeux d'or recélait de malice. A cette paire de prunelles, s'ajouta des traits enfantins et un sourire mutin. Il tendit la main vers ce visage étrange qui recula soudainement. Lyan plissa les yeux. Le geste du chat n'avait rien d'agressif ou de peureux, il semblait au contraire murmurer avec ses yeux un "Tu veux jouer?". Autour d'eux tout n'était que brumes d'un blanc duveteux. C'est là qu'il prit conscience de leur nudité commune. Il tendit la main pour toucher cette peau lisse mais l'enfant lui échappa une nouvelle fois. Pourtant, il n’en ressentit aucune frustration. Dans ses songe très peu catholiques, il poursuivit longtemps le garçon aux cheveux noir jusqu’à enfin l’attraper. Les choses promettaient de devenir intéressantes… Mais l’image commença à s’éloigner de lui et à tournoyer, lui arrachant les scènes d’érotisme tant attendues.

La faible lumière des lampes commença à briller sous ses paupières closes, le ramenant à la réalité. Lyan ouvrit lentement les yeux et sursauta fortement, se redressant d’un coup. Deux grands yeux d’ors fendus par de minces pupilles noires accaparaient sa vision. Il reste interdit un moment, tentant d’analyser le son claironnant qui se faufila jusqu’à ses oreilles, lui ôtant tout espoir d’être encore en plein rêve.


« Par l’enfer! , souffla-t-il. Sac à puce. »

C’est alors qu’il prit conscience de la tension qu’exerçait son corps à un endroit très précis. Ses yeux glissèrent sur les draps de satin pour constater la démonstration physique du désir qu’il avait ressentis dans son rêve. Lyan plia ses jambes pour dissimuler la bosse malvenue et appuya son coude sur ses genoux. Une teinte carmine colora alors la surface de ses pommettes. La situation était des plus embarrassantes à ses yeux.

Reprenant contenance aussi rapidement qu’il le put, il soupira et affronta le garçon du regard. Encore ensommeillé, Lyan n’avait pas tout de suite remarqué l’anormalité de la situation. Ce garçon était une nouvelle fois entré dans sa chambre sans autorisation. Et cette fichue boule de poil, non contente d’envahir ses rêves devait également envahir son espace vital. N’avait-il pas compris la leçon le première fois? Il avait pourtant failli y laisser sa peau.

L’homme passa sa main sur ses traits encore engourdis par le sommeil. Le rouge de ses joues disparaissait lentement. Lyan n’avait pas l’habitude d’affronter ce genre de situation. Il s’étira en tendant les bras en avant, ses coudes allant rejoindre ses genoux et baissa la tête. La masse de ses cheveux noirs recouvrait son visage. Il soupira. L’éclat orgueilleux de ses yeux sombre s’était amoindri. Cassandre avait quitté le pavillon de verre. Il allait être père même si tout son être était encore révulsé par cette simple idée. Lyan était lassé de tout cela. Il n’avait pas le temps, ni même l’envie de passer cet enfant par la fenêtre. Aussi, c’est sans aucune animosité qu’il lui dit :


« Dans les mots « Ne reviens jamais », lequel n’a pas fait sens dans ton esprit ? »

Et puis s’il le jetait pas la fenêtre, il y avait fort à parier qu’il reviendrait par la porte. Il tourna son visage vers le garçon-chat.

« Qu’est ce que tu fiches ici ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Jeu 16 Avr - 18:31

[Han je RP au lieu de m'occuper de mon forum c'pas bien <o<]



Le chat était partagé entre un silence gêné et plus ou moins respectueux, et une sérieuse envie d'exploser de rire. Monsieur le prince, en un tel apanage ! Et ce diabolisme tant revendiqué ? Le côté inaccessible avait complètement disparu : c'était un homme comme les autres, au réveil, pas coiffé, les idées pas très claires -du tout- avec la mauvaise humeur et autres désagréments physiques en prime. Debout à côté de la couche royale, il avait reculé d'un bond lorsque sa princière majesté avait manqué de faire une crise cardiaque. C'était dommage de le tirer d'un état si adorable, mais il ne devait pas oublier son objectif... et puis cette gentille petite vengeance avait été fort divertissante. Il n'avait pas à se plaindre, il aurait pu venir avec un seau d'eau glacée. Naméoh.

-T'es pas content de me voir on dirait ♥

Sans la moindre considération pour les règles élémentaires de politesse et de courtoisie propres à la cour, Loïs s'assit sur le bord du lit, tout près du dirigeant de l'Ile. Il avait gardé un sourire en coin qui dénotait son amusement face à la situation. Il ne risquait pas de se faire étriper, du moins pas avant que Lyan se soit un peu mieux réveillé...
Il prit le parti de ne pas répondre à l'invective de sa victime préférée -quoique Sindanarie lui faisait concurrence- afin de garder des chances pour sa demande. Il était temps d'annoncer la couleur...

Après une grande inspiration, il planta ses grands yeux d'or dans ceux du prince, et avec une assurance maladroite qu'il n'avait pas l'habitude de mettre en scène, et se lança :

-Je sais voler. Je sais soustraire une bourse au plus vigilant des banquiers. Je sais m'infiltrer dans une salle gardée. Je sais me cacher et surveiller. Je sais récupérer n'importe quel objet. Je sais me battre. Je sais m'attirer les faveurs des femmes parce qu'elles me trouvent mignon. Je sais même manger les gens méchants.


Il eut un grand sourire, parce qu'on lui avait dit de sourire à ce moment-là, afin de mettre en confiance son vis-à-vis.

-Je suis né loin. J'ai déjà fait ça pendant trois ans. J'ai vu un peu de pays.


Il avait du mal à organiser les informations : c'était la partie "curriculum vitae". En même temps, sa vie active n'avait pas eu grand temps de s'enrichir de nouvelles expériences. Et il n'avait pas fait d'études. Il avait occulté le désagréable épisode du cirque, qui de toute manière ne devrait pas beaucoup apporter en termes de compétences : le prince n'avait certainement pas besoin d'un bouffon.
Voilà, c'était à peu près tout ce dont il se souvenait de ce qu'on lui avait dit qu'il convenait de dire. Son visage prit alors une teinte grave tandis qu'il le regardait avec intensité, et il annonça, moins comme une requête que comme une revendication :

-Donne moi du travail !

C'était fait.
Ce que Lyan ne savait pas, c'était que Loïs avait un plan de secours. Mais les intrigants ne doivent jamais dévoiler leurs plans machiavéliques, héhé.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Mar 21 Avr - 12:24

- Chose promise, Chose due -



Sceptique, Lyan fixa le garçon-chat, les sourcils légèrement relevé. A quoi jouait donc encore ce matou de malheur et surtout qui l’avait payé pour le torturer ainsi ? Quelle cruauté ! Et ce sourire amusé face à la situation ne faisait que renforcer la gêne du dirigeant. Son embarras avait au moins l’avantage de calmer ses ardeurs.

Le prince posa son coude sur ses genoux, appuyant sa tête contre la paume de sa main pour mieux observé son intrus. Le môme avait l’expression d’une maladresse teinté d’innocence. Chez n’importe qui d’autre, il aurait trouvé ça plus qu’irritant mais ce sac à puce dégageait autre chose. Cet instant de faiblesse passé, Lyan bailla ouvertement, sans aucune considération pour les bonnes manières. Après tout, lui, était dans ses appartements. Et la voix du garçon résonna. Du haut de son esprit embué, Lyan répondit d’une voix atone, coupant sans cesse le chat dans sa tirade :


-« Je sais voler. » « Aucun problème si je te passe par la fenêtre alors. »

-« Je sais soustraire une bourse au plus vigilant des banquiers. » « Ravi pour toi. »

-« Je sais m'infiltrer dans une salle gardée. » « Malheureusement pour moi. »

-« Je sais me cacher et surveiller. » « Je doute de ta discrétion. »

-« Je sais récupérer n'importe quel objet. Je sais me battre. Je sais m'attirer les faveurs des femmes parce qu'elles me trouvent mignon. » Si encore il n’y avait eu qu’elles.

-« Je sais même manger les gens méchants. » « Et tu ne t’es pas encore auto-dévorer ? »

L’homme avait parlé sans vraiment réfléchir à ce qu’il disait. Le sourire de son vis à vis le désespéra un peu plus et il laissa tomber son visage entre ses bras. Peut-être que comme ça, lorsqu’il relèverait la tête, la pièce serait à nouveau vide. Il compta jusque dix, ignorant superbement la suite de la tirade. Et soudainement il se figea. Lentement, très lentement, il tourna son visage vers le garçon et l’observa. Venait-il de lui quémander du travail. Interdit, il le fixa, hésitant à qualifier le comportement du garçon de fou ou d’inconscient.

« - Oh non ! Tu es sérieux !? »

Et sans attendre, il ne put retenir un grand éclat de rire. Sa poitrine se secouait frénétiquement et il avait du mal à retrouver son souffle. Dans son hilarité, il ébouriffa la crinière du garçon-chat. Puis, peu à peu, les secousses se calmèrent, mais l’amusement avait fait briller les yeux du prince. La gêne lui étant redevenu étrangère, Lyan se leva – est-il nécessaire de rappeler qu’il est entièrement nu ? – et se dirigea vers l’autre côté de la pièce.

« - Je n’embauche pas les enfants incontrôlables et pyromanes. Mais c’est gentil d’être passé.»

Il se saisit d’un kimono en satin noire et l’enfila. Puis, il se dirigea vers la petite bassine d’eau qui trônait au bon de la pièce et s’aspergea le visage et le cou, persuadé qu’il était que cela suffirait à décourager le chat.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Mar 21 Avr - 17:06

[Gawd je réponds vite 8D]


Mais quelle espèce de grincheux celui-là ! Allons, allons, il fallait se calmer, ça n'était peut-être que son état au réveil. Quoique non en fait, il croyait se souvenir ne l'avoir jamais vu en mode “aimable”. Toutes ces répliques désagréables avaient attaqué la détermination du chat qui n'en maintenait pas moins son sourire, espérant faire fondre l'employeur. Mais il ne pouvait plus garder sa motivation devant... devant un chef d'Etat plié en deux, devant tant de dérision, et devant tout son sérieux qui venait de voler en éclats : son visage se décomposa.

Il regarda misérablement Lyan ébouriffer ses cheveux... et ne quitta pas des yeux son joli derrière qui se déplaçait jusqu'au fond de la pièce. Le refus cuisant asséna un nouveau coup à son moral. A vrai dire, il n'avait pas pensé être traité de la sorte, ses fantasmes lui montraient plutôt un coucouche panier royal, avec viande à volonté tous les jours, caresses du patron et des courtisanes, place de choix dans tous les lits, et une petite mission de temps en temps histoire de dire qu'il travaillait un peu.

Le chat poussa un gémissement à vous fendre l'âme, et s'allongea sur le dos, en plein milieu du lit de sa majesté, les bras et jambes écartés en forme d'étoile de mer. Ses yeux mi-clos semblaient fixer le plafond autrefois blanc, qui gardait des traces de suie et de fumée. Il jeta d'un ton boudeur :

-C'est toi qui es méchant.

Il gromelait dans sa barbe sans que l'on ne put retenir quelque chose d'intelligible. Les draps étaient encore tièdes de la présence du chef ; ses doigts caressèrent pensivement le tissu tandis qu'il se demandait s'il allait devoir le convaincre de gré ou de force. Ou grâce à ses charmes, tiens donc. Il roula sur le ventre, et appuya son menton dans le creux de ses deux mains, tout en regardant Lyan avec intensité.

-Faut faire quoi pour avoir du travail, coucher avec le patron ?

Il s'était réfugié derrière un masque de neutralité objective, le soupçonnant de répondre “oui” juste pour avoir la paix. Il n'était peut-être pas décidé à une telle “alternative”, mais il n'en montrait rien. De toute manière il trouverait bien un autre moyen de le faire céder.

-Et si je suis sage ? Et si je ne touche plus au feu ? Et si... et si je mets des talons ?

Les talons -mot qui semblait incongru dans sa phrase- c'était pour paraitre moins “enfant”. Non, il ne venait pas de proposer de se travestir, quoique ç'aurait pu être amusant. Il avait envie de dire “et si je me maquille ?” juste pour voir sa réaction. Il possédait encore un bon stock de “et si” en réserve.
Après tout cela, il n'y aurait pas de raison pour qu'il soit une fois de plus recalé. Il ajouta avec conviction, donnant à son regard un air suppliant très attendrissant :

-J'ai plein d'autres avantages, en plus : caresser un chat ça calme le stress !

Ca non, il en fallait bien plus pour décourager Loïs.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Lun 11 Mai - 13:55

- En retard v_v -


Et en plus ce chat marmonnait et n’articulait pas ! Lyan passa l’épouse sur son cou et se retourna pour constater que le garçon s’était approprié les lieux sans aucune gêne. Il s’apprêtait à lui lancer une phrase piquante pour le faire déguerpir la queue entre les pattes en digne chaton humilier mais la scène qui suivit l’abasourdit durant quelques secondes. Du fait de l’heure matinale, l’homme eut du mal à dissimuler sa surprise derrière un masque de froideur, qui de toute façon n’avait pas l’air de décourager son intrus.

Le sac à puce avait découvert sa petite faiblesse. C’était la seule explication possible à cette position et à de tels propos. Il caressa le corps du gamin du regard, trouvant la proposition des plus alléchantes.

« C’est un idée. »
Susurra-t-il.

Malheureusement, une image s’imposa à son esprit et il se demanda si le jeu en valait la chandelle. Il s’imagina pouvoir obtenir le corps du garçon, ça c’était la partie la plus plaisante et de loin, mais et après ? Après, il se retrouverait avec ce gamin incrusté chez lui sans aucune possibilité de la foutre dehors, l’exaspérant continuellement ! Il allait déjà devoir être père, mais ce n’était pas pour autant qu’il avait envie de gérer un adolescent turbulent. Son choix était fait, il irait assouvir ses pulsions ailleurs, et finirait par oublier cet instant de faiblesse !

Pour saisir son propre instant de lucidité, il envoya son éponge encore humide en plein sur le visage du chat qui commençait une longue série d’hypothétiques « et si… ». Il avait soudainement une violent envie de le bâillonner. L’intrus n’était pas la depuis quinze minutes et déjà, il l’exaspérait. S’il poursuivait ses propositions, une autre migraine allait venir. Lyan s’approcha de lui dans l’espoir vain, mais alors très vain, de le menacer mais il se heurta à un regard de chat battue qui en aurait fait fondre plus d’un. Lui qui n’était pourtant pas homme à se laisser attendrir par ce genre de futilité se sentit désespéré. Il plissa les yeux :

« Est ce qu’au moins tu saisis toute l’ambigüité de ta phrase ? »


Chasser le naturel, il revient au galop. Il s’attendait même à ce que l’enfant secoue la tête de gauche à droite de manière innocente.

« Est ce que j’ai la moindre chance de parvenir à te fiche dehors, sac à puce ? »


Et oui, tout arrive tout le monde, et même les meilleurs peuvent parfois être sur le point de céder. L’estomac de Lyan entreprit alors de gargouille pour lui rappeler son existence, ce qui fit germer une idée dans son noble esprit.

« Bien chaton. Tout d’abord, comme tu le sais, tu es connu ici pour être un dangereux criminel à qui on doit couper la gorge s’il montre le bout de son museau. Habituellement, je descends prendre mon petit déjeuner mais aujourd’hui, tu vas y aller n’est ce pas ?
Je veux du pain, du jus de fruit du lait, et des fruits de saison. Et bien sûr, tu ne dois rien prendre pour toi et éviter de te faire attraper. Si tu y parviens, peut-être que je songerais à réfléchir à ta requête. Ca te va ? »


Un sourire franchement amusé éclaira alors le visage du prince. La vengeance est un plat qui se mange froid. Et puis qui pouvait dire si ce chat ne cachait pas très bien son jeu derrière ce regard innocent ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Mer 20 Mai - 23:53

La seule réprobation visible pour avoir encaissé l'éponge fut une grimace, lorsqu'il s'essuya le visage avec les draps du dirigeant. Ce dernier pouvait se montrer joueur, quand il voulait. Une promesse encourageante pour un chaton en manque de divertissement. Héhé.
Il ne répondit pas à la question oratoire concernant son départ prochain -cela ne pouvait qu'en être une- laissant Lyan se fier à son princier jugement. Quant à celle qui évoquait la demande douteuse, elle n'avait été accueillie que par un court silence, qu'avait suivi une déclaration espiègle :

-C'était une question, pas une proposition ♥


Il chercha avidement une trace de déception sur les traits de sa victime bien-aimée. Peut-être qu'un jour, s'il était sage, il le laisserait l'approcher de près. Mais vraiment s'il était très sage.
Comme rien ne semblait venir ensuite, le chat s'assit en tailleur sur le lit pour écouter les instructions d'un air attentif. Il cilla lors de la première phrase du prince : un dangereux criminel ? Lui, ce garçon malingre qui ne devait pas avoir quatorze ans ? Le gouvernement portait vraiment des jugements absurdes u_u

-Ca roule, patron !


Avec un grand sourire ravi qui laissait entrevoir ses canines un peu trop pointues, il avait sauté du lit et ouvert la porte en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Si Lyan commençait à s'habituer au comportement de son visiteur, il devait en avoir déduit que ce surnom annonçait qu'il se considérait d'ores et déjà comme son employé...

La panthère déguerpit. Elle avait bien remarqué que son cher patron n'était pas resté insensible à son charme dévastateur et cela lui procurait une très grande satisfaction personnelle.
Un couloir, un autre couloir... peut-être que d'autres instructions n'auraient pas été de trop. La dernière fois qu'il s'était perdu dans ce dédale, ça n'avait pas fini de la meilleure façon qui soit... Encore un couloir. Toujours un couloir. Ah ! ...un escalier. -on remarquera que le chat tourne en rond depuis dix minutes sans s'en rendre compte- Mais qu'est-ce que c'était que cette foutue cage à humains ?!
Légèrement irrité, Loïs passa la tête par une des fenêtres afin de se repérer. Il avait cru comprendre qu'en règle générale, les cuisines se trouvaient dans les sous-sols des grands bâtiments. Cible verrouillée. Il hésita un instant à descendre par la fenêtre, mais maintenant qu'il faisait jour, les soldats ne pouvaient pas le rater. Monde cruel.

Après de nombreuses minutes de course folle, de lamentations, de jurons, et d'errances désespérées, l'adolescent finit par fermer les yeux et se laisser guider par son odorat. Cible atteinte. Mais l'endroit semblait grouiller de femmes en pleine activité comme des fourmis ouvrières. Peut-être y en avait-il une dizaine. Voire cinq cent. Ou plus de mille. -En vérité Loïs ne sait pas compter- … -sauf les sous-

Caché près de l'entrée tout en observant la ruche, le garçon aux cheveux noirs se demandait comment il allait se procurer tous les ingrédients du petit déjeuner qu'on lui avait commandé. Le pain fut repéré facilement, ainsi que les fruits qui reposaient sagement dans des saladiers au fond de la salle. Mais pas de trace de lait ni de jus de fruit...
Ca n'était pas un challenge qui l'enchantait particulièrement. Il faisait du haut niveau, lui, pas de la cuisine ! Il colla un air de petit garçon innocent sur son visage et se fit tout petit et tout timide. Personne ne sembla déclencher d'allerte rouge lorsqu'il s'approcha. “S'il vous plaît je dois trouver à manger, ma maman est malade...” et blablabla et blablabla...

Les aventures de Loïs dans les cuisines, chapitre 1 !

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Ven 29 Mai - 15:45

- Patron ?

Lyan avait arqué un sourcil mais les mots avaient trop tard franchi le seuil de ses lèvres. Là où auparavant se tenait un garçon maigrelet, il n’y avait plus que du vide et des draps froissés. Il referma la porte sans attendre mais lorsque le « clic » de la porte se fit entendre, un léger sourire s’était faufilé discrètement sur le visage du dirigeant. Si l’on passait outre l’agacement, les bêtises et les incendies, cet enfant avait le mérite d’être… divertissant. A sa façon.

Après avoir remis l’éponge à sa place, Lyan se dirigea à pas lent vers son armoire et dénoua son kimono. Prenant tout son temps, le prince profita de ces quelques instants de calme pour s’habiller. Il opta pour une tunique pourpre qu’il passa lentement. Les vêtements furent successivement enfilés des bottes aux bagues qui paraient ses doigts. Lorsque sa tâche fut accomplit, une idée machiavélique germa dans son esprit.

Œil pour œil, dent pour dent. Et puis, cette idée lui permettraient de tester les aptitudes de son nuisible. Le prince enfila son masque de glace et ouvrit la porte de ses appartements à la volée. D’un pas furibond, il traversa couloirs et corridors pour enfin rejoindre l’escalier principal gardé par un homme au visage grave qui n’osa pas même le saluer.

- Un problème Monsieur ?

- En effet !


Un sac à puce avait réussi à s’introduire dans ses appartements ! Oui celui là même qui y avait mis le feu ! Mais que faisait-donc la sécurité ? Allait-on laisser ce gamin traîner dans les rue jusqu’à ce qu’il parvienne enfin à ses fins ? Il fallait réagir et vite ! Oui il savait où il était allé, il l’avait vu se diriger vers les cuisines ! Il allait probablement encore s’enfuir alors…

- Bougez-vous !

Un simple hochement de tête fit office de réponse et l’homme s’éloigna en courant. Savourant sa future victoire, Lyan jeta un regard vers le rez-de-chaussée et rejoignit sur ses appartements sans attendre. Quand au garde, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il reconnu le visage de l’enfant qui avait réussit à échapper à sa surveillance quelques temps avant.

-Toi ! Hey toi là-bas !

Le garde dégaina son épée sans attendre, révélant au grand jour ses attentions, et s’élança entre les plats et les cuisiniers pour attraper cet animal !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Jeu 4 Juin - 18:39

Les aventures de Loïs dans les cuisines, chapitre 2.

Rooooh elles étaient vraiment très gentilles, ces madames de la cuisine. Ou en tous cas très sensibles à ses grands yeux, sûrement les plus angéliques qu'il leur ait été donné de rencontrer. Il eut droit à un pichet de lait, une petite cruche de jus d'orange, des mines attendries, des sourires compatissants et tout un tas de viennoiseries en cadeau.

C'est alors qu'un cri d'une relative amabilité le figea sur place. Il vit une épée, quelque chose qui ressemblait à un garde qui courait vers lui... Une des cuisinières s'avança, commençant à expliquer que ce n'était qu'un enfant qui voulait un peu de pain, qu'il n'avait fait de mal à personne et qu'on n'allait pas lui faire payer pour si peu, mais l'homme l'écarta sans lui accorder un regard pour se lancer à la poursuite du garçon, lequel en avait profité pour prendre un peu d'avance. Rah, c'est pas possible, on peut pas avoir la paix cinq minutes ?

Un croissant dans la bouche, le plateau en équilibre instable dans les mains, Loïs essayait tant bien que mal de progresser à travers la cuisine sans rien renverser du princier petit déjeuner. Il fut bien obligé de se mettre véritablement à courir, quand il sentit l'épée du vilain bonhomme sur le point de lui chatouiller les fesses, sans plus se soucier de son précieux chargement. Le chat n'avait pas vraiment prévu le chemin du retour. Et impossible de réfléchir correctement avec cette espèce de parasite qui lui hurlait de s'arrêter immédiatement. M'enquiquine çuilà.

Et, comme son sens de l'orientation ne s'était pas encore suffisamment développé en ces lieux pour qu'il soit susceptible de s'y retrouver rapidement, ce qui devait arriver arriva : le garçon aux cheveux noirs se retrouva coincé dans une espèce de couloir sans issue. Nom d'un arthropode vernaculaire, ils ne connaissaient pas les panneaux ici ?
En se retournant brusquement, Loïs manqua de renverser la moitié du lait. Le fonctionnaire armé chargeait. Il était fait comme un rat !

Panique. Du liquide rouge, orange et blanc volant dans tous les sens. Un pain au chocolat qui traverse le couloir. Un cri étranglé. Et puis une espèce de grand silence intersidéral.

Les mains ensanglantées du chat virent se poser sur ses joues avec effroi. Mince, il avait encore fait une bêtise.
Sans se rendre compte qu'il venait de laisser deux belles traces écarlates sur son visage, il se baissa pour reposer sur le plateau fruits et bouts de pain récupérables. Ceux-ci avaient roulé dans tous les sens sur le sol, mais ça, le patron n'était pas sensé le savoir. La cruche de jus d'orange s'était brisée en tombant. Tant pis. Quant au lait, il devait en rester assez pour remplir un demi verre. Quelques croissants devraient faire passer ça et il pourrait aisément inventer un mensonge pour le jus d'orange.

Loïs abandonna le corps du garde agenouillé, qui se tenait l'abdomen en gémissant. Roh, il ne lui avait même pas ouvert la panse... quoique si peut-être un peu en fait. Ses griffes avaient aisément traversé le pourpoint du garde mais sans farfouiller en profondeur dans sa bedaine. Une grosse griffure, en somme. Ca t'apprendra à ne pas mettre d'armure à l'intérieur, eh, patate.
Pour se remettre de ses émotions, il avala deux brioches au sucre et se remit en route. Il tremblait un peu, l'épée du représentant de l'ordre avait frôlé de peu son cou si frêle, qu'il n'avait pu éviter qu'à la dernière seconde. La chance était toujours de son côté !

-Monsieur est servi !

Méga-grand-sourire de la mort qui tue. Loïs déposa fièrement le plateau -quelque peu désordonné soit dit en passant- sur une espèce de bureau, de retour dans les appartements de son cher futur employeur, avant de retourner s'asseoir sur le lit d'un air très satisfait de lui-même.

-Alors, je suis pris, hein ?
( <= ceci est une question oratoire)

Il attendit avec un air résolument serviable et ouvert à quelque nouvel ordre de la part de sa majesté, prêt à sauter de joie à l'annonce de la bonne nouvelle.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Jeu 11 Juin - 20:52

Lorsqu’il regagna ses appartements, le lit avait été fait avec goût et des coussins moelleux s’était élégamment installés sur les draps. Fier de sa vengeance, Lyan s’avança vers la fenêtre pour observer la cours, son avant bras droit appuyé que la vitre. Bien loin de s’inquiéter pour l’enfant, une conversation qu’il avait eu peu de temps avant avec son espion lui revenait en mémoire. On lui avait révélé le secret de sa naissance dans de funestes circonstances. Le prince pinça les lèvres. La colère durcit un instant ses traits. Il n’avait été que le pantin de son père, cet homme qui pour garder un contrôle absolu sur la chair de sa chair avait tissé une toile de mensonges et autres sortilèges. La vengeance viendrait à temps. D’ailleurs peut-être que ce voleur à quatre patte pourrait lui être d’une certaine utilité. Enfin, si ses gardes ne l’avaient pas dépecé avant ! Mais, vraiment peut-être que cet enfant saurait se rendre utile…

La porte de ses appartements s’ouvrit à nouveau et alors qu’il s’attendait à voir l’un de ses gardes prêt à lui rapporter ce qu’il était advenu du chat, il fut surpris de découvrir le visage souriant de ce dernier. Sans mot dire, et sans prendre la peine de regarder l’enfant, Lyan inspecta le plateau durant de longues secondes avant de dire :

- Il manque le jus d’orange.

Avec orgueil, il avait arqué un sourcil. Néanmoins, l’expression de son visage se mua en stupeur puis en amusement lorsqu’il constata que le visage du félin portait de magnifiques traces de sang.

- Surprenant.

Sans doute aurait-il du s’inquiéter du sort de son garde mais en temps de guerre, seuls les plus forts et les plus rusés méritaient de l’intérêt. Et le chat venait presque d’entrer dans cette catégorie. Qui aurait pu soupçonner le garçon malingre aux traits innocents d’être capable de prendre le dessus sur un homme entraîné et armé ? Suspicieux, Lyan prit le temps d’observer la nourriture du plateau mais celle ci semblait avoir survécu au carnage dans trop de dommages.

Nullement contrarié, Lyan s’adossa au meuble puis se saisit d’un croissant et mordit dedans sans attendre, jaugeant du regard son futur employé qui semblait n’attendre que ses ordres. Avoir à son service quelqu’un capable de se défendre et de tuer était un atout. Jamais il n’aurait soupçonné l’enfant de telles aptitudes, à cause de son visage d’ange sans doute. Pensif, il ne répondit pas tout de suite à la question. Ce silence fut d’assez longue durée pour que le garde blessé, blême et chancelant, pénètre en trompe dans la pièce, une main contre son abdomen, l’autre traînant son épée. Il proféra quelques menaces incompréhensibles mêlées de jurons qu’il serait indécent de rapporter ici et s’avança vers l’enfant qui avait osé l’attaquer.

Un instant, le dirigeant songea à laisser son futur employé s’occuper de son cas mais il se ravisa. Il afficha un air sévère et d’une voix lente mais glaciale, il s’exprima :

-Sortez d’ici immédiatement !
Le blessé sembla vouloir le contredire mais Lyan le réduisit au silence en haussant légèrement le ton. Non seulement vous êtes incapable de battre un enfant mais en plus, il arqua un sourcil, vous allez souiller mon tapis de votre sang. Sortez d’ici si vous ne voulez pas qu’il finisse ce qu’il a commencé.

Retenant sa colère et sa rage, l’homme acquiesça et sortit, non sans jeter au préalable un regard noir et lourd de sens au chat. Lorsque la porte se referma, Lyan soupira et alla s’emparer de l’éponge qu’il jeta une nouvelle fois au visage de l’enfant.

- Est ce que tu serais capable de tuer sans te barbouiller le visage de sang ? Ça laisse des traces et ça manque d’élégance. Toute ton éducation est à refaire ! J'ai besoin de personnes compétentes vois-tu?

Malgré ses propos, un discret sourire marquait ses traits. Après tout, il avait oublié le jus d'orange!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Mer 17 Juin - 0:41

Loïs ne broncha pas à la venue de sa dernière victime qui semblait n'avoir pas apprécié leur rencontre ; il voulait lui expliquer qu'il était désolé et qu'il ne l'avait pas fait exprès -même si ce n'était pas d'une sincérité à toute épreuve- mais leur patron commun fut plus rapide et renvoya le garde d'où il venait. Le second argument lui arracha un éclat de rire qu'il s'efforça rapidement de camoufler : “vous allez souiller mon tapis”. Ben tiens.

Il était temps de revenir aux choses sérieuses, introduites par un nouveau lancer d'éponge. Le chat n'avait pas vraiment réalisé que des traces peu engageantes maculaient ses joues telles des peintures de guerre... Celles-ci disparurent à coup de frottage tandis qu'il écoutait Lyan chipoter pour les détails. Il répondit vivement :

-Je peux le faire si tu le demandes. Je suis compétent ! Très !

Toujours assis sur le lit, le garçon avait gardé l'éponge entre les mains et la triturait sans y faire attention. On pouvait lire dans ses grands yeux d'or une détermination sans faille. Il savait que ce n'était pas une encore approbation totale, mais pas non plus un refus, aussi sa volonté en était-elle encouragée.
De plus, malgré ses apparences de vieux ronchon jamais content, Loïs savait que le chef n'était pas si méchant qu'il en avait l'air et que certaines facettes de sa personnalité pouvaient se révéler très intéressantes à titiller. Sans parler de ses muscles, de son joli derrière et de son charme magnétique. Niéhéhé.

-Patron... je peux être très utile tu sais. Quand tu iras à tes réunions... tes fêtes... tes trucs de prince, je pourrai fouiner dans les archives, trucider les tueurs à gages, espionner les conspirateurs... et je sais faire plein d'autres choses différentes ! Je suis multifonction ! Je peux te coiffer, t'habiller... te tenir chaud l'hiver... apporter le petit déjeuner... manger les plats dont tu ne voudras pas... te réveiller le matin... trouver de l'opium...

Ca, il s'en rappelait ; l'odeur dans les draps et sur le corps du dirigeant...
Il avait épuisé sa réserve d'arguments pour le moment. Qu'est-ce qu'un aristocrate comme lui pouvait bien désirer de plus ? Il ajouta, en désespoir de cause :

-Et puis... et puis je suis mignon...

Bon, ça n'était peut-être pas très utile en soi. Il leva des yeux apitoyants vers celui qu'il était venu harceler. Comme ça, il ne pourrait pas refuser, n'est-ce pas ? Sinon, il hanterait sa chambre toutes les nuits jusqu'à ce qu'il l'embauche !

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Lun 22 Juin - 23:21

Et il recommençait… L’enfant vantait ses mérites de manière spontanée mais avec une subtilité des plus douteuse. Faire référence aux penchants les moins glorieux de son futur patron aurait pu jouer en sa défaveur. D’autant plus que ce chat n’hésitait pas à jouer de ses charmes et à titiller la faiblesse que Lyan avait à son encontre. Celui-ci ne s’en offusqua pourtant pas. Bien au contraire, il s’appliqua à coller un sourire énigmatique sur son visage. Ce môme essayait visiblement de faire pencher la balance en sa faveur en appuyant sur les points sensibles mais, le Prince n’était toujours pas décidé.

Pensivement, il mordit une nouvelle fois dans son croissant, pesant le pour et le contre. Pours : le sac à puce savait se défendre et ne manquait pas d’ingéniosité pour se sortir de mauvais pas. Il avait tout de même terrassé l’un de ses gardes sans aucune difficulté apparente. Contres : Lyan ne pouvait s’empêcher de douter des capacités d’un gamin à peine pubère. Pours : Le gamin en question semblait pour le moins motivé. Mais contres : Combien de temps supporterait-il ce félin hyperactif avant de le tuer ? Pours : il faut admettre qu’il l’aurait bien mis dans son lit à la condition que ce dernier éviter de parler. Contres : Le gamin avait des tendances pyromanes. La liste s’allongeait dans l’esprit de Lyan et les contre gagnaient la partie haut la main. Le prince fronça distraitement les sourcils :

« Tu n’as pas fait tes preuves. Et puis, il y a bien plus mignon que toi. »

Il avala le reste de son croissant et versa le lait qu’il fit tournoyer dans un verre. Où diable avait-il la tête de songer à engager cet énergumène à poils longs ? Le dirigeant revint vers le lit et tendit contre toute attente le verre à son « invité ».

« A ton âge, il faut renforcer ses os. »

La moquerie était palpable, teinté d’une légère couche de sarcasme. Ce n’était qu’un gosse. Irritant, attachant, avec un goût étrange pour le sang bien sûr, mais un gosse tout de même. Et considérant les deux seules fois où il l’avait vu en action, Lyan se demandait si l’embaucher ne lui attirerait pas plus d’ennuis qu’autres chose.

« Bien, deux choses. Comment tu t’appelles, même si pour moi tu resteras indéniablement sac à puce, et pourquoi est ce que tu veux travailler pour moi ? Ta place ne serait-elle pas plutôt chez toi ? »

Engager un môme était définitivement la pire erreur qu’il puisse faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Mar 23 Juin - 14:31

Ce n'était pas vrai, plus mignon que lui, ça n'existait pas ! Bien qu'il se doutât que ce fut encore une taquinerie, le chat était tout de même contrarié. Il attrapa le verre entre ses deux mains en regardant gravement le dirigeant, qui ne le prenait pas au sérieux. Peut-être qu'il devrait envisager de grandir un peu. Ou du moins de quitter cette attitude qui pouvait sembler puérile. Mais dans ce cas, comment resterait-il mignon ? Pouvait-on être un mâle viril et mignon à la fois ?
Quoi qu'il en soit, il oublia son dilemme et s'empressa de répondre aux questions, qui signifiaient peut-être un pas de plus vers ce fameux travail :

-Je m'appelle Loïs. Je veux travailler pour gagner des sous ! C'est toi qui as dit que ça se passait comme ça.


Il avait un peu détourné le sujet. Pourquoi pour Lyan exactement ? A vrai dire, il lui avait semblé naturel que ce soit lui qui s'occupe de son emploi, puisqu'il considérait comme si normal pour le peuple de travailler. Il éprouvait une espèce de fascination pour ce bipède si peu joueur et absolument pas aimable. D'un autre côté, cela aurait pu sembler irrationnel de se tourner vers celui qui avait manqué de peu de l'écorcher vif. Mais Loïs avait tendance à négliger les règles du bon sens...

-Chez moi n'existe pas. J'ai du mal à chasser en ce moment, et puis ici... les gens sont gentils. On a chaud l'hiver. Et on mange bien.


Ce prince ne pouvait certainement pas comprendre tout cela. Mais tant pis. Il ne pouvait pas non plus lui expliquer qu'il souffrait depuis peu d'un manque d'affection et de vie sociale inhabituel, il comprendrait encore moins.
Le lait contenu dans le verrre fut avalé en deux gorgées, et la trace blanche au dessus de sa lèvre supérieure effacée d'un revers de manche. Il fixait le sol tout en réfléchissant : quel argument pourrait bien convaincre le dirigeant ? Il lui semblait avoir tout essayé, à part peut-être de se montrer vraiment insistant jusqu'à faire céder ses nerfs. Seulement cela ne lui paraissait pas être la meilleure solution pour rester dans des dispositions convenables vis à vis de ce jeune homme colérique.

Une idée germa alors dans son esprit. Tu n'as pas fait tes preuves. Et bien, c'était facilement remédiable, ça, non ? Il lui fallait passer un examen, subir des expériences, accomplir une mission spéciale ? Ou alors...

-...prends moi à l'essai.


Le garçon aux cheveux noirs, redevenu enthousiaste, se leva d'un bond et alla se camper juste devant son employeur d'un air très déterminé, le verra à la main. Son regard clair s'était illuminé à nouveau, comme s'il était prêt à en découdre.

-Prends moi à l'essai !

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Lyan Key Aleyna
Admin Sadique
Dirigeant de l'Île/ Membre du Conseil

Mister Ynis de l'Eté

avatar

Féminin Nombre de messages : 456
Age : 27
En deux mots : ~~ La fin justifie les moyens ~~
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Mar 23 Juin - 19:29

Quand avait-il donc pu dire une idiotie pareille ? Ah oui ça lui revenait, quand ce sac à puce avait mis à sac ses appartements pour y trouver de l’argent ! Il aurait du y réfléchir à deux fois avant de lancer de telles affirmations. Après tout, en quoi était-ce de son devoir d’assumer un voleur et de remettre dans le droit chemin ? N’était-ce pas le « travail » des prêtres et prêtresses du temple ? Après tout, de ce qu’il savait, il n’avait aucun lien de parenté avec le félin et donc ne lui devait en aucun cas de le prendre sous son aile. Alors pourquoi diable irait-il faire une chose pareille ? Le goût du risque…

- Loïs… C’est un prénom féminin non ?

Avec un peu de chance, ou plutôt une déesse de la fortune de son côté, le chat se lasserait bien vite de ses moqueries et de ses sarcasmes. Mais mieux valait ne pas trop rêver. Si dans un premier temps, Lyan n’avait pensé qu’à faire partir ce garçon chat de chez lui, il devait bien admettre que ce dernier l’amusait quelque peu et le distrayait de ce quotidien terne et morne. Mais de là à l’engager, il y avait tout de même un monde.
A son tour, le dirigeant se laissa tomber sur le rebord du lit. Puisqu’il ne pouvait pas faire partir directement Loïs, il trouverait un moyen de lui donner envie de s’enfuir la queue entre les jambes, façon félin terrifié.

Attentif, il écouta l’enfant lui expliquer les raisons qui le poussait à vouloir travailler plus honnêtement qu’il ne l’avait fait. Il fut surpris par sa naïveté et la teneur de son discours. Ainsi, même se chat des rues s’était finalement attaché aux insulaires et avait fini par les respecter. Ainsi même ce gamin au sourire innocent souffrait de ne pas avoir de chez lui. Quelque part, un étrange sentiment de compassion se fit jour chez le dirigeant. Il avait beau être misanthrope et ne jamais se laisser aller à la faiblesse, il était toujours surpris, parfois touché, de voir que dans ce monde corrompu existait encore des personnes assez purs. Ces personnes là n’étaient pas faites pour un tel monde…

Perdu dans ses réflexions, le prince ne prêta pas vraiment attention à ce que Loïs dit la première fois. Ses propos ne firent sens que lorsque le chat se campa devant lui pour les répéter. Ce petit bout d’homme semblait bien décidé à faire entendre sa voix. Toute émotion sembla s’effacer du visage de Lyan. Il planta son regard noir dans les yeux de l’enfant, cherchant visiblement une faille dans toute cette motivation pleine de bonne volonté. Enigmatique, il sourit ironiquement.

- Quelle idée merveilleuse!

Lyan se releva et fronça les sourcils, en pleine réflexion. Il posa une main ferme sur l’épaule de l’enfant et le jaugea du regard, du bas en haut, de haut en bas, tout en tournant autour de lui comme pour évaluer ses capacités physiques. Loïs était maigrelet mais semblait plutôt agile, son corps à mi chemin entre celui de l’enfant et celui de l’homme adulte lui permettrait sans doute de se dissimuler facilement et de modifier son identité selon ses désirs. Ce n’était peut-être pas une si mauvaise idée que cela.
Revenant face à Loïs, le dirigeant lui attrapa le menton et le souleva légèrement pour le forcer à le regarder dans les yeux.

« Les gens ne sont pas gentil chaton. Et tu as choisis le pire d’entre eux pour patron. » Lyan relâcha la pression de ses doigts sur le menton de l’enfant et lui tendit la main pour signer leur accord. « Pendant une semaine je vais tester tes capacité, ta détermination et ton endurance. Cela veut bien sûr dire que tu seras à mes ordres. Mais si tu n’es plus sûr de toi, tu peux toujours faire marche arrière. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   Jeu 25 Juin - 23:51

Le chat serra vigoureusement la main de son employeur sans le lâcher des yeux. C'était une semi-victoire, et il n'existait pas de personne plus sûre d'elle sur cette planète que le garçon en cet instant ! Il était prêt à affronter montagnes et armées pour prouver sa valeur et gagner sa place au coin du feu, aussi princier fut-il.

-Ca me va ! Je commence quand ?

Et c'était reparti pour de nouvelles aventures.

* * * * *


Premier jour : De l'opium tu iras chercher, partie 1
Sur le continent ? Il allait chercher sa drogue jusque là-bas ?! Tu parles d'un dirigeant intègre. Loïs se rendit compte sans grand enthousiasme qu'il allait devoir traverser une nouvelle fois cette espèce de grande flaque d'eau au risque de se mouiller la queue. Ainsi le damoiseau était-il reparti en vadrouille, foulant ce sol qu'il n'avait pas vu depuis plus d'une année. Il traversa la région en courant, dans des zones le moins habitées possible pendant la majeure partie de la journée. Son sens de l'orientation ayant décidé de se montrer -bon, l'aide de panneaux n'étant peut-être pas innocente- il trouva assez rapidement la ville souhaitée ; c'était de toute manière assez grand pour qu'il ne puisse pas la manquer. Il passa toute la nuit à arpenter sombres ruelles et tavernes peu fréquentables à la recherche de ce fameux opium “noir” que lui avait réclamé le patron. Après bien des négociations, il réussit à obtenir le produit dans un endroit qu'il aurait préféré éviter, et alla se coucher sur un toit pour récupérer quelques heures de sommeil.

Deuxième jour : De l'opium tu iras chercher, partie 2
Loïs s'était longtemps demandé pourquoi il ne consommait pas de l'opium normal comme tout le monde, mais après tout, l'employé ne devait pas poser de questions et juste s'exécuter en silence. Réveillé brusquement par le bruit du marché dans la rue en dessous, le garçon, le ventre vide et pas très en forme, quitta la ville à la recherche de l'Ile. Il se perdit et atterit à plusieurs kilomètres de l'endroit escompté. Après quoi, il suivit les rives de la grande bleue pour rejoindre, en milieu d'après midi, un meneur de barque, et retourner au pavillon de verre avec la tête d'un déterré -en effet on remarquera que le Loïs moyen a du mal sans ses seize heures de sommeil quotidiennes. Il tendit son butin au prince avant de s'enfuir vers les cuisines et de s'empiffrer autant que son ventre put le supporter. Après quoi, il se roula en boule sur un fauteuil et on n'en entendit plus parler.

Troisième jour : Des informations tu ramèneras
Lyan avait parlé d'un individu du côté de la Guilde d'Or, lequel détenait des informations précieuses concernant les artefacts. Ces trucs là, Loïs en avait vaguement entendu parler, ils avaient l'air important aux yeux des habitants de l'Ile. Lui ne se sentait pas trop concerné. Il réussit à trouver le bonhomme, lequel lui livra d'énigmatiques paroles dont il ne comprit pas le sens, mais qu'il répéta à son chef. Peut-être lui en ferait-il bon usage... Langage codé ou tout simplement du n'importe quoi, Loïs considéra sa mission du jour comme terminée. Sa soirée se solda par une course poursuite à travers un couloir : le garde de l'autre jour avait décidé de se venger.

Quatrième jour : Le plafond tu nettoieras
Comme il n'avait pas encore reçu son objectif de la journée, le chat explorait les appartements du dirigeant, s'amusait avec les pompons des rideaux, s'étendait sur le lit royal avec volupté, courait après des souris imaginaires, essayait de faire la conversation à son chef ; bref, cette effusion de loïsseries finit par agacer Lyan qui l'envoya nettoyer le plafond noirâtre par endroits -on se demande pourquoi d'ailleurs. Juché en haut d'une armoire, il dut frotter énergiquement tout cela avec une éponge. A un moment, on entendit un gros “chplaf” suivit d'un “aïe” -on pouvait en déduire qu'il s'était cassé la figure. Si cette mission ne fut pas totalement un succès, la plupart des traces de suie disparurent et le plafond retrouva un semblant de sa blancheur d'antan.

Cinquième jour : Des reliques tu t'occuperas, partie 1
Ramener des os ? Pourquoi faire ? Des vieux bouts d'anciens dirigeants, apparemment. Le chat ne voyait pas très bien ce que voulait en faire son patron, mais il n'avait pas le choix. L'intrusion dans le temple fut assez ardue. Il lui fallut observer le va-et-vient des prêtres avec précision, choisir ses instruments, se glisser très prudemment à l'intérieur sans laisser de traces, ne rencontrer personne, ne pas se prendre les pieds dans les tapis, attirer dehors les prêtres de garde par un subterfuge, et enfin récupérer le précieux coffrets sans rien endommager, puis disparaître ni vu ni connu. Cela va sans dire qu'il manqua une demi douzaine de fois de tout faire rater, mais parvint finalement à ramener, le soleil couché depuis plusieurs heures, la chose à son chef. Qui avec un grand sourire lui dit qu'il pouvait le remettre là où il l'avait trouvé sans se faire prendre.

Sixième jour : Des reliques tu t'occuperas, partie 2
Fulminant contre ce rat d'égout de *** de *** de patron, il lui fallut tout refaire en sens inverse, tôt le matin avant que les fidèles n'arrivent et que quiconque ne découvre les reliques manquantes. Il y réussit à ceci près qu'un prêtre le surprit dans un couloir alors qu'il allait s'enfuir. Roh, mais ce n'était qu'un gamin innocent, il ne pouvait pas faire grand mal...
C'est ce soir-là que Loïs décida qu'il pouvait dormir sur le lit de Lyan en journée, et ne s'en priva pas tant qu'on le laissait faire. Ce fut aussi l'occasion de discuter un peu avec lui : il commençait à présent à le connaître mieux.

Septième jour : Cassandre tu dénicheras
La jeune femme qui était avec lui à la fête de l'hiver... oui, la madame provoquante et d'une beauté empoisonneuse... Eh, il était marrant, lui, comment pourrait-il bien retrouver la fugitive ? Il n'avait qu'à l'avoir gardée ! Ca lui apprendrait à être aimable, tiens ! Mais les ordres sont les ordres... Loïs s'aventura au hasard dans les rues de la ville, regardant de tous côtés, depuis les endroits chics où une dame de sa qualité pourrait se trouver, jusqu'au fin fond des ruelles plus pauvres. Il n'eut pas le temps de visiter tous les endroits qu'il désirait, notamment le territoire de la guilde d'or. Ce fut la seule mission qui fut réellement un échec. Bien trop ardu de retrouver une demoiselle comme elle en un jour, et depuis tout ce temps... Il rentra bredouille au pavillon de verre mais alla se consoler avec des poulets rôtis qui n'attendaient que lui.

Cette semaine fut riche en expériences et chacun en apprit de son côté. D'une part, Loïs découvrit certaines facettes cachées de son chef : (certaines sont purement subjectives)
-oui, il était désagréable tout le temps,
-il était toujours aussi beau quand il dormait,
-en fait, il ne passait pas ses journées à paresser mais il travaillait,
-il semblait avoir un côté pervers assez développé,
-il vivait seul,
-il n'aimait pas les câlins,
-et il avait tout un tas d'autres défauts.

Et ce dirigeant eut affaire à un Loïs dont il ne soupçonnait pas l'existence :
-la majeure partie du temps, il dormait, et souvent étalé en plein milieu du lit (de Lyan bien sûr),
-le reste du temps, c'était une vraie boule d'énergie inépuisable,
-il n'abandonnait jamais,
-il pouvait jouer avec à peu près tout et n'importe quoi,
-il lui arrivait d'avaler des quantités impressionnantes de nourriture,
-il aimait les câlins, parler avec les gens, faire des farces, embêter le patron,
-et il avait aussi tout un tas d'autres défauts.

C'est ainsi que se termina la semaine d'essai du garçon aux cheveux noirs, panthère de son cru, j'ai nommé Loïs le magnifique. Restait à voir le verdict du patron qui n'avait pas intérêt à dire quelque chose de déplaisant auquel cas son employé risquerait de le prendre assez mal et de laisser libre court à ses pulsions, ce qui comme on a pu le voir précédemment n'était pas de bon augure ni pour Lyan, ni pour son environnement...

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chat échaudé craint l'eau froide? - Ou pas quand le chat est masochiste -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chat échaudé craint l’eau froide. [Chloé & Dana]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ! [Ming Yue]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ? Jeremiah le snob ? + LIBRE aux élèves
» quand le chat est là, les faucheuses dansent (pv Felyn)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Le Pavillon de Verre ~.*.~ :: Aile Ouest, Commandement :: Suite du dirigeant-
Sauter vers: