Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mesarthim Pampinea |Prêtresse|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mesarthim Pampinea
Prêtresse / Cuisinière
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 22/07/2009

MessageSujet: Mesarthim Pampinea |Prêtresse|   Jeu 23 Juil - 0:42

I- Identité


  • Nom: Pampinea
  • Prénom: Mesarthim
  • Age: 25 ans, née le 20 avril.
  • Origine : La famille Pampinea (ce qui signifie "orné de pampre"), si elle n’est pas originaire d’Yinis, a en tout cas perdu toute mémoire d’autre origine. De cœur, elle est yinisienne.
  • Famille: Père et mère, âgés respectivement de 55 et de 45 ans, sont toujours vivants, quoiqu’ils vivent en un lieu reculé de l’Ile Cachée avec les deux sœurs de Mesarthim, beaucoup plus jeunes qu’elle.

  • Race: Humaine.
  • Profession: Prêtresse de Stellae et cuisinière.



II- Profil psychologique



  • Caractère: Mesarthim, dès son enfance, a été enjouée et rieuse. Contrairement à la plupart des membres de sa famille (non seulement par rapport à ses soeurs, mais également par rapport à ses cousins, oncles et tantes notamment), elle n'était pas renfermée, comme coupée du monde extérieur pour vivre dans un monde qui lui aurait été propre. Au contraire, elle a toujours eu tendance à aller vers ses semblables, vers tous les Ynisiens, de quelque origine qu'ils soient, sans s'arrêter à des considérations de prudence élémentaires. Nulle part elle ne voit le mal, et elle s'ingénie à voir du bon en chacun, même quand ces aspects positifs ne lui sautent pas immédiatement aux yeux. Bref, elle est comme mue par un élan qui la pousse à se rapprocher de ses semblables, à leur proposer son aide si elle estime qu'ils en ont besoin (et elle l'estime souvent, plus par bonté d'âme que pour obtenir une quelconque reconnaissance), à babiller gaiement dès qu'elle trouve une compagnie et à proposer à ladite compagnie l'un des gâteaux qui l'accompagnent presque partout.
    Cependant, sous ces dehors aimables, rieurs et insouciants se cache une autre Mesarthim, pas particulièrement différente de celle que l'on voit à ceci près qu'elle est plus sérieuse, plus mûre peut-être. La Mesarthim que Stellae a marquée comme au fer rougi par le feu. La Mesarthim qui sait que, quelque insouciante qu'elle fût, la vie sur Ynis était toujours menacée. Cette jeune femme-là abandonne pafois de son insouciance, et la Mesarthim apparente devient soudain rêveuse, distraite, pensive. Mais bientôt la gaieté naturelle de cette optimiste jeune femme reprend le dessus...
  • Signe(s) particulier(s) Mental(aux): Mesarthim est particulièrement attachée au culte de Stellae, et lui voue une confiance toute particulière, s'en remettant à elle pour guider ses pas si elle se sent en terrain inconnu. Stellae et destin sont pour elle synonymes. C'est souvent ce qui la pousse à agi selon ses instincts, dans la mesure où elle les voit comme des signes de la Déesse.

  • Qualités: Mesarthim est patiente et enjouée, le plus souvent souriante. Un rien l'amuse, et elle a tendance à voir de bons côtés en tout.
  • Défauts: Sans doute peut-on lui reprocher de ne pas prendre assez au sérieux la vie qu'elle traverse, comme si ni la veille ni le lendemain n'avaient d'importance. Elle pèse assez mal les implications de ses actions, et a tendance à agir par instinct ou sur une impulsion. Elle se montre par moment distraite ou rêveuse.



III- Apparence physique


  • Physique: La première impression que donne Mesarthim est celle d'une grande douceur. En elle tout est courbe et souple, son visage ovale, ses yeux d'un bleu pâle, limpide et pur, légèrement en amande, sa taille fine, ses hanches assez larges sans pour autant être démesurées, les amples boucles de sa chevelure... Enfant, elle était plutôt replète, mais ces rondeurs un peu excessives ont laissé la place à une certaine finesse ronde. Autrement dit, Mesarthim peut étonner par ses proportions harmonieuses. Elle a la taille fine, les jambes joliment galbées, les bras ronds et lisses. Sa peau pâle de rousse est piquetée de taches de rousseur que l'on ne remarque pas du premier coup d'oeil, la couleur éclatante de ses cheveux occultant celle des éphélides. Formant un étonnant contraste avec les flammes de sa chevelure, la tenue bleue des prêtresses de Stellae, dont Mesarthim ne se départit jamais, tombe en un drapé léger en été, plus lourd en hiver, autour d'elle. La seule fantaisie vestimentaire qu'elle s'autorise, hormis le fait que ses cheveux sont souvent arrnagés en une coiffure compliquée retenue par un fin filet orné de petites perles, consiste en un collier d'argent sertie de pierres opalescentes, sur lesquelles nul n'a encore su poser un nom. Les plus superstitieux avancent qu'il s'agit d'un don de la Déesse en personne, mais sans doute ce ne sont que des racontars...
  • Signe(s)particuliers Physique(s) : Une étonnante chevelure rousse, qui rappelle le nom de famille de Mesarthim, tombe en lourdes boucles sur ses épaules. Hormis cela, elle n'a rien de très particulier pour la tirer du lot...


IV- Biographie


  • Histoire:

    Quand Mesarthim naquit d'Orya et Echarion Pampinea, respectivement vigneronne et charpentier, nul n'aurait pu prédire qu'elle deviendrait un jour à la fois prêtresse de Stellae et cuisinière.
    Nul n'aurait pu prévoir les deux tournants qui allaient orienter sa vie.


    "Plus tard, je cuisinerai et ferai des gâteaux aussi beaux que celui-là !" avait-elle décrété, d'une petite voix fluette de jeune enfant, le jour où l'on avait fêté ses cinq ans. Si son père n'avait pas soutenu cette idée, la prenant sans doute pour un caprice d'enfant émerveillé devant un éphémère assemblage de matières comestibles, sa mère avait tout de suite saisi l'impact d'un magnifique gâteau aux fruits du printemps, décoré d'une petite effigie en sucre représentant une fée ailée, sur l'esprit de Mesarthim. Elle avait compris ce que le rêve est dans une vie, et elle voyait aussi ce rêve comme une nécessité. En effet, qu'était la vie sans agrément, qu'étaient les aliments sans l'art de les accomoder ? La vigneronne saisissait mieux que son mari charpentier combien le travail d'un aliment de base pouvait être agréable et pour soi et pour les autres. Après tout, fit-elle valoir, ce que Mesarthim souhaitait apprendre n'était que la transposition, dans le domaine de la cuisine, de ce qu'elle-même pratiquait pour le raisin...

    Dans cette perspective visant à joindre l'utile à l'agréable, Orya fit pression sur Echarion jusqu'à ce qu'il cède et laisse la jeune Mesarthim s'adonner à ses premiers balbutiements culinaires. Elle fit le tour des membres de la famille, des ses oncles et tantes à de lointains cousins de ses parents, pour apprendre quelques recettes de base puis, lorsqu'elle fut en âge de commencer à travailler (soit une dizaine d'années), elle fut mise en apprentissage chez un cuisinier du Pavillon de Verre. C'était à l'époque où une autre dirigeante que Lyan Key Aleyna gouvernait l'Île Cachée, mais la fillette ne se souciait guère de ce genre de détails. Avidement, elle apprenait la manière d'accomoder les viandes, d'assortir les légumes, de manier les épices, et en cachette elle se livrait à ses premières expérimentations. Même si les premiers résultats se montrèrent décourageants et à peine comestibles, Mesarthim persévéra et finit, vers ses quinze ans, par arriver à confectionner des mets relativement élaborés à partir de matières modestes.

    Sa vie aurait pu se dérouler ainsi, prise dans la routine tranquille (ou effrénée, selon les jours et les occasions) des cuisines, mais un événement inattendu survint.

    Un jour où elle était seule dans la cuisine, tard le soir, et où elle finissait de ranger les divers ustensiles dont elle avait eu besoin, il lui sembla échapper au temps et à l'espace. Au dessus et en dessous d'elle brillaient les étoiles d'une sphère céleste sans commencement ni fin, parfaite étendue ténébreuse piquetée de lumière. Et dans cette vision retentit une voix pure comme l'aurore et douce comme la brise nocturne, une voix qui l'appela par son nom.


    Mesarthim...

    Et dans l'obscurité étoilée qui l'environnait, la jeune fille vit une forme féminine noyée dans une brume lumineuse s'approcher d'elle. Comme dans un rêve, elle était incapable de bouger, incapable de tenter de se soustaire à cette apparition qu'elle savait, inexplicablement, d'origine divine. Et de la forme lumineuse émergea une main blanche et douce qui vint se poser sur la joue de l'humaine, et de nouveau retentit la voix de la Déesse :

    Tes parents t'ont consacrée à moi, Mesarthim, en te donnant le nom d'une étoile, tout comme le nom de te famille te consacre à la terre. Je te prends sous ma protection, et attends en retour que tu te mettes à mon service.

    A peine Mesarthim pensa-t-elle qu'elle délirait complètement, que rien de ce qu'elle entendait et voyait ne pouvait être vrai, ou du moins réel, que la voix s'éleva de nouveau alors que la main de la Déesse effleurait le cou de la jeune fille.

    Crois-moi, Mesarthim, et crois en moi. Comme preuve de ma puissance, je t'accorde deux dons. Utilise-les à bon escient et entre à mon service, et rien de mauvais ne saurait t'arriver tant qu'Ynis demeurera pure.

    Et l'humaine se sentit chuter pendant un temps qui lui sembla infini alors que les étoiles s'éloignaient d'elle, et avec la voûte s'éloignait la Déesse. Ce fut le sol dur qui accueillit Mesarthim. Quelque peu sonnée, elle se redressa, passant machinalement la main dans ses cheveux roux pour en rajuster la coiffure, persuadée qu'elle venait de rêver. Mais, quand elle porta la main à la base de son cou, là où la Déesse l'avait touchée, ses doigts rencontrèrent un collier qu'elle n'avait jamais vu nulle part auparavant. Ce fut pour elle une révélation. Ce devait donc bien être la Déesse qu'elle avait rencontrée...

    Abandonnant sa tâche là où elle en était, elle se précipita, dans un mélange d'exultation et d'appréhension, au Temple de Verre et demanda à parler à la Grande Prêtresse de Stellae. Ce qui fut dit cette nuit-là, nul ne le sut exactement, ni les parents de Mesarthim, ni les collègues et maîtres de la jeune fille. Il fut juste convenu entre le compagnon cuisinier et la Grande Prêtresse que la jeune fille partagerait désormais son temps entre la cuisine et le culte de Stellae.

    Très vite, la transformation de la jeune fille devint évidente. Elle vouait désomais une adoration d'une ardeur rare à la Déesse protectrice de l'Île Cachée, Stellae, et suivait avec zèle les enseignements destinés à former les prêtresses, rattrapant ses retards dans nombre d'activités intellectuelles, en lecture, en écriture... Mais elle poursuivait en parallèle de cette formation à la spiritualité ynisienne son apprentissage de cuisinière, et put bientôt officier sans être sous la responsabilité d'un maître. C'est à ce moment que se révéla l'un des dons que Stellae avait accordés à la jeune fille : elle pouvait créer ses ingrédients ex nihilo. Nul besoin pour elle de se rendre au marché, sauf pour conserver une apparence de normalité : il lui suffisait de penser à un ingrédient dont elle aurait besoin pour le voir appaaître devant elle. Cela lui facilitait singulièrement la tâche, et elle mit à profit ce don pour améliorer le temps de confection de mets considérés comme les plus élaborés. Cette célérité encore jamais vue lui valut d'être engagée, en temps que compagnon cette fois, dans les cuisines du Pavillon de Verre alors qu'elle venait d'avoir vingt ans.

    Ce pan de la vie de Mesarthim était serein et calme, de même que la partie de son temps qu'elle passait au Temple de Verre, d'abord en tant qu'élève, puis en tant que prêtresse à part entière (et cuisinière, naturellement, mais les deux étaient loin d'être incompatibles). Mais le calme apparent de sa vie ne dura que jusqu'à ce que la situation de l'Île se dégrade et jusqu'à ce que le second don de Stellae ne se déclare.

    Alors commencèrent les visions. Effrayantes. Il lui arrivait d'interrompre son travail, aux cuisines ou au Temple, pour réfréner une soudaine envie de hurler alors que de terribles images défilaient devant ses yeux. Il ne lui était pas toujours possible de déterminer s'il s'agissait du passé ou de l'avenir, mais toujours elle voyait la ruine et la désolation. Elle continuait à vivre cependant, confiante en sa Déesse, et recouvrait rapidement sa joie de vivre malgré les horreurs qu'il lui arrivait de voir, tentant d'apprivoise ce don pour mieux comprendre ses visions.


    Mais c'est un lourd fardeau que de voir l'avenir...


  • Animal de Compagnie: Aucun.


V- Armes & Pouvoirs


  • Pouvoirs: Suite à la vision dont nous parlions tout à l'heure, Mesarthim a reçu le pouvoir de faire apparaître divers ustensiles et quelques matières premières indispensable à la cuisine : de la farine, des oeufs, et nombre d'autres bases d'aliments essentiels. Il lui arrive également de voir des événements passés ou futurs, mais ces visions demeurent floues et souvent dénuées d'ancrage dans des lieux reconnaissables.
  • Armes: Mesarthim est, étrangement au vu de ses activités coutumières, adepte du tir à l'arc, et a acquis une certaine aisance dans cette discipline. Mais, comme son tempérament ne la pousse pas du tout à se battre, elle ne pratique aucune autre sorte d'arme.
  • Talents/Hobby/Loisirs : Être prêtresse et cuisinière à la fois laisse peu de temps pour d'éventuels loisirs... Aussi le tir à l'arc est-il ce qui se rapproche le plus d'une activité de loisir pour elle.


VI- Hors rp


- Comment avez vous eu connaissance du forum? Hmmm... Pariez, vous trouverez avec un peu de bonne volonté^^
- Que pensez vous du design? Je l'aime, naturellement^^
- Des suggestions? Je ne me gênerai pas en temps voulu Rolling Eyes
- Le mot de la fin? Il n'y aura pas de fin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mesarthim Pampinea |Prêtresse|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Loria [Grande Prêtresse]
» 2 petits vieux en détresse-sauvés
» Xalith Vyk'zlade [Haute-Prêtresse] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Au Commencement ~.*.~ :: Les Parchemins :: Fiches-
Sauter vers: