Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La forêt s’éveille, une mélodie s’élève

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   Mar 7 Avr - 14:46

Une douce brise matinale balayait la cime des arbres endormis, une légère brume flottait au sol, s’évaporant au fur et à mesure que la chaleur du soleil levant se faisait sentir. Les oiseaux s’éveillaient et, de par leurs cris excités, enjoignaient leurs confrères d’en faire de même. Au milieu de toute cette poésie résultant de la nature en plein éveil se trouvait un jeune homme, endormi au pied d’un arbre, un rouge-gorge posé sur son épaule tentant de le réveiller avec un minimum de délicatesse. Un rayon de soleil traversa les feuillages et vînt frapper son visage, forçant Ivan à ouvrir ses yeux encore ensommeillés.

« Comme d’habitude, vous êtes tous très matinaux… »

Le rouge-gorge s’éloigna, laissant Ivan se lever pour s’étirer avec une paresse presque exagérée. Comme tant de fois, il avait passé la nuit dans la forêt, la protégeant, la surveillant, avant de s’endormir au pied d’un arbre anonyme. Parfois il lui arrivait d’aller dormir à l’auberge, l’occasion de discuter un peu avec les gens, mais au final, la nature le rappelait toujours à elle. L’heure n’étant pas à ce genre de pensées plus ou moins philosophiques, il attacha son épée dans son dos, prit en main son arbalète de poing et s’enfonça agilement à travers les feuillages. Il passa une bonne heure à vérifier qu’un piège n’avait été posé, qu’aucun braconnier ou autre vandale n’avait saccagé les lieux. Heureusement, tout était tranquille, il ne vit que quelques rares promeneurs matinaux avec qui il discuta un instant, avant de reprendre son chemin.

*Ah, il est bientôt l’heure.*

S’enfonçant plus loin dans la forêt, il arriva au sein d’une petite clairière, agréablement éclairée par les rayons du soleil et au centre de laquelle se trouvait les restes d’un arbre qui, jadis, avait été abattu par quelques vauriens avant qu’Ivan ne se charge d’eux. Le jeune homme se posa sur le morceau de tronc et sortit sa flûte, l’observant d’un œil enjoué. C’était un bel instrument, sculpté dans un bois d’une qualité presque exceptionnelle, on pouvait même entr’apercevoir quelques reflets surnaturels serpenter le long de l’instrument. Le jeune homme porta l’instrument à ses lèvres et commença lentement à jouer, un air doux, calme et envoûtant, correspondant parfaitement à l’atmosphère doucereuse qui régnait en ces lieux (la mélodie, imaginez celle qu’il y a dans ma signature mais entièrement à la flûte).

La musique dura quelques minutes, mais au lieu de diminuer en douceur, s’éteignit brutalement. Ivan leva les yeux et observa les alentours. Aucun animal n’était, comme à son habitude, venu l’écouter. La forêt était soudainement devenue silencieuse…pas totalement bien sûr, il entendait ça et là quelques bruits d’animaux, mais le fait que ceux-ci ne viennent pas était suspect. Rangeant son instrument, il reprit en main son arme de tir et s’aventura au hasard dans la forêt, usant du pouvoir de son pendentif pour se camoufler. Quelques minutes de marches le menèrent à un groupe de quatre hommes armés qui progressaient avec prudence au milieu des feuillages. Il connaissait ces personnes, il s’agissait de chasseurs sans fond très mauvais, mais qui allaient trop loin en chassant dans les périodes interdites des espèces protégées. Ils ne méritaient pas la mort, simplement une leçon.

« Et bien messieurs » les quatre hommes sursautèrent et regardèrent autour d’eux, cherchant la source de cette voix « il me semble vous avoir déjà dit de ne pas remettre les pieds ici sans autorisation ».

Bondissant de sa cachette, son pendentif le rendant quasiment invisible, il frappa l’homme à la tête avant de s’élancer vers le deuxième, qui n’eut que le temps de voir une silhouette floue avant de s’effondrer, assommé par le plat de l’épée d’Ivan. Les deux derniers, apeurés, attrapèrent leurs compagnons et filèrent sans demander leur reste. Le pouvoir d’Ivan cessa et ce dernier réapparut entièrement, rangeant son arme en soupirant.

« Je suis désolé d’avoir été violent ainsi…mais c’est de la prévention…pour votre bien ».

En effet, il savait que si ce genre d’individu sévissait trop dans les environs, la nature souffrirait et lui-même perdrait le contrôle de lui-même. C’est pourquoi, dès qu’il voyait ces hommes, il n’hésitait pas à les attaquer par surprise, sans les tuer, bien entendu. Ceci fait, Ivan alla s’adosser à un arbre et reprit sa flûte, reprenant là où il l’avait arrêtée la mélodie de tout à l’heure. Une journée…tout à fait banale. Il espérait simplement rencontrer des promeneurs plutôt que d’autres chasseurs et braconniers un peu trop irrespectueux.

(Qui le veut est le bienvenue ^o^)
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 28
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   Lun 13 Avr - 0:41

[Ben tant pis pour toi, tu l'auras voulu Razz Si tu vois une modification à faire, n'hésite pas à me le dire Smile]

La journée avait commencé bien simplement... Tôt, très tôt, comme bien d'autres journées. Mais ce jour-là, alors que le Soleil poignait à peine au-dessus de l'horizon troublé par la brume, Sindanarie avait choisi de sortir de la routine d'entrainement solitaire qu'elle s'était imposée en arrivant chez les Gardiens. S'entrainer seule n'avait d'autre intérêt, depuis son combat contre Dragonfly, que de retrouver des réflexes plus anciens, plus profondément enfouis. C'était pour cette raison qu'elle s'entrainait désormais seule. Ce matin-là donc, la semi-elfe dérogea à ses habitudes, et vint se perdre dans la forêt qui, irrésistiblement, l'attirait.

C'était sans doute un vestige de ses origines qui l'appelait à l'ombre des hauts arbres de la forêt d'Yinis. A chacun de ses passages en cette forêt, elle y avait retrouvé quelque peu cette atmosphère si particulière des bois peuplés par la race de son père. L'air y était si pur, si doux et si frais à la fois, presque piquant ; la brise y soufflait doucement, jouant avec les longues mèches noires de la semi-elfe ; le Soleil dessinait de longues trainées de lumière dans la pénombre ambiante, et partout la végétation et les animaux remplaçaient le tumutle de la vie en société. Oui, Sindanarie aimait les bois, ces bois paisibles et sereins, qui toujours lui paraissaient offrir un rempart inexpugnable contre les assauts du destin.

Et de fait, Sindanarie retrouva un certain calme dans ces rais de lumière, au milieu de l'ombre d'arbres plus vieux que ses pères. Loin de l'agitation de la Cité de Verre, de son tumulte, des cris, de la foule, de l'aventure. Loin du Capitaine aussi. Loin de Mukuro... S'il n'y avait qu'un aspect de la Cité de Verre qui pouvait lui manquer, c'était lui, et ce d'autant plus qu'à présent ils vivaient pratiquement côte à côte, dans la Tour de Verre, si proches, si proches... Elle comptait sur la forêt pour lui permettre d'oublier le tumulte de sentiments qui s'agitaient en elle, et c'est dans cet état d'esprit qu'elle traversa le sous-bois pour entrer dans les ombres sylvestres.

Alors qu'elle avançait et s'enfonçait dans les bois, paisiblement, avec les longues enjambées souples et silencieuses des elfes, Sindanarie entendit soudain un son. Une douce mélodie, de la flûte sans doute. Le son ne devait pas provenir de bien loin, il arrivait assez distinctement à ses oreilles pointues. Ni une ni deux, la semi-elfe infléchit sa route, quittant le sentier qu'elle suivait et se frayant un passage dans les herbes hautes pour atteindre plus rapidement l'objectif qu'elle devinait. Bientôt, elle parvint à une sorte de clairière, au coeur de laquelle se dressait une souche, d'après ce que ses yeux lui apprirent. Sur cette souche était assis l'homme qui jouait de la flûte.

Mais à peine était-elle arrivée à cette clairière que la musique s'arrêta, sans que Sindanarie ait le temps de l'apprécier davantage. L'homme sauta sur ses pieds, rangeant sa flûte et reprenant l'arbalète de poing qui était posée à côté de lui, et se fondit dans la forêt. Piquée dans sa curiosité, Sindanarie se glissa dans ses pas. Ou du moins, dans ce qu'elle supposait être ses pas, car l'homme avait soudain disparu prsque totalement. Par moment, alors qu'elle le suivait, la semi-elfe discernait parfois un mouvement, mais cela tenait plus de l'instinct de chasseur que de la vision réelle. Suivant à bonne distance l'homme dans la piste qu'il ouvrait dans la forêt, elle marcha dans ses pas jusqu'à apercevoir un groupe de quatre hommes.

Par instinct, la jeune semi-elfe grimpa prestement sur ue branche basse, à peu de distance de là, tablant sur le fait qu'ils seraient bientôt beaucoup trop occupés par l'homme invisible pour remarquer sa présence. Et en effet, deux finirent assommés, et les deux autres fuirent sans demander leur reste, avertis par une voix sortie de nulle part qu'il valait mieux qu'ils ne réitèrent pas ce genre de braconnage. Il y avait donc une réglementation de la chasse jusque sur Yinis ! Sindanarie allait de surprise en surprise. D'un coup, l'homme réapparut sur une dernière phrase, et rangea son arme avec un soupir pour reprendre sa flûte. Sindanarie sentit ses épaules se détendre. Malgré tout, elle n'aimait pas ces armes de combat à distance. Trop dangereux pour des combattants comme elle.

Elle pensa alors à mieux détailler le joueur de flûte, à présent adossé à un arbre à peu de distance du sien, face à elle. Et son coeur s'emballa. C'était un frère, c'était quelqu'un comme elle. C'était un semi-elfe, comme elle, à en juger par ses oreilles légèrement pointues, pas assez effilées cependant pour être celles d'un elfe de sang pur. De même, il n'était pas aussi pâle que les elfes, mais en avait la haute stature, pour autant qu'elle pouvait en juger de sa branche. Son regard gris était baissé sur l'instrument dont il jouait avec aisance, son visage fin respirait le calme. Après avoir quelque temps écouté la musique qui s'échappait de l'instrument de l'homme et après aavoir examiné en détail sa physionomie, Sindanarie lança, de sa branche toujours :


Belle mélodie...

Sindanarie était accroupie sur la branche, appuyée sur sa main gauche, dévoilant à moitié l'avant-bras recouvert de la parure elfique que son père lui avait léguée. On aurait presque pu croire qu'elle faisait partie intégrante de l'arbre, si l'on faisait abstraction de ses simples habits noirs, tant elle semblait à l'aise dans cet élément. Quelques mèches de cheveux noirs voletaient autour de son visage, portées par la brise, alors qu'elle dardait toujours son regard émreaude sur celui qui lui faisait face.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   Ven 17 Avr - 0:57

(Ca ne me fait pas peur, and c'est perfect ^o^)

Ivan se laissait emporter par sa propre mélodie, continuant de jouer un long moment, offrant ainsi sa musique aux oreilles attentives des quelques animaux qui, cette fois, étaient venus l’écouter comme à leur habitude. Il continua durant quelques minutes, puis égrena les dernières notes dès qu’il entendit une voix apparemment humaine. Rangeant sa flûte dans sa tunique, il leva les yeux et un léger sourire étira ses lèvres à la vue de son interlocuteur. Ou plutôt interlocutrice, car il s’agissait bel et bien d’une, c’est indéniable, belle jeune femme. Et à première vue, elle ne semblait pas faire partie de ces maudits braconniers irrespectueux.

« Merci à vous, heureux que vous ayez apprécié ».

Il leva la main et un petit rouge-gorge s’envola d’un arbre proche de celui de la jeune femme pour aller se poser sur cette main tendue. Le garde-chasse et l’oiseau se regardèrent un moment dans les yeux, puis ce dernier s’envola à nouveau, s’éloignant vers le ciel. N’allez pas croire qu’ils venaient d’échanger quelques paroles télépathiques : Ivan, bien qu’étant proche des animaux, n’est pas télépathe et ne sait pas parler la langue animale. Non, en réalité, ces deux là venaient simplement de livrer un rapide duel de regards…et oui, ce sont tous deux de grands enfants qui aime chacun taquiner l’autre, bien que la nature et l’origine de cette étrange relation reste inconnue.

Bref, après ce petit intermède, Ivan reporta toute son attention sur la jeune femme. Mais ce qui frappa le jeune homme était une sorte de similitude entre eux. Observant son interlocutrice avec beaucoup d’attention (et peu de discrétion), la vérité lui apparue soudainement. Il avait, face à lui, une autre sang-mêlé tout comme lui, une semi-elfe ! Il n’en était pas totalement sur, mais son intuition le lui confirmait. En était-elle consciente elle aussi ? Ca il ne pouvait pas le deviner pour l’instant.


« Habituellement, je vois toujours les mêmes personnes aux mêmes moments de la journée qui viennent se promener dans la forêt. Mais vous, votre visage m’est inconnu…même si quelque chose en vous m’est familier. »

Il pivota pour lui faire face et s’inclina légèrement, comme pour la saluer.

« Ivan, garde-chasse et joueur de flûte à mes heures perdues. Puis-je connaître votre nom ? »

Tout en dardant ses yeux gris beige dans les siens, son sourire poli toujours affiché sur ses lèvres, il fit quelques pas de côté, une lente trajectoire en demi-cercle par rapport à l’arbre où se trouvait la demoiselle. Il continuait de l’observer, à présent presque sur qu’il avait affaire à quelqu’un de son espèce. Cela devenait intéressant, car il n’avait jamais côtoyé d’autres semi-elfes, et peut-être connaissait-elle un peu mieux le monde des elfes que lui. En plus, cela le changeait des elfes radicaux voulant à tout prix la mise à mort de « l’abomination » qu’il était. Même s’il se doutait que tous les elfes n’étaient, il l’espérait, pas ainsi. Mais revenons à l’instant présent car, malgré lui, il s’égarait dans ses pensées. Attendant la réponse de la jeune femme, il ne la quitta pas des yeux, sachant bien qu’à présent, les animaux venus l’écouter s’en était allés vaquer à leurs occupations. A par peut-être ce cher rouge-gorge qui ne tarderait peut-être pas à revenir, piqué par sa curiosité un peu trop développée.

(Désolé, c'est p'tete un peu court arf)


Dernière édition par Ivan Frenhofer le Mar 21 Avr - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 28
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   Sam 18 Avr - 1:28

[C'est pas la longueur qui compte Wink Bon, là, tu dois t'en douter, la réponse est en cours^^ J'essaierai de la finir demain Désolée pour le retard... Et c'est pas terrible, j'espère que tu pourras en tirer quelque chose Wink]

C'était un être étrange que cet Ivan. Il avait à n'en pas douter une relation exceptionnelle avec ce qui l'entourait, avec les animaux, avec ce rouge gorge qui avait abandonné la réserve et la crainte propres à son espèce pour venir se poser dans sa main. Quant à savoir de quoi il s'agissait, si son lien avec ce rouge-gorge était de même nature que celui qu'elle avait eu avec Plume-Noire, c'était une autre affaire. Pratiquement indécelable. Mais l'oiseau reprit son envol, et la semi-elfe se sentit examinée par les yeux d'un gris adouci par une teinte beige. Quand son interlocuteur se présenta et s'enquit de son nom, après avoir pivoté pour lui faire face et avoir légèrement incliné la tête, elle lui répondit, calquant sa réponse sur les mots du garde-chasse :

Sindanarie. Je suis actuellement au service des Gardiens, et promeneuse à mes heures perdues.

Et il commença à la contourner, enfin, à contourner l'arbre sur lequel Sindanarie était encore juchée. Il lui sembla d'un coup assez pensif, bien que gardant ses yeux gris plantés dans son regard d'émeraude. Le suivant du regard comme le tournesol suit le Soleil, la semi-elfe ne bougea pas, installée confortablement qu'elle était sur sa branche. On ne renonçait pas à pareil confort sans raison. Quoique... A tout prendre, tant qu'à se sentir observée ainsi, autant être sur le bon vieux plancher des vaches. C'était aussi bien. Agissant sur cette idée, sans raison pourrait-on dire, Sindanarie sauta de sa branche, et atterrit sur le sol en douceur, son arrivée étant amortie par les mousses qui tapissaient la terre. Se redressant et enlevant de ses cheveux une feuille qui s'y était accrochée à un moment qu'elle n'aurait sur déterminer, la semi-elfe reprit :

Il est normal que je vous sois inconnue, je ne suis pas sur l'Île depuis longtemps, et la forêt n'est que rarement le but de mes promenades... Vous, par contre, vous devez la connaitre par coeur, puisque vous en connaissez jusqu'aux animaux...

Plantant de nouveau son regard dans celui d'Ivan, pour un court instant, elle murmura :

Vous permettez ?

Et elle parcourut, en quelques enjamées longues et souples, la distance qui la séparait du garde chasse. Ecartant ses cheveux légèrement gris du bout du doigt, elle dévoila les oreilles qu'il lui avait semblé entr'apercevoir. Et avec elles, elle trouva la confirmation de ce qu'elle pensait. Un semi-elfe. Elle reprit donc, murmurant toujours :

Je crois comprendre pourquoi vous êtes si proche de la forêt. Vous avez une ascendance elfe, n'est-ce pas ? Les elfes sont souvent bien plus proches de la nature que les hommes...

Mais ce n'était pas le moment de commencer à dissertersur ce qu'étaient ou n'étaient pas les elfes, aux yeux de Sindanarie. Elle n'en revenait toujours pas de s'être trouvé un semblable. Etonnante découverte pour quelqu'un qui est seul au monde depuis presque toujours... Laissant retomber le long du visage d'Ivan la mèche qu'elle avait soulevé pour révéler son oreille, la semi-elfe fit quelques pa en arrière et, penchant légèrement la tête de côté, elle croisa les bras. Le regard émeraude s'était de nouveau planté dnas les yeux gris beige de son vis-à-vis. Elle ne savait pas si elle attendait quoi que ce soit, elle ne savait pas si elle allait ou non tourner les talons, ou plutôt elle ne savait pas quand elle le ferait. elle n'en revenait toujours pas. Même si elle essayait de le cacher sous un masque d'insouciance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   Mar 21 Avr - 16:07

[C'est très bien, et don't worry pour le retard, je suis pas ultra pressé, peace and love ^o^]

La jeune femme se présenta à son tour, et son identité ne surprit que bien peu Ivan. Après tout, d'après ce qu'il avait pu observé de son physique et de sa tenue vestimentaire, elle semblait plutôt guerrière. Enfin lui aussi, et pourtant il n'était qu'un modeste garde-chasse ! Le mot "actuellement" résonna dans son esprit, et il en vînt à se demander si elle n'était pas à son compte en réalité, une mercenaire en somme. Au final, cela ne changeait rien après tout, elle semblait peu hostile, et d'agréable compagnie.

"Enchanté Sindanarie. Il est en effet toujours bon de se perdre des heures en se promenant..."

Oui, il aimait bien transformer ce genre de phrases des fois, cela l'amusait. Et oui, il en faut peu parfois pour s'amuser, mais revenons à nos moutons. Alors qu'il continuait de l'observer, la jeune femme bondit soudain de sa branche pour atterrir avec aisance au sol, avec en prime une jolie petite fille taquine qui avait élu domicile dans ses cheveux. Un fait qui fit sourire un peu plus franchement Ivan, avant que ce dernier ne reprenne son habituel sourire discret et poli.

"En effet, bien que la forêt réserve toujours de nouvelles surprises. Et je dois avouer que je suis ici depuis seulement une année, mais je m'habitue vite à certains endroits."

Cela voulait bien sur dire la forêt. En plus de sa nature elfique qui l'aidait à être plus proche de la nature, le fait d'utiliser quelques fois sa flûte enchantée lui permettait, en plus, de gagner plus facilement la confiance des animaux. Ajouté à ça le respect qu'il témoignait sans restriction à mère nature, et vous avez le parfait ami de la forêt ! Mais pour revenir à la réalité, Sindanarie se retrouva soudainement proche de lui, quelques enjambées lui avait suffit pour s'approcher, et Ivan n'avait, il doit l'avouer, pas vu arriver ça. Encore à se perdre dans ses pensées...mais il devait avouer qu'elle était plutôt rapide. Et que voulait dire ce geste ? C'était un peu trop proche là non ? Il faut dire aussi que ce cher Ivan était très peu habitué à ce genre de contact rapproché, aussi simple soit-il. Certes il pouvait être sociable et appréciait la compagnie des gens, mais il gardait toujours une certaine distance habituellement. Cette gêne restait peu visible, il savait bien garder un air neutre, mais en regardant bien, son regard pouvait le trahir durant quelques secondes, avant de reprendre son masque amical habituel.

"Ma mère était une elfe en effet, c'est entre autre l'une des raisons qui fait que je suis assez proche de la nature. Je devine qu'il en est de même pour vous. Je dois avouer que je suis...plutôt surpris. Je n'ai pas connu d'autres semi-elfes jusqu'à aujourd'hui."

Et pour cause, il pensait que tous les elfes dit "purs" étaient comme son grand-père : ultraconservateurs, hostiles au mélange des races et près à mettre à mort les abomination de la nature dans son genre, en reprenant les mots du grand père elfique en question. L'espace d'un instant, l'ombre de la colère passa sur son visage en repensant à cet personne, il sentait son sang se réchauffer soudainement, cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas relâché cette terrible colère qui lui tiraillait les entrailles...mais se rappelant la présence de Sindanarie, il se calma soudainement et reprit son air habituel. Néanmoins, il remarqua rapidement que les animaux étaient très silencieux de nouveau...un peu trop.

"Vous n'avez rien remarqué de bizarre en vous promenant par hasard ?" Puis, secouant la tête "ça ne doit pas être bien grave ! Pour en revenir à...vous, d'où venez vous exactement ? Pardonnez cette curiosité de ma part, mais comprnez-moi, on ne rencontre pas si souvent d'autres semi-elfes !"
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 28
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   Lun 27 Avr - 18:21

Elle l’avait gêné en s’approchant si près... Cette ombre dans les yeux gris beige n’aurait su mentir. Et une bourde, une... Même s ce n’était que la première de la journée, et qu’il n’y en aurait peut-être pas d’autre après, ce n’était pas idéal quand on venait de se présenter à quelqu’un. Heureusement, il n’avait pas l’air froissé... C’était toujours ça. D’ailleurs, très vite, Ivan répondit à la mercenaire qu’effectivement, il était un semi-elfe, Sindanarie acquiesça de la tête lorsqu’il émit la supposition qu’elle en était également une. Etrangement, le fait qu’il avait connu peu de semi-elfes sembla le mettre en colère, pour des raisons obscures, si bien qu’elle préféra ne pas piper mot avant qu’il reprenne la parole. La forêt se taisait. Presque plus de chants d’oiseaux. Pas un gazouillis. Juste le bruissement des feuilles, le léger frisson de filets d’eau ici et là. Le silence était devenu presque assourdissant quand il lui demanda si elle avait remarqué quelque chose. Repassant rapidement le trajet qu’elle avait parcouru dans la forêt à sa suite, elle répondit, pensivement d’abord, puis avec une assurance grandissante :

Quelque chose d’étrange ? Pas vraiment, non... Je ne crois pas. En tout cas je ne pense pas avoir vu quelque chose qui vous aurait échappé, puisque je vous ai suivi quand vous êtes allé apprendre la vie à vos braconniers...

Ivan secoua la tête, et se mit à l’interroger sur ses origines. Peut-être quelque chose clochait-il, mais ce ne devait pas être important puisque lui, qui connaissait sans doute presque parfaitement les lieux, ne semblait pas particulièrement alarmé. Un léger sourire étira les lèvres de Sindanarie. Les origines... Elle était un être déraciné par nature, toujours sur les routes pour une quelconque besogne plus ou moins sale et occulte, alors... Elle n’avait jamais connu, depuis son départ de chez sa mère et son séjour chez son père, de véritable foyer. Quoique... Demander d’où elle venait revenait sans doute, au vu de sa dernière phrase, à lui demander où un elfe et une humaine avaient pu s’unir pour lui donner naissance.

Je viens de Terre de Cerf. C’est à quelques semaines de marche au Nord-Est d’ici, je pense. Je ne saurais pas vous en dire plus, j’ai un peu perdu la notion du temps en la fuyant. Enfin, pour être précise, ma mère était Cervienne, et je ne sais pas trop comment elle a rencontré mon père. Je ne les ai pratiquement jamais vu ensemble. En fait, j’ai vécu parmi les humains toute ma vie, hormis quelque temps que j’ai passé dans la forêt où vivait mon père, à l’Ouest du pays de Cerf. C’est lui qui m’a légué ça, fit-elle en désignant la légère pointe de ses oreilles. En Cerf, c’était chose assez courante dans certaines régions. Les humains y sont habitués, mais il est rare que les semi-elfes cerviens partent vivre dans les refuges de leurs parents elfes. Et vous-même, si je peux me permettre ? D’où venez...[/b]

Un craquement. Cette fois, elle en était sûre. Quelque chose avait craqué. Près. Si près qu’un réflexe de la Lame Brisée s’était réveillé. Sans réfléchir, sans même y penser. Pas le temps de finir sa phrase. La réaction de la guerrière qu’elle était au plus profond d’elle-même avait été immédiate. Elle avait porté la main à la dague qui pendait à son flanc, et se tenait prête, au moindre signe d’un quelconque danger, à dégainer la fine lame. Malgré elle, malgré le fait qu’elle parlait et qu’elle avait laissé une phrase en suspens, son regard se fit plus dur, plus incisif, et fouilla avec ordre et méthode la forêt qui les entourait, le garde-chasse et elle. Rien de visible. Elle se tourna vers Ivan, détendant légèrement sa main sur le pommeau de sa dague, toujours prête cependant à la saisir en cas de besoin, et lui dit, d’une voix soudain assourdie :

Vous connaissez cette forêt bien mieux que moi... Qu’est-ce qui peut produire pareil bruit ?

Au prix d’un certain effort, Sindanarie reprit sur le ton de la plaisanterie, forçant un léger sourire à apparaître sur ses lèvres :

Excusez-moi, les vieilles habitudes ont la peau dure... La méfiance en particulier. Surtout dans des lieux que je connais à peine.

Peut-être n’était-ce rien. Elle lui faisait confiance pour le déterminer. Et s’il le fallait, la main de la Lame Brisée reposait toujours sur le pommeau d’une dague sans pitié...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   Mar 5 Mai - 22:32

(Sorry, pas génial, surtout vu le retard arf ><)

Quelque chose n'était pas normal, il en était sur à présent. Ça ne semblait pas grave mais juste...étrange. Mais il laissa cela de côté pour l'instant et se concentra sur Sindanarie. Terre de Cerf, cela ne lui disait malheureusement rien, mais c'était normal : une race de sang-mêlé comme la leur ne devait sans doute pas vivre en communauté, mais plutôt dispersée de par le monde, aux origines diverses. Mais tout comme lui, elle avait vécu plutôt parmi les humains, et cela l'amusa assez : leur situation était similaire sur certains points, mis à part que, pour sa part, le côté elfique venait de sa mère. Et soudain, un craquement. Bien distinct, et pas normal, Ivan le ressentait. Sindanarie avait vite réagit et porté la main sur sa dague, alors que le garde-chasse restait quant à lui droit comme un I, attentif au moindre son.

"Un animal je pense...mais ça me parait bizarre. Ce n'est peut-être rien après tout."

Il laissa échappe un rire discret, plus détendu, jusqu'à ce qu'au coin de son regard, il vit son ami rouge-gorge passer rapidement, assez bas du sol. Un danger, cela arrivait. Réagissait au quart de tour, il se place entre Sindanarie et un buisson d'où surgit soudainement un sanglier, d'apparence un peu plus massif que ses congénères (tout en restant néanmoins un simple animal et non un sanglier géant XD). Posant la main sur l'épée accrochée à sa ceinture, il ne la dégaina néanmoins pas, activant simplement son pouvoir. L'animal les chargea avec une fureur clairement affiché, la tête inclinée prête au choc...un choc qui se fit contre un obstacle invisible placé devant Ivan. Titubant, le sanglier recula, puis chargea à nouveau, mais avec le même résultat. Un rayon de lumière passa sur eux et cette fois, le bouclier d'énergie d'Ivan brilla légèrement, révélant sa présence. L'animal s'éloigna dans un autre buisson, et le silence revînt dans la forêt.

"Désolé, on dirait qu'il y a réellement quelque chose d'étrange aujourd'hui. Essayez néanmoins de ne pas tuer d'animaux, à moins que votre propre vie ne soit clairement en danger."

Il ne s'était pas interposer pour protéger la jeune femme, bien qu'elle le méritait vu la gentillesse dont elle faisait preuve à son égard. Il avait en réalité plus ou moins protégé le sanglier : vu la réaction de son ami semi-elfe, il était presque sur que si l'animal l'avait chargé, il se serait retrouvé la gorge tranchée sans autre forme de procès. Pendant ce temps, le bouclier d'énergie se brisa et, lâchant la garde de son épée, le garde-chasse se tourna vers Sindanarie.

"Je me ferais un plaisir de vous parler un peu d'où je viens si vous le désirez, car pour être franc, je suis très heureux de rencontrer quelqu'un de mon espèce. Néanmoins, quelque chose ne tourne pas rond dans la forêt aujourd'hui, je vais en faire un peu le tour, voir ce qui ne va pas."

Normalement, il faisait ce genre de choses seul, en se fondant dans la nature, devenant presque un animal faisant partie intégrante de la forêt. Mais cette fois-ci, il avait envie de profiter de la présence de cette semi-elfe.

"Vous voulez bien m'accompagner faire cette ronde ? Cela ferait une petite promenade, et nous pourrions continuer à discuter ?"

(Un post de transition un peu XD J'avais envie d'un poil d'action, et vu que la forêt est maintenant étrange selon mon cher Ivan, t'as carte blanche si tu veux introduire un petit évènement de ton choix XD)
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 28
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   Sam 16 Mai - 12:43

[Je finis tout à l'heure, un imprévu Neutral Alos que j'étais inspirée... Groumpf^^ Je te MP quand c'est prêt^^C'est pas extraordinaire... SI tu veux que je change quelque chose, y'a qu'à dire, hein Wink]

La charge du sanglier l'avait prise au dépourvu. Ce n'était pas son environnnement le plus naturel, et elle aurait été incapable de prévoir d'où le "danger", en l'occurence cette grosse bête, allait jaillir. Ivan, lui, avait réagi, vif comme l'éclair, et sans un geste repoussa la première charge du sanglier. Si le rayon de Soleil n'avait pas révélé la présence d'une sorte de protection entre la bête et eux, la semi-elfe n'aurait su expliquer ce qui avait arrêté l'élan de la bête furieuse. Laissant libre court à sa curiosité, elle se détendit, lâcha la poignée de son arme, et croisa les bras, simple spectatrice de la seconde charge, qui acheva de décourager le sanglier.

Le garde-chasse se retourna vers elle quand l'animal à l'étonnant comportement quitta les lieux, et lui demanda de ne pas tuer les habitants de la forêt. Sans un mot mais avec un léger sourire d'excuse, Sindanarie acquiesça. C'était vrai, elle n'avait que trop l'habitude de résorber les problèmes en leur ôtant la vie... En particulier si elle se sentait menacée. Apès que son espèce de bouclier eut disparu, Ivan continua de parler, soudain volubile, et la convia finalement à l'accompagner dans sa ronde pour s'assurer de ce qui ne tournait pas rond. La semi-elfe acquiesça de nouveau, un léger sourire aux lèvres. Rien ne valait une paisible promenade en forêt. Après tout, asns doute n'y avait-il d'autre souci que des animaux un tout petit peu nerveux. Elle répondit donc :


Eh bien, c'est avec plaisir que je vais vous accompagner, en ce cas. Et merci... Pour le sanglier. Vous lui avez épargné une fin désagréable... Mais je tâcherai de... Euh, de ne me défendre qu'en cas de réel besoin. En espérant que l'occasion ne se présente pas aujourd'hui...

Sindanarie ne savait pas trop par où diriger ses pas, et choisit donc de suivre le garde-chasse, qui connaissait ces sentiers bien mieux qu'elle. De fait, il s'engagea sans hésitation aucune, et Sindanarie choisit de marcher dans ses pas. Une vieille habitude. Faire croire qu'on est seul quand on est deux, ou plus d'ailleurs, le nombre n'importe plus. C'était toujours efficace si l'on voulait se faire relativement discret et donner de fausses indications à un éventuel pisteur... C'était instinctivement aussi que la semi-elfe avait parlé au garde-chasse d'une voix moins forte pour lui demander, sur le ton de la plaisanterie :

Si l'on nous attaque, et que le "on" n'est pas un animal... J'aurai le droit de vous protéger à mon tour ?

Elle avait ponctué cette question d'un rire léger, sans penser une seule seconde uq'il pouvait y avoir un réel problème dans cette forêt. Du moins, elle ne le pensa pas dans les premiers temps de la ronde proposée par Ivan. Mais des signes de fréquentation humaine apparurent rapidement. Ce ne furent d'abord que sillons un peu trop larges et un peu trop haut pour avoir été creusés par des animaux. Puis les pistes se fient plus nettes, plus larges encore, ornées de brindilles cassées net et autres signes du passage d'un indélicat. La semi-elfe s'arrêta finalement, admirant une splendide empreinte de pied qui n'appartenait ni à elle, ni au garde-chasse. Et pour cause, elle coupait à la perpendiculaire leurs pas. La voix assourdie par sa découverte, la mercenaire lança :

Il y a bien quelqu'un ici. C'est peut-être ça qui inquiétait vos animaux...

Et soudain... CHTOC. Le bruit était caractéristique. Une flèche. Cette fois, c'était sûr, plus que sûr, l'anormalité était humaine. Humaine, et armée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La forêt s’éveille, une mélodie s’élève   

Revenir en haut Aller en bas
 
La forêt s’éveille, une mélodie s’élève
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "La vidéo qui réveille^^"
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» Pour pourfendre une veille bedaine, et lui vider ses pleines gibernes. [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Hors Rp ~.*.~ :: Archives :: Topics-
Sauter vers: