Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chat perché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 27
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Chat perché   Ven 24 Avr - 19:37

Elle l’avait cherché et pisté à travers les rues de la Cité de Verre, après l’étrange conclusion de la fête de l’Hiver. Elle avait envoyé Plume-Noire le suivre (et pour preuve que sa surveillance était passée inaperçue, il suffisait de voir que le garçon-chat ne l’avait pas croqué…) pour se faire une idée de la manière dont il se déplaçait, où il allait, quand il y allait, et pourquoi il y allait. Peine perdue. Il avait l’air d’agir comme cela lui chantait, comme ça, sur un coup de tête. Il était impossible de prédire quel serait son déplacement suivant. Au début, Sindanarie pensait que le plus réguliers seraient ceux qui concernaient ses repas, mais non… Même pas ! Loïs, qui pourtant aimait manger (comme sa bourse s’en souvenait, avec un sourire amusé), ne semblait pas avoir d’habitude alimentaire fixée. Petits larcins à droite et à gauche, rien de nature à léser le volé (qui d’ailleurs ne s’en rendait pas toujours compte), ou bien grands numéros de charme, tout était bon pour se nourrir. Mais avec ça, la semi-elfe était incapable de l’attendre au tournant.

C’en était devenu un défi… Par deux fois, il lui avait filé entre les mains comme un filet d’eau claire, alors même qu’elle le tenait pratiquement par la peau du cou, et elle était incapable de faire plus que de le pister. Autant ses victimes précédentes, victimes de la Lame Brisée quand elle officiait encore pour les dirigeants de la Terre de Cerf, avaient un mode de vie relativement réglé, prévisible, autant celui du garçon-chat échappait à toute régularité, à tout contrôle. C’était pratiquement à se taper la tête contre les murs. Et au moment où la mercenaire s’apprêtait à mette cela en pratique (se taper la tête contre les murs, hein, faut suivre !), elle avait trouvé une bonne raison pour légitimer la recherche de Loïs. Oui, parce qu’une bonne raison, ça peut toujours servir, même si on ne sait pas à quoi exactement (par exemple, je vous dis ça, mais je ne sais pas à quoi ça peut s’appliquer ; enfin bref, passons, et revenons-en à nos moutons, panthères et autres bestioles sympathiques). Il était fragile, d’une part, mais ça, ce n’était pas une bonne raison, puisque bien des gens qui se débrouillaient seuls l’étaient aussi ; il était relativement démuni (sauf crise de générosité extraordinaire à l’issue d’une entourloupe quelconque), mais l’objection était la même, il y avait encore plus pauvre que lui ; il était mignon à croquer, avec ses grands yeux de chat, mais être mignon n’avait jamais donné droit à quoi que ce soit. Toutes ces raisons, elle les avait épuisées, et finalement, il lui était venu cette idée : le retrouver sans le pister semblait impossible. Eh bien, le retrouver sans le pister serait un excellent entrainement pour conserver ses vieux réflexes d’assassine.

Mais les règles du jeu étaient particulières… A partir de ce moment là, elle décida que Plume-Noire n’irait plus le suivre, et qu’elle procéderait uniquement à partir de ce qu’elle avait pu observer jusque là, grâce au choucas en particulier. Il fallait que ce soit son cerveau qui travaille. Non mais ! Ni une ni deux, le choucas fut mis au repos forcé, et retrouva un peu de la liberté qui lui avait été enlevée ces derniers temps, et la mercenaire s’enferma dans sa propre tête. Le trouver. Prédire ses mouvements. Rentrer dans sa tête. Être le Chat.

Et le facteur commun lui sauta aux yeux. La forêt. Evidemment, la forêt ! Où se cache un animal considéré comme dangereux et, à ce titre, nuisible par bien des hommes ? Où un être à part et solitaire pouvait-il trouver la quiétude et le repos loin d’agitations par trop sociales ? Où un garçon-chat pouvait-il révéler sa double nature sans que cela lui retombe sur le coin du museau ?

Il n’y avait pas deux solutions.

Mais pour arriver jusqu’à Loïs selon les règles qu’elle s’était fixées, elle devait aussi deviner quand il y serait. Bah, la nuit, sans doute, et jusqu’au petit matin. A quelle heure l’avait-il cueillie, quand elle était arrivée sur l’Île ? C’était le matin, sans doute peu avant midi. Mais c’était au cœur de la ville, donc il avait dû mettre un certain temps pour y arriver. Donc il devait être parti le matin même de la forêt. Donc pour le cueillir à son tour, il faudrait être dans la forêt, le matin, et trouver un endroit propice au repos d’une panthère.

Et la mercenaire ne perdit pas de temps. Après tout, elle n’avait pas d’emploi fixe pour le moment, et si elle arrivait à réunir de quoi vivre en faisant divers boulots à droite et à gauche pour la journée, elle ne mettait pas ses talents et ses savoirs-faires en action, et cela lui manquait. A eux deux, ils pourraient former un duo phénoménal ! Pourquoi pas, après tout ? La guerrière charmante et le voleur adorable, la belle et la bête, Bonnie et Clyde… Hum, non, excusez-moi, une erreur de partition… Bref, elle les voyait déjà en tandem infernal écumant la Cité de Verre en tout pacifisme pour trouver de quoi manger et se loger. Et Sindanarie se mit donc en quête, un matin peu après l’aube, d’une panthère endormie dans la forêt d’Yinis.

Il est difficile de dire si c’est grâce à un réel talent de pisteuse où par une chance extraordinaire (et l’on pouvait se poser la même question au sujet de ses réflexions sur le lieu où trouve le Loïs) que Sindanarie arriva finalement, une malheureuse petite heure à peine après le lever du Soleil, au pied d’un arbre où sommeillait un très gros chat noir. Une panthère, quoi. Une belle panthère au poil luisant, bien lustré, bien propre sur elle… Elle aurait mis sa main à couper que c’était Loïs. Enfin, Loïs dans sa forme de repos confortable, mettons. Ni une ni deux derechef, la mercenaire décida de grimper à l’arbre pour vérifie que cette panthère était bien celle qu’elle cherchait, ce qui peut sembler stupide, et qui n’était pas loin de l’être… Franchement, hein ? Vous iriez, vous, réveiller une panthère juste pour vérifier que c’est bien celle à laquelle vous pensez avoir affaire ?

Toujours est-il que Sindanarie se retrouva bientôt dans l’arbre susditement explicité, et qu’une fois installée sur la même branche que la panthère, elle lui glissa à l’oreille, prête à bondir en arrière si elle avait commis une erreur su la bête :


Je t’ai manqué, petit Chat ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Sam 9 Mai - 15:16

Ledit chat -et ce n'en était pas un bien que tout le monde s'acharnât à croire le contraire- ouvrit un oeil. Il y avait une forme floue assez près de son museau, qui avait peut-être dit quelque chose, et qui pour l'instant ne semblait pas avoir grand intérêt. C'est sans doute la raison pour laquelle il le referma, convaincu de se trouver encore dans les agréables méandres de ses rêves de félin, peuplés de prairies verdoyantes, de lapins dodus, de bols de lait et de Lyans en porte-jarretelles.

Mais il avait du mal à s'y replonger, c'était comme s'il venait de se réveiller brusquement après avoir dormi tout son soûl pendant au moins une journée et une nuit... Sans pour autant daigner ouvrir ses mirettes, les oreilles en périscope sondèrent les alentours. Des oiseaux, un peu de vent dans les branches, et ...une soudaine révélation frappa Loïs : ça sentait le bipède ! Il agita ses moustaches et pointa son le bout de son nez en avant afin d'humer l'air. Ca alors, ça sentait sacrément fort. Si son état amorphe avait éveillé quelques neurones de plus, il aurait reconnu cette odeur et s'en serait quelque peu inquiété.
Mais non, pour l'instant, il continuait à se persuader qu'il pouvait voler quelques minutes de sommeil supplémentaires. Jusqu'à ce qu'un doute intersidéral finisse par soulever de force ses paupières si lourdes...

Ô surprise ! Ô horreur absolue ! C'était la fin du monde ! Les humains grimpaient aux arbres !

Pris de panique, dans des mouvements désordonnés pour à la fois faire un bond en arrière et descendre de l'arbre, il perdit l'équilibre... tomba... et s'étala par terre comme une vieille chaussette au milieu des feuilles mortes dans un CHPLAF des plus mémorables.

Quel était le crétin qui avait dit que les chats retombaient toujours sur leurs pattes ?

Loïs poussa un gémissement qui laissait croire qu'il ne s'en tirerait pas sans quelques bleus. Il reconnut l'auteur du méfait simplement installée sur une branche -SA branche- et n'ayant pas l'air trop mécontente de se trouver ici. Allons bon. D'où elle sortait, celle-là ? Elle était venue l'esclavagiser pour lui faire payer ses bêtises de la dernière fois ? Ou profiter de son corps d'innocent jeune garçon ? Ou le livrer à des trafiquants de drogue zoophiles ?

Gisant lamentablement sur l'humus frais, Loïs se para de méfiance et préféra ne rien dire -cela serait certainement retenu contre lui- ni se métamorphoser, car il n'aimait pas se dévoiler ainsi. De plus il lui serait plus pratique de prendre la poudre d'escampette en tant qu'animal qu'en tant qu'humain au cas où les choses tourneraient mal. Il se rassit maladroitement, et planta ses yeux dorés dans ceux de la mercenaire, l'air de demander “qu'est-ce que tu veux ?” tout en affirmant “Si tu me refais ça je te bouffe.” Dans tous les cas, ça n'était pas un regard très aimable.
Bon, d'un certain côté, il était aussi content de la voir. Mais ça c'était un secret.

Au moindre mouvement ou parole suspects, ou si elle s'avisait de l'approcher à moins de trois mètres, salut la compagnie : il disparaîtrait à travers les buissons. Direction n'importe où tant que c'était loin.

Elle n'était pas consciente des risques qu'elle avait pris en réveillant le chat. Car bien que sa tension avoisine les deux au réveil, son humeur par la suite n'est en général pas des meilleures qui soit...

[Tu peux le faire courir si tu veux xD]

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 27
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Jeu 14 Mai - 1:07

[Tu peux faire ce que tu veux, à part bouffer l'oiseau^^]


Il n'y avait aucun doute, ce ne pouvait être que Loïs. Aucun "vrai" chat ne se serait aussi lamentablement écrasé par terre en tombant, sans aucun doute... Et aucun autre chat n'aurait eu ce réflexe de se relever aussi dignement que possible, lui adressant un regard interrogateur et menaçant à la fois. Une bête sauvage aurait simplement détalé, sans la regarder ainsi. Mais il ne semblait pas vouloir parler, ce qui ébranla quelque peu la semi-elfe dans ses certitudes. Peut-être ne le pouvait-il pas quand il adoptait sa forme de panthère... Peut-être ne le voulait-il pas. Ou alors... Ou alors c'était simplement une bestiole comme une autre.

Il fallait provoquer quelque chose. Il fallait faire réagir la panthère pour savoir si elle était Loïs ou simple félin. Accroupie sur la branche que son occupant avait délaissée, lui préférant bien involontairement le bon vieux plancher des vaches, Sindanarie souriait calmement. La situation aurait pu s'éterniser, les deux se regardant en chiens de faïence. La semi-elfe pensa un temps à appeler Plume-Noire à la rescousse, pour essayer de stimuler la panthère et pour voir si, par hasard, elle aurait une réaction, mais la part d'elle-même qui la poussait à agir lui fit prendre une décision tout autre. Après tout, elle venait voir le garçon-chat pour... Pour accomplir un défi, oui, ente autres. Mais aussi, d'une certaine manière, pour combattre la solitude qui s'abattait sur eux. Elle continua donc, regard d'émeraude toujours fixé dans les prunelles du Chat :


Si je te proposais un toit, qu'en dirais-tu ?

Et, sans attendre une réponse, elle sauta à bas de l'arbre. Grossière erreur. L'exercice lui était encore relativement familier, la branche était basse et le sol mou, mais elle n'eut pas le temps de se redresser que la panthère s'était pratiquement évaporée dans les buissons. Un sourire échappa à Sindanarie. Vif comme l'éclair. Si c'était lui, ça au moins n'avait pas changé.

Grossière erreur en tout cas que cette descente un peu rapide de la banche, puisque la panthère avait disparu, laissant un sillon dans les buissons alentours. La piste ne serait pas bien difficile à suivre... Et la semi-elfe s'élança sur ces traces encore toutes fraiches, dans le sillage de la panthère déjà hors de vue. Elle semblait s'être évaporée, mais le couloir qu'elle traçait dans les broussailles valait n'importe quelle empreinte. La poursuite était idéale, même si, évidemment, la semi-elfe ne pouvait en aucun cas rivaliser de vitesse avec une panthère, même si elle s'était élancée sur ses traces aussi vite qu'elle l'avait pu, sans être, pour une fois, entravée par les mouvements incontrôlables d'une épée lui pendant au côté. Impossible de le battre à la vitesse ? Oui, mais... Le réveil était encore tout près, après tout.

Tout aurait bien été, sans doute... Si cette fichue clairièe ne s'était pas collée entre Sindanarie et la panthère. Impossible de retrouver une trace correcte dans cette herbe rase et sèche, redressée aussitôt que couchée par un poids. La semi-elfe, indécise, tourna quelque temps en rond, ne sachant trop quelle direction prendre. Aucun sillage dans lequel elle aurait pu reconnaitre celui qu'elle avait suivi jusque là. Aucune piste fraiche. Aucune solution. Levant le regard vers le ciel maintenant dévoilé entre les hautes cimes des arbres (eh oui, dans une clairière on voit le ciel...), Sindanarie adressa un bref appel à Plume-Noire. Maintenant, il pouvait entrer en scène.

Et bientôt, le choucas se posa sur la main tendue de sa compagne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Lun 25 Mai - 20:44

Hein ? Késkéladi ?

Les feuilles semblaient caresser son corps lorsqu'elles le frôlaient. Les buissons arrivaient vers lui à une vitesse vertigineuse, mais s'écartaient tout aussi vite de son chemin à mesure qu'il courait, comme si on les avait placés exprès de cette manière. Pourtant c'était plutôt lui qui avait une trajectoire zigzagante au milieu de cette verdure -parce qu'il aurait eu l'air bête s'il s'était assommé contre un arbre.

La phrase de la mercenaire lui trottait dans la tête de façon obsédante. Un toit ? Qu'est-ce que c'était encore que cette proposition douteuse ? Hypothèse numéro un : elle voulait l'embaucher en tant que couvreur. Hypothèse numéro deux : elle avait gagné un toit à la lotterie et cherchait à s'en débarrasser. La première lui apparaissait comme la plus probable puisqu'elle pouvait justifier sa présence en ces lieux. Après tout, elle aurait pu donner ce toit à n'importe qui dans la rue, mais un travail...

Dans tous les cas, cette question était plus que saugrenue et ne méritait pas qu'il soit tiré du royaume de Morphée. Si elle avait voulu adoucir sa peine pour cette grave offense, elle aurait dû lui apporter un petit déjeuner ! Pourquoi pas son poulet, tiens...
A moitié endormi, à moitié intéressé et vaguement contrarié, Loïs fonçait droit devant lui sans se préoccuper d'une destination. Il connaissait quelque peu la forêt, mais n'arrivait pas à trouver de repère, tout allait trop vite.
Les bruits à quelques mètres derrière lui signalaient la présence de sa poursuivante. Elle ne se débrouillait pas trop mal, en course à obstacles. Fichtre, elle courait même sacrément bien pour une humaine. Elle réussit à le suivre pendant un bon moment, jusqu'à ce qu'il n'entende plus craquements, froissements et cavalcade : sa trace avait dû être perdue lorsqu'il avait franchi une clairière quelques instants plus tôt...

Si Sindanarie avait connu un peu mieux le Loïs au réveil, elle ne se serait pas posé de question et aurait continué tout droit. Comme quoi, réfléchir était nuisible u_u
Le pas de la panthère s'était ralenti, et il finit par s'asseoir près de la souche d'un gros chêne, avant de commencer à lécher consciencieusement sa patte avant droite. C'étaient ses réflexes sauvages qui l'avaient fait déguerpir. Une fois lancé, il ne s'était pas arrêté dans un souci de cohérence avec lui-même. Mais maintenant qu'il s'était installé, et qu'il se rappelait que sa chère victime ne lui avait jamais vraiment fait de mal -bien qu'elle eût certainement souhaité lui arracher les tripes une par une lorsqu'il avait fait des siennes- il n'avait plus envie de jouer à chat à travers tout le domaine de Mère Nature. Du moins pas avant d'avoir rempli son estomac.

Tandis que son esprit vagabondait entre ce toit si mystérieux et la perspective d'un repas proche, une ampoule s'alluma devant ses yeux avec un petit tilt. Un toit. Un toit = une tanière. Langage humain, registre tordu des expressions étranges. …....... une maison ? L'interrogation suivante était : pourquoi faire ? Mais le souvenir des coussins moelleux, de la chaleur d'un lit et d'une cuisine régulière emplit délicieusement ses pensées. Maison. Cela faisait bien longtemps.

Quelque chose bougea dans les buissons devant lui, mais il ne suspendit pas son activité, qui consistait principalement à lustrer son pelage couleur de nuit sans Lune. Et la jeune femme déboula devant lui sans qu'il lève les yeux.

Toutes ses pattes passèrent à la toilette, et sa langue large et rapeuse s'attaquait à présent à la longue chose noire qui lui servait de queue. On réfléchit mieux quand on est propre. Il s'interrogeait à présent sur les raisons de cette proposition. On l'avait payée pour qu'elle le retrouve et le ramène à la civilisation afin de mieux le capturer ensuite. Ou bien on la payait juste pour des oeuvres sociales. Ou encore elle se révélait être la psychopathe zoophile qu'il avait déjà soupçonnée et qui voulait le prostituer pour se remplir les poches. Hm hm.
La paranoïa était un trouble qui se manifestait très souvent chez le garçon, quand bien même il avait affaire à des personnes bienveillantes. Malgré une apparente familiarité, il avait extêmement de mal à accorder sa confiance à tout ce qui ressemblait à un bipède. Mauvaises expériences.

Son regard d'or se leva enfin vers la mercenaire, et il l'observa sans mot dire. Elle avait essayé de le protéger lors de l'accident qui avait eu lieu à la fête de l'hiver, et ce geste avait semblé plus instinctif que mû par une quelconque envie de le manipuler. Elle n'était donc pas mauvaise dans le fond. Et puis la voilà avec son sourire, sa manière simple et sans détour d'agir et d'être elle-même, et de débarquer pour le réveiller en plein milieu d'une forêt sans avoir rien demandé à personne...

Le chat avait besoin d'affection, de compagnie, et de quelqu'un à embêter.

Seulement, il ne le réalisait pas très bien, ou alors refusait de l'admettre... Lyan était bien trop occasionnel pour servir de victime officielle. Quant aux autres, et bien... ça n'étaient jamais vraiment devenu des amis.
Il supposait que le toit en question devrait être partagé avec elle ; il se demandait où elle avait pu dénicher une chose pareille alors qu'elle n'avait pas d'argent.

On allait devoir effectuer une enquête sur la personne. Loïs se remit sur pattes et s'approcha prudemment de la demoiselle, pour renifler avec attention ses chausses et son pantalon. Il n'y trouva pas d'indice sur ce qu'elle avait pu vivre ces derniers jours. Il la contourna alors pour l'observer sous tous ses angles, prêt à bondir au moindre geste suspect. Elle n'était même pas armée.

Répondre ? Ne pas répondre ? Le garçon se décida enfin, et une jeune voix suspicieuse franchit le mutisme de l'animal. Cela devait être étrange de voir une bestiole parler ainsi...

-Combien tu me payerais ?


Fidèle à lui même. Ses yeux dorés souriaient, tandis qu'il attendait plus d'explications de la part de son interlocutrice, campé au milieu des feuilles mortes tel un sphinx capricieux.


[Maaais T.T J'm'en fous j'le boufferai un jour <<]

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 27
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Jeu 28 Mai - 1:08

A peine Plume-Noire s'était-il posé sur la main de sa maîtresse que la panthère s'était approchée, inspectant minutieusement la mercenaire. Sindanarie se contraignit à rester immobile, main levée surmontée d'un choucas inquiet, subissant ladite inspection comme un passage nécessaire pour gagner, un tant soit peu, la confiance de la panthère. Ou pour éviter de se faire manger, si la panthère n'était pas Loïs... Même si les doutes s'effaçaient peu à peu dans son esprit, la semi-elfe restait aux aguets. Gagner à la course contre une panthère n'était pas sa spécialité... Surtout tôt le matin. Surtout avec un choucas sur la main. Enfin, surtout quand elle n'avait pas l'esprit à ça.

Et la voix du jeune garçon passa les babines de la panthère assise dans les feuilles mortes qui jonchaient le sol de la clairière. La semi-elfe réprima un soupir de soulagement, et relâcha légèrement son attention. C'était Loïs. Tout allait bien. Et elle avait réussi à retrouver l'objet de sa quête, si l'on peut dire. Cette première réaction passée, les paroles du garçon-chat arrivèrent finalement à son cerveau, arrachant un franc mais bref éclat de rire à la mercenaire, qui ne trouva rien de mieux à faire que de rétorquer, sur le ton de la plaisanterie :


Te payer ? J'ai l'air d'en avoir les moyens, petit Chat ?

Erreur. Eh oui, manifestement le petit être était déjà fort attaché aux réalités de la vie... Le problème de l'argent était primordial pour tous, hélas. Hum, bon, donc il fallait rattraper ça avant qu'il s'en aille. Vite, vite, vite.

En fait... J'ai des boulots occasionnels, souvent pour une journée... Bon, pas très valorisants, comme fouler les peaux dans les tanneries, mais ils sont assez bien payés pour me permettre d'occuper une chambre dans une auberge. Une assez grande chambre. Trop grande pour moi.

Tout n'était pas dit. L'idée qui avait germé dans son esprit n'était pas encore développée. Comment tourner ça ? Voyons... Impossible de lui dire simplement :"Mon ancien mode de vie me manque, j'ai besoin que tu m'aides à le retrouver." Trouver autre chose... Pour se donner quelques secondes de réflexion, Sindanarie laissa repartir Plume-Noire, qui s'agitait depuis qu'il avait, lui aussi, reconnu la voix de son machouilleur officiel, et s'assit à même le sol. La panthère assise était légèrement plus grande qu'elle ainsi. Levant les yeux pour rencontrer le regard du garçon-chat, la semi-elfe reprit :

Tous les deux, on n'a aucune chance d'arriver à quelque chose, à long terme, si on reste seuls dans notre coin. Alors que si on s'associait, on pourrait mieux gagner notre vie, de manière plus ou moins orthodoxe... Et j'essaie de me trouver un emploi stable, ça ne devrait plus poser trop de problèmes... Quand je l'aurai à coup sûr, on pourra sans doute avoir un logis stable, et être confortablement installés, un lit chacun, de quoi manger tous les soirs... Ce serait une belle vie, non ?

Regard d'émeraude toujours planté dans les yeux dorés de la panthère. Attendre une réaction. Ne pas se faire becqueter comme un vulgaire lapin. Et maintenant que l'idée d'un emploi stable avait germé... Il faudrait en trouver un. Pourquoi ne pas aller retrouver ce charmant Capitaine des Gardiens, rencontré lors de l'expédition récente en Cyllanca ? Après tout, ses talents avaient eu l'air de l'intéresser... Et lui l'intéressait également. Chassant ces pensées, qui avaient tendance à la distraire, Sindanarie revont à la situation présente, et la rêverie qui avait un instant empli son regard se dissipa comme elle était venue, laissant la place à l'attention qu'elle fixait sur Loïs.

[Désolée mon Chaaat, mais là faut que je dorme... La fin demain Razz J'te préviendrai quand tu pourras bouffer le pigeon Razz et si tu veux que je modifie quelque chose, suffit de faire signe <3]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Sam 30 Mai - 17:50

[Oh oui le pigeon *.*]

C'est un air intrigué qui accueillit les paroles de la mercenaire. Elle n'avait même pas de maison et elle osait lui proposer de venir ? 8D ...en tous cas tout cela paraissait très bizarre. Les probabilités pour qu'elle veuille abuser de son corps semblaient fortement en hausse. Quoi d'autre pourrait motiver une jeune femme célibataire pour inviter chez elle un jeune et innocent garçon, hein ? D'un autre côté, le chat savait bien qu'il dormait souvent dehors, qu'il ne mangeait pas tous les jours et que pas grand monde ne daignait s'occuper de lui. Et que même s'il refusait de se l'avouer, il n'était rien d'autre qu'un vagabond, et voleur par dessus le marché...
Il ne retint cependant pas sa contestation :

-C'est pas vrai, je peux devenir maître du monde, si je veux <.<

Une pause. Il pencha la tête sur le côté sans quitter la mercenaire du regard. Cette proposition ne pouvait tout simplement pas être prise à la légère, elle mettait en jeu une partie de sa liberté mais aussi de la viande et un nid douillet. Comme s'il allait fonder une famille... Cette pensée le troubla légèrement. Ils allaient finir vieux et moches -vision de la famille d'après Loïs- et finir leurs jours près du feu le soir à tricoter ou fumer la pipe o__o
S'il y avait bien une chose à laquelle tenait l'adolescent, c'était cette vie aventureuse et libertine, soldée de nombreuses bêtises et de rencontres fort amusantes. Restait à savoir ce qu'elle attendait exactement de ce "partenariat" d'innocente apparence.

Le silence avait duré trop longtemps !

-C'est juste pour ça que tu es venue dans la forêt ? T'as plus de sous en fait, hein ? Ou alors tu es frustrée à cause du célibat ? Et quelles seraient les manières moins orthodoxes pour gagner notre vie ? Tu veux apprendre à voler ? Est-ce qu'il y aurait des soucoupes de lait ? Et un grand lit chaud et moelleux ? Et une cheminée ?


Oubliant sa méfiance, l'animal s'était doucement approché lors de l'avalanche de questions, patte après patte, sans un bruit, jusqu'à ce que son museau ne se trouve qu'à quelques centimètres seulement du nez de la jeune femme, et que ses grands yeux d'or fendus d'une pupille noire la transpercent avec inquisition. Sindanarie n'avait certainement pas pensé au fait qu'elle devrait supporter constamment la présence de cette bestiole.
Ça n'était pas gagné d'avance.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 27
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Mar 2 Juin - 14:45

La semi-elfe n'avait pu retenir un sourire amusé quand Loïs avait proclamé qu'il serait maître du monde s'il le souhaitait. La jeunesse, sans doute, et son insouciance... Son manque de réalisme, peut-être. Ses idéaux. Quoi qu'il en ait été, la panthère semblait désormais en veine de parlotte, se rapprochant en bombardant Sindanarie de questions, sans la quitter de son regard inquisiteur de félin méfiant. Elle lui répondit au vol, et il le fallait sans doute, car... S'il devait lui faire confiance, ce n'était pas en le laissant essayer de la déstabiliser que cela se produirait. Certainement pas. Tout était problème d'assurance, sans doute. Et la Sindanarie en avait encore à revendre.

Oui, c'est pour ça que je suis venue. Si, j'ai encore des sous, puisque je suis à l'auberge. Je n'ai aucun problème avec le célibat. Moins orthodoxe, ça veut dire moins légal. Je sais voler. Il y a déjà du lait par chez moi. Il y a aussi un bon lit. Et il y a aussi une cheminée.

Il était à si peu de distance maintenant qu'elle sentait le souffle de la panthère sur son visage. Ce n'était pas le moment de se laisser démonter. Ils pouvaient y gagner tous les deux. Et surtout, fuir cette solitude si désespérante, les longues soirées dont les minutes s'égrenaient comme un fleuve sans source ni estuaire, ces journées de silence, ces heures à perdre tout contact avec le monde, seuls dans leur propre réalité, sans contact avec qui que ce soit. Il fallait le convaincre. Mais comment ? L'appât du gain, peut-être, serait un assez bon moyen. Loïs semblait sensible à ce genre de réalités...

Tu sais, à nous deux on pourrait être terribles. Tu nous imagines, toi en train de faire un grand numéro de charme à une dame bien née et toute riche auprès de laquelle je t'aurais introduit, et moi en train de préparer notre prochaine cible ? Avoue qu'on s'en sortirait très bien. Tu as le charme qu'il faut pour manipule les gens, et j'en ai l'habitude. En fait, je me demande qui pourrait nous résister...

Une seconde de silence. Les émeraudes rendaient leur regard aux yeux de chat. Et soudain, un large sourire vint éclairer les traits de Sindanarie, alors même qu'une lueur malicieuse s'allumait dans son regard. Apparemment, Loïs restait stoïque en sa présence, malgré tout. Alors, cette idée... Pourquoi ne pas la mettre en pratique ? L'embêter un peu, juste un tout petit peu, en dédommagement pour leur première rencontre, par exemple... Les panthères étaient-elles donc chatouilleuses ? Elle se souvenait d'avoir taquiné de la sorte certains chevaux, mais elle n'avait aucune idée des réactions possibles des félins... Il fallait cependant garder à l'esprit que ce félin-là était tout de même à moitié humain. Très, très humain, en fait. Sans doute l'était-il, alors... Mais il avat des réflexes de félin, et une griffe était vite sortie, sans aucun doute... Prudence, donc.

Sans raison, la semi-elfe tendit la main vers la tête de la panthère. Pas pour l'attaquer, non. Au contraire. Juste un petit gratouillis derrière l'oreille, rien de bien méchant... Juste un geste amical. Même si elle n'avait pas l'habitude des chats ni d'aucun autre félin, aison pour laquelle elle était d'ailleurs prête à esquiver tout coup de griffe ou équivalent. On ne savait jamais, après tout...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Lun 15 Juin - 18:12

Hm hm hmmm. Les réponses à ces questions présentaient le tout sous un jour plus favorable, bien qu'il doutât de la véracité de certaines affirmations. Il hésitait encore à se laisser séduire. C'était en effet un engagement -et Loïs n'aimait pas les engagements- pour une vie en commun pour laquelle il ne savait pas à quoi s'attendre. De plus, c'était simple : cette mercenaire sortie d'on ne savait trop où, il la connaissait à peine !

La panthère ouvrit un peu plus les yeux en signe d'étonnement lorsqu'elle reprit la parole, mais il n'eut pas le temps d'y réagir. Il eut un léger mouvement de recul et ses yeux d'or suivirent avec attention la trajectoire de la main adverse. Elle voulait déjà le tripoter ?!

...bon, d'accord, ça n'était pas tout à fait désagréable.

Loïs se recula de manière à être hors de portée d'une façon qui se voulait nonchalante et désintéressée. Il n'allait pas lui faire le plaisir de se mettre à ronronner en de pareilles circonstances, ce serait comme se laisser acheter par un vilain gratouillis bien placé ! Le sérieux était de mise afin de jauger le degré de fiabilité de son interlocutrice.

-T'es pas vraiment honnête, en fait, hein.


La dernière proposition de la jeune femme lui déplaisait : s'il habitait et travaillait avec elle... non, ce n'était même pas envisageable. Son indépendance devait être conservée au moins sur ce point. Ses secrets, ses siestes improvisées sur les toits, ses connaissances, ses cachettes et toutes ses magouilles ne devaient en aucun cas passer les portes de sa petite tête.

-Je travaille seul.

C'était un peu froid mais indiscutable. Peut-être qu'un gamin de douze ans aurait eu l'air cocasse en affirmant cela, mais il s'agissait à présent d'un félin aux tendances anthropophages... Il avait des airs de mafieux à la fois élégant mais redoutable. Beaucoup moins mignon tout à coup.

Quant à elle, on allait tâcher d'en apprendre plus : il fallait qu'il lui prépare un questionnaire : date de naissance, carnet de santé, curriculum vitae, habitudes alimentaires, préférences sexuelles, tout ce qui de près ou de loin pouvait se révéler dangereux pour lui au sein de leur hypothétique petit couple.
Les interrogations n'étaient certes pas terminées.

-Alors comme ça tu sais voler ? Tu viens d'où ? Quand est-ce que je pourrai manger ton poulet ? Tu as quel âge ? Est-ce que tu as déjà envisagé ou tout simplement couché avec un animal ? Est-ce que tu cuisines bien ? Tu as travaillé comment avant de venir sur l'Ile ? Tu dors combien d'heures par nuit ?

Ses yeux d'or fixaient attentivement la mercenaire, guettant une réaction de sa part. Si elle refusait de répondre à ces questions, c'était qu'elle avait quelque chose à cacher. Après un instant de réflexion il finit par ajouter, sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit :

-Est-ce que tu es une psychopathe ? Est-ce que tu fais la vaisselle ? Est-ce que tu te laves régulièrement ? Est-ce que tu as d'autres choses de compagnie ? Dont un amant ? Tu as des puces ?

Sur ce, il s'allongea sur le sol à la manière d'un sphinx. Tout cela promettait de longues tirades explicatives, qui nécessiteraient un bon moment d'attention. Il ne la lâchait pas du regard.


[C'est reparti 8D]

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 27
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Mar 16 Juin - 23:41

Décidément, il n'avait pas l'air du tout convaincu, et absolument pas prêt à se laisser approcher, comme le montrait sa dérobade devant la main de Sindanarie. L'effet d'un réveil un peu brusque, peut-être... Mais la phrase lapidaire qui suivit laissa la mercenaire sans voix. Ce n'était même pas une question. Il n'avait donc absolument pas confiance ? Eh bien... L'impression que ce périple dans la forêt serait finalement vain se profila dans l'esprit de la semi-elfe, mais elle refusa simplement d'y prêter attention. Ce n'était pas la peine de se laisser démonter, n'est-ce pas ? Après tout, peut-être était-ce juste un test, puisque ce garçon-chat semblait avoir la manie de vérifier tout et le reste. Mais la seconde affirmation qui passa les babines de la panthère, aussi nette et claire que la première, confirmait l'impression que chacun des deux resterait dans sa solitude. Au moins, elle aurait essayé...

Et puis, "je travaille seul"... Etait-ce tellement incompatible avec ce qu'elle proposait ? Elle-même travaillait seule, en l'état actuel des choses... Bon, effectivement, elle lui avait proposé une association, mais c'était négociable, sans doute...

Et d'un seul coup, une avalanche de question déferla. Et encore, si ces questions avaient eu un quelconque lien entre elles, sans doute auraient-elles paru moins nombreuses, mais là... Tout y passait. De l'âge à l'origine, des relations avec les animaux à ses habitudes quotidiennes. C'était disparate en diable, et avant même que la panthère ait fini de débiter sa tirade, un large sourire amusé s'était peint sur les lèvres de la semi-elfe. Brusquement, les questions semblèrent se tarir, et alors même qu'elle pensait pouvoir prendre la parole pour y répondre, Loïs recommençait avec une seconde série qui, quoique moins longue que la première, se révéla aussi disparate et aussi prodigieusement étonnante que la première. Un éclat de rire échappa à la semi-elfe à cette volée de questions, et il lui fallut une poignée de secondes pour se remettre et penser à répondre. Ce qu'elle fit à l'aide d'une non moins longue tirade que celle de son malheureux interlocuteur félin, maintenant couché comme un sphinx gardien d'on ne sait trop quoi, vigilant et presque menaçant, mais en tout cas condamné à écouter les réponses qu'il avait demandées en foule :


Voyons... Prenons ça dans l'ordre, veux-tu ? Et si j'oublie quelque chose, signale-le moi. Donc... Oui, je sais voler, c'était souvent lié à mon métier. Je viens de Terre de Cerf, à quelques semaines de marche d'ici. Mon poulet est un choucas, et pour le manger, il faudra que tu l'attrapes, j'en ai bien peur... J'ai vingt et un ans en années humaines, mais crois-moi, le monde m'aura encore longtemps sur le poil. Les seuls rapports que j'ai eus avec des animaux, hormis mon lien mental avec Plume-Noire, ont été des relations purement utilitaires : les pigeons dressés pour le transport de messages, les faucons pour la chasse, les chevaux pour les longs déplacements et la guerre. Je cuisine assez correctement, quoique je cuisine assez peu puisque je réside à l'auberge en ce moment. Je travaillais en assassinant des gens gênants pour le compte de commanditaires, et j'étais la meilleure dans ce domaine en Terre de Cerf. Mes nuits sont rarement régulières, je peux me lever à trois heures et me coucher à dix le matin, ou inversement, autrement dit je n'ai pas de règles en ce qui concerne le sommeil.

Le souffle court d'avoir lancé toutes ces informations pratiquement d'une traite, Sindanarie se tut un instant avant de reprendre, un sourire amusé éclairant toujours son visage :

Alors, deuxième série... Non, je ne suis pas psychopathe. Pourquoi, j'en ai l'air ? Et oui, je fais la vaisselle. Bien sûr, je me lave régulièrement, et pas une fois toutes les trois semaines ! Tu crois qu'on assassine les gens en les réveillant avec une odeur à faire mourir d'asphyxie un putois ? Je n'ai rien de compagnie, et pas d'amant, même si... En fait, il faudrait que je revoie quelqu'un, car ce quelqu'un m'a sérieusement tapé dans l'oeil pendant une expédition. Je ne sais pas si tu en as entendu parler, il est Capitaine des Gardiens. Tate Mukuro. Bref... Et non, je n'ai pas de puces ! M'enfin, je t'ai dit que je me lavais souvent...

Et cette fois, la semi-elfe se tut. Enfin, se tut, c'est beaucoup dire, car presque aussitôt elle reprenait la parole, un sourire taquin dansant à la commissure des lèvres :

Je te fais donc peur, petit Chat, pour que tu m'interroges comme ça ? En tout cas, c'est mon tour, il me semble... Aurais-tu des habitudes inavouables, comme manger les compagnons d'une colocataire ou la colocataire elle-même ? Tu es capable de te débrouiller seul dans un logement quelques jours d'affilée sans en faire une véritable porcherie ? Tu arrives à survivre en faisant semblant d'être un garçon qui ne se transforme pas en panthère pour dormir ? Tu conserverais une certaine autonomie si tu acceptais ma proposition, que je ne t'aie pas tout le temps sur les bras ? Serais-tu assez habile pour éviter que tes victimes ne remontent jusqu'à toi même si tu devais t'installer, à temps partiel du moins, à l'auberge ?

Eh oui, à bavard, bavarde et demi... Car si le garçon-chat semblait curieux, la mercenaire ne l'était pas moins. Après tout, s'il s'avérait que Loïs avait une tare inavouable... Il faudrait bien faire l'impasse sur leur association, non ? Et il lui semblait qu'elle venait de dresser l'inventaire de ces tares qui pourraient compromettre leur potentielle future vie commune. A temps plein ou à temps partiel, d'ailleurs, cela ne changeait rien, dans la mesure où la prespective de se réveiller le matin avec une jambe à moitié grignotée ne plaisait pas tant que ça à la semi-elfe...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Dim 21 Juin - 15:02

-Bien sûr que tu as l'air psychopathe. Les humains sont tous des psychopathes.

Loïs gromelait dans ses poils. Elle avait eu des réponses convenables : en théorie, pas trop dangereuse pour lui. Enfin il imaginait qu'il risquait tout de même sa peau si elle devait un jour trouver leur hypothétique logement dans un état “porcin” selon ses dires. Un peu trop propre, cette jeune femme, tout de même. Mais elle avait de bons côtés : elle ferait la vaisselle, le ménage... et le mieux : elle savait cuisiner, et ça... ça n'avait pas de prix. Parce que la viande fraiche, c'était sympathique, mais un bon gros ragoût avec plein de choses dedans, c'était encore mieux !

La panthère remua un peu ses moustaches : tout cela se présentait un peu mieux. Le fait de l'interroger lui paraissait tout de même étrange étant donné qu'elle avait fait tous ces efforts pour obtenir sa collaboration... Il avait soudain envie de lui raconter qu'il était tombé amoureux d'une éléphante et qu'il faudrait que l'animal emménage avec eux juste pour voir sa tête ! Jusqu'où était-elle prête à aller pour gagner son coeur ? <3

Enfin, c'était à présent à son tour de subir le test. Il ne le réalisait pas quand il posait les questions, mais se souvenir de toutes pour y répondre relevait tout de même d'un effort mental conséquent. Aussi tenta-t'il de se remémorer les points importants ou du moins les mots qui l'avaient marqué, d'un air relativement concentré, c'est à dire le regard un instant égaré au milieu des feuilles mortes.
Ah, à propos de la peur de cette chère mercenaire de se réveiller avec un bras en moins !

-Je mange ce qui est méchant, dérangeant ou appétissant. Si la colocataire peut être qualifiée d'un de ces trois adjectifs, oui, je la mangerai. C'est la chaîne alimentaire n__n
Pour la porcherie... ça dépend de ce que tu appelles une porcherie... c'est très propre un cochon !


Il ne pouvait pas sourire dans cet état, mais ses yeux montraient bien qu'il s'amusait de la situation. Tous deux n'avaient décidément ni les mêmes principes, ni la même vision du monde. Tout cela promettait d'être intéressant ! La queue du fauve remuait de droite à gauche, à quelques centimètres du sol.
Mince, qu'est-ce qu'il devait dire ensuite ? Une histoire de survie ou quelque chose comme ça...

-Je suis parfaitement autonome. Sauf si tu me paies parce que tu as envie de jouer à la baby-sitter. Là, je pourrais être très dépendant. Mais le reste du temps je me débrouille très bien tout seul.

Voilà, il lui semblait n'avoir rien oublié. Ou presque. Le temps de la conclusion se rapprochait. Si elle ne s'en était pas effrayée tout de suite, il y avait tout de même de fortes chances pour qu'elle le mette à la porte d'ici quelques jours, ne pouvant plus supporter sa simple présence ou encore d'autres petites choses et habitudes, comment dire... sauvages ? Il avait eu beaucoup de mal à s'adapter à la vie en maison lorsqu'il avait emménagé chez le Maître et cela faisait bien trop de mois qu'il avait oublié comment cela se passait.

-Mais tout cela ne sert à rien si tu me mets à la porte au bout d'une semaine, parce que je ne suis pas vraiment ce que tu pourrais attendre d'un colocataire idéal... je suis ton pire cauchemar, tu te rappelles ?

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 27
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Sam 4 Juil - 13:06

[Si tu veux que j'édite pour rajoute ou modifier quelque chose, tu me dis Smile ]

Un franc éclat de rire échappa à Sindanarie à la dernière réponse de la panthère. Comment aurait-elle pu oublier pareil jour, pareilles embrouilles, déconvenues et autres ? Elle avait découvert des situations pour lesquelles elle n'était pas faite, qu'elle n'avait jamais vécu auparavant... Reprenant son sérieux, quoiqu'une lueur décidément amusée ait continué à danser dans son regard, Sindanarie répondit :

Oui, je me souviens, petit Chat. Ce fut une journée mémorable... Et je crois que je me souviendrai toujours de ce bordel sous une tente, j'avais rarement autant ri !

Reprenant un peu plus son sérieux, car manifestement l'on parlait affaires ici, la semi-elfe reprit :

Je n'ai pas l'intention de te coller à la porte au bout d'une semaine, et ça m'arrange que tu te débrouilles seul. Je n'ai jamais été très douée avec les gens dépendants, ils me tapent vite sur les nerfs. Et dans ces cas-là, ça peut devenir sanglant assez rapidement.

Réprimant un sourire, elle rectifia :

Enfin, sanglant, c'est une manière de parler... Je m'énerve un peu, on va dire. Ne va pas me prendre pour une psychopathe, d'ailleurs, je me contrôle très bien tant qu'on ne me marche pas trop sur les pieds. Et à ce sujet, j'en profite pour te dire que je suis seulement à moitié humaine, hein...

Retour mental sur les réponses de Loïs. Voyons, voyons... Manger la colocataire si elle était appétissante. Cela pouvait s'arranger... Tendance au bazar, mais si le bazar suivait une logique propre (bien à lui, s'entend !), ce devait rester vivable. Et le payer pour jouer à la baby-sitter... Mais franchement ! Vous voyez une Sindanarie faire ça ? Hmmm ? Le sourire réapparut franchement sur le visage de la semi-elfe, et elle reprit, pensant aux derniers mots du garçon-chat :

Tu sais, je suis loin d'être une colocataire idéale... Regarde, je suis devenue une mercenaire après avoir été une assassine, sans doute la meilleure dans le pays d'où je viens. Et mes habitudes ne changeront pas spécialement parce que tu seras là ! Si tu viens, naturellement. Autrement dit, si j'ai envie de décamper un soir, je te laisse te débrouiller sans préavis. Si j'ai quelque chose à faire, je ne te préviens pas. Si je ne suis pas là pendant une semaine, il ne faut pas s'inquiéter. Ca te tranquillise ?

Et voilà. Elle redevenait bavarde. C'était honteux, vraiment ! Elle qui avait toujours été si solitaire se mettait à bavasser comme une vieille commère. Et si elle commençait à bavarder inutilement, nul ne savait quand elle s'arrêterait. Il fallait donc qu'elle mette rapidement un terme à ce débordement de mots nés d'une trop longue solitude. Aussi se leva-t-elle, et, enlevant les feuilles mortes qui étaient restées accrochées à ses vêtements après son séjour assise au sol, elle reprit simplement :

Alors, Loïs ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Mer 15 Juil - 21:52

A moitié humaine ?! Mais... c'était quoi alors ? La mercenaire fut examinée millimètre carré par millimètre carré jusqu'à ce qu'il remarque ses oreilles pointues. Il ne se souvint pas d'avoir noté ce détail auparavant... Rien du reste ne laissait présager qu'elle venait d'une autre planète ou que son père avait fait des choses inavouables avec son animal domestique.

-T'es quoi alors ? .__.

Bon, ça, à la limite, ça n'était pas très important. Elle avait été classée dans la catégorie humains -et donc potentiellement comestible- ce statut resterait certainement identique. Hm hmm hmmm. Elle était gentille. Loïs avait un faible pour les gens gentils, même s'il ne le montrait pas toujours. Et elle avait plein d'avantages. Hm. Réflexion intense.

Le félin tout de noir vêtu se rassit lentement pour pallier la différence de hauteur, puisque la demoiselle venait de se lever. Mais il se sentait toujours petit et ça ne lui plaisait pas trop. D'un autre côté il refusait de se transformer devant quiconque. Il la scruta à nouveau de haut en bas. Puis de bas en haut. Ses yeux verts n'avaient pas l'air trompeur. Il trouvait toujours aussi étrange qu'elle l'ait choisi, lui, l'illustre, le magnifique, le seul et unique garçon-chat insupportable de la ville pour devenir son colocataire -et son ami. Il songea qu'elle ne lui aurait pas révélé son ancien métier si son but était de l'assassiner. La confiance n'était pas encore tout à fait là mais il y avait du progrès.

Loïs tira sa langue toute rose à la mercenaire puis, sans dire un mot, se leva paresseusement, fit demi tour et disparut dans les broussailles. Parti. Parti ? Quelques instants plus tard, c'est un garçon d'une quinzaine d'années qui revint se poster face à elle, les bras levés en l'air pour s'étirer, l'air un peu mieux réveillé et toujours aussi ébouriffé.

-Je crois qu'on devrait pouvoir s'arranger. C'est toujours la même auberge ?


Cela ressemblait fort à un consentement quant à la proposition de cette madame à la grande épée. Un grand sourire fendit le visage du gamin, qui, les mains sur les hanches, examina les alentours pour déterminer où se trouvait la cité de verre. Heureusement qu'il connaissait bien la forêt. Tout à coup, il se retourna vers la mercenaire d'un air tout à fait sérieux :

-Mais c'est moi qui décide quand on joue, et pis je veux des câlins tous les jours. Mais d'abord il faudra m'apprivoiser.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 27
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Jeu 30 Juil - 18:08

[je te MP dès que j'ai fini, mon frère veut me piquer le PC^^]
[C'est bon, désolée pour le délai de réponse... Si tu veux une modification, suffit de le dire Wink ]

Un sourire amusé se peignit brièvement sur les lèves de la semi-elfe devant l'examen qu'il fallut à la panthère pour découvrir une trace du fait qu'elle n'était pas entièrement humaine. Les oreilles plus pointues que celles d'un humain et moins pointues que celles des elfes ne mentaient pourtant pas. Mais, après tout, peut-être n'y avait-il pas beaucoup de gens de la race de son père sur cette Île Cachée... Aussi se résolut-elle à se fendre d'une petite explication, schématique mais, pensait-elle, suffisante (après tout, elle n'allait pas exposer toute sa vie familiale d'un coup, non ?) :

Je suis de sang mêlé. Ma mère était humaine, et mon père elfe. C'est tout.

Et la panthère se releva. Et l'examina avec une attention toute particulière, de haut en bas, de bas en haut. Un nouveau sourire échappa à Sindanarie. Qu'espérait-il ? Percer la carapace de sa peau pour entrevoir ce qu'elle cachait ? S'il savait... S'il savait tout ce qui était enfermé derrière cette enveloppe charnelle, les souvenirs de Terre de Cerf qui s'étiraient sans fin comme une vallée désolée dominée par des pics déserts et couverts de glace, les souvenirs des deux ans passées dans la forêt de son père, verdoyants comme les hautes frondaisons des arbres, les souvenirs de ses actions condamnables et officiellement condamnées (quoiqu'officieusement encouragees), et plus récemment, les souvenirs de son arrivée sur Ynis, de ses rencontres sur Ynis, de ce qu'elle y avait déjà vécu. Tant de tristesse, puis tant de sérénité... Etait-ce cela qu'il cherchait à sonder en la détaillant avec une telle minutie ? Ses secrets, ce que nul n'avait pu approcher, pas même, dans une certaine mesure, son compagnon de lien ?

La semi-elfe s'obligea à rester immobile pendant tout le temps que dura cet examen scrupuleux, et ne bougea pas plus quand le garçon-chat lui tira la langue avant de tourner les talons et de disparaître dans les fourrés. Une telle sortie, sans même un salut aussi espiègle que le damoiseau, incita Sindanarie à attendre son retour. Après tout, il venait de se réveiller, c'était sans doute pour parachever ce réveil qu'il s'était éloigné. Rester immobile pendant l'examen du garçon-chat l'avait un peu engourdie, et elle profita de son absence pour faire quelques pas, tranquillement. Pas une seconde il ne lui vint à l'esprit que, sur son territoire, il était parfaitement capable de lui faire un coup fourré, comme lui sauter dessus toutes griffes dehors pour tenter de l'énucléer sauvagement dans le but non dissimuler de manger la semi-elfe (fallait bien goûter les choses nouvelles, non ?) et son choucas en dessert... Non, Sindanarie était paisible. Rien dans le regard de Loïs ne laissait présager d'une entourloupe. Il avait eu un regard simple, sans arrière-pensée. Cela s'était lu dans ses yeux.

Ces opinions de la mercenaire furent bientôt confirmées par la réapparition de Loïs sous la forme humaine qu'elle connaissait, toujours aussi ébouriffé, l'air encore un peu endormi malgré ses efforts pour s'étirer. Ainsi, il avait choisi de s'adresser à elle sous cette forme, désormais. Quelque chose comme du soulagement souleva légèrement la poitrine de la semi-elfe en un soupir, et un léger sourire dansa sur ses lèvres. Sourire qui s'accentua quand le garçon-chat annonça qu'ils "pourraient s'arranger". Il semblait accepter sa proposition, d'autant plus qu'il demandait des précisions sur l'auberge où elle logeait. Elle allait répondre quand le gamin se posa les mains sur ses hanches et parcourut du regard la forêt qui les entourait. Et, avant qu'elle ait repris la parole, il posait quelques conditions avec le plus grand sérieux. Des câlins ? Jouer ?

Un éclat de rire échappa à la semi-elfe. Elle qui avait été formée dès son plus jeune âge à l'art de l'assassinat n'avait jamais vraiment eu de tels loisirs. Adopter, d'une certaine manière, ce drôle de garçon serait donc comme vivre une vraie enfance, une enfance heureuse ? Contrôlant son hilarité naissante en faisant appel à ses plus profondes réserves de maîtrise d'elle-même, elle acquiesça d'un signe de tête, et dit, d'une voix qui trahissait toujours son amusement :


Pour commencer, non, je ne loge plus dans la même auberge. Pour le moment, j'habite dans une autre, plus proche de la Tour de Verre. Bon, pour ce qui est des câlins et des jeux, c'est d'accord, mais il va falloir que tu m'apprennes... J'ai bien peur de ne pas m'y connaître. Et, hum... T'apprivoiser ? Les seules animaux que j'ai pour ainsi dire apprivoisés étaient des chevaux, mais je suppose que je vais bien trouver un moyen d'y arriver...

Une idée lui traversa l'esprit. N'avait-il pas parlé de lait quelques minutes auparavant ? Avec un sourire espiègle, la semi-elfe reprit :

Un bol de lait serait-il un bon point de départ ?

Evidemment, elle n'en avait pas sur elle, c'était visible. Mais dans une auberge, on trouve plein de choses, surtout quand cette auberge est au coeur d'une capitale, au coeur de la Cité de Verre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Chat perché   Mer 12 Aoû - 2:08

Un elfe. Hin hin. Ca devait être une autre sorte de bipèdes. Pour Loïs, cela ne faisait aucune différence. Toujours dangereux, stupides et potentiellement comestibles. Mais assez amusants.

-C’est pas grave, je vais t’apprendre tout ce qu’il faut.

Il hocha la tête avec conviction avant de décider quelle direction les mènerait à bon port, et d’inviter d’un signe la mercenaire à le suivre. Il écarta une branche de noisetier qui barrait la route et la retint sur le côté, laissant passer les dames d’abord. Il finit enfin par répondre :

-Et je ne fonctionne pas comme un cheval. Les chevaux, c’est une viande limitée intellectuellement ! Mais je t’apprendrai aussi comment on m’apprivoise. Et oui, un bol de lait, c’est toujours très utile *.*

Il laissa un éclat de rire franchir ses lèvres, pour la rattraper en sautillant à moitié. Si elle avait compris pour le lait, elle savait déjà à moitié comment s’y prendre avec lui, et ils risquaient de bien s’entendre.
Le garçon avait envie de rentrer très vite pour voir sa nouvelle maison. Il n’avait jamais possédé véritablement de toit, puisqu’il se contentait de squatter chez les gens comme l’honnête et innocent matou qu’il était. Cette fois, ç’allait être chouette ! Il pourrait même dormir au chaud avec quelqu’un comme ça lui plaisait tant.

Et puis, il pourrait lui apprendre à chasser, à faire des bêtises, et plein d’autres loïsseries !

-En fait, tu vas apprendre plein de choses !

Et c’est ainsi qu’une panthère garou excitée et sa victime inconsciente regagnèrent la ville, prêts à commencer leur vie de couple.

[Ze End]

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chat perché   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chat perché
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chat perché [PV Fhury]
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Chat a gogo
» Le petit chat m'aimait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Les Environs de la Ville ~.*.~ :: La Forêt-
Sauter vers: