Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...

Aller en bas 
AuteurMessage
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...   Sam 20 Juin - 1:06

Citation :
Après avoir vaillamment traversé -ou du moins essayé- le labyrinthe, Ynisois, Ynisoises, le temps du second défi est arrivé.

Vous avez bien réussi la première épreuve ? Bien, il est temps de confirmer son succès ! Vous avez échoué ? Tentez une nouvelle fois votre chance et rattrapez vous !

Cette partie du tournoi met à l'épreuve les capacités de logique et de réflexion des candidats.

Mais de quoi peut-il bien s'agir ? Nous sommes le deuxième jour, une lettre émanant d'un mystérieux personnage qui se fait appeler le Narrateur vous est parvenue et vous a conduit en un lieu différent. Le suspens monte tandis que chacun des participants imagine la prochaine étape. Vous vous trouvez bientôt devant... une cabane. Comment cela, une cabane ? Une espèce de petite maison de bois perdue dans la campagne ?

Tout à fait ! Il s'agit de la cabane aux mystères, le nouveau lieu de rendez-vous. Chacun devra y entrer tour à tour et pas moyen de savoir ce qui l'attend à l'intérieur. On vous a cependant prévenu qu'il s'agira de trouver la solution à une énigme. Astiquez vos méninges !

Vous entrez... Et vous vous trouvez face à un vieillard, barbe blanche jusqu'à la taille, longue toge écrue, qui vous confirme ce que le Narrateur vous disait dans sa missive... Dans cette cabane, véritable caverne d'Ali Baba, vous devez trouver trois objets représentatifs d'un personnage mythique. Le Narrateur vous laissait, dans sa lettre, le choix entre deux de ces fameux personnages, appelés par certains les Muses, mais le vieillard, lui, vous demande de restreindre votre choix. Une Muse, et trois objets à réunir.

Le temps pour y parvenir est bien sûr comptabilisé. Celui qui aura réussi cette épreuve de la manière la plus brillante -nous entendons par là d'une logique et intelligence admirable- la remportera. Servez vous donc de votre tête pour cette seconde épreuve, et que la chance soit avec vous !

Informations complémentaires :
- Le vieillard ne mord pas, à moins que vous ne le provoquiez explicitement...
- C'est ici votre inventivité, votre créativité et votre capacité d'adaptation que ce vieillard teste : épuisez donc toutes les ressources de votre imagination et de votre esprit ! Nous nous attendons à quelque chose de spécial, cette épreuve n'est pas si facile qu'elle en a l'air...
- Attention au temps qui vous est imparti : ne vous laissez pas ensorceler par les mille et un mystères et objet enchanteurs qui peuplent cette cabane en apparence si banale...

- Topic commun -

Participants :
- Machi - Done-
- Tate Mukuro -Done-
- Loïs Lleweyn - Done-
- Koutetsu Shinsei -Done-
- Sindanarie -Done-
- Isaac Sagara -Done -
- Katen Saye


ATTENDEZ D'AVOIR EU LE COURRIER DU NARRATEUR POUR POSTER ICI

_________________
Toute Puissance


Dernière édition par Stellae le Ven 17 Juil - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 26
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...   Mer 24 Juin - 13:09

Le chat haussa un sourcil. Calliope ? Termspi... tersip... tchermisp... chore ? Une muse, c'était quoi une muse ? Ca se mangeait ? La personne qui lui avait lu la lettre avait semblé parler chinois. Ca, il n'y comprenait rien, mais vraiment rien du tout. Il avait juste vaguement saisi qu'il s'agissait de la seconde épreuve du tournoi et qu'il devait trouver des vieillards dans une cabane.

Le soir, veille du défi, il eut tout de même la bonne idée d'en parler avec sa colocataire qui finit par lui expliquer ce que l'on attendait réellement de lui, c'est à dire : trois objets ayant un rapport avec la danse, ou trois objets illustrant l'éloquence et la poésie épique. Rien de tout cela ne l'inspirait vraiment étant donné qu'il n'était pas doué dans la première discipline et qu'il n'avait jamais rien vu qui s'apparentait à la seconde. Ce tournoi était vraiment une affaire d'humains...

Après une nuit agitée, et sans avoir révisé les classiques de la culture mythologique grecque, Loïs se leva de fort mauvaise humeur pour se rendre à, je cite, ce fichu bizutage à la queue de héron farci. Il avala en route un bout de jambon “emprunté” au boucher sur la place du marché, direction la fameuse cabane aux mille et uns mystères, qui abritait tout le matériel nécessaire aux candidats. Il était bien tôt et il semblait être le premier arrivé -ou alors les autres s'étaient déjà tous fait manger par le vieil homme.
Trois petits coups à la porte, une voix grinçante : “Entre, petit”. Quoi, comment savait-il qui se trouvait derrière la porte ? Non, il devait sûrement dire ça à tous ceux qui se présentaient à lui. Après tout, pour un vieux croûton, tous les autres gens sont petits, n'est-ce pas ? Loïs oublia son malaise lorsqu'il se trouva face à cette espèce d'ancêtre, auquel il tendit la missive, tout en le toisant de bas en haut. Pas l'air très dangereux. Le genre à se casser en deux au moindre faux mouvement.

Le vieillard retourna alors le sablier posé sur la table près de lui sans dire un mot, et le garçon aux cheveux noirs en déduit que l'épreuve venait de commencer. Il lui fallait choisir une de ces deux femmes mythiques, et partir à la recherche des fameux objets tant désirés, qui permettraient de définir le taux de réussite de l'épreuve... A vrai dire, il n'y avait absolument pas réfléchi. Il n'arrivait déjà pas à prononcer correctement le nom de la première demoiselle. Quant à se souvenir de ce qu'elles représentaient exactement, c'était une autre histoire.

La danse, ou l'héroïsme ? Qu'est-ce qui serait le plus facile à trouver ? Loïs s'avança au milieu de cette cabane si bien remplie, à la fois effaré et émerveillé devant la quantité gargantuesque d'objets qui s'y trouvaient. C'aurait pu être le paradis des voleurs si ces petites choses avaient eu un minimum de valeur, mais malheureusement il semblait s'agir d'objets du quotidien, de bibelots... quoiqu'en cherchant bien... Les étagères en étaient pleines, il en débordait des coffres, des recoins sombres, de sous les tables, c'était à peine si l'on pouvait marcher correctement. Perdu au milieu de tout ce fratras, l'adolescent ne vit pas son examinateur retourner le sablier.

De la danse, de la danse... de l'héroïsme peut-être ? Rien de concret n'inspirait la panthère-garou. Il attrapait un objet, en reposait un autre, les examinait sous toutes leurs coutures sans se décider. Troisième sablier...
L'énervement commença à le gagner. Il finit par attraper un grand couteau de cuisine, qu'il déposa sur la table devant le vieillard, avant de repartir à l'assaut. Le second choix s'arrêta sur un petit hochet que les mères utilisent pour que leurs bébés les laissent en paix quelques minutes. Quatrième sablier. Quant au dernier objet... Loïs estimait n'avoir plus le temps, il courut dans un coin et attrapa la première chose qui lui tomba sous la main, c'est à dire... une banane. Bah, il était sûr qu'on pouvait trouver un sens philosophique à tout cela.

-Je choisis Termispchore ! Ah non mince c'est pas celle-là... enfin celle de la poésie épique u_u Calliope ou un truc comme ça !


Et voilà, c'était fini, Loïs le magnifique avait une fois de plus triomphé face à l'ennemi. Il sortit de la cabane avec l'impression d'avoir quelque peu perdu son temps, et décida de s'asseoir dans l'herbe en attendant Sindanarie.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Isaac Sagara
Chef des Chevaucheurs d'Ombre / Membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 05/05/2009

MessageSujet: Re: Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...   Mer 24 Juin - 22:00

La première épreuve était terminé que déjà la seconde avait atteint son bureau sous la forme d’un message manuscrit. Dans la lettre on lui expliquait qu’il devait se présenter à la porte de la cabane aux mystères est présenter le dit parchemin pour pouvoir entrée et commencer l’épreuve. L’objectif est de trouver trois objets qui représente la muse que le participant aura choisit. Pour sa part, Isaac avait le chois entre Thalie, Muse de la comédie, et Erato, Muse de la poésie amoureuse, érotique et lyrique.
Pour Isaac l’épreuve commençait dès maintenant. Il ne c’était pas énormément intéressé à l’histoire en général, mais seulement quand il y avait des éléments de réponses qu’il cherchait. Par conséquent il ne connaissait pas grand-chose sur les muses et encore moins sur les deux dans lequel il doit faire un choix. Première étape, bien connaître son sujet …

L’heure de l’épreuve était arrivée. Après s’être préparé et avoir soigneusement caché son œil gauche pour le protéger du soleil il partit en direction de cette fameuse cabane.

*Tu es sûre de ne pas vouloir d’aide ?*

*Oui. Tu ne fais pas partit des participants.*

*Mais tu risque de perdre*
*Je ne me suis pas inscrit pour gagner absolument*

Pourquoi c’était-il inscrit ? Peut-être pour pouvoir observer le capitaine Tate Mukuro. Après tout il était le chef des gardiens et Isaac savait qu’un jour ou l’autre les deux seraient obligé de travailler ensemble. Un sourire ironique apparut sur le visage d’Isaac, étrangement les gardiens lui rappelait un peu le peuple des Vardens tandis que les marchombres lui rappelait celui des Sekkous. Il trouvait cette comparaison amusante, car cela correspondait bien au caractère des deux organisations, mais ironique puisque les Vardens ne devaient maintenant compter moins de 10 individus.
En parlant du capitaine des gardiens … Avait-il eu le temps d’entendre la nouvelle rumeur qui circulait sur le nouveau chef des marchombres ? Bien qu’il ait fait de rapide recherche sur les muses, Isaac n’était pas resté que sur ça. Ou tout du moins, le peut de membre de la guilde encore présents n’avaient pas baillé aux corneilles.

Il était arrivé à la cabane aux mystères sans même s’en rendre compte. Trop absorbé par ces pensées pour se rendre compte du temps qui avait défilé le temps qu’il marche. Apparemment quelqu’un était déjà entré dans la cabane, car le vieil homme lui demanda d’attendre patiemment son tour. Durant son attente Lyre avait fait une dernière tentative.

*T’es sûre que tu ne veux pas de mon aide ?*

*Sûr et certains*

À peine avait-il pensé sa réponse que le voleur de sandwich sortit de la cabane l’air content de lui. C’est alors qu’on lui demanda d’entrée, une fois la lettre présenté en vieil homme, ce dernier retourna un sablier sans dire un mot. L’épreuve avait commencé, il fallait maintenant trouver les trois objets avant la fin du temps imparti.

Gardant un œil sur le sablier pour essayer d’évaluer le temps qu’il mettait pour être plein que d’un seul côté, Isaac décida tout d’abords de faire le tour des milles et un objet présent. Jetant des coups d’œil un pu partout, le jeune chef analysait et retenait tout ce qui lui semblait s’approcher de près ou de loin à l’une des deux muses qu’il avait. Bien entendu, des objets étaient caché par d’autre, mais Isaac ne voulait pas commencer à farfouiller au hasard tout de suite.
Le second sablier était bien entamer lorsqu’il se décida enfin à farfouiller un peu partout, son choix ne c’était pas encore fixé, et Isaac n’arrivait pas à trouver un objet qui lui plaisait. Jusqu’à ce qu’il tombe sur un vieux cadran solaire, ce dernier semblait en avoir vu des vertes et des pas murs avant d’atterrir dans cette cabane. Peut importe, cet objet l’avait décidé dans son choix et finalement il chercha deux autres objets qui pourrait représenter la muse Erato.
Le second objet ne tarda pas à apparaître alors que le quatrième sablier venait à peine de commencer. Cette fois l’objet était un tableau représentant un couple entrelacé au pied d’un arbre. Il aurait put être un jolie tableau si la peinture n’avait pas perdu de sa couleur en restant dans la poussière. Comme quoi le temps pouvait faire des ravages sur n’importe quoi. Une fois posé sur la table Isaac commença à accélérer un peu les recherches pour pouvoir trouver le dernier objet qui manquait à cette collection obsolète. Pour finir il trouva un petit carnet vierge qu’il posa sur la table avec les deux autres.


"Et voici pour la Muse Erato"

Au final, le dernier sablier n’avait pas encore commencé, le chef des chevaucheurs d’Ombres avait fini l’épreuve avec un sablier d’avance. Sortant de la cabane il se posta non loin d’ici pour pouvoir regarder les autres participants entrer et sortir, maintenant qu’il avait gardé le rythme du sablier dans la tête il allait plus ou moins réussir à savoir combien de temps mettait chaque participant pour faire cet épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...   Ven 26 Juin - 20:01

- Machi, ne devrais-tu pas réfléchir au lieu de boire du saké ?

Il sourit de toutes ses dents en voyant la mine moqueuse de Kyoko. Sans attendre, il la saisit par le poignet et l’attira contre lui. Loin des yeux des autres, les deux amants étaient aussi tendres et fougueux qu’aux premiers instants. Il porta son verre sous le nez de la jeune femme pour lui faire respirer l’arôme du précieux liquide. Sur la table en bois, trônait la missive ouverte. Affichant un air énigmatique, le maître des souhaits lui répondit :

- Réviser est d’un ennui mortel. Ce sera bien plus amusant comme ça !

Machi rit de bon cœur, fier de son petit mensonge. Il avait déjà réfléchi, il avait lu et relu la lettre jusqu’à ce qu’une idée lumineuse de vaurien ne lui vienne à l’esprit. Pour fêter ça, il s’était servi un bon verre de saké. Cette nuit là, le vagabond dormit de tout son soûl après avoir honoré son devoir d’époux.

Le lendemain, il s’éveilla tôt, fit un tour dans leur placard à magie et s’esquiva sans réveiller Kyoko. Il voulait arriver tôt près de la cabane. Une rumeur étrange lui était venu aux oreilles : la guilde des chevaucheurs avait un nouveau chef. Celui là même, murmurait-on, participait au tournoi. Ces bruits qui courraient avaient attisé sa curiosité. La belle énigme que voilà ! En retrait, il observait les participants, souriant lorsqu’il entendait certains s’interroger : Qui est donc le nouveau chef ? – Non ça ne peut pas être lui, il est bien trop jeune et trop mal bâti ! Optant pour une stratégie bien étrange, le vagabond s’approcha des deux hommes qui discutaient et leur annonça :

- Allons donc mes bons messieurs, ne le répéter à personne, mais c’est de moi que vous parler…

Leur offrant un clin d’œil amusé, il se dirigea à son tour vers la cabane aux milles secrets d’un pas tranquille. Le nouveau chef des chevaucheurs se trouverait peut-être vexé d’un tel affront, assez même pour dévoiler enfin son identité. L’imposteur ouvrit la porte grinçante et pénétra à son tour sur les lieux de la seconde épreuve.

- Bonjour Vieillard !

La politesse était la première de toutes les vertus ! Il tendit la missive à celui qui avait vu passé beaucoup beaucoup trop d’hivers et attendit son bon vouloir. Quelles étaient les muses que le sort lui avait données déjà ? Ah oui, oui, Erato et Polymnie. Laquelle allait-il bien pouvoir choisir ? Celle qui lui convenait le mieux… Erato.
Le vieil homme soupira, répéta les consignes et tourna enfin le premier sablier.
Machi s’accouda au bureau pour pouvoir observer de tout son soûl celui qui avait sûrement les réponses à toutes ses questions. Il afficha un sourire ravageur, cherchant à user de son charisme.

-Dîtes moi, cela ne doit pas être amusant d’être coincé ici. Puis sans aucun tact… Vous avez un souhait particulier à me formuler ? Si me donner les trois objets représentants Erato, je réaliserais votre vœux le plus cher ! Petit veinard !

Evidemment, le vieux resta de marbre face à ce marchandage éhonté. Sans souffler mot, il retourna consciencieusement une deuxième fois le sablier. Machi ne se départit pas de son sourire mais se releva.

-Oui, je m’en doutais. C’est sympa ici, ça manque juste un peu d’espace, et de femmes ! Surtout de femmes en fait.


Mais Machi n’avait pas dit son dernier mot ! Cette épreuve n’étant pas assez amusante à son goût, il avait décidé de pimenter un peu les choses. Il poursuivit son bavardage mondain jusqu’à ce que le vieillard retourne pour la troisième fois le sablier. Le vagabond plissa alors les yeux, quittant son sourire pour une moue mutine.

- Et bah voilà nous y sommes !

Il le gratifia d’un clin d’œil, s’éloigna lentement de trois pas, glissa sa main dans sa poche et subitement, jeta par dessus son épaule une poignée de poussière pourpre en murmurant un « revelo Erato » à peine audible. Il avait bien relu la lettre, il n’était écrit nul part qu’il était interdit de tricher. Oups. La poussière alla rapidement se déposer sur trois objets qui furent soudainement entouré d’une vive aura rouge. De colère, le vieil homme retourna une quatrième fois le sablier.

Oh.Oh. Il avait fâché papi ! Machi se hâta de ramasser les trois objets pour aller les poser sur le bureau. Il déposa la lyre en premier lieu. Cela allait de soi. Puis il déposa un os, conscient de l’étrangeté de ce choix. Mais enfin, si la poudre l’avait choisi, il devait bien y avoir une raison. Et en tout dernier, un sourire amusé peint sur les lèvres, il déposa un plectrum. C’est à dire une petite verge en ivoire.

- Petit cachotier ! Sur une telle île !

Et le cinquième sablier fut retourné. Machi le salua de la main et sorti retrouvé l’air frais, satisfait de son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Tate Mukuro
Capitaine des Gardiens de l'Île/ Membre du Conseil
avatar

Masculin Nombre de messages : 291
Age : 28
En deux mots : Mot mot
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...   Ven 3 Juil - 1:09

Musique.... Astronomie... que choisir? qui choisir? La muse Euterpe d'un cotés, pour la musique et la muse Uranie de l'autre, pour l'astronomie. Mukuro a longuement apprit l'art de la musique avec sa mère... Mais la musique à Edo n'est surement pas semblable à celle que l'on peut trouver sur l'ile. Il ne trouvera pas de Shamisen, ni de shakuhachi et encore moins de koto. Leurs fabrications sont des secrets gardés par les descendants ayant créer ces instruments. Peu de famille connaissent le secret de ces résonances parfaites. Le capitaine avait aussi apprit l'astronomie, par sa mère, toujours. Elle lui avait expliquer que l'on pouvait voir l'avenir à travers les étoiles, tout comme le passé, que chaque être était avait une toile tissé dans le ciel dès sa naissance. Elle lui avait aussi apprit à se repérer grâce à certains instruments dont il ne se souvient même plus le nom...

* Alors que donc choisir? *

Mukuro était assit sur son lit en train de relire la lettre qu'il tenait d'une main et dégustant une bonne cuisse de poulet soigneusement préparer par lui même. La cuisine avait aussi était l'un des arts appris par la mère de Mukuro... Bien que son oncle lui ai apprit l'art de tranche et de préparer des plats, esthétiquement, la mère du capitaine lui avait apprit à les assaisonnés, les cuirs et tout un tas d'autres choses qui ne concerne que le gout et le nutritionniste. Mukuro ne savait pas quoi choisir... Il a peur de ne rien trouver sur la musique d'ici... L'astronomie est universel... D'accord, il choisira l'astronomie, un point c'est tout. Il termina donc son repas improviser et se laissa tomber sur son lit pour s'endormir, la veille de l'épreuve. Il se réveilla ensuite, de bonne heure cette fois, et se prépara à partir. Il descendit donc les escaliers, habillés comme toujours des habits soigneusement confectionné par la mère du prodige. Prodige dans la bêtise... Le capitaine arriva rapidement à la cabane, il était surement parmi les premiers même... Cependant... comme toujours... Cet idiot avait oublié sa lettre, gage permettant de participer à cette épreuve. Il se frappa le front devant la cabane et se remis à courir vers la tour en remontant les escaliers une dizaine de fois plus vite qu'ils les avaient descendu. Il attrapa sa lettre posée sur la table de nuit avant de redescendre, moins vite cette fois à cause de l'essoufflement qui prenait le dessus. Il arriva donc à la cabane qui, heureusement, ne se situait pas trop loin de la tour... Autrement il aurait vraiment été en retard.

" La cabane est vide? "

" Non, il y a encore quelqu'un ded... Ah bah... "

Une personne venait de sortir de l'ile. Mukuro ne la connaissait que de vu, un homme aux allures sympathiques. Il y avait du monde dans le coin, dont une personne ayant surement déjà passé l'épreuve apparemment qui attira le regard de Mukuro. Son œil gauche était caché, tout comme Mukuro cachait son œil droit. C'était amusant, il n'était pas le seul comme ça, cela fit sourire le capitaine qui se sentait moins différent du peuple de cette façon. Peut être irait-il faire sa connaissance plus tard...
Le capitaine des gardiens de l'ile entra donc dans la cabane après avoir toqué et entendu un "Entre petit" sur un ton légèrement énervé qui fit froid dans le dos du capitaine. Le capitaine s'avança vers le vieillard, lentement, tout en montrant la lettre qu'il avait dût aller récupérer.


" Euh... Excusez moi je viens pour l'épreuve... mais si vous voulez je peux repasser plus tard... "

Le vieillard tourna le sablier. Mukuro prit ça pour un non et se lança à la recherche d'objet représentant l'astronomie. Il trouva d'abord un engin permettant d'observer les étoiles grâces à des objets transparent augmentant la taille. Un télescope que ça s'appelait, mais il était très difficile d'utiliser cet engin et Mukuro n'y connaissait rien. Il trouva ensuite une sorte de compas, les objets permettant, grâce à certaines étoiles, de mesurer des distances. Le capitaine était bien partit cependant il butta sur le dernier objet... Il chercha quoi prendre n'ayant aucunes idées de ce que ça pouvait être. Son expression sérieuse et concentrer se transforma en une mine horrifiée, choquée et déprimée. Le capitaine venait de trouver, en soulevant quelques objets, trois objets, trois objets cotes à cotes... Un shamisen, shakuhachi et le plus impressionnant, un koto. Les trois objets auxquels il avait pensé en pensant à la muse de la musique... cependant le capitaine ne les pris pas, bien que l'envie y soit. Il était borné et comme il avait décider de choisir la muse de l'astronomie, il restera dessus. Il réfléchissait... Astronomie... planète... ciel... nuages... non, plus haut... espace... étoiles.... étoiles... étoiles ! Le capitaine chercha un objet dans le tas, un objet qu'il mit quelques temps à trouver à cause de sa petite taille. Il alla donc vers le vieillard en souriant, satisfait.

" J'ai choisit Uranie ! "

Le vieillard avait eut le temps de se calmer, apparemment le sablier avait été retourné 5 fois, ça fera donc 6 sablier le temps de poser les objets. Mukuro posa donc les trois objets. Le télescope et la sorte de compas fit acquiescer le vieillard qui montrait juste de cette façon qu'il comprenait pourquoi le capitaine avait choisit ça. Par contre, une mine interrogateur apparu sur l'homme âgé lorsque Mukuro posa le troisième objet... Un pendentif. Mukuro afficha un sourire et ouvrir le pendentif. On pouvait y insérer un petit portait.

" C'est un pendentif, on peut y insérer une personne chère à nos yeux, plus chère à nos yeux que toutes les étoiles qui soit. De plus cette objet est aussi jolie qu'une étoile brillant la nuit. "

Le vieillard soupira, amusé légèrement, tentant de masquer son amusant, tout en agitant légèrement la main pour dire au capitaine de sortir et laisser sa place au candidat suivant. Le capitaine montra cependant du doigt la petite guitare japonaise, le shamisen.

" Je peux le prendre? "

Le vieillard secoua la tête.

" Peut être après l'épreuve. Mais maintenant non, un participant pourrait en avoir besoin. "

Mukuro remercia tout de même le vieillard et parti, légèrement tristounet. Il s'éloigna ensuite de la cabane et alla s'allonger sur l'herbe pour profiter des rayons du soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://karasu-crow.skyrock.com
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 29
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...   Jeu 16 Juil - 20:41

Le temps de la deuxième épreuve du Tournoi d’Yinis était venu, lui avait appris une missive signée d’un mystérieux personnage qui se faisait appeler le Narrateur. La lettre était en elle-même évasive, lui indiquant un lieu où se rendre, une personne à qui se présenter et deux Muses entre lesquelles elle devrait choisir. Melpomène et Clio. La Tragédie et l’Histoire. Cruel choix pour quelqu’un dont la vie était déchirée entre les deux... Un vague sourire avait traversé le visage de la semi-elfe à cette pensée. Oui, elle avait contribué à faire l’histoire de sa terre avant que de devoir la quitter, et cette histoire s’était terminée, pour elle et probablement pour tous ceux qui lui avaient procuré une quelconque aide, pour Ranna, pour Zakuro, pour la caravane qui l’avait ait sortir de la Terre de Cerf... Elle ne voulait pas savoir ce qui leur avait été fait, elle n’avait que trop senti ce dont ils étaient capables pour apprendre où elle s’était réfugiée. Elle, l’assassine attendrie une fois, une unique fois, qui pouvait faire basculer tant de choses...

C’était la tête pleine de pensées sombres qu’elle était arrivée devant la cabane, sans avoir encore arrêté son choix. Les concurrents étaient, pour beaucoup, déjà présents, certains avaient manifestement accompli l’épreuve et attendaient à l’extérieur de voir ce qu’il allait se passer. Peu après l’arrivée de Sindanarie, Mukuro sortit de la cabane, et elle lui adressa l’un de ces sourires qui lui échappaient de plus en plus souvent ces derniers temps. Plus tendres, moins durs, moins carnassiers. Un pan d’elle-même se perdait, la terrible Lame Brisée, au profit d’une nouvelle Sindanarie, dévouée à l’Île qui l’avait accueillie et protégée, au service des Gardiens et de son Capitaine bien-aimé.

Nul ne semblait plus vouloir s’avancer, aussi finalement s’approcha-t-elle de la cabane, toqua avec une certaine assurance à sa porte, et entra quand elle en reçut la permission, lancée par un vieillard sans âge qu’elle découvrit une fois passé le battant de bois. Sur une légère inclinaison de la tête et du buste, la semi-elfe prononça calmement, moins tendue qu’avant la première épreuve :


Bonjour, vieillard. Je suis Sindanarie, venue pour la seconde épreuve du Tournoi, comme ceux que tu as déjà dû voir passer aujourd’hui.

Se remémorant quelques mots tracés par le Narrateur, elle tira, quelque peu froissée, la lettre qui la convoquait en ce lieu, et la tendit à son hôte, tout en continuant :

Voici ce qui m’a informé du lieu de l’épreuve. Le Narrateur me laisse le choix entre... Entre Histoire et Tragédie. Pouvons-nous commencer ?

Il lui sembla que le vieillard parcourait d’un œil peu attentif la missive, puis il branla lentement du chef. Oui, elle pouvait y aller. Et d’un geste brusque, il retourna un sablier posé sur la table qui occupait une partie de l’espace libre.

A ce moment précis, il devint comme invisible pour Sindanarie. Tout ce qui importait, c’était trouer ces objets. Ces trois objets. Histoire. Tragédie. Deux entités si liées, si liées ! Si proches... Les yeux d’émeraude de la semi-elfe parcoururent les étagères croulant sous mille et un objets aussi invraisemblables que nombreux, des instruments de musique au fil à plomb, de la toile peinte à la bougie fondue. Tant de choses à explorer, si peu de temps pour le faire... Poc. Deuxième tour du sablier qui commençait, ponctué par un coup sec du verre frappant le bois de la table. Un cinquième du temps s’était donc déjà écoulé ?

Et soudain, les émeraudes attrapèrent un objet qui pouvait faire l’affaire, dans l’un ou l’autre des cas. Un glaive, court, acéré, à double tranchant, à moitié dissimulé sous un pan de soierie aux couleurs passées dont la poussière ne parvenait pas à occulter la splendeur passée. Dégageant l’arme de ce qui la retenait sur l’étagère, Sindanarie la posa calmement sur la table, à côté du sablier. Après tout...C’était le glaive qui faisait l’histoire des nations combattantes comme Cerf ou Yinis, et c’était le glaive qui dénouait les tragédies qui étaient représentées. Jamais tragédie cervienne ne se terminait sans bain de sang. Un regard au vieillard. Elle n’avait toujours pas choisi, malgré ce premier objet. Melpomène ou Clio, Clio ou Melpomène ?

Un soupir lui échappa quand ses yeux se portèrent sur les étagères bondées. Elle s’approcha, furetant, déplaçant quelque objets sans trouver grand-chose qui corresponde avec ce qu’elle cherchait. L’objet de sa recherche n’était d’ailleurs pas clair dans son esprit. Histoire et Tragédie se mêlaient et s’interpénétraient inextricablement en son esprit, et ses pensées s’embrouillaient. D’un coup lui revint l’instrument qu’elle avait remarqué peu avait. Un instrument à cordes. Evidemment ! En Cerf, l’on chantait des morceaux des tragédies, les chœurs constitués de membres des troupes annonçaient et commentaient les intrigues représentées en musique. Et à la cour cervienne, la musique était de mise pour commémorer les faits d’armes. Elle-même, en son temps, avait eu droit à de longs couplets d’une chanson pour un exploit sur un champ de bataille, accompli de manière bien plus officielle que ses activités d’assassine. Et, le temps d’un souvenir, la semi-elfe fredonna à mi-voix, attrapant l’instrument, insensible au second claquement du sablier sur la table, absorbée par ce passé qui resurgissait, terrible et inoubliable :


Elle est venue avec les cavaliers,
L’Egorgeuse à la terrible lame,
De sang mêlé mais indomptable,
Terrible semi-elfe parmi tant d’hommes !

Elle est venue avec les cavaliers,
Mais seule d’entre eux elle survécut,
Car seule elle parvint à rejoindre la troupe du Roi
En se frayant un chemin sur des morts.

Elle est venue avec les cavaliers,
Mais fut encerclée de mille et mille lanciers,
Elle se tailla un chemin de chair et de sang
Infligeant perte sur perte aux ennemis du Roi.

Elle était venue avec les cavaliers,
Seule elle survécut, tuant pour vivre,
Tuant pour le Roi de Cerf, tuant pour les tués,
Et le Roi l’a honorée de sa reconnaissance.


L’histoire cervienne était faite de chansons, et les tragédies se jouaient sur fond musical, et étaient même par moments chantées par des choeurs. Mais qui n’avait pas mis les pieds en Cerf pouvait ne pas le savoir, il n’en était sans doute pas ainsi partout... Mais qu’importait ? Elle avait une histoire qui lui était propre, et c’était sa propre réponse qu’elle apportait au problème. Troisième claquement. Le temps lui était à présent compté. Sindanarie posa donc l’instrument sur la table, au côté du glaive, et repartit en quête du troisième objet.

Mais, là non plus, elle ne savait toujours pas ce qu’elle cherchait. Ce qu’elle avait tiré de cet innommable foutoir se rapportait aux deux Muses entre lesquelles elle devait choisir. Le troisième objet se devait d’être discriminant, sans doute. Sans quoi, le choix se révélerait chose inutile. Melpomène ou Clio, Clio ou Melpomène ?

Le regard de la semi-elfe sondait les étagères. Immobile, elle économisait les mouvements, prête à bondir lorsqu’elle trouverait l’objet de son choix, cet objet qui lui permettrait de sortir de ce lieu qui faisait remonter bien trop de souvenirs dans son esprit. Un instant, il lui avait semblé sentir de nouveau dans ses poumons cet air chargé d’effluves de sang chaud, de fer et de mort qui l’avait assaillie à Malodrax, cette citadelle qu’elle était partie défendre avec les cavaliers du Roi au cours de la bataille que la ballade qu’elle chantait peu avant évoquait. Elle avait revu ce morts qui jonchaient son chemin, le sang sur les flancs de Vengeance, sa bâtarde couverte jusqu’à la garde du fluide vital, elle-même, ivre de mort, se ralliant à l’étendard du Roi après que sa compagnie eut été décimée. Assassine parmi les soldats, elle avait survécu sans peine alors que les autres étaient morts, et non de sa main.

Elle chassa ces ombres et ces mirages ressuscités d’un autre temps d’un mouvement de la tête. Des larmes perlaient au coin de ses yeux, noyant leur prunelle d’émeraude. Les laissant couler, indifférente à ce que le vieillard pouvait en penser, elle se força à continuer à explorer les étagères. Un coffret attira son attention au moment où le dernier claquement, celui qui marquait le début du dernier cinquième du temps qui lui était imparti, se faisait entendre. S’avançant rapidement, la semi-elfe s’en saisit et l’ouvrit, découvrant mille et une breloques pour la plupart sans valeur. Quoique... Au milieu de ces breloques, pâles imitations du travail d’un habile joaillier, elle trouva l’une de ces bagues qu’autrefois, pour des missions discrètes, elle avait utilisées, l’une de ces bagues dont le chaton, par un mécanisme habilement dérobé et invisible pour quiconque ne connaissait pas les ficelles et les usages du milieu des assassins, était amovible et cachait une dose de la drogue (ou du poison...) que l’on voulait administrer discrètement et devant un nombre aussi grand que possible de personnes, tablant sur leur nombre pour éviter d’être suspecté de meurtre.

Sans plus tarder, laissant le coffret entrouvert sur son étagère, laissant toujours couler les larmes que son passé faisaient naître, Sindanarie se retourna et posa la table cet objet, cette mortelle bague, qui apparaissait devant elle comme sortie tout droit de son passé. Peut-être le vieillard ou le Narrateur (ou les deux) savaient-ils des choses sur son passé que bien peu, sur Yinis, pouvaient se vanter de connaître. Là encore, par cette bague se faisait souvent l’histoire cervienne, et les tragédies de sa terre natale en étaient pleines, avec leurs multiples trahisons et crimes aussi dissimulés que, finalement, impitoyablement châtiés. Ses trois objets représentaient les deux Muses, au final... Le dernier sablier arrivait à son terme quand elle se tourna vers le vieillard pour dire, d’une voix assourdie par l’émotion qu’elle ne parvenait plus à contenir :


Vieillard, Tragédie et Histoire sont liées. Il n’y a pas d’Histoire sans Tragédie, ni de Tragédie sans Histoire. Mais puisqu’il me faut choisir entre les deux... Considère que ce que j’ai posé là représente la Tragédie. Car la Tragédie est chantée autant que récitée en ma terre natale, car la Tragédie est guerre ouverte, car la Tragédie est aussi meurtre scellé. Mon choix se porte sur Melpomène. Sur ce, vieillard, je te laisse, et t’abandonne le soin de t’occuper de ces trois objets.

Ce fut la tête baissée qu’enfin elle sortit de cette cabane où toutes les émotions qu’elle avait réprimées à l’époque où la sanglante Lame Brisée, assassine de son état, occultant la Sindanarie pure et douce qu’elle avait été avant le meurtre de Nemesys, dominait sa vie. Quand ce Tournoi serait fini... Elle aurait bien besoin de parler à Loïs. Ou à Mukuro. Peut-être seraient-ils à même de soulager la douleur qui sourdait en elle depuis qu’elle avait reçu la missive du Narrateur. Sans chercher à se mêler à ceux qui demeuraient encore à l’extérieur de la cabane, Sindanarie reprit le chemin qui la mènerait à la Cité de Verre, seule, des larmes affleurant encore à ses yeux et coulant, lentement, en ruisseaux transparents, sur ses joues.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Koutetsu Shinsei
Maître d'Armes
avatar

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 28
Localisation : Sur Ynis pardis ! xD
En deux mots : Membre du clan Koutetsu...
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...   Ven 17 Juil - 2:05

Tragédie et comédie.

Le maitre d'arme Shinsei vient de finir la lecture de la lettre qu'il tendit par la suite à son compagnon plus cultivé que lui. Jaken le petit troll est une créature ayant longuement vécu. Elle connait bon nombre de légendes et de mythe. Ce sera surement une épreuve où cet être pourra aider le jeune Koutetsu. La lecture de la lettre terminé par le troll, Shinsei dirigea ses pas vers le lieu de rendez vous. Une cabane. Il avait rencontré plusieurs participant sur le trajet, en sens inverse, et le reste devait être ici, sur place, à se reposer. L'épreuve avait l'air assez difficile vu la vision que lui donnez toutes ces personnes. Certains étaient couchés dans l'herbe, d'autres mêmes en pleurait ou en avait pleuré. Bien sur, le maitre d'arme restait passif. Il a été élevé de façon à n'avoir aucuns sentiments... Il en a tout de même, bien sur, mais il ne les montre pas.

" Maitre, maitre, c'est lààà !! "

" Bouffon, je ne suis pas aveugle. "

Shinsei entra donc dans la cabane, remplit de trésor et d'un vieillard dont l'âge était sans doute plusieurs fois celui du troll. Shinsei attrapa le troll et le leva pour qu'il puisse atteindre le champ de vision de l'homme. Il soupira tendis que le troll clignait des yeux d'un air interrogateur.

" Maitre? "

" Excusez moi vieil homme, est-ce que les animaux de compagnie sont autorisé? "

Le vieux acquiesça de la tête, faisant lâché prise Shinsei par cette réponse. Jaken montra ensuite la lettre au vieux qui fit tourner le sablier à ce moment là. Shinsei quant à lui, avait déjà commencé la recherche. Trois objets qui pouvait symbolisé la comédie, car le nom de la muse de la tragédie ne plaisait pas à Shinsei. Thalie, quels objets pourrais te représenter?

" Maitre, maitre, en voilà un ! "

Jaken venait de ramasser un masque avec un long nez et un grand sourire. Shinsei soupira, c'était un masque horriblement laid, comment cela pouvait-il évoqué la comédie?

" Maitre, dans certaines cultures, des hommes utilises ce genre de masque lors de représentation comique. "

Shinsei fit un léger sourire, ce petit troll lui sera donc utile, comme il l'avait pensé. Il lui fit signe d'aller poser l'objet. Shinsei continua sa recherche, rien ne lui évoquait la muse. Il trouva un objet où était marqué Talisman, Thalie se ment. Il trouvait que cela avait un lien avec Muse et la comédie, alors pourquoi pas? Il demanda tout de même l'avis de Jaken qui pouffa de rire avant de se prendra un coup de pied qui le fit acquiescer sur ce choix. Jaken, quant à lui, avait eut le temps de trouver un troisième objet. Le scripte d'une pièce de comédie écrite sur du papyrus... On en venait presque à se demander ce que ça faisais là, mais passons.
Jaken posa le manuscrit alors que Shinsei posa sa trouvaille. Expliquant en trois mots qu'il espaça bien son choix.


" Thalie se ment. "

Le vieu ne fit aucunes remarques ou mimiques, c'était le choix du jeune koutetsu, le vieu n'y dira rien. Shinsei et Jaken sortirent ensuite de la cabane pour retourner de là où ils venaient... la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://i-shuku-n.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Tournoi d'Yinis - Deuxième épreuve - Trois objets et une cabane...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Piste de Saut à Ski [deuxième épreuve]
» (Deuxième épreuve) (Chuunin) Shura Hônodenki et Fuko Royuki [Terminé]
» [2000pts] Waaagh Kaléplugross', trois chariots pour tournoi
» 2ème épreuve : Le Rituel du Sang [réservé aux Adorateurs de l’Arcane XIII]
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Le Continent ~.*.~ :: Scénarios-
Sauter vers: