Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aube Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 1:53

Sykanh a écrit:
Enfin l’Aube rouge se leva. Lente, délicate, elle ménagea ses efforts et se lança à l’assaut du fauve de brume. Enorme masse dansante, elle fut parcourue d’une sorte de spasme… puis virevolta, effarée par les traits cuivrés. Autrefois, les sages disaient que c’était sur une Nuit de sang que l’Aube revêtait son manteau écarlate. Ces derniers temps, nombreuses étaient les fois où cette lumière oranger caressait la terre battue du continent. A croire que les combats rythmaient chacune des nuits de cette terre. A qui la faute ? Ah ces misérables petits pions, sur le grand échiquier du destin. Les poussées divines les heurtaient les uns aux autres. Ils avaient eu, avant cela, l’ingéniosité de les diviser en deux le total des pièces. Des blanches, des noires, et les voilà qui s’affrontaient furieusement… La quasi-totalité des pièces de lumière, déjà, avaient succombé sous les échecs… Et seule restait cette arrogante tour blanche, face à des pièces d’ombre. Mais une pièce avait été oubliée. Celle là neutre, sur le côté, perchée et les yeux d’un noir profond plongé dans la brume… dans la dernière protection de la tour.

Avant la fin de la nuit, alors que le combat s’était calmé, dans la défaite, bien entendu, de ses adversaires, Sykanh avait quitté les lieux pour aller se faire une toilette dans un ruisseau. Elle sentait suffisamment la Mort pour ne pas en rajouter, et se défaire tant bien que mal de celle du sang frais. Non elle n’était ni blanche ni noire, cette créature. Elle était pire, car non seulement hostile aux forces du bien, elle l’était presque autant à celles du mal. Certes, elle se trouvait davantage d’affinité chez les parias et autres véhicules de langueur et d’ombres que chez ces merveilleux vomitifs pleins d’honneur. Si c’était à des démons qu’elle aurait dû ses supplices, sans doute aurait-elle prit les armes contre eux.
Mais voila que la passeuse stygienne, qui avait quitté le voluptueux fleuve des vallées de l’Averne pour cette terre grisâtre et sale, se retrouvait là, propulsée dans un camp… Celui de son maître. Celui de l’être qui avait su lui insuffler une nouvelle force. Une énergie qui venait des tréfonds du royaume des morts, nourrie de la colère et de la frustration des âmes volatiles. Rois, manants, torturés aux douleurs incessantes et démons sanguinaires, jamais apaisés. Tous avaient fait don des dernières forces qu’ils avaient eues à la douce créature qui avait eu l’insigne honneur de les guider dans leur dernière demeure.
Et la voilà projetée ici, presque condamnée à sans cesse progresser. Elle avait pu découvrir quelque chose de nouveau : au plus elle tuait, au plus elle gagnait en pouvoirs. Au plus ses victimes étaient fortes au plus l’apport l’était. C’était donc pour cela qu’on l’avait envoyée ici ? Son maître prétendait à prendre la place de la Mort elle-même. Aussi sa puissance dépassait-elle de très loin celle de Sykanh… Et celle des créatures vivant en ce bas-monde, bonnes ou mauvaises, également… Mais ça n’était pas le désir de l’elfe déchue qui prenait un plaisir doucereux à tuer lentement… Qui s’inventait au combat une difficulté qu’elle n’avait pas. Elle se créait le danger, sublimait la plus petite souffrance… Courait après ce qui faisait d’elle l’image d’un être faible, qui de faible n’avait plus que l’apparence.

Pour l’heure elle n’était rien d’autre qu’un flocon de neige posé là, en hauteur. La colline sur laquelle elle se tenait dominait le fauve immatériel qui masquait la tour blanche. Là, la végétation avait été massacrée. Plus massacrée même que les corps désarticulés qu’elle avait laissé, au petit jour, dans son sillage. Assise en tailleur sur un haut rocher, tout autour d’elle la terre avait été battue par les belligérants. Il n’y avait pas si longtemps, Ynis avait subit un assaut. Bien évidemment, les pauvres petits rats, pris au piège dans leur propre tanière, avaient sorti leurs museaux à temps pour faire des dégâts chez leurs chasseurs. Et c’était bredouille que les démons étaient rentrés at home. A cette idée, un sourire carnassier s’étira sur les lèvres de Sykanh. Ciel qu’ils étaient naïfs, ces petits soldats du malin, d’avoir cru vaincre ainsi des bêtes acculées. Le prince des ténèbres rôdait là, et à l’intérieur, les sœurs devaient encore s’agiter auprès de leurs oracles. Sans compter les gardes qui, sur le continent, faisaient d’incessants allers-retours dans leurs tour d’ivoire. Non, décidément, tout cela était fort réjouissant, plus particulièrement pour l’elfe déchue, qui voyait dans cet canevas de destins s’étendre le fil rouge qui l’intéressait plus que tout autre. Ce pauvre petit humain qui progressait jusqu’aux sœurs afin de les prévenir. Fort bien. Il assurait le bon fonctionnement du plan des artisans de la mort, plus finement que ne l’avaient fait les démons. Et puis, il avait une autre valeur aux yeux de Sykanh, mais cela, elle ne l’avouerait pour rien au monde… Non, la mélancolie du jeune mortel était bien trop précieuse pour qu’elle ne le mène à sa perte en avouant la tendresse qu’elle avait pour lui.
Elle plissa sensiblement ses lèvres livides, plissa les yeux, creusa son dos appétissant et, son corset émettant un son délicat de cuir tordu, elle releva ses genoux pour les saisir et y appuyer son menton. Elle passerait ce nouveau jour sur terre… Alors qu’elle se languissait de son royaume des morts. Le peu de temps qu’elle avait passé sur le Styx, elle avait eu le temps d’y plonger un peu de son âme, comme les autres escorteurs, en somme. A la différence près que l’ambition d’Anàrion avait été suffisamment forte pour que tous deux soient envoyés ici. Son maître attendait une promotion, et ils n’auraient de repos que lorsqu’il l’aurait obtenue. Elle n’était pas si mal lotie, appréciant tout particulièrement de se battre. Et plus encore de tuer. Mais si elle avait l’occasion de plonger dans les Enfers ses victimes, les combats auraient une toute autre saveur. Elle poussa un soupir.

Une présence s’était affirmée, depuis quelques minutes. Une présence forte, puissante. Après tout, Ynis Witrin était un aimant à puissance. Rien d’étonnant, donc, à ce que des personnes fortes rôdent ici. De Sykanh n’émanait pas la moindre agressivité. Non, posée là, petite créature… emplie d’une haine ancestrale… l’Aube avait su apaiser la tempête. Et c’était en paix que le corps d’ivoire s’offrait à la lumière de sang. Elle renversa sa tête en arrière, sans lâcher ses genoux de ses bras diaphanes. La cascade de cheveux d’argent vint onduler gracieusement dans son dos aux omoplates creusées. Elle entrouvrit ses lèvres et dans un sourire, se contenta de susurrer d’une voix plus que basse : « Qui va là ? »

Kira Asahi a écrit:
Kira était arrivé ici il n’y avait que peu, et pourtant, il commençait à se sentir lier à cette terre semi fertile qui entourait son habitation. Kira… Son père avait été chercher loin ce prénom qui correspondait parfaitement au destin de ce jeune homme qui avait été jusqu’à tuer ses propres serviteur parce qu’il ne voulait rien laisser derrière lui. Il ne pouvait plus faire demi tour à présent. Qui sais, peut être bientôt sa vie pourrait elle changée, mais il devrait tuer l’enfant des Ryuzaki avant tout !

Les nuits ? Ils ne dormaient plus… Mais le manque de sommeil ne le rongeait même pas à vrai dire. Il avait passé ces derniers temps auprès des dolmens à parler à des esprits. Il ne parvenait pas à comprendre comment certain d’entre eux pouvait encore le croire bon… Quoi qu’il n’était pas foncièrement mauvais non plus. Il fallait dire que ses patrons avaient appartenu aussi bien aux « bons » qu’aux « mauvais », lui, son seul dieu c’était l’argent.

Cette nuit, les esprits lui en avaient appris encore un peu plus sur l’histoire de Ynis Witrin. Les humains, ils étaient pitoyables et trop facilement manipulables, qu’ils soient vivants ou morts ne changeraient jamais rien. Lui ? Un humain ? Non, il ne l’était plus à présent. Un humain ne pouvait vivre sans dormir ou manger, lui maintenant, il l’aurait pus… Un humain craignait pour sa vie, lui s’en fichait comme du premier mot qu’il avait pus prononcé…

Le premier mot qu’il avait pus prononcé ? Cela le fis sourire. Sa mère avait réglé une affaire près de chez eux… Il l’avait accompagner et son premier mot n’avait pas été parler mais presque jubiler d’une voix extrêmement claire… Ce mot était Mort ! Oui, la mort avait toujours fait partie de sa vie et le ferait toujours, puisqu’il n’était plus ni vraiment vivant ni vraiment mort…

Il n’avait finalement abandonné les esprits que lorsque le soleil s’était levé. Il y reviendrait le soir venu de toute façon. Il était aller se rafraîchir et ferma les yeux, restant un moment hanté par son passé, par les souvenirs de sa sœur… Cela lui arrivait de temps à autre, ce n’était pas bien grave, ça ne faisait que l’encourager un peu plus à endurer sa dure condition, car un jour quand il serait plus puissant il éliminerait ce maudit clan elfique jusqu'à ce que le dernier de ses membres ne rende son dernier souffle en hurlant comme l’avait fait sa sœur.

Finalement, il s’était mis en tête de reprendre son errance, vêtu de son pantalon de toile clair et de sa chemise pale. Le jour était à peine lever, la couleur rouge de l’Aube aurait pus donner le goût du sang à certain, et en faire trembler d’autre, lui, il se contenta de la regarder comme si elle était naturel. Il s’avança tranquillement dans les brumes. Au moins, le temps s’était apaisé, bien que maintenant il était habituer à endurer n’importe quel temps sans le craindre.

Durant sa promenade matinal, il eut l’impression de ne pas être seul, et en effet, alors qu’il poursuivait sa route, il entendit une vois très basse, presque semblable au souffle du vent selon lui. Il apercevait vaguement une silhouette. Ici, la brume était présente, même si bien plus légère que plus près des berges. Il franchit le dernier rideau de brume qui le séparait de la propriétaire de la voix.

A nouveau, certains auraient pus être charmés par le physique de Sykhan, mais lui, son cœur était plus froid que la glace et rien ne pourrait le réchauffé si il fallait le croire. Il inclina légèrement la tête en s’approchant de la femme, il avait tout de même de l’éducation.

« Vous me voyez désolé de troublé votre tranquillité gente dame, je ne suis qu’un simple habitant de cette forêt »

Répondit il d’une voix à la voix neutre et changeante, et chaude comme le feu brûlant tout sur son passage. Ses cheveux étaient ébouriffés par le souffle du vent et Kira tenta d’y remettre un semblant d’ordre en regardant vaguement l’inconnue.

Katsuo Kyo a écrit:
Cela faisait déjà plusieurs mois que Kyo s’était réfugié dans ses appartements quelque part au beau milieu de la calotte polaire. Une grotte aménagée lui servait de refuge ainsi qu’à une partie de ses démons. Le climat y était rude et les variations impressionnantes de température rendaient ce coin inhabitable pour les humains. Il pouvait ainsi se dissimuler aux yeux du monde en attendant que son heure soit venue, le moment où il prendrait le contrôle de Ynis Witrin et du monde entier.

Le prince des ténèbres était assis sur son trône, pensif, il avait le regard tourné vers ce rideau blanc. Il y avait la derrière quelque chose que les sœurs Aleyna désiraient plus que tout au monde. Dissimulé derrière ce tissu, un cercueil de glace avait conservé intact le corps d’une personne…Cette femme qui avait osé lui tenir tête il y a plusieurs années déjà reposait maintenant en paix.

Cet hybride d’archange et d’humain avait certes fière allure sur son siège sculpté dans la glace mais ce n’était qu’une apparence. Sa tentative ratée pour capturer les sœurs avait lamentablement échouée et son armé avait perdu beaucoup de forts et fiers combattants. Ses sombres souvenirs ne faisaient qu’attiser sa haine et sa colère. Sentant qu’il allait bientôt craquer, il décida de s’absenter de son gîte et d’aller faire un tour.

« Ohé vous tous, je vais faire un tour. Alors restez sur vos garde au cas ou et pas de coup tordu sinon…Je vous tue tous ! »

Les démons apeurés firent tous un petit signe de la tête indiquant qu’ils prenaient ces menaces très au sérieux. C’était ainsi que ce monde fonctionnait, le plus fort gagnait le droit de disposer du plus faible. La vermine n’avait pas le droit de bafouer le prince des ténèbres, ils étaient sous ses ordres alors ils devaient obéir…Ou mourir. Kyo attrapa son katana et quelques secondes plus tard, il disparu.

Lors qu’il réapparu, il constata que les traces de luttes lors de son assaut n’avaient pas disparu. En effet, il s’était téléporté sur cette plage où les combattants défendant cette misérable île avaient débarqué. Le soleil était en train de se lever donnant un aspect rouge au ciel, la nature commençait tout doucement à s’éveiller. Scrutant l’horizon, il vit bientôt le portrait de Keïra se dessiner puis celui de ses deux filles. Ces visages souriants le narguaient, comment osaient elles lui tenir tête ces effrontées ?

Sa colère était à son paroxysme, des tourbillons commençaient à se former dans la mer, la terre se fissurait tout autour de lui et des flammes jaillissaient de son corps. Ses poings étaient serrés, sa mâchoire tellement crispée qu’un filet de sang coulait de sa bouche et des veines se dessinaient sur ses tempes. Le prince des ténèbres releva la tête et se mit à hurler.

« COMBIEN DE TEMPS ALLEZ VOUS ENCORE ME RESISTER ?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

Un brasier gigantesque se forma tout autour de lui brûlant tout sur son passage. Les tourbillons s’accélérèrent puis plusieurs gesère firent jaillir de l’eau à plusieurs mètres de hauteur. Une fois sa colère estompée, les éléments se camèrent tout autour de lui mais le feu continuait de brûler ce qui n’avait pas été détruit. Le visage de Kyo était un peu plus serein mais sa haine n’avait toujours pas disparue et maintenant que ses pensées étaient un peu plus libres, il posa ses yeux sur les deux personnes qui étaient sur une petite colline.

Il y avait une fille avec la peau étrangement blanche accompagnée d’un bellâtre qui l’avait certainement rejoint pour lui faire la cours.

« Qu’est que vous regardez tout les deux ?! »

L’archange n’était vraiment pas d’humeur à supporter ce genre de spectacle alors il préféra s’asseoir sur le petit morceau de sol sableux non dévaster. Déposant son katana à coté, il continuait de scruter l’horizon ignorant ces deux intrus.

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 1:54

Sykanh a écrit:
Alors que l’être qui approchait s’adressait à elle, Sykanh ne fit pas le moindre geste. Elle était peut-être dans une posture séductrice, mais elle n’était pas tout à fait disposée à en jouer. Elle n’en avait, tout simplement, ni l’envie ni le besoin pour l’heure. Pourquoi cela ? Sans nul doute parce qu’elle n’était pas sur le point de se battre. L’elfe déchue fronça tout de même les sourcils et finit par porter sur lui son attention. Si la plastique humain l’eut un tant soit peu intéressée, elle l’aurait bien évidemment trouvé fort bien de sa personne. Mais il n’en était rien, là non plus. Passive, caressée avec volupté par l’aube rouge… Elle se contenta de laisser un ricanement presque aigre, et pourtant délicat, lui échapper. Elle plissa les yeux, un sourire énigmatique sur ses fines lèvres, et alors que l’homme se… recoiffait, elle lui susurra : « Gente dame ? Rares ont été ceux qui m’ont nommée ainsi » Et pour cause. Qui nommerait un cauchemar ambulant gente dame ?
Elle força son souffle superficiel –n’en ayant pas le moins du monde besoin étant donné son état- et soupira d’un air très amusé. Il y avait chez l’intrus une sorte de chaleur, une brûlure, même, qui l’intrigua très vaguement. Il l’intriguait autant qu’il la regardait, c’était pour dire. Elle était plutôt attentive à autre chose. D’autres choses, plus précisément. Elle n’interrogerait pas l’homme sur ce qu’il dégageait. Sykanh ne le connaissait que trop bien, ce sentiment que produisaient les êtres ayant frayés parmi les morts. Et pour cause, elle le produisait tout autant. Même plus, étant donné qu’elle ne se contentait pas de tuer mais même de les mener, ces pauvres égarés, sur les flots calmes et souverains du fleuve des morts… Mais il avait quelque chose en plus. Tout à fait différent de ce que connaissait l’elfe déchue, c’était comme si cet homme avait un lien avec son monde. Avec celui des défunts. Mais quel pouvait-il bien être ?
Elle plissa ses yeux plus profonds même que les abysses, et s’intéressa à autre chose, encore. La puissance du malin avait grandit, avant même que l’inconnu ne débarque au travers de la brume. Une puissance plus imposante que tout ce qu’elle avait pu tuer jusque là. Du moins le supposa-t-elle, avant de songer à sa défunte mère. Certes, sa mère était morte. Mais un être de puissance égale à celle de la Sykanh de l’époque, n’aurait rien, strictement rien pu faire contre une telle prêtresse elfe. C’était la haine de Sykanh qui l’avait menée jusque là. Elle se serait, sans cela, effondrée bien avant d’atteindre sa génitrice pour l’immoler.

Mais alors, qui était cet être si puissant ? Cet être qui devait approcher la force des dirigeantes de l’île ? Anàrion serait fort intéressé par un combattant (car son aura était sans nul doute offensive) d’un tel pouvoir. Quelle nourriture pour l’escorteur ! Elle n’avait pas eu vent d’une telle venue. Ca n’était bien évidemment pas l’inconnu à lui seul… non, il y avait autre chose. Elle ignorait à quel « camp » appartenait l’être puissant, mais Sykanh n’en ayant aucun, elle était curieuse d’en savoir davantage. Et pourtant, elle ne fit pas le moindre geste. Elle amorça même un mot en direction de Kira lorsqu’une déflagration éclata juste à côté. Elle tourna la tête avec la vivacité d’un serpent et bondit de son rocher, se glissant sur ses jambes ciselées. Elle porta une main absente au haut de son corset. Venant avec la déflagration, une comète blanche se mit à courir et fusa sur elle avec un hurlement suraigu. Un rongeur, plus précisément un écureuil d’un blanc pur venu s’enrouler autour de son cou appétissant. C’était son écureuil, ou plutôt l’écureuil qui la suivait partout, Bestiole. Elle posa deux doigts sur la tête de l’animal terrifié, sans lâcher un instant des yeux le cœur de l’explosion de flammes. Décidément, elle n’aimait pas le feu. C’était tellement moins délicat que la glace. Pas plus dévastateur, car le gel aurait tout aussi bien meurtri le paysage que le feu, si l’elfe déchue l’avait désiré. La différence entre les deux éléments se limitait au tempérament. Elle se tourna vers Kira et lui sourit d’un air très intéressé. « Il semblerait que nous ne soyons pas seuls à errer ici… » Elle leva une main sur le côté, fine main diaphane, et aussitôt les ombres virevoltant en dessous blanchirent pour devenir une douce étoffe soyeuse, d’un blanc livide. Elle rejeta la cape sur ses épaules, masquant sa physionomie, sans pour autant lui retirer ses attraits. Le feu s’était calmé, et laissait apparaître un homme à l’aspect chétif. Bel et bien musclé, mais toutefois petit. De là Sykanh ignorait si elle était plus ou moins grande que lui. Elle n’en fut pas choquée. Elle était sur et certaine qu’il s’agissait de l’homme puissant. Sa présence, autrement, n’aurait pas pu mettre en ébullition un organisme aussi mort que le sien. Elle se tourna à nouveau vers Kira d’un air approbateur, et refit face au nouveau venu lorsqu’il leur adressa la parole. Qui était-il… ? A voir la façon dont il scrutait la brume d’Ynis, il n’était pas des amis des insulaires… Si puissant… Revenu ici même. Elle haussa un sourcil sans cesser un instant de caresser le rongeur. Finalement, elle laissa une exclamation surprise lui échapper et, ses méninges fonctionnant à toute allure, s’inclina en une révérence aussi profonde que respectueuse. Elle aurait fait exactement la même aux sœurs Aleyna.

« J’étais simplement venue admirer l’aube rouge, monseigneur » Elle lui sourit d’un air fineaud, puis ajouta, sans laisser le temps ni à l’un ni à l’autre d’intervenir « … Monseigneur le Prince des Ténèbres. Katsuo Kyo »

Elle avait baissé la tête, et ne levait plus son regard d’ombres vers lui. A la limite, elle pouvait entrevoir Kira… La réaction de ce dernier lui dirait avec évidence qui il était. Il l’intéressait également beaucoup. Lui, cet être qui, d’une manière ou d’un autre, était en contact avec le monde de la meneuse de l’Averne. La journée s’annonçait passionnante, songea-t-elle.

Kira Asahi a écrit:
Elle ne se faisait pas souvent appelé ainsi ? Kira aurait appeler ainsi n’importe qu’elle femme de qui il sentait emmener une certaine noblesse, ce qui était le cas pour cette créature qu’était Sykanh. Un air placide régnait toujours en maître absolu sur le visage et dans les yeux de l’humain, apparemment, il n’était pas décider à y forcer une illusion de sentiment… Trop fatigué sans doute.

Pourquoi s’était il ainsi avancé vers cette créature ? Sans doute qu’il en avait marre de côtoyer une majorité de fantôme au point que son esprit se raccroche à la moindre personne corporelle qui puisse croiser son chemin. Il était à moitié plongé dans ses pensées lorsqu’il sentit une violente chaleur, chaleur qu’il ne connaissait que trop : Le feu. Il ferma les yeux, comme si son corps se rechargeait peu à peu de la chaleur envoûtante, mais ce n’était pas le cas, il s’était juste habituer à la chaleur excessive de cet élément. En effet, ils n’étaient pas seul… Ce feu ne se serait jamais déclancher seul.

« En effet… »

Dit il simplement en fixant le feu… Une branche craqua et descendit droit sur lui, enflammée, il l’attrapa avec une légère grimace mais pas plus. D’un simple soupire la branche s’éteignit avant qu’il ne la lâche au sol.

Dans le même temps, il voyait une silhouette se découper dans les reliques des flammes maintenant. Il se mordit légèrement la lèvre et baissa la tête, c’était un geste indiqué par son instinct car il ne connaissait cet homme ni d’Ève ni d’Adam. Et les paroles de la jeune femme ne firent que confirmer le bienfait de ce qu’il lui restait d’instinct de survit.

Dans un coin de son esprit il enregistra les données qu’il venait de recueillir : Cet homme s’appelait Katsuo Kyo et il était le Prince des Ténèbres. Vu sa colère, il n’était visiblement pas ami avec les personnes vivant de l’autre coté des brumes. Il s’inclina légèrement, dans une révérence discrète.

« Ne vous offusquez point de mon geste Katsuo-sama, j’ai simplement été… Surpris »

Il se tut à nouveau… Qui avait il d’autre à dire à présent ? Rien…

Katsuo Kyo a écrit:
La colère de Kyo était telle qu’elle aurait put détruire des hectares de forêt juste avec ce brasier. Cette femme était morte, il l’avait tué de ses propres mains et il fallait encore qu’elle hante ses souvenirs. Ce visage s’était affiché devant ses yeux comme un voile qui ne pouvait être opté…Décidément, les Aleyna était sa bête noire. Néanmoins, il y avait une chose positive : Tout ceci n’avait fait que renforcer sa détermination, les dirigeantes devaient subir le même sort que Keïra.

L’archange songea ensuite à s’occuper des deux personnes présentes sur une petite colline pas bien loin de l’endroit où il était. Sa première action fut de leurs adresser quelques mots bien peu sympathique afin qu’ils comprennent qu’il n’avait pas envie de rire. Puis il s’installa sur ce sable fin que la fraîcheur de la nuit avait rendu tiède. Mais il ne put retourner se perdre dans ses pensées car une voix s’éleva. Il s’agissait de cette fille qui contre toute attente connaissait son nom et surtout le statut qu’il avait.

Kyo tourna la tête et fixa cette jeune fille cherchant dans sa mémoire l’endroit où il l’avait rencontré mais rien n’y fit. Elle fit également une très belle révérence ce qui eut pour effet de surprendre le prince des ténèbres. En effet, quiconque connaissant son nom avait tendance à vouloir l’affronter ou à fuir mais jamais personne n’avait procédé ainsi.

**Comment connaît elle mon nom ?**

Puis ce fut le tour de son compagnon de prononcer quelques mots à son encontre. Ainsi ce petit feu de joie avait surpris Kira…Quel aurait été sa réaction alors si Kyo avait mit toute sa puissance ? Néanmoins, leur accueil était plus que chaleureux et il trouva cela très suspect. Un large sourire s’afficha sur son visage et tout en ramassant son katana, il murmura.

« Puisqu’il font preuve d’autant de sympathie, il serait dommage de ne pas leurs rendre. »

A peine eut il finit cette phrase que l’archange disparut de la plage ne laissant qu’un petit nuage de sable flotter dans l’air. En un instant, il réapparu juste devant Sykanh encore occupé avec sa révérence. Kyo plaça son index juste dessous le menton de la demoiselle puis lentement et avec beaucoup de délicatesse, il releva son visage. La scène était assez comique car pour combler les derniers 10 centimètres qui les séparaient, il s’éleva dans les airs. Fixant l’elfe dans les yeux, il dit.

« Comment connais tu mon nom ? »

Puis il approcha ce visage angélique presque contre le sien afin que son oreille soit à la hauteur des lèvres du prince des ténèbres et il ajoute en murmurant.

« Et surtout penses tu avoir le droit de le prononcer impunément ? »

Il retira ensuite son index et s’éloigna de Sykanh en rejoignant la terre ferme. Il faisait preuve de beaucoup de retenu car il émanait de cette fille une aura assez puissante…Bien plus puissante que ces imbéciles de Ynis Witrin excepté Emma et Leïa. Elle l’intéressait, c’était clair et c’était la raison pour laquelle il jouait un peut avec elle. Le tout était de savoir si elle allait entrée dans son jeu ou si elle allait être plus violente en représailles. Il se doutait bien qu’elle en était capable.

Kyo porta ensuite son attention sur le jeune homme. Vêtu d’une drôle de façon (enfin pour Kyo hein ^^), il ne s’attarda pas sur ce détail et constata qu’il était bien plus grand et imposant que l’archange. Lui qui portait un titre si glorieux, la nature l’avait rendu si fort qu’elle avait certainement dut corriger le tir en limitant sa taille adulte. Cet humain aussi semblait aussi intéressant car il avait une odeur qui s’approchait de celle des démons qu’il côtoyait. Il lui adressa un petit sourire ironique avant de rompre le silence.

« Ne t’inquiète pas, il m’en faut beaucoup plus pour être offusqué…Mais si ce petit brasier t’as surpris tout à l’heure, je n’ose même pas imaginer à quel point tu doit être faible mon garçon. »

Puis il lui tourna le dos avant de s’éloigner en direction d’un cerisier non loin du sommet de la colline. Il prit quand même le temps d’ajouter avec un ton sadique.

« Et les faibles n’ont pas leurs places ici bas… »

Kyo déposa son arme contre le tronc de cette arbre puis il s’asseya juste à coté se servant du végétal comme support pour son dos. Des fleurs blanches planaient tout autour de lui, le printemps allait bientôt s’installer. Mais une question continuait de le troubler alors il s’adressa une nouvelle fois au deux tourtereaux.

« Une chose me gène : Vous deux connaissez mon nom alors que moi j’ignore le votre…Vous ne pensez pas qu’il faudrait y remédier ? Dites moi donc qui vous êtes et pourquoi vous empestez la mort… »

La guerre, le sang, les larmes, la souffrance, tout cela Kyo pouvait le sentir chez les démons et curieusement, ces deux là étaient imprégnés de cette odeur. Ils étaient de plus en plus passionnant ces deux la…

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 1:54

Sykanh a écrit:
La façon dont elle avait réussi à capter l’attention de Katsuo avait grandement satisfaite Sykanh. C’était exactement ce qu’elle voulait, à vrai dire. Aussi, sans pour autant se redresser, esquissa-t-elle un sourire en l’entendant annoncer qu’il leur retournerait leurs politesses. Tout à coup, il y eut comme une rupture dans la puissance du démon, jusqu’à ce que celle-ci à nouveau n’assaille l’elfe déchue. En le sentant si près d’elle, elle réprima adroitement un frisson. En sentant son index sous son menton, elle crispa sensiblement sa mâchoire, mais ne cilla pas alors qu’il relevait vers lui son visage délicat. Les pupilles, de ce noir insondable, de la créature de glace toisèrent celles de Katsuo d’un air désarmant de neutralité. Elle n’avait pas peur, non. C’était simplement la force et le magnétisme du démon qui excitaient ses nerfs. Comment connaissait-elle son nom ? Elle fut presque déçue par la question. Comment connaissait-elle son nom… Les trois quart des êtres vivants dotés de parole des environs le connaissaient, et il n’était nullement difficile d’identifier un être tel que lui. Il avait été risqué de sa part de le prononcer, elle en était consciente. Mais quel qu’eut été le pouvoir de Katsuo, fusse-t-il l’un des titans de l’antiquité, il n’aurait pu venir à bout de Sykanh. Elle ne se leurrait pas et savait que la différence de pouvoir qui résidait entre eux deux n’était guère à son avantage… Mais Katsuo avait un souffle chaud, vivant… Il était plein de vie et la force de Sykanh était justement d’en être vidée. Elle n’avait rien à perdre. Toutes les tortures du monde n’auraient comme effet que de la rendre invalide… D’abîmer son corps… Si la Mort n’abandonnait pas son artiste, alors jamais personne, ni même Katsuo, ne pouvait en venir à bout. C’était amusant, comme idée, pour elle. Etre increvable sans égaler la force de son adversaire… C’était une situation pour le moins amusante.
Lorsque que l’archange approcha ses lèvres de l’oreille de Sykanh, celle-ci n’esquissa pas le moindre geste de recul. Elle ne le craignait pas, quoi qu’il fasse, elle était trop curieuse pour cela. Alors elle se contenta de sourire, les yeux clos. A son tour, elle lui murmura simplement : « Le nom du seigneur des ténèbres n’échappe pas aux escorteurs de l’au-delà… Nombreuses furent jusque là les créatures qui, de votre main, me furent envoyées pour rejoindre l’Hadès. Tout ce labeur que vous m’avez donné m’offre bien le droit de prononcer votre nom, ne pensez-vous pas ? » Et elle sourit. En le voyant s’écarter, elle tenta de saisir son regard, avant qu’il ne se désintéresse d’elle au profit de Kira. Elle agrippa ce regard de ses pupilles noires… Puis le clos et se décala pour ne pas interférer entre les deux hommes. D’ailleurs, c’était le moment où jamais de voir ce que le « garçon » avait dans le ventre. Elle regarda le prince des ténèbres s’éloigner, et adressa à Kira un sourire presque condescendant avant de rendre au démon son regard. Son nom ? Elle sourit avec délicatesse et haussa les épaules. Elle fit quelques pas en sa direction, sa cape de lumière virevoltant dans son sillage au grès de la brise venue adoucir les lieux. Cette brise qui s’alliait aux rayons du soleil levant pour mordre la brume à pleines dents. Enfin Sykanh reprit la parole, d’une voix basse, presque murmurée. « Je me nomme Sykanh. Et pour cette odeur de mort, c’est simplement que je suis l’une de ses abeilles. Nombre d’être vivants sont tombés sous mes mains… Et plus nombreux encore furent ceux que je pus guider dans les vallées de l’Averne. Je suis somme toute la meneuse de barque qui conduit les défunts dans leur ultime demeure. Inutile de préciser que ceux d’entre eux qui vous croisèrent de leur vivants me l’ont appris… » Elle sourit d’un air énigmatique, puis se tourna vers Kira. Elle inclina la tête en sa direction, salut plus modeste, cette fois, et ajouta sur le même ton mystérieux : « Quand au jeune homme… Sa venue a tout juste précédé la vôtre de quelques instants, et je suis tout autant pressée d’en savoir plus sur son lien avec le monde qui est le mien… » Elle ne mâchait pas ses mots, et ne cachait rien. Jamais elle n’avait pris la peine de le faire. Les personnes qui devaient mourir sous ses mains, comme celles qui devaient lui servir, voir éprouver ses caresses doucereuses… toutes avaient droit à cette même franchise. Franchise fatale.

Elle leva ses mains jusqu’à son front et, là, ôta simplement la capuche de son chef. Sitôt découvert, l’écureuil albinos, après une morsure dans le cou appétissant de sa maîtresse nommée d’office, s’en fut telle une comète se cacher dans l’arbre qui abritait le prince des ténèbres. Elle passa un doigt glacé sur la marque, et sourit d’un air absent, avide d’entendre les réponses que leur fournirait l’étrange asiatique.

Kira Asahi a écrit:
Kira laissa le Prince des Ténèbres s’occuper de la jeune femme, lui, il resta en dehors de tout cela pour le moment, ça ne le concernait pas d’ailleurs. Il écouta tout de même la réponse de la jeune femme, en apprenant ainsi un peu plus sur cette dernière.

Kyo s’adressa ensuite à lui. Le jeune homme eut un étrange sourire avant de dire :

« Ce n’était pas le genre de surprise qui fait craindre. Plutôt une agréable surprise… Comme celle de croisé votre chemin, Seigneur. »

C’était de la folie d’agir ainsi ? Peut être, mais Kira ne craignait simplement plus la mort. Non, Kira n’était pas fou… ou alors d’une folie froide et autodestructrice. Quoi qu’il en soit, il s’étira doucement et sourit devant les questions que l’archange posait. Il laissa la femme déchue répondre en premier, il put ainsi en apprendre encore un peu plus sur elle.

Puis, le sujet revint à lui et il haussa doucement les épaules.

« Je me nomme Kira… Je suis le plus jeune, le dernier, et l’héritier de la famille Asahi. »

Il se tut un moment. La famille Asahi était plutôt connue mondialement, et même reconnue, car elle menait toujours ses affaires à terme, sans jamais s’impliqué suffisamment pour pouvoir être condamné à mort ou même simplement arrêter. A nouveau, il inclina légèrement la tête et alla s’asseoir sur un rocher.

Un léger sourire planait sur le visage affreusement neutre du jeune humain. Un sourire qui, quand on savait l’excédante neutralité du Japonais, pouvait paraître franchement effrayant.

« Mon lien avec le monde des esprits provient de mon unique erreur. Une malédiction qui m’a touchée, il y a quelques années à présent. A présent, j’en ai fait une force. »

Il s’adossa à un arbre encore embrasé. La chaleur dégagée par le feu ne semblait pourtant pas le déranger, elle faisait partie de sa vie à présent.

Katsuo Kyo a écrit:
Kyo était surtout intrigué par cette demoiselle qui connaissait non seulement son nom mais aussi son titre qu’il considérait comme honorifique. Après s’être téléporté à quelque centimètre d’elle, il observa son visage qu’il avait relevé à l’aide de son index. Elle lui était totalement inconnue et il préféra éclaircir ce point de suite en lui demandant comment elle le connaissait. Le prince des ténèbres fut surpris par cette réponse mais à aucun moment il ne le fit sentir. Ainsi, elle était une « escorteur de l’au delà »…L’archange sourit de plus belle à cette annonce et restant dans le même ton il ajouta.

« Permission accordée. »

Son regard croisa celui de Sykanh et étrangement, il mit quelques secondes à le détourner au profit de Kira. Cette fille était vraiment très intéressante et il ne regrettait pas cette idée de promenade qu’il avait eut auparavant. Ce jeune homme avait déclaré être surpris par le brasier et bien entendu, Kyo ne se priva pas de le toiser pour tester un peu son audace. Le résultat fut plus que satisfaisant car selon ses dires, Rencontrer le prince des ténèbres était une agréable surprise. Un sourire se dessina sur les lèvres de l’archange et il répondit.

« Tu pense que me croisé est une agréable surprise ?...Je vois que tu ne manque pas de courage mais ceux qui ont eut cette réflexion avant toi ont tous fait connaissance avec cette demoiselle. N’est pas ? »

Il avait lancé à Sykanh un petit regard malicieux qui en disait long sur sa cruauté mais en fin de compte, il n’avait fait que purifier cette terre. Bon nombre de déchets s’étaient dressés face à lui désirant tantôt venger un proche ou prendre sa place. Mais aujourd’hui, c’était encore lui qui tenait les rennes et il ne les lâcherait pas aussi facilement.

Une fois ces quelques politesses échangées, Kyo s’installa sous un arbre et continua d’observer ces deux là. Bien entendu, il était assez curieux et il demanda leur nom suivi d’une petite remarqua sur leurs odeurs. La première à répondre fut la jeune femme révélant son identité ainsi que les fonctions qu’elle occupait dans le royaume des morts. Le regard dans le vide, il se contenta d’écouter avec attention ces paroles sans rien ajouter. Il avait également mal jugé le lien qu’il y avait entre eux car ce qu’il avait prit pour un rencard au bord de la mer n’était en fait qu’une hasardeuse rencontre.

Ce fut ensuite Kira qui prit la relève et dévoila son prénom ainsi que son nom de famille. L’archange avait déjà vaguement entendu parlé de cette famille mais il ne savait pas grand-chose la dessus. Malheureusement, le chasseur de prime s’arrêta là et il alla à son tour s’asseoir sur un rocher avant de continuer son monologue. Ainsi, il avait été frappé par une malédiction et celle-ci s’était révélé finalement comme une force plutôt qu’un handicap. Kyo arqua un sourcil et interrogea le jeune homme.

« C’est étrange…Une malédiction est pourtant censée te nuire mais au lieu de cela, elle est ta force. N’as-tu pas cherché un moyen de t’en débarrasser au lieu de te résigner et vivre avec ? »

Tout doucement, le sol se mit en mouvement juste derrière Sykanh et après quelques remaniements, un siège se forma juste derrière elle. Le prince des ténèbres remarqua un animal qui sauta dans les branches de l’arbre mais il n’y accorda pas d’importance. Il tendit la main en direction de ce support de fortune avant d’ajouter.

« Je vous en prie Sykanh, prenez place…Ce n’est pas vraiment le grand luxe mais vous y serez plus à l’aise que debout. »

Une question avait germé dans son esprit au moment ou elle avait révélé être une meneuse de barque de l’au delà. Kyo garda son regard plongé dans celui de la demoiselle puis il demanda.

« Auriez vous par hasard conduit une demoiselle qui répondait au nom de Keïra ? C’est une personne que j’ai tuée il y a déjà quelques années… »

Peut être avait elle atterri en enfer pour avoir résisté à sa volonté…

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 1:55

Sykanh a écrit:
Voyant Katsuo sourire à sa réponse, Sykanh se sentie un peu transportée. Alors elle touchait, petit à petit. Pour être honnête elle ne savait pas le moins du monde à quoi donc, mais elle s'en moquait. Sur l'échiquier Katsuo était un cavalier, un grand cavalier à la frappe considérable. Elle ne le considérait pas tout à fait comme un roi puis qu'il n'était après tout qu'un mortel. Mais il avait le don non négligeable de, par son magnétisme et sa simple présence, secouer un peu les fondements de l'éternité de Sykanh. Peu de choses la touchaient. Mais si la mélancolie de Cronos avait su ravir ce qu'il restait de cœur à ce corps sans vie, le pouvoir et la force de Katsuo, qu'elle ressentait plus que quiconque en raison de sa nature, ébranlait quant à lui toute la structure de la créature. Aussi lui rendit-elle un sourire, plus énigmatique, lorsqu'il lui accorda la permission de le nommer. Je n'en attendais pas moins de toi, Prince des Ténèbres, songea-t-elle alors qu'il plongeait son regard dans le sien. Elle ne manqua pas non plus de remarquer qu'il fallu à Katsuo quelques secondes, quelques petites éternités pour briser ce qui unissait leurs regards. Et si, une fois n'est pas coutume, Sykanh ne comprit pas quelle était la raison de ce comportement, elle n'en fut pas moins intéressée. Bien au contraire.
Chez beaucoup d'homme, elle aurait simplement songé à une quelconque sensation quelques pouces en dessous de leur ceinture, mais là c'était quelque chose de plus subtile, de bien moins prévisible et elle n'aimait rien tant que l'imprévisible.
Elle se tourna à son tour en direction de Kira et sourit d'un air finaud. Il était habile, le gamin, pour ce qui était des pirouettes salvatrices. Au "n'est-ce pas" du Prince, l'Escorteuse, comme complice de celui-ci, se contenta d'une révérence gracieuse à l'intention du jeune homme, comme si, par ce geste, elle l'invitait à la rejoindre dans sa barque. Il n'en était rien et elle était encore loin de son Hadès -bien que l'Hadès se promène bien souvent aux côtés de Katsuo- mais elle fit simplement cela par ce qu'elle n'était à l'aise que dans l'ombre du plus fort. Depuis sa mort du moins. Elle n'aspirait qu'à tuer, qu'à se souiller toujours plus du sang de ces elfes maudits, et elle était persuadée que là où étaient les forts étaient les elfes. Aussi Katsuo, Anàrion et d'autres étaient-ils de réels tickets pour le royaume des elfes et le paradis de sa barbarie. Ô elle sentait encore craquer sous ses doigts les côtés du dernier. Quel délice.
Alors le gamin était un Asahi? Le sourire de Sykanh s'étira un peu plus à cette annonce. Elle laissa un souffle lui échapper. Un souffle qui en disait long, et effleura ses hanches du bout des doigts, comme pour esquisser un nouveau salut. Elle se contenta de simplement baisser la tête et de fixer son regard sur le jeune homme. En apparence il était plus vieux qu'elle. Mais les apparences étaient bien souvent trompeuses. Comme le fait, d'ailleurs, qu'elle ait en face d'elle…

"Je suis très honorée. Moi qui aspirait à quelque solitude, me voilà en présence d'un seigneur du mal et du rejeton… d'une très intéressante famille"

Elle sourit d'un air très mystérieux et redressa son visage glacial pour le porter sur Katsuo.

"Ce jeune homme… son patronyme… Il était sur les lèvres de nombre de mes hôtes également. Me voilà donc face à deux êtres d'exception…"

Elle s'amusait. C'était sans doute là le pire. Trois monstres tiennent conseils. L'un administre et gouverne, cavalier blanc dans son arbre, l'autre patiente, pudique rejeton de l'échiquier noir. Et entre la voilà la solide tour blanche, qui esquisse sourire sur révérences et révérences sur sourires. Quel splendide tableau… Sa dominante le rouge, entre le feu et la glace. Elle aimait décidément beaucoup cette Aube rouge.

Elle se tourna, jeta un regard au siège confectionné par Katsuo. Elle ne se méprenait pas sur ce point. L'homme le lui avait fait tout simplement parce qu'il avait quelque chose à lui demander. Ce qui, son statut révélé, n'était somme pas surprenant. En effet, il était drôle de voir ses rencontres lui demander quelque services… Certains imploraient la mort, d'autres la vie. Certains, comme l'homme, demandaient des nouvelles de l'Hadès. Mais s'il était bien un endroit dont les nouvelles ne montent pas, c'était bien de là. En réalité, les morts n'avaient qu'un éventail fort limité de mots à leur vocabulaire. A croire que la manque d'oxygène réduisait les capacités de leur cervelle. Aussi n'avait-elle rien de bien croustillant à révéler. Puis… L'homme qui tuait en savait tout autant, voir davantage qu'elle sur l'état de la créature qui embarque… Ce qui est logique.
Alors, une certaine Keira ?
Elle s'accorda quelques secondes de réflexion, ce nom lui disait quelque chose, mais elle était incapable de se souvenir quoi. Tout ce dont elle était sure, c'était qu'elle avait un lien avec Ynis. Oui, car elle avait tiré ce nom des informations tirées de l'île, avant l'amorce du plan d'Anàrion et elle-même. Elle avait donc également un lien avec Kastuo… Katsuo. Katsuo était de ceux qui, de par le passé, avaient su détruire Ynis. Celui également qui depuis s'amusait à tenter l'histoire de temps à autres. De semestre en semestre il se reconstruisait, nourrissait sa haine puis lançait une vaine offensive. Elle se prit à compatir, mais n'en laissa rien transparaître sur son visage. Le pauvre homme devait être las de ses échecs. Et frustré, surtout. Avec une force telle que la sienne… Certes, seul, il était d'une force ridicule en face de celle de l'île… Mais après tout celles des sœur égalait tout juste celles d'Anàrion. Sans leurs gardiens et autres chevaucheurs -d'ailleurs passés à la broches par Sykanh- les sœurs n'étaient que deux pantins. Comme le Prince des Ténèbres. Comme tous en fait. Même Sykanh, sortie de ses vallées sous-terraines, n'était que douce marionnette. Et que dire de Kira Asahi ? Lui était pire que cela, il était mercenaire. Le mot pantin était donc imprimé en caractère gras au bas de ses contrats.

Elle haussa ses fines épaules et se déposa, légère comme un flocon pudique, sur le fauteuil. Elle regroupa ses jambes, en plia une et étendit l'autre puis, le visage au creux de sa main droite et l'autre jouant avec un cristal de glace qu'elle venait de créer, elle dit d'une voix posée :

"Eh bien… Ce nom ne m'est pas inconnu. Il ne s'agit pourtant pas de l'une de mes 'cliente'. Sans doute mon cœur battait-il encore à l'époque à laquelle vous faite référence"

Son cœur battait toujours. Ce souvenir lui était à présent des plus étranges. Il éveillait toute la sensualité de ce corps de glace. Un cœur battant. Le sien n'était pas insensible puisque Cronos avait su l'étreindre… Mais il n'en était pas moins arrêté. Quelle douce idée que celle-ci… Elle leva un visage mutin en direction de Katsuo, ses cheveux s'écoulant derrière ses fines oreilles effilées, et son regard plus noir que l'obsidienne se promenant un peu sur les convives de l'Aube.

Kira Asahi a écrit:
A la réponse du ‘prince des ténèbres, Kira n’avait pus empêcher un sourire amusé de se posé sur ses lèvres. Il s’était douté d’une réponse de ce genre, mais en rien il n’aurait cillé à une réponse plus agressive… Il s’était contenté de hausser les épaules.

« Je n’ai jamais appris à avoir peur de la mort. »

Comment avoir peur de la mort quand elle vous entourait de ses bras gelés pour se répandre autour de vous, puis dans votre sillage ? Comment avoir peur de la mort quand elle faisait partie intégrante de votre vie ? A l’invitation mimée de Sykanh, il lui avait accordé un sourire un peu mélancolique. Les escorteurs ne risquaient pas de le voir avant qu’il soit tué… Mais le tueur c’était lui… Ces foutus elfes avaient vraiment été ironiques.

Au salut de Sykanh, il eut un sourire franchement amusé, c’est fou ce qu’un nom et une réputation pouvaient changé la réaction des gens. Dans son pays, un homme passait facilement de ‘sale gosse’ au ‘mon seigneur’ en apprenant son identité. Cela l’avait toujours extrêmement amusé. Les humains se faisaient facilement transformer en marionnettes pas peur, et lui ne se gênait pas pour prendre les ficelles de ces pitoyables pantins. Oui… Et il tuait deux fois plus que demander avec cette méthode, pas étonnant que la meneuse est aperçut quelques uns de ses tableaux de chasses.

A la réplique de Katsuo, il le regarda comme si il venait de dire la chose la plus idiote au monde. Puis, il secoua la tête.

« Au début j’aurait tout donner pour en être débarrassé mais… »

Il se tut, faisant régner le silence durant un instant alors qu’il fixait sa main pale.

« Ne jamais souffrir de vieillesse ou de maladie pour être hanté par ceux que je tue… Il me suffisait de les ignorer pour n’en prendre que les avantages et en faire une force. »

Son sourire était moqueur, non contre Katsuo, mais contre ces elfes idiots qui n’avaient fait que le rendre plus dangereux au lieu de le faire souffrir. Ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’est qu’en tuant la seule personne qui avait été chère aux yeux du Japonais, ils avaient tués les rares sentiments qu’il aurait pu avoir eut.

Il les entendit continuer leur conversation, mais ne s’en mêla pas, recueillant quelques informations par ci par là à mesure qu’ils parlaient… Une silhouette était apparue un instant à l’horizon… Un fantôme sans doute… Tout aussi manipulable que les vivants à son goût. Il obtenait toujours d’eux les informations escomptées grâce à sa ‘gueule d’ange’… Trop faible d’esprit étaient ces créatures.

Il regardait vaguement les deux autres personnes, comme si son regard passait à travers et qu’il ne les voyait pas vraiment, mais il ne rêvait pourtant pas…

Katsuo Kyo a écrit:
Ses deux compères avaient finalement révélé leurs identités. Selon les dires de Sykanh, Kira semblait être quelqu’un de particulièrement dangereux. Ainsi, le nom des Asahi était réputé pour des meurtres commis par cet individu ou peut être d’autre membre de sa famille. Kyo écoutait la jeune fille attentivement et un sourire se dessina lorsqu’il entendit la réponse du garçon. Ainsi personne ne lui avait enseigné à craindre la mort. Etait ce réellement un avantage ? Le prince des ténèbres se contenta de lui faire un signe de la tête montrant qu’il était impressionné par son vis-à-vis ou tout du moins par son comportement.

Peu après, le chasseur de prime s’étendit un peu plus sur cette malédiction en révélant ce qu’elle était censée lui causer. Ainsi, il bénéficiait de la jeunesse éternelle et cela afin d’endurer les remords dut à ses crimes. Kyo eut du mal à croire qu’une telle chose pouvait être néfaste car les avantages qu’elle offrait étaient beaucoup plus conséquents que les inconvénients. L’archange reprit la parole un sourire aux lèvres.

« Je ne sais pas qui t’as lancé cette malédiction mais j’aimerai beaucoup le rencontrer ! Comme si l’on pouvait regretter de tuer quelques vers de terre…Vraiment stupide. »

Il se mit à rire de bon cœur, un rire sadique et tellement cruel qu’à cet instant on pouvait se demander si lui possédait un cœur. Evidement non, cette malédiction lui aurait été comme un gant et il regrettait presque de ne pas être à la place de Kira. Mais ce sentiment disparu bien vite car il avait une chose bien plus importante à demander à Sykanh. Cette question hantait son esprit depuis que la jeune fille lui avait avoué connaître quelques unes de ses victimes. Mais bien vite il déchanta lorsqu’il entendit sa réponse. Il eut cependant un renseignement en plus la concert, cette demoiselle n’était donc pas vivante et en y réfléchissant un peu mieux, il trouvait cela logique puis qu’elle naviguait sur le Styx. Son sourire disparu laissant place à un visage dénué d’expression puis il ajouta.

« C’est fort dommage que vous ne puissiez me donné plus d’information. Enfin, ça n’a plus vraiment d’importance maintenant… »

Kyo réussi un instant à capter le regard sombre de Sykanh et une nouvelle fois, il eut beaucoup de mal à s’en dégager. Cette étrange sensation ne le quittait plus depuis qu’il était en sa présence, il sentait que quelque chose allait se passer entre eux deux. Quoi exactement, il ne le savait pas mais son intuition lui indiquait ceci…Fatigué de rester là à ne rien faire, il se leva et frotta ses vêtements afin d’y enlever la terre qui souillait son pantalon. Il avait beau être le prince des ténèbres, la faim le touchait comme chaque autre mortel. Il adressa alors quelques mots à ses compagnons d’infortune.

« Bon je vous laisse tout les deux, je vais me mettre en chasse… »

Le prince des ténèbres glissa ses mains dans ses poches et pénétra dans une forêt qui se trouvait à quelques mètres de sa position initiale. Il déambulait sans trop de difficulté dans cette étendue d’arbres guettant chaque bruit qui pourrait se révéler être une proie. Cela faisait bientôt trois mois qu’il n’avait pas mangé de chair fraîche et il ne pouvait plus se contenter de cette nourriture infecte que ses démons lui apportaient. Kyo stoppa sa progression car un bruit suspect l’interpella. Il vit apparaître devant lui un gros sanglier qui semblait ne pas avoir remarqué sa présence. Mais quand il repéra le danger, il était déjà trop tard. L’archange dégaina son sabre et avec rapidité, il trancha la tête du pauvre ongulé. L’animal s’écroula dans une marre de sang et sa tête roula un peu plus loin avant de se stopper contre un arbre.

Satisfait de sa prise, il attrapa son dîner par la queue puis il le traîna jusqu’à une petite clairière. Le jeune homme mit un peu de temps pour déposer le fauve et le vider avec son katana mais il n’avait pas prévu qu’il aurait à faire ça. Une fois cette besogne accomplie, il se mit en quête de brindille pour faire du feu puis il alluma les bouts de bois qu’il avait placé au centre de la clairière à l’aide de son pouvoir. Il ne lui restait plus alors qu’à trouver un long bâton qu’il utiliserait comme broche et deux autres bouts de bois avec un bout en forme de V qui servirait de support. Une fois ces quelques formalités réglées, il planta les deux support de chaque cotes du feu puis in transperça le sanglier de part en part avant de poser la broche sur les supports.

Kyo prit place non loin du feu regardant ainsi son repas cuire puis il sortit un mouchoir de sa poche afin d’essuyer la lame de son katana souillé par le sang de l’animal. Le pince des ténèbres souriait car tout ceci lui rappelait l’époque où il tentait de survivre en tuant des démons, dormant dans les forêt et se nourrissant d’animaux. La lune brillait dans le ciel éclairant faiblement cette clairière…Cette soirée s’annonçait pas si mauvaise que cela finalement…

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 1:57

Sykanh a écrit:
Douce Aube Rouge. Doux retour au calme après cette nuit de sang. Nuit de sang comme les autres nuits de sang, mais retour différent… Elle ne se trouvait pas pour cette fois plongée dans l’épaisse et opaque solitude de son état et de son âme. Seule en son âme, oui c’était bien cela. Elle était cet être de neutralité blanche et inaccessible. Qui pourrait-elle bien accueillir en elle d’autre que la mort qui déjà étreint et envahit son corps ? Cette Mort devenue son amante, son ultime raison d’« être », dernier moteur. Tous ces êtres qui trépassaient sous ses caresses, ceux qui au contraire lui donnaient l’illusion d’exister, ne pouvaient plus être que d’éphémères papillons venus batifoler devant ses yeux profonds avant de s’y noyer et d’y disparaître comme le reste. Ces deux hommes là en feraient tout autant. Cronos un jour également… Tous mortels, le prince, le tueur, le mélancolique… Des visages marqués aujourd’hui au fer par l’abeille ouvrière de la Mort. Pour Sykanh, c’était comme un repérage étrange de ceux qui finiraient par tomber dans ses griffes tôt ou tard. A ce titre là ils étaient tous sur le même plan, tous égaux. Quiconque prend les armes s’attend à tomber par elles. Quiconque joue avec les instants, les heures, s’attend à se voir rattraper par le temps. Et dans l’histoire, Sykanh n’était que la sensuelle caresse venue ravir au corps l’âme qui s’y agrippe. Sensuelle douleur, douleur atroce. Désormais cette ambivalence serait sienne.
L’engourdissement, puis la vive plaie de l’oubli de l’âme qui brûle et s’avilit jusqu’à n’être plus que l’ombre d’elle-même. Sykanh souriait des idéalistes qui s’imaginaient cette douce vie dans l’au-delà… Plus encore de ceux qui voyaient comme une délivrance l’abandon de leur chair. Non, donnée par elle, la pire des vies était enviable à la mort.

Aussi souriait-elle un peu de ce que disait le jeune homme. Enfin, ce jeune homme semblait plus vieux qu’elle de plusieurs années… Mais il n’avait pas connu l’éternel. Elle le côtoyait. C’était un peu différent. Lui voyait ses victimes défiler. Elle parachevait les souffrances des siennes. Et de celles d’autres comme Kira ou le seigneur du Mal également. Mais il y avait dans cet aveuglement des hommes à se jouer de la finalité de leur existence quelque chose qui lui donnait, du haut de ses dix-sept hivers de vie, une impression de savoir et de sagesse qui dominait. Le lieu où elle se trouvait lorsqu’elle n’était pas sur terre était détaché du temps, et c’était sans doute là ce qu’il avait de pire. Les morts n’arrivaient pas dans un ordre précis pour qui réside dans l’Hadès. Non, elle accompagnait des héros ancestraux dans le même temps que des paladins ou même des êtres venus du futur. Là bas, le temps n’avait plus de raison d’être…

Il était ainsi présomptueux de la part des mortels de dire à un être tel que Sykanh qu’ils n’avaient pas peur de la mort. D’ailleurs, Katsuo même, qui pourtant en terme de puissance les battait tous deux réunis, ne s’y était pas risqué. Et cette absence de réplique de sa part arracha l’attention de Sykanh et força une once de respect de sa part. Sykanh en revanche ne conserva pas le silence et réagit aux mots de Kira d’une voix basse et caressante. « Les mortels ne sauraient vous apprendre à craindre ce qu’est la Mort. Pas même un immortel. Pas même un revenant. La Mort est inhérente à votre nature, et croyez moi le moment venu la peur se conjuguera à son mode… inhérente à votre nature. Après tout c’est cette mort qui fait ce que les hommes sont » Et cette peur qui fonde la plus grande de leurs force, cette espèce d’instinct de conservation inébranlable… songea-t-elle. Ses mots étaient obscurs, prononcés de manière quasi-prophétiques, et avec un sourire plein d’énigmes qui avait de quoi déstabiliser la plus ferme des personnes sures d’elles. Elle-même n’aurait en main les outils nécessaires pour insuffler avant l’heure en un mortel l’idée de ce que sera ce passage du seuil à l’infini. L’entendement dudit mortel n’en aurait pas été capable. Elle ne voulait d’ailleurs pas endosser ce rôle et si elle ne pouvait s’empêcher de réagir aux propos du mortel, elle se contentait tout de même d’allusions évasives.
La tour blanche était là pour faire tourner, en temps voulu, le grand échiquier et retirer le voile masquant l’amère nature de ce qui les attendait. Mais en temps voulu seulement. L’heure n’était point à la Mort, la nuit lui avait suffisamment été dévouée. Non, l’heure était simplement à cette Aube, à l’échange de trois êtres poisons. L’heure était aux mortels et à leur servante, à leurs erreurs et à leur finesse.

S’ensuivit une discussion au sujet de la malédiction du jeune homme. Quelque chose pour le moment dérangeait Sykanh. Certes tous deux s’étaient inclinés, certes ils avaient montré des signes de respect certain envers Katsuo, mais si l’Escorteuse avait ainsi agi, c’était dans le but de l’approcher efficacement et de le découvrir un peu. Hors le Prince des Ténèbres n’étant pas avare de questions, et le jeune homme de réponse, elle n’en avait pas l’occasion. Elle prêta néanmoins attention à ce qui se disait. Comme Katsuo, elle trouva passablement ridicule de coller ce genre de malédiction à un assassin réel. Du sourire le Prince passa au rire, rire très volontiers souligné par un hochement de tête assorti de la douce créature. La poupée de chiffons s’accordait au mécène jusque dans sa cruauté « Stupide, oui… Cela ressemble à un procédé elfe… Ces insectes sont douées pour s’attiser la haine d’autrui et renforcer, dans leurs châtiments, ceux dont ils se font des adversaires » Et elle en savait quelque chose. Sans les elfes jamais elle n’aurait appris ce qu’était la plus infâme des souffrances. Sans eux jamais son âme ne se serait laissée consumer et jamais elle n’aurait trouvé dans la douleur et l’instant de la mort des douceurs exquises… cette sensualité jubilatoire qui la saisissait au contact du sang chaud, son souffle mêlé à celui qui s’affole puis ralentit… Ses mains savourant la chair palpitante et crispée par un mal innommable. Sans son châtiment l’elfe vagabonderait pour le salut de la veuve et de l’orphelin. Elle n’aurait connu ni le Styx ni le fer. Ni la glace ni les ombres… Ils avaient assemblé de toutes pièces l’édifice qui les fit tomber. Les pions noirs, liés dans la construction de la tour blanche. Merveilleux hasard.

Katsuo lui avait demandé si elle avait eu connaissance d’une certaine Keira. La réponse que lui fournit la vierge des vallées de l’Averne ne sembla guère lui convenir, et elle s’en fit le reproche. Mais de cela rien ne parût et elle trouva le moyen de conserver ce masque qui semblait captiver le meneur de la rencontre. L’homme démon venu nous manipuler comme des pantins… se dit-elle. Oui il était bien homme. Lorsque son regard se liait à celui du Prince, elle y lisait toute son humanité, la plus frappante, la plus refoulée.
Les hommes… Elle ne les connaissait que très peu. Elle n’en était pas. Mais elle leur trouvait une force et une vitalité qu’elle préférait de très loin à celle des autres races vivantes. Elle avait ainsi moins de plaisir à tuer un homme qu’une dryade ou qu’un elfe. Parce que l’homme se battait pour quelques maigres années. Il se battait pour assouvir sa soif d’une destinée fugace et fugitive. Fragile. De leur côté les elfes se considéraient comme les protecteurs d’un certain monde. A la manière des nymphes… A la manière des créatures immortelles et légendaires en général. Jamais leur monde n’avait accueilli en son sein ces rustres d’humains. Et c’était pour cela qu’ils plaisaient tant à Sykanh. Elle qui par-dessus tout abhorrait le monde des bons génies et des esprits paternalistes, des fées, des elfes et de leurs sbires, se trouvait liée toute entière à la médiocrité des hommes. Médiocrité, forte faiblesse dans ce regard là. Katsuo avait la faiblesse de ne point pouvoir se détacher d’elle. Mais il avait la force de jouer avec, de l’assumer. Combien d’autres ambivalences dormaient dans ces yeux ? Elle n’eut pas le temps de les découvrir toutes, car bientôt le Prince fit mine de leur fausser compagnie.

Le voyant se lever, elle resta quant à elle d’une immobilité impassible et déroutante. Sa jambe droite toujours repliée négligemment contre elle, elle se contenta de renverser un peu plus la tête en arrière pour voir Katsuo leur annoncer son départ. Il se mettait donc en chasse. Elle était curieuse d’en connaître le but… Elle ne le lui demanda cependant pas et se contenta de le saluer d’un simple hochement de tête. Le geste et la nonchalance juraient avec la révérence qu’elle lui avait adressée lorsqu’elle l’avait reconnu et ce n’était pas innocent. Il s’agissait d’une sorte d’avertissement de ce qui viendrait. Sykanh ne considérait pas qu’il s’agissait de la fin de leur entrevue pour une raison simple : de tout ce qu’elle voulait apprendre sur lui, elle n’avait strictement rien découvert.

Sitôt que Katsuo eut disparût, elle tourna lentement la tête vers Kira et lui sourit avec une délicatesse passablement inquiétante. Sans doute pas pour lui, mais la tension qui accompagnait son sourire était néanmoins explicite. C’était à son tour. Toujours assise, elle laissa sa tête aller en arrière, puis ferma lentement les yeux, ses cils venus caresser ses pommettes avec volupté. Son sourire découvrit des dents tout aussi blanches, et ses sourcils se froncèrent d’un plaisir. Elle avait déjà du plaisir à prévoir ce qui se passerait. Elle prit une petite inspiration, la respiration ne lui étant plus utile que pour parler, une fois morte, et dit d’une voix si basse que Kira pouvait tout juste l’entendre « Eh bien, je vais me lancer moi aussi dans une partie de chasse » Et sur ce, elle releva à peine la tête, jeta un coup d’œil fort amusé à Kira, et un sourire espiègle au coin des lèvres, ajouta « J’ignore si c’est une discipline que vous appréciez. Si tel n’est pas le cas, je puis vous assurer que croiser votre route fut pour le moins… plaisant » Sur ces mots, elle déplia sa jambe droite et la posa lentement au sol, avant de se redresser, le visage baissé et masqué par des mèches blanches. Une crispation sembla alors se saisir du sol et de ses ombres, Sykanh dégrafa l’attache de sa longue et légère cape blanche, laquelle créa toute une série d’ombres délicates qui vinrent l’envelopper pour se dissoudre ensuite… Et l’elfe déchue avec elles.

Le temps passa, et avec lui Sykanh se glissa habilement dans les méandres de la sombre forêt du continent, qui venait tout juste d’engloutir en son sein le Prince des Ténèbres. L’elfe déchue s’était mis en tête de le poursuivre, et avait, grâce à la mort, un avantage certain. Si ce n’était cette odeur de mort, qui de toutes façons embaumait la zone entière, elle était imperceptible. Un être sans existence concrète, et donc sans la moindre aura. Quelque chose se dégageait d’elle, mais il fallait pour cela l’avoir en face de soi.

Ce fut installé dans la clairière qu’elle le retrouva. Durant tout ce temps elle demeurait tendue et à l’affût. Finalement, alors que le Prince commençait à mordre dans la chair grillée de l’animal, Sykanh laissa un souffle lui échapper et se glissa d’ombres en ombres jusqu’à fouler de ses bottes immaculées, en dépit de sa course dans le sous-bois, la grasse et douce herbe de la clairière. Ici, on aurait presque pu avoir l’impression que la guerre était loin et la désertion un cauchemar encore non réalisé. Pourtant, un coup d’œil aux arbres qui la ceinturaient dénonçait l’étrangeté de ce lieu comme hermétique. Il y avait eu des feux, récemment, dans cette forêt. Sans compter plusieurs disparitions mystérieuses et, surtout, cette amusante petite expédition des Chevaucheurs à son encontre ainsi qu’à celle d’Anàrion. Ce jeu là avait été particulièrement jouissif pour la féline manipulatrice qu’elle était.
Quittant son habit d’ombres et s’offrant à la conscience et aux sens de l’homme, elle fit un pas qu’elle ne chercha pas à camoufler dans l’herbe. Elle ne le quittait pas des yeux. Sans un mot, elle se contenta d’approcher en silence. Finalement, parvenue à ses côtés, elle se glissa dans l’herbe et s’y assit, une jambe repliée et de longues mèches dessinant une fine dentelle sur ses épaules délestées de la cape. Elle posa ses grands yeux noirs sur le mi-homme et lui sourit de ce sourire énigmatique qu’elle affectionnait tant. « Monseigneur serait-il fâché de me voir le priver quelques instants de sa solitude ? »
Sur ce elle pencha un peu la tête en avant, impatiente de savoir quelle allait être la réaction dudit seigneur…

Kira Asahi a écrit:
Les Asahi était réputé au-delà de la mort ? Pourquoi cela n’était même pas capable de dégager une impression de fierté au garçon… Vivre en étant le chien d’attaque d’autres personnes, il savait qu’il n’y avait pas à être fier de ça… Mais cela rapportait bien, la preuve en était la demeure familiale qui avait fait un magnifique feu de joie avec les domestiques à l’intérieur… sans cœur ? Les Asahi n’en avait jamais eut… Ou bien un cœur figé et aussi dur et froid que la pierre.

Pour Kira, il n’y avait pas à craindre la mort, elle faisait partie de la vie et il n’était que l’un des mystérieux agents de la fatalité pour rendre ce moment bien plus proche à d’autres personnes sans en avoir le moindre remords… Celons lui, sur ce point, il valait bien autant que Kyo… Mais apparemment moins que cette fille qui avait suivit des âmes dans la mort… Et qui lui adressa d’ailleurs la parole…

« Vraiment ? »

Se contenta t’il de dire a ses paroles… Oui, il avait eut peur de la mort, dans le passer… Mais maintenant… maintenant tant de chose avait changées… Il se rappelait avoir hurler pour ne pas qu’on le tue et qu’on ne la tue pas elle non plus… Qu’on ne tue pas son seul trésor… Et il l’avait tuer en le laissant lui dans une demi vie car une partie de lui était morte avec sa sœur ce jour là… La partie qui avait peur de la mort… La partie qui aimait réellement… La partie qui aurait pus culpabilisé…

Il avait aperçut le hochement de tête du prince des ténèbres mais n’avait rien répondu. On ne pouvait pas regretter de tuer quand on y prenait une sorte de plaisir sadique… Cependant, il ne tuait que sous l’effet d’un contrat ou pour protéger ses arrières… Il y avait pris goût, mais n’en abusait pas… Dans son éducation il n’y avait aucun regret juste un plaisir du devoir accomplit… et de voir le sang coule… Il inspira profondément et soupira pour revenir à la réalité…

Il ouvrit la bouche pour un commentaire, mais elle avait parlé avant lui et il eut un petit sourire avant d’étouffer un léger rire. Faisant une mine légèrement impressionner, il s’inclina à demi devant d’escorteuse.

« Heureux de vois que mon avis est partagé par une charmante rose comme vous… »

Une rose, oui… Dont la beauté pourrait tendre le piège somptueux dont les grands yeux si…sombres et profonds étaient les barreaux inébranlable… Une rose dont les épines acérées vous détruisait jusque dans les tréfonds de votre âme. Une rose blanche dont la sève éclatante était le plus foudroyant des poisons…

Son regard s’était perdu un instant en direction de cette rose de glace quand le prince des ténèbres s’adressa à eux. Dans le silence, il le regarda partir après l’avoir saluer en inclinant légèrement la tête. Il parvint au même instant à détourner son regard de la meneuse du styx…

Puis ce fut à son tour d’esquisser une révérence et de lancer d’une voix douce :

« En espérant vous revoir bientôt gente dame… »

Il la regarda s’éloigné et regarda le sol carboniser, seule trace du passage de Katsuo… Un petit sourire traversa ses lèvres et il réanima une légère braise avant de sourire… pourquoi ne pas chasser lui aussi… Il fallait bien qu’il pense à se nourrir des fois… Et quoi de mieux que de chasser en enfumant les proies afin qu’elle se précipite naïvement vers leur propre mort…

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 1:58

Katsuo Kyo a écrit:
Décidément, les habitants du continent étaient tout à fait remarquables. Kyo avait eut la surprise de tomber sur une demoiselle sortie tout droit des enfers et d’un jeune homme à l’avenir fort prometteur. Bien sur, leurs motivations étaient différant mais tous avaient pour but d’atteindre Ynis Witrin…Allaient-ils s’allier dans le futur ou se concurrencer ? Rien n’était décidé mais le prince savait déjà que tôt ou tard, cette question se poserait. Il verrait bien à ce moment là.

Une soudaine envie de chasser l’avait prit brusquement et il prit congé pensant que ses deux compères allaient rester ici à bavarder. Cette mise en scène m’amusait, le chasseur traquant le moindre petit bruit, le moindre petit craquement ou encore un cri. Il ne mit pas longtemps à dénicher sa proie et il mit fin à ses jours aisément en prenant bien soin de ne pas animer la chair de l’animal. Ce porc avait la peau dure mais face à un Katana coupant comme une lame de rasoir, il n’avait aucune chance et très vite, il se retrouva empalé sur une broche.

Comme à l’ancienne, lorsqu’il tentait d’échapper à ceux qui maintenant étaient sous ses ordres, un feu de bois pour faire cuire de la viande fraîche. Certes, ce genre d’animal ne convenait pas trop pour une telle cuisson mais il n’avait pas envie de retourner guetter une autre proie. Le bruit du feu consumant le bois raisonnait à ses oreilles comme une douce mélodie. L’odeur était des plus appétissante et dans l’obscurité troublée par la lumière émanant du brasier, on pouvait voir le sourire nostalgique du prince des ténèbres. Cette période de sa vie avait été très douloureuse pourtant, il regrettait ces petites escapes.

Tout était calme autour de lui, de temps à autre un hibou ou un autre oiseau nocturne troublait cette quiétude mais cela suffisait à apaiser sa conscience. Après tout, même le messager des ténèbres avait le droit de prendre un peu de bon temps à sa façon. Malheureusement, ce calme fut de courte durée car un bruit de pas écrasant l’herbe se fit entendre juste à côté de lui et dans un réflexe, il brandit son sabre pour se défendre. Dans un mouvement rapide, la lame vint s’immobiliser à quelques centimètres du coup de la jeune fille. Lorsqu’il vit le visage de cet intrus, il rangea son sabre dans son étui et le posa entre lui et Sykanh. Pendant qu’il la regarda s’asseoir, il se demandait comment elle avait fait pour arriver aussi discrètement sans qu’il s’en aperçoive. Il se rappela soudain qu’elle avait prétendu être morte et donc, les morts n’ayant pas d’aura, la réponse lui sautait aux yeux maintenant.

Une fois son derrière posé sur le sol, la demoiselle lui adressa quelques mots qui lui arrachèrent un petit sourire et tout naturellement en la fixant à nouveau dans les yeux, il répondit.

« Votre présence ici est une aubaine et je commençais d’ailleurs a me demandé si vous alliez venir ici…Manifestement, votre ami ne semble pas vouloir ce joindre à nous. C’est plus que regrettable…Ceci dit, je suppose qu’il doit avoir de très bonnes raisons. »

Cette énigmatique Sykanh était en effet la bienvenue en ces lieux même si Kyo aurait préféré continuer sa soirée seule. Le prince commença son dîner arrachant la viande soudée à l’os de la bête. Une fois qu’il eut terminé son morceau, l’archange décida de faire une pause avant de continuer son festin et il se laissa tomber sur le sol lourdement. Le silence qui s’était installé entre eux le gênait et il prit l’initiative d’engager une conversation.

« Alors dites-moi très chère, que faites-vous donc ici ? Ne me dites pas que vous êtes venu en vacance. »

Kyo affichait un sourire narquois et attendait une éventuelle réponse de sa belle compagne d’infortune.


Sykanh a écrit:
Un éclair. Le sabre.

Elle ne bougeait pas d'un poil, sa peau simplement parcourue de frissons légers. Il avait dégainé, et glissé sous la gorge neigeuse de Sykanh le fil de l'impressionnant katana. La maîtrise du geste, la vigueur et la rapidité de celui qui était le Prince des Ténèbres indiquait clairement quelles étaient les qualités qui avaient fait de lui ce qu'il était. L'elfe déchue, toute morte qu'elle était, ne pouvait réprimer les picotements dans ses mains, sous sa peau. Emoustillée? Bien entendu. Bien entendu, la tour blanche venait de frémir sous le pas pesant d'un cavalier adverse. Il s'approchait, à un pouce de la victoire. Puis, par jeu, laissait tomber la lame. Elle avait gardé le menton levé, un instant, et déglutit avec difficulté. Puis elle abaissa un regard qui n'avait rien perdu de son calme et le déposa sur lui comme une plume venue s'échouer sur l'épaule du guerrier.
Le sabre gisant finalement aux côtés de l'hybride, Sykanh se laissa tomber à ses côtés pour se couler dans l'herbe, ou s'y asseoir. La première elle s'était adressée à lui. Elle ne manqua pas de remarquer de quelle manière le Prince des Ténèbres plantait en son regard le sien. Elle y était habituée, leur couleur, la profondeur et l'opacité de ce noir, qui loin d'en reflêter dévorait toute trace de lumière, avait maintes fois déjà dévoré l'attention d'autrui. Cela dit, rares avaient été les fois où son interlocuteur l'avait observée de cette manière là. En principe ceux qui avaient l'honneur de la voir d'aussi près n'en avait pas le loisir fort longtemps. Petit chanceux... tu m'intrigues trop pour que je ne songe encore à lever la main sur toi...

Elle ne répondit rien à la réponse qu'il lui fournit. Que répondre...? Elle n'avait rien à dire au nom d'Asahi. Le jeune homme, bien qu'encore un gamin, par rapport du moins à l'Escorteuse et au Prince, il était un homme, et tout homme respectable parlait de sa bouche propre, et n'avait nullement besoin d'une jouvencelle glacée pour se faire entendre. Non elle ne répondrait rien. Un instant elle brisa le lien qui unissait son regard à celui du Prince, le fixant droit devant elle. Cependant celui-ci en décida autrement et finalement lui adressa à nouveau la parole. Elle tourna alors un visage d'une intense... neutralité vers lui. Appuyant sa joue à son genou levé, elle enlaça délicatement sa jambe repliée de ses bras diaphanes et fins. Elle ne répondit pas au sourire narquois que Katsuo. Bien entendu, elle avait saisit tout le sarcasme de ses propos, mais elle ne jugeait pas nécessaire de s'y attarder encore. D'ailleurs, si elle ne répondit pas au sourire, elle ne répondit pas non plus tout de suite à ses mots. Elle l'observa, l'observa sourire, puis ferma les yeux doucement et prit une inspiration. Jusque là, elle n'avait pas respiré. En fait, elle ne respirait que pour parler.

"Je suis en voyage d'affaire, Seigneur"

Elle rouvrit ses yeux obscurs, puis, enfin, consentit à lui rendre son sourire énigmatique.

"Et vous, comptez-vous reprendre vos attaques contre ce concentré de bonne volonté et de morale ?"

Elle avait dit cela sur le même ton de conversation que celui qu'il avait, en dépit de son sourire torve, employé.

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 1:59

Katsuo Kyo a écrit:
Kyo n’était pas vraiment quelqu’un que l’on pouvait surprendre aussi aisément et sa réaction certes un peu exagérée était sans aucun doute la preuve que le grand prince des ténèbres avait commis une faute. Cette erreur aurait pu même lui être fatal et il le savait bien…Cette fille, il ne devait pas la sous-estimer mais chose qu’il ne faisait que très rarement, il reconnaissait sa force. Une chose cependant le frappa car elle ne broncha pas d’une oreille lorsque le katana s’arrêta à quelques millimètres de sa gorge. Elle paraissait sereine et en y réfléchissant bien, elle n’avait pas de quoi avoir peur car il n’aurait pas put la tuer de nouveau. Cette sensation était assez gênante pour le prince car il n’avait jamais rencontré de personne ne craignant pas la mort. Il ne pouvait pas lire la peur se dessiner sur son visage comme c’était le cas pour la plupart de ses victimes…Décidément, Sykanh était vraiment une personne à part.

Après ce petit incident, elle prit place aux côté de l’archange adoptant une position assez particulière tandis qu’il commençait à se nourrir de cette viande fraîche et cuite à point. Il ne lui en proposa pas car il savait qu’elle n’accepterait pas de la nourriture venant d’autrui…Enfin il supposait. Elle était une chasseuse tout comme lui, Kyo n’aurait jamais accepté qu’on tue une bestiole pour le nourrir. Il préférait de loin prendre du bon temps en tuant ses proies et les manger était comme une récompense.

Il tenta quand même de briser le silence en posant une question relative au garçon qui accompagnait l’elfe jusqu’à son départ mais elle n’y prêta aucune attention. Peut être s’étaient ils disputés et Kira devait certainement être au porte du paradis…Enfin plutôt en enfer. Bah, après tout cela ne le regardait pas et il s’en fichait totalement. Il préféra ainsi noyer le poisson et enchaîné avec autre chose. Sykanh avoua être en voyage d’affaire et instantanément, le prince arqua un sourcil surpris pas cette réponse et songeant même à un moment qu’elle se moquait de lui. Il ne se laissa pas offusquer et il ajouta en gardant ce même sourire.

« Je ne savais pas que les messagers d’Hadès avaient des missions…Serait ce être trop indiscret de vous demander en quoi consiste cette affaire ? »

Pour une fois, il paraissait intéressé par les réponses de cette elfe. Après tout, la mort était quelque chose d’assez mystérieux pour les créatures mortelles et Kyo ne faisait pas exception à la règle. Devenir plus fort était un de ses objectifs, voir même le principal et si il pouvait déjà vaincre cette appréhension de mourir, ça serait ça de gagner. Mais ce fut ensuite elle qui posa une question qui ne plu pas du tout au prince des ténèbres. En fait, ce n’était pas temps la question qui le dérangeait mais plutôt ce qu’il y avait autour. La défait qu’il avait subit lors de son attaque, ses démons les plus puissants qui avaient échoué et surtout, il n’avait pu tuer personne.

Kyo perdit son sourire et arrêta de manger. Que pouvait il répondre à cela…Devait il lui avouer sa faiblesse face aux dirigeantes de l’île ? Pour la première fois depuis pas mal de temps, il était hésitant et désemparé. Mais il ne tarda pas à reprendre du poil de la bête et il répondit.

« A vrai dire, je n’ai jamais abandonné l’idée de m’emparer de cette sataner île mais je dois avouer que ses habitants sont gênant. Je ne suis entouré que d’imbéciles qui ne servent à rien du tout. Pourquoi me posez vous une telle question ? »

Sykanh a écrit:
Visiblement, le Prince des Ténèbres peinait à croire qu'elle était en "voyage d'affaire". Sykanh se contenta de sourire doucement, fort amusée. Tout d'abord, il avait commencé par commettre une erreur. "Je ne suis pas un messager, mais une escorte... Je suis celle qui de sa perche conduit sa barque chargée au royaume des morts" Elle inclina la tête sur le côté. "Mais je suis affiliée à un homme puissant, ou plutôt un puissant esprit, dont dépend mon existence, s'il est possible de parler d'existence..."

Ca, c'était en revanche un sujet qu'elle n'aimait pas le moins du monde. Son existence, cette question qu'elle n'avait de cesse de se poser, ce "suis-je ?" la blessait plus en profondeur que n'importe quelle lame aurait su le faire... Coquille vide... A ses yeux Descartes n'était pas d'une grande utilité... je pense, je suis... Foutaises, songea-t-elle amèrement... Que dirait le bougre d'un flocon qui a fondu, et qui se traîne encore à la surface de cette terre... même éteint?

Elle cilla, regarda ailleurs et ajouta, les lèvres plissées : "Nous gagnons, à chaque vie volée, en pouvoir, et cet être, assoiffé de puissance, a décidé de remonter afin d'en ravir de puissants..."

Elle leva le nez, songeuse. Elle n'en avait cure, elle. Non pas que la puissance lui soit égale, mais plutôt que ça n'était pas, à ses yeux, très utile à une escorteuse de l'au-delà. Elle n'avait besoin que de surpasser ses passagers, après tout... D'ailleurs, étrangement, elle semblait un peu nostalgique de ces voyages. Ces moments de silence où elle observait ces êtres au corps souvent ravagé, enfermés dans le mutisme profond de la Mort, étaient les premiers moments de paix qu'elle eut rencontrés... A la surface, elle se sentait oppressée par la conscience de ne pas en être... Elle n'avait d'aura, de présence et de lieu d'être qu'auprès des morts, après tout.
Elle plissa les yeux puis sourit au démon. Lui, lui avait une présence exceptionnelle. Elle ne se souvenait pas en avoir de telle, de son vivant... et pourtant elle en avait une, chargée de haine, de soif, de douleur. Katsuo était particulièrement attrayant, à étudier. La force de ce démon infusait dans le bout des doigts de l'elfe déchue des crépitements d'excitation, et ce côté humain, réactif faisait de lui une fichtrement vive souris de laboratoire.

Sykanh lui parla ensuite de l'île. Cela pouvait passer pour de la raillerie, étant donné qu'elle n'était pas sans savoir quels avaient été les aboutissants de la dernière tentative du démon. Un cuisant échec. Mais après tout, il avait été un peu présomptueux dans sa tentative. Se jeter dans l'assaut d'une île dont on ignore qui la peuple est dangereux. Pour des êtres tels que Sykanh même, la teneur des insulaires était un mystère, et elle pourrait s'attendre à un échec violent... Sans compter que les rats acculés mordent souvent plus fort que les chats qui jouent avec... Sykanh, Katsuo étaient ces voluptueux félins... et les félins devaient faire preuve de finesse s'ils escomptaient sortir victorieux d'un combat contre les Ynisois.

En revanche elle fut sincèrement surprise de le voir réellement gêné. Au vue de la réputation du démon, elle se serait attendue à davantage de contenance de sa part. Il répondit néanmoins à sa question, et elle trouva son ton, posé, presque décalé par rapport à ce qui passait sur un visage qui avait perdu tout sourire. Les mortels, lorsqu'ils ne souriaient plus, lui semblaient toujours un peu étranges... Comme si les jours passant, Sykanh, perdait de cette sensibilité qui les saisissait... Dernier réel sentiment, une sorte de soif intarissable de sang qu'elle n'avait su étancher de son vivant... Aussi le visage de Katsuo revêtait-il à ses yeux le charme atypique de l'inconnu.

Alors comme cela le prince des ténèbres ne perdait pas espoir d'un jour s'emparer de l'île. Pourquoi tant de volonté ? Après tout, Ynis n'avait pour un démon aucune valeur. Si l'on parlait de beauté, il en existait de plus belles ailleurs, des monts, des vallées, de tempétueux océans ou encore de baroques et grandiloquentes cités. Elle ne comprenait donc pas ce désir de s'en emparer. Mettre l'île à sac serait déjà à ses yeux plus logique. Plus naturel, vu l'arrogance de ces insupportables petites fourmis qui osaient résister. Et encore, si l'on s'y prenait bien, la semelle finissait tout de même par les broyer. Question de patience et de précision. Elle avait réussi, elle, après tout, et ne doutait pas, étant donné sa puissance, qu'il aurait suffi au Prince des Ténèbres de simplement trouver le moyen de mettre correctement en oeuvre ses pouvoirs afin de réussir. Ces cafards ne résistaient pas à tout non plus, et même leur bonne foi n'aurait su les préserver totalement de la déchéance.

A elle de répondre à une interrogation du Prince, elle sourit avec douceur et balaya l'air d'une main délicate, soulevant deux cristaux de glace qui retombèrent lentement.
"Peut-être parce que nos proies respectives ne sont pas si éloignées que cela..."
Le regard pour le moins énigmatique, elle sourit d'un air finaud puis ajouta "J'avoue avoir pour les habitants de ces lieux une aversion certaine, et les voir tomber sous les coups d'un être puissant ne serait pas spécialement fait pour me déplaire..." Du moment que les elfes lui étaient réservés, tout allait pour elle. Elle sourit au prince des ténèbres et renversa sa tête en arrière, un peu pensive.

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 16:59

Katsuo Kyo a écrit:
Un voyage d’affaire…Quelle farce peu crédule. Kyo n’y avait pas cru un seul instant et il appréciait moyennement qu’on se paye sa tête mais il ne lui en tint pas rigueur. Après tout, si elle avait envie de se mettre le prince des ténèbres à dos, ça ne regardait qu’elle. Toutefois, il était plutôt du genre rancunier et il n’allait pas oublier cette plaisanterie de ci tôt. L’occasion allait d’ailleurs très vite se présenter et après avoir écouté la réponse de cette jeune effrontée, il rétorqua.

« Veuillez accepter mes excuses mademoiselle escorteuse…Dorénavant je vous appellerai sous fifre du malin, ce qui m’évitera ce genre d’erreurs grossière. »

Un sourire discret se dessina sur les lèvres du prince, ainsi elle n’était juste qu’un larbin dompté par un esprit plus puissant qu’elle et qui pouvait décidée de son existence. Kyo était déçu. Certes il ne connaissait pas la vie passée de cet elfe déchu, mais il ne pouvait accepter que quelqu’un se joue de lui de cette façon. Lui pouvait décider de vie ou de mort sur des démons ou des humains car il était fort, mais il se refusait qu’une telle chose lui arrive. Et si par malheureux quelqu’un ou quelque chose tentait de l’assujettir, il se battrait de toutes ses forces pour l’exterminer. Sykanh ajouta ensuite quelques mots qui en disaient long sur ses intention ou plutôt celles de son maître. Ces voleurs de vie était ici pour dérober des âmes puissantes et donc celle de Kyo. Son sourire s’accentua un peu plus avant qu’il ne se mette à rire.

« Et si j’ai bien compris, cet être puissant compte se mesurer à moi afin de me voler ma puissance. C’est amusant, encore un qui va souffrir le martyr avant de retourner bien sagement d’où il venait. »

Le jeune homme était en confiance car il croyait plus que tout en se force et en sa volonté de vivre pour continué à assouvir sa soif de conquête. Il tourna sa tête vers elle et ajouta.

« J’aimerai toutefois que vous vous transformiez en messagère aujourd’hui afin de transmettre ces quelques mots à votre maître. Dîtes lui simplement qu’il vienne se mesurer à moi si il compte s’emparer de mes pouvoirs. Je ne doute pas qu’il soit puissant et même si il s’avérait être plus puissant que moi, je préférai mille fois la mort que de devenir un pantin sans âme à son service. »

Pour lui, être faible était un péché. Et même si elle avait ainsi acquis l’immortalité, elle n’en restait pas moins quelqu’un de prisonnier. Enfin, après tout ce n’était pas ses oignons. Pour l’instant, sa compagnie ne dérangeait pas le moins du monde le ravissant archange qui continuait de temps à autre à mordre dans la chaire tendre.

La suite fut néanmoins un plus dur pour Kyo car suite à une question plus qu’embarrassante posée par Sykanh, il dut revenir sur un cuisant échec. L’attaque qu’il avait menée contre les habitant de Ynis Witrin avait été un terrible fiasco et même encore maintenant, il avait du mal à se l’avouer. Il était blessé très profondément dans son âme et malgré ses vaines tentatives, il n’arrivait pas à le dissimuler. Quelles avaient été les raisons de cette débâcle ? Son côté orgueilleux l’avait incité à accuser ces imbéciles de démons qui avaient pour simple mission de tuer quelques habitants lors de l’attaque. Quelle erreur d’avoir cru un seul instant qu’ils pourraient lui être utile.

Il écouta la réponse de l’elfe sans prononcé l’interrompre, il se doutait bien qu’elle aussi avait une certaine rancune contre les habitants de cette île. Mais plus il discutait avec elle, plus il se rendait compte qu’ils étaient différents. Elle disait se contenter d’observer les puissants à l’œuvre pour se satisfaire alors que lui voulait à ton prit être le bourreau de ces imbéciles. Après avoir terminé son repas, il jeta l’os loin derrière lui, il se coucha sur le sol et ajouta.

« Pourquoi comptez vous toujours sur ces êtres forts pour faire le travail à votre place ? Est-ce par faiblesse ou bien par simple voyeurisme ? »

Il avait beaucoup de mal à la cerner et à vrai dire, il s’intéressait de plus en plus à elle…

Sykanh a écrit:
Alors que le Prince des Ténèbres l'avait interrogée au sujet de sa présence ici, Sykanh avait joué finement son tour en se contentant de réponses évasives, au sujet d'un voyage d'affaire. Ceci était bien évidemment totalement en décalage avec la véritable nature de sa quête, mais elle était une créature pleine de décalage, ne serait-ce que vivant parmis les êtres à sang chaud alors que cela faisait un bon moment que le sien s'était figé dans la mort. Y avait-il seulement décalage plus gros que celui-ci? Bien qu'elle perçu une pointe d'agacement chez le mortel, cette odeur âpre et sous-jascente qui ne quittait que rarement les êtres portés par la haine, elle n'en écouta pas moins avec un sourire énigmatique la réponse qu'il lui fournit. Visiblement, il n'avait guère apprécié, aussi le terme péjoratif dont il l'affubla la fit sensiblement réagir. Elle n'était pas du genre a piailler au scandale pour une insulte, et les dieux savaient que pour un combattant, la qualification de "sous-fifre" n'était pas tout à fait la bienvenue, mais elle ne s'en formalisa que peu, et au sourire de Katsuo fit écho le sien. Elle avait cependant une précision à lui fournir, sur un point qu'il n'avait visiblement pas entendu correctement.
"Pour être sous-fifre du malin, il aurait seulement fallu que la Mort choisisse l'un des camps qui lutte sur cette terre, et comme vous l'avez sans doute remarqué, elle frappe vos adversaires, mais tout aussi bien vos alliés..." Elle sourit, réfléchissant à une formulation plus adaptée. "A vrai dire je pense plutôt être le sous-fifre d'un procédé inéluctable" C'était tellement plus joli ainsi. Elle avait, certes, toujours ce statut de faible machine oeuvrant pour une cause plus que pour elle-même, mais elle ne pourrait jamais rien faire pour y parer. Après tout, la Mort elle-même était l'esclave d'une Nature trop imparfaite. De plus, Sykanh était assoiffée de sang plus que de pouvoirs, aussi se moquait-elle d'être vue ainsi si elle pouvait s'en abreuver tant qu'elle le désirait.

La discussion prit ensuite un tournant qui ne lui plaisait guère parler de son attachement à Anàrion n'était pas un grand bien. Cela lui rappelait sans cesse que finalement elle n'était rien. Une coquille vide, un pantin à manipuler selon son grès. Il aurait suffit au nécromancien un claquement de doigts pour défaire ce qu'il avait fait et réduire ce corps gracile à l'état de cadavre en putréfaction, et son âme à celui de vague présence désincarnée, amorphe et dénuée de toute volonté. Elle ne le désirait pas. Elle qui avait vu ce que l'être qui meurt devient, ne voulait pour rien au monde descendre sur la berge où elle laissait ses passagers. Avait-elle peur ? Sans doute un peu. Elle avait peur des Enfers parce qu'elle était sans nul doute l'un des êtres qui les connaissait le mieux. Elle sentit dans le regard de Katsuo un soupçon de mépris qui ne fit qu'accroître son malaise, mais n'en dit rien, et écouta simplement ce qu'il avait à lui rétorquer. Il n'avait visiblement pas l'intention de commenter la nature tant vaine qu'absurde de Sykanh, du moins pas autant que ce qu'elle lui avait dit de ses pouvoirs. Il lui parlait d'Anàrion. Aux mots du Prince, elle ne put que sourire franchement. Il pensait le tuer? Voilà qui était drôle. Il se pouvait bien qu'en terme de force, Katsuo surpasse son maître, encore qu'elle en doutât, mais pour ce qui était de le tuer, c'était simplement impossible, tout comme il était impossible de tuer Sykanh. Le faire souffrir, oui... il y avait toujours moyen de faire souffrir quelqu'un, mais le tuer relevait de l'utopie. La force d'Anàrion résidait là, lui n'avait même plus de corps et donc ne redoutait nulle lame. Il avançait, simplement, tuait et sentait ses pouvoirs gonfler. Rien de plus à son actif. L'elfe, elle, avait la malchance de posséder un corps, et comble de la cruauté, son maître, lorsqu'il l'éveilla dans sa couche funéraire improvisée, avait décidé de la doter de sens également. Le toucher, l'odorat, la vue... le goût... Sykanh souffrait comme un être vivant banal, bien que ce corps fut immortel, il n'en était pas moins sujet à la douleur. Un peu à la manière d'un vampire, mais un vampire qui ne se reproduirait pas, et ne craindrait ni cette foutue eau bénite ni le Soleil. Lorsque le seigneur des ténèbres parla de message, elle sourit et secoua simplement la tête.
"A vrai dire il n'est pas dans les plans de mon maître de s'attaquer à vous pour l'heure, mais le message l'intriguera sans doute et je ne serais pas surprise de le voir vous rendre une petite visite"

Ils avaient ensuite évoqué la défaite du démon, qui visiblement en souffrait toujours si elle pouvait en croire l'odeur très particulière qui émanait de lui. Cette odeur était un mélange de haine, de frustration et de regrets. Elle ne l'aimait pas, car elle était tenace et s'imprimait souvent pour des mois, des années voire une vie à la chair mortelle. Le souvenir sans cesse ressassé de la défaite, de l'instant où, rouge de colère, on se retire pour ruminer une solitaire ambition dévorée. Ce sentiment était d'autant plus fort lorsqu'il se trouvait que celui mis en échec était celui qui avait eu la prétention de donner le premier coup. Elle le comprenait, et se félicitait en son for intérieur d'avoir au moins réussi le combat que, de son vivant, elle s'était donné à mener. Elle avait réussi à les tuer, tous un par un, seule contre tout une communauté. En traître, dans leur dos, dans leur ombre, elle était venue et avait bu de leur sang jusqu'à ce qu'enfin elle porte à la dernière de ces saloperie d'elfes le coup fatal. Souvent elle s'était demandé ce qui se serait passé si le destin avait voulu qu'elle en réchappe, mais elle se disait que de toute façon, éteinte cette famille qu'elle avait abhorrée, elle n'aurait plus eu de raison de vivre. Elle n'aurait certes pas mis fin à ses jours, mais elle aurait sans nul doute rejoint les forces démoniaques, peut-être même celles du Prince des Ténèbres, et combattu à ses côtés pour voir ses semblables régner sur ce monde exécré.

Mais ça n'était plus à l'ordre du jour, et quel que soit l'issue de la lutte qui s'opérait sur cette Terre, elle ne se targuerait jamais d'appartenir à un camp ou l'autre. Demeurait cependant que voir Ynis tomber lui aurait fait grandement plaisir, et bien que maladroitement, elle en avait fait part au démon.
Celui-ci, son repas terminé, s'étendit sous ses yeux avant de prendre la parole. Restée droite, assise en tailleurs, elle l'écouta, puis plissa les yeux. Elle se rendit compte qu'une fois de plus, il méprisait son statut... Elle réfléchit à un moyen de contourner ce qu'il disait, mais songea qu'en fin de compte il n'y en avait pas de correct et, ne misant finalement pas grand chose sur cette discussion, elle pourrait se dévoiler un peu.

"Il ne s'agit pas de voyeurisme, ni tout à fait de faiblesse... Il s'agit d'une allégeance faite à ce maître dont je vous ai parlé. Il doit être difficile au maître d'une armée telle que la votre de tolérer l'idée d'une soumission... sans doute même préférierez-vous une mort douloureuse à un collier et une laisse... mais je n'ai pas la liberté de choisir cela. La mort, je n'ai plus le droit de m'y porter, l'ayant déjà reçue par le passé... Ce corps que je possède fut le mien autrefois, mais n'est plus aujourd'hui qu'une coquille, l'emballage d'une âme dépourvue de toute puissance. Je peux tuer, je peux prendre du plaisir mais en aucun cas je ne m'appartiens. Si vous vous rebelliez contre plus fort, vous pourriez, ne serait-ce qu'une seconde, combattre... mais moi, je n'en ai pas la possibilité" Elle plissa les yeux, et regarda ailleurs. Elle souffrait énormément de cette situation, et tant dans sa sombre voix que dans son visage douloureux, c'était manifeste. "Je n'ai pas la moindre intégrité, si ce n'est celle de conserver mes goûts, mes pensées. Mon esprit est mien dans le sens où il n'est pas possible de l'altérer, mais je n'ai plus de marge de décision, et ne serait-ce que celle de me faire l'ennemie de mon maître n'est pas à ma portée. En éveillant mon corps éteint, il m'a d'office affublée de ces fers"

Elle ne respira pas pendant quelques instants, puis reprit la parole. "De plus, seules les faveurs de ce maître me valent encore de pouvoir évoluer comme bon me semble, et lui voler ce pouvoir ci, celui qu'il volerait aux soeurs de cette foutue île serait un parjure impardonnable... En supposant encore que je ne finisse pas entre leurs mains"

Elle plissa les yeux puis le regarda, sa voix se durcit, tremblant un peu de cette rage qu'elle avait en elle... elle précisa enfin : "Sans compter que ces soeurs et ces humains ne m'intéressent pas outre mesure... je ne supporterais pas en revanche de voir qui que ce soit me ravir une proie qui m'est échue... pour ce qui est des elfes, je n'aurais de repos que lorsque j'aurais eu dans ma gorge le sang de chacun d'entre eux... que lorsque j'aurais vu la détresse de leurs regards si clairs et pur, que lorsque leurs os auront craqué sous ma glace comme la paille sous les flammes"

Elle avait serré les poings, et ne s'en rendit pas compte aussitôt. Elle quitta le Prince du regard et ferma les yeux une seconde pour se calmer. Cette haine... elle la consumait toujours... à jamais sans doute.

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 17:00

Katsuo Kyo a écrit:
Cette discussion semblait s’éterniser et Kyo sentait bien que sa petite remarque avait fait son effet même si elle cacha sa désapprobation derrière un sourire. Elle cru cependant nécessaire d’apporter quelques précision sur son statut auprès de la mort. Le prince écouta son récit sans y accorder plus d’importance que cela car dans le fond, il se moquait de ce qu’elle représentait ou de ce qu’elle était. La seule chose qu’il voyait c’était son attachement à ce fameux « Procédé inéluctable ». Lui aurait préféré mille fois mourir plutôt que de se retrouver esclave de quelqu’un…La liberté était quelque chose qui à ses yeux était beaucoup plus important que la vie. Il ne répondit rien cependant et fit un petit signe de la tête accompagné d’un sourire un peu moqueur certes mais pas bien méchant.

Il était confiant, peut être même un peu trop et il ne se cachait pas de vouloir affronter la mort elle-même. Tout ceci relevait bien entendu de l’utopie mais il existait bien d’autre moyen d’éradiquer une âme sans la tuer et Kyo avait d’ailleurs quelques petites idées là dessus. Il prit cependant les devant en menaçant indirectement celui qui se présentait comme le maître de l’elfe. Cependant, elle lui répondit que ce n’était pas dans ses intentions de s’en prendre à lui mais qu’il allait très certainement reconsidérer la chose. Kyo s’en moquait éperdument, il n’avait qu’une seule philosophie, devenir le plus fort en écrasant tout ceux qui se trouverait sur son chemin. Le prince ne prononça qu’une légère phrase mais qui en disait long sur ceux qu’il comptait faire.

« Qu’il vienne celui la…Si toutefois il en a le courage. »

Sykanh lui avoua ensuite que voir les habitant de Ynis Witrin périrent sous ses coups ne la dérangeait pas, bien au contraire. Pourtant, un détail interpella l’archange, en effet si vraiment elle désirait tant les voir mourir, pourquoi ne pouvait elle pas le faire elle-même ? Ce fut la question qu’il posa et finalement, il ne fut pas mécontent de l’avoir posé car contre toute attente, cette coquille vide se dévoila un peu. Kyo écoutait son récit avec une très grande attention et malheureusement il retrouvait ici tout le discours d’un perdant. Ceci l’agaça un peu et lorsqu’elle marqua une pause, il répliqua.

« En effet, je préférais me battre jusqu’à mon dernier souffle que de me voir un jour brimé de la sorte. Une existence telle que la votre me parait bien triste et inutile…Votre maître doit vraiment être cruel pour oser faire de telle chose. »

Il n’essayait même pas de compatir car en fin de compte, elle ne semblait pas si réfractaire à cet être donc elle devait consentir à cette domination. Mais Kyo était un peu troublé par cette révélation car un tel pouvoir ne pouvait être possédé que par un dieu. En tout cas, cela paraissait difficile à croire. Lorsqu’elle reprit la parole, il eut la confirmation qu’elle était une bonne petite esclave au service de son maître, comme bon nombre de démons s’étaient ralliés à lui. Il renonça à lui faire part de son avis car plus elle avançait dans son récit, moins il la trouvait intéressante.

La tension semblait être monté d’un cran lorsqu’elle aborda un sujet qui semblait lui tenir à cœur à propos des elfes. Il ne fallait pas s’appeler Einstein pour deviner qu’elle maudissait ces créatures du plus profond de son âme. Le prince des ténèbres eut une idée qui allait la ravir car au cours de ses voyages autour du monde, il avait découvert quelques villages abritant ce genre de créature. Il se releva brusquement et il en profita pour remettre son sabre à sa ceinture car il lui serait certainement utile. L’hybride se dirigea vers la mort vivante et tandis qu’il posait sa main sur son épaule, il lui murmura quelque chose à l’oreille.

« Je suis de bonne humeur aujourd’hui alors laisse moi te faire un petit cadeau pour célébré notre rencontre. »

Sans rien dire de plus, tout deux se téléportèrent et arrivèrent aux milieux d’un village sur un banc. Il y avait beaucoup de personne autour d’eux, on aurait dit qu’il y avait comme une fête car des rires et des acclamations provenaient de toute part. Un enfant s’approcha du prince et celui-ci le prit dans ses bras afin de la montrer à sa complice. Elle allait certainement être surprise en constatant qu’il tenait un petit elfe dans ses bras et tout autour d’eux, il y en avait plein. Il ne la laissa cependant pas tenter quoique ce soit contre ce petit et il le posa par terre puis le regarda s’éloigné.

« A vous l’honneur très cher, que la chasse soit bonne… »

Sykanh a écrit:
L’elfe déchue ne manqua pas de remarquer les différentes expressions qui passaient sur le visage du démon. Elles étaient, pour elles, insultantes, mais elle n’en attendait pas moins de lui. Elle n’était pas naïve au point d’attendre du Prince des Ténèbres un peu de compassion. Il n’y avait d’ailleurs pas matière, selon elle, à compatir. Dans la position du démon, elle aurait sans doute été pire. Elle étalait son état de sous-fifre, d’esclave insignifiant devant un être qui, s’il l’avait déjà été, avait certainement tout fait pour inverser les rôles. Peut-être bien qu’un jour, si elle acceptait de suivre la marche qu’Anàrion la poussait à emprunter. Mais avancer, voire égaler son maître n’aurait jamais contribué qu’à la rendre, non pas esclave d’un escorteur, mais de la Mort elle-même. Voir d’un jour prétendre à la devenir. Hors, il existait chez Sykanh une modestie, ou plutôt une lassitude qui faisait que pour rien au monde elle ne désirait se retrouver à la tête d’un phénomène aussi prenant que ne l’était la Mort. Tout ce qu’elle attendait de la Mort, c’était le droit de boire, encore et encore, pour l’éternité qui lui était offerte, du sang elfe… Le sentir, chaud et frais, couler le long de ses bras… Les sentir mourir, ces rats. Elle les évoqua d’ailleurs. Pour se justifier ? Sans doute un peu, bien que jamais elle ne se le serait avoué. Sans doute pour se rassurer et montrer à ce Prince des Ténèbres, cet être tout fait de cruauté qu’elle était digne de le côtoyer. L’Elfe déchue souffrait évidemment de son statut de larbin, mais elle ne se croyait plus aussi morte, plus aussi enchaînée, lorsqu’elle faisait craquer les os de ces créatures. Non, elle sentait affluer en elle cette inexplicable impression de vie et d’existence réelle… La rage… Elle ne se contrôlait plus, déchaînait une force toujours grandissante. Sa haine était telle qu’elle était devenue celle qui avait tuée à elle seule une famille d’immortels. Tous avaient succombé sous elle, alors même qu’elle s’était trouvée seule.

Il restait donc bien en elle quelque chose d’agressif, de vivant, de brutal, qui rendait un peu moins insipide cette créature servile. Il restait en elle une chose qui jamais ne serait entamée, et qui sans doute la suivrait dans sa propre éternité. Les elfes, dans la faisant tomber dans la déchéance arbitrairement, n’avaient pas eu idée du monstre qu’ils venaient de créer. Car Sykanh, si elle n’aspirait pas, comme Katsuo, au pouvoir, n’était pas moins monstrueuse qu’il ne l’était…

Le Prince posa sur l’épaule de la Princesse sa main trop délicate pour les crimes qu’elle avait commis et, sur un mot qui la surpris, qu’elle ne compris pas, il les téléporta.

Sykanh eut conscience, avant même de savoir où ils se trouvaient, de la présence d’elfes sans que Katsuo n’eut à le lui montrer. Elle se raidit, ce qui dans sa physionomie, ne trahit pas grand-chose. Elle se releva doucement, épousseta ses jambes galbées, puis posa sur le démon un regard froid. Alors il lui faisait un cadeau ? Il ne se doutait pas à quel point. Elle ne respirait pas, nul besoin, et se contentait de regarder leur fête se dérouler d’un air serein, alors qu’en elle naissait un feu dévorant, dévastateur. Cela se voyait peut-être dans son insondable regard opaque qui, étrangement, semblait s’animer de quelques reflets brusques… comme les pulsations d’un incontrôlable organe. Un enfant elfe s’approcha d’elle. Elle suivait, maniaque, le moindre de ses gestes. La moindre des directions, la moindre tension sous sa délicate peau diaphane était flagrante pour elle. Elle le regarda, pataud, se faire soulever par Katsuo qui le lui présenta… Elle le scruta de pied en cap, sans un mot. Finalement, le gosse rejoignit les autres crevures pour la fête, laissant seuls les deux démons. Katsuo invita Sykanh à des réjouissances, et la créature hocha la tête, sobrement. Elle s’approcha un peu de lui… très près, puis, lorsqu’elle put sentir jusqu’à la chaleur que la chair du démon exhalait, elle approcha ses lèvres des siennes, sans pour autant y déposer un quelconque baiser. Elle avait levé un bras en direction de l’enfant, et articula un « merci » silencieux, avant de fermer les yeux. Alors qu’elle se rapprochait du Prince, une toile de cristaux s’était étendue en un cercle parfait autour d’elle, épargnant juste les pieds du démon. Sitôt qu’elle eut compris ceux de l’enfant, Sykanh donna à son énergie une impulsion telle qu’elle créa un pic de glace sur lequel l’innocent s’empala brutalement. « Celui-ci, au moins, ne nuira pas », souffla-t-elle au Prince, avant de s’éloigner. Elle avait encore sur sa poitrine ou ses bras l’empreinte de sa chaleur, comme celle d’une fièvre que lui aurait transmis la simple proximité d’un corps vivant. Elle fit volte face, puis marcha d’un pas assuré en direction de la foule. Sitôt qu’elle entra dans leur périmètre, alors que plusieurs déjà s’armaient au sein de la cohue, elle fut comme engloutie par un léger tourbillon d’ombres blanches, venues se décoller du sol pour la faire disparaître. Seule demeurait l’odeur de la Mort, puis quelques lambeaux d’ombres déchirés, qui se dissipèrent en volutes. Elle évoluait, invisible, au sein des ombres des elfes. A certains, elle coupait le tendon d’Achille pour, sitôt qu’il mettait genou à terre, les égorger comme des porcs. Elle transperçait d’autre au cœur directement, ou arrachait avec un rire silencieux ce qu’ils avaient de chair sur le cou pour mieux boire de leur sang infect. C’était un poison dont elle se délectait à chaque mort, apparaissant subrepticement. Finalement, elle revint auprès de son démon, sous la forme d’une ombre tourbillonnante, aussi froide qu’un courant d’air arctique, venu onduler tout autour du corps chaud de Katsuo. Celui-ci dégageait, au contact de ce froid mordant, une vapeur légère… Sykanh lui glissa dans l’oreille, toujours insaisissable : « Viens donc t’amuser… Je brûle de te voir à l’œuvre, Prince des Ténèbres… » Puis la voix douce, sensuelle de l’elfe s’évanouit et, sur une ultime caresse, elle retourna au combat, se matérialisant de plus en plus souvent. Elle les engourdissait, puis les éventrait, les tailladait avec une fureur que son calme coutumier n’aurait jamais laissé supposer… Quel infini plaisir que ce charnier abasourdi que lui offrait le démon… Quel plaisir… Sans compter tous ces pouvoirs qu’elle ravissait au fur et à mesure qu’elle tuait…

Elle avait de la chance de les saisir dans un moment pareil, désarmés et surtout loin de s’imaginer attaqués… Elle reprit son corps normal, les ombres ne formant plus qu’une cape satinée sur son dos et sa tête, puis entama un combat plus classique, pour le plaisir et la sensualité de cette mise a mort là. Toute de banc vêtue, elle passait affreusement inaperçu, pour le moment du moins, sa tenue n’étant encore que peu souillée de ce sang vermeil si goûtu, dont elle abreuvait généreusement le sol et la paille qui recouvrait les pavés. Elle prenait soin cependant à ne point trop s’enfoncer dans le village… Tuer des femmes et des enfants, des paysans détendus, c’était une chose… Se jeter dans un piège et se retrouver encerclée par des hommes d’armes en était une autre. Sykanh était puissante, mais surtout intelligente et stratège. Elle aimait trop les pièges pour souffrir d’en rencontrer un aussi grossier et de s’y plonger.

Pivotant sur elle-même avec grâce, passée maître depuis des années déjà dans l’art du combat, elle fit successivement trois larges entailles à la gorge, la poitrine puis l’aine d’un elfe, avant de retomber, un genou à terre, pour relever vers Katsuo son regard de jais. Ses yeux étaient la seule chose qui semblait se détacher du reste de son corps, si noirs, sur cette chair si pâle, diaphane… Mais bientôt, le sang giclant du corps encore réactif qu’elle venait de mettre en lambeaux moucheta ses épaules, sa tête et son visage. Alors que le cadavre s’affaissait dans son dos, et que les autres se pressaient pour éviter de l’approcher, elle se releva avec un calme olympien. Une femme, protégeant de ses bras une petite elfette ravissante, l’interpella, en pleurant, pour lui demander la raison de son acte. Sykanh pencha la tête de côté, sa lisse et soyeuse chevelure blanche s’écoulant comme une cascade de son épaule. Elle fit un pas en direction de la femme. Réactive comme un seul être, la foule recula encore. Elle leva une main, toujours très calme. Les pieds de la mère dévouée furent alors pris dans une glace plus solide que l’acier même. Les autres, derrière, reculèrent encore, ne laissant que les deux misérables créatures pour lui faire face. Sykanh s’approcha d’elle, puis ôta sa capuche. Elle regarda la femme dans les yeux, ses pupilles noires plus fébriles qu’elles ne l’eurent jamais été. C’était la même chose à chaque fois. Bien que rien n’en fut exprimé, elle souffrait le martyr sitôt qu’elle combattait des elfes, à cause du simple souvenir de sa déchéance, de cette brûlure intense des yeux, qui, sans la rendre tout à fait aveugle, visait à souiller ce qui, finalement, était le plus précieux pour cette race immonde. A chaque mort elle revoyait un pas supplémentaire de la petite elfe qu’elle était, pleurant à sec, heurtant des arbres dans sa fuite maladroite. A chaque mort de plus, elle sentait le froid de la neige, dévorant ses genoux nus et cagneux, alors qu’elle tombait une fois de plus au cours de sa fuite désespérée.

L’elfe, ayant compris, à la vue de ses yeux, ce qui la motivait, tenta de reculer avec un glapissement horrifié, mais ne put que crisper un peu plus encore ses doigts dans les épaules de sa fille. Sykanh s’agenouilla face à celle-ci et déposa un baiser sur son front, y laissant une légère trace de sang. « Dis au revoir à ta maman » lui sourit-elle. La petite se mit à pleurer bruyamment, ce qui, manifestement, dérangea Sykanh. Elle se releva, une main sur la tête, comme aux prises avec une migraine agaçante, puis d’un revers égorgea la mère. Retenue par la glace, celle-ci ne tomba pas, mais inonda de son sang la petite fille qui tenta de se défaire de l’emprise de la morte. Trop tard, Sykanh avait planté dans son échine la seconde dague. La petite blonde tomba face contre terre, sous les hurlements déchirés de la foule horrifiée. L’elfe déchue adressa alors un regard perçant à Katsuo… Que penserait-il d’elle… ? Il la prenait déjà pour l’esclave d’Anàrion… voila maintenant qu’elle devenait l’esclave d’une rage incommensurable…

Tout d’un coup, elle eut envie d’une fuite. Fuir le regard du Prince des Ténèbres… Etait-ce la honte ? Elle ne l’avait jamais connue… seulement la haine. Elle oublia ses adversaire, un instant, le regard attaché à celui du démon, comme incapable d’en sortir. Que se passait-il alors...? Etait-elle en train de se créer une nouvelle allégeance ?

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 17:02

Katsuo Kyo a écrit:
Un cadeau, rien de plus. Pourquoi lui avait il ainsi offert quelque chose qu’elle attendait avec autant d’envie ? Même lui n’aurait put le dire, le grand prince des ténèbres froid et sans pitié venait de faire quelque chose que beaucoup ne croirait jamais. Il ne s’était pas posé de question à vrai dire et lorsqu’il eut posé sa main sur cette épaule, il eut la sensation de toucher un glaçon…Elle était si froide cette coquille vide. Il se doutait cependant que la situation allait très vite changer et sans perdre une seconde, tout deux apparurent au beau milieu d’un village en fête. Mais cet endroit, il ne l’avait pas choisi par hasard et même un œil inexpérimenté aurait su que ce lieu était uniquement peuplé de créature aux oreilles pointues. Des elfes, Kyo ne les avait jamais vraiment côtoyé car il les considérait comme des êtres faibles et sans grand intérêt.

Un petit d’elfe s’approcha de ce binôme sans savoir quel tragique destin l’attendait. Sykanh l’avait dévisagé d’un regard froid qui en disait long sur ses intentions quand à cet être qu’elle méprisait plus que tout pour des raisons qu’ignorait Kyo. Ne voulant surtout pas la priver d’une victime, il laissa le gamin retourner auprès des siens. Aujourd’hui ; il ne mourrait pas des mains d’un prince mais le résultat allait être similaire : une mort violente. Le bourreau n’allait d’ailleurs pas tarder d’entrer en action mais son attitude surpris quelque peu l’hybride. Son visage se rapprocha dangereusement de celui de prince des ténèbres mais curieusement, il n’eut aucun mouvement de recul. Il s’attendait à tout moment au contact de ses lèvres avec celle de la demoiselle mais rien ne vint. Elle lui souffla juste quelques mots avant de s’occuper plus sérieusement de ce gamin elfe qui gambadait tel un faon ignorant sa mort imminente. L’archange regarda le môme se faire emballer sur un pic de glace, il appréciait la façon dont elle donnait la mort…Avec beaucoup de classe et de style. Il caressa la joue de l’elfe déchu avec le revers de sa main et répondit.

« Quelle délicate attention de ta part ma belle. »

Puis il continua son mouvement en passant sa main dans ces long cheveux fins argentés jusqu’à ce qu’elle s’éloigne de lui. Il la regarda se dirigé vers ces créatures faibles qui allaient périr sans même avoir l’occasion de s’en rendre compte. En effet, Sykanh frappa fort et vite. Sous ses yeux, elle disparu dans une tornade blanche et un peu partout, des elfes perdaient la vie sans raison apparente. Kyo pouvait enfin voir cet être maléfique à l’œuvre et le sourire qu’il affichait en voyant ce sang gicler traduisait une grande satisfaction. Elle ne l’avait pas déçu. Ses pouvoirs étaient grands alors si elle n’était qu’une sous fifre, il osait à peine imaginer la puissance du maître. Ces pensées jouissives furent toutefois interrompues par un courant d’air glacial qui l’entourait.

Une petite voix douce se fit entendre provenant de cette petite bise, elle l’invitait à prendre part à ce massacre. Malheureusement, le prince des ténèbres n’y consentit pas car ces ennemis étaient sans exception tous faible donc pas du tout intéressant et surtout, il ne se lassait pas de voir cette beauté à l’œuvre. Tandis que le froid quittait l’environnement de Kyo, il parla avec douceur avant qu’elle ne le quitte totalement.

« Il te faudra attendre encore un peu…C’est ton cadeau alors profites en. »

Soudain, une nouvelle aura apparu juste derrière lui mais il ne broncha pas car il la connaissait et surtout, elle ne lui était pas hostile. Une créature apparut juste derrière lui dans l’ombre et lorsqu’elle s’avança enfin dans la clarté, elle fit une révérence signe de soumission envers son maître. Sans même adresser un regard au nouveau venu, il prit la parole avec un ton sévère.

« J’espère que tu as une bonne raison pour être venu jusqu’ici. »

Le démon portait un masque laissant uniquement transparaître des yeux noirs toutefois, son corps semblait être celui d’un humain normal. Il se rapprocha un peu plus de Kyo et tout en mettant un genou à terre, il répondit de sa voix grave en prenant bien soin de baisser la tête.

« Maître, je viens vous informer que des démons ont attaqué plusieurs groupe d’humain et ils sont en ce moment confronter à des résidents de Ynis Witrin. »

Sans quitter des yeux Sykanh, le prince se montra toutefois intéressé par les paroles de son sbire.

« Les dirigeantes de l’île sont elles avec eux ? »

« Non Maître. Apparemment leur leader serait une fille avec une lance. »

« Je vois…Ca ne m’intéresse pas vraiment mais continues de surveiller ces combats. »

« Oui Maître. »

Le démon disparu dans la pénombre aussitôt après avoir salué Kyo une dernière fois tandis que la boucherie continuait ici même. L’annonce de cette bataille perturbait un peu le prince si bien qu’il n’avait pas remarqué que son hôte persécutait une mère tenant un enfant dans ces bras.Bientôt, toutes deux furent tuées sous les regards horrifiés du reste de la foule, une telle haine envers ces innocents était sans doute inconcevable pour les survivants pourtant elle était bien réelle. Le prince affichait une certaine satisfaction comme un spectateur devant un film d’horreur mais Sykanh stoppa les hostilités. Elle le fixait de ses yeux noirs…Que se passait il dans sa tête ? Il ne le savait pas mais étrangement, il pressentait que c’était à lui de faire quelque chose.

Il se leva de son banc puis il se dirigea vers l’elfe déchu toujours immobile. Au fur et à mesure de sa progression, il croisait des villageois qui s’écartaient de son passage comme si ils avaient vu le diable en personne. Kyo affichait un sourire malsain et au fur et à mesure qu’il approchait d’elle, son aura ne cessait d’augmenter. Il l’a dépassa de quelque centimètre puis il se retourna ne voyant que le dos de Sykanh.

« Tu as terminé ? Ca serait dommage de laisser ces déchets en vie… »

Le prince se rapprocha d’elle jusqu’à ce qu’il se retrouve presque coller à elle puis il lui glissa quelques mots dans le creux de l’oreille.

« Leurs morts te fait du bien n’est pas…Alors continu à te faire du bien. N’est pas jouissif de pouvoir tuer sans retenue ? Uniquement parce que tu en as envie… »

L’archange avait remarqué son gain de puissance lorsqu’elle buvait le sang de ceux qu’elle tuait et les paroles qu’elle avait prononcées lorsqu’ils étaient dans la forêt lui revinrent à l’esprit. Ainsi, à chaque vie qu’elle prenait, son pouvoir grandissait…Les lèvres du prince se posèrent sur la nuque froide mais agréablement douce de la demoiselle tandis qu’il sorti une partie de la lame de son katana de son fourreau. Il présenta son index qu’il entailla grâce à son arme avant de la ranger intégralement dans sa protection puis délicatement, il stoppa cette petite douceur et fit pivoté Sykanh qui se retrouva face à lui. Quelques gouttes de sang perlaient à la surface de son doigt qu’il appliqua avec douceur sur la lèvre inférieure sa complice.

« Ton pouvoir augmente à chaque vie que tu prends n’est pas ? Alors je te donne une infime partie de la mienne présente dans mon sang…Peut être que tu comprendra maintenant ce que l’on ressent lorsqu’on est puissant. »

Il attendit quelques instant qu’elle se décide à se nourrir ou non de ce sang puis il se dirigea à nouveau vers ce banc et ajouta.

« Rejoints moi lorsque tu aura fini…J’ai quelque chose à t’apprendre qui devrait t’intéresser. »

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 21:42

Sykanh a écrit:
L'elfe déchue savourait l'instant. Toute entière aux sensations, seul bien lui restant, elle prenait plaisir à ce frisson d'excitation que la Mort de ces insectes provoquait, aux caresses du Prince des Ténèbres... De retour auprès de lui après la danse qu'elle avait menée au beau milieu des villageois, elle l'avait invité à la rejoindre. Elle aurait grandement apprécié de l'avoir pour cavalier. Mais il refusa, parce qu'il voulait la laisser profiter du cadeau ? Elle était un peu sceptique... Mais s'en retourna néanmoins malmener ces elfes. Elle tortura mentalement une enfant et sa mère, les achevant sous les glapissements horrifiés des elfes. Elle resta un long moment debout, droite et immobile, puis finit par lever un regard vers eux, alors qu'elle sentait l'aura du Prince s'approcher, puis grandir. Ils se cachaient les yeux, leurs yeux si clairs, si beaux... Ils les cachaient pour ne pas voir la Mort qui les toisait. L'elfe déchue laissa un souffle dédaigneux lui échapper. Qu'avaient cru ces pourritures ? Que, sous prétexte qu'elle s'était attardée à l'enfant, celle-ci serait épargnée ? Depuis quand ce monde épargnait-il les gosses ?

Elle se mit à trembler de rage. C'est alors que l'aura s'immobilisa dans son dos. Avait-elle terminé ? Bien sur que non. Elle n'aurait jamais terminé... De son existence, le combat de Sykanh n'aurait de fin. C'était sur un opéra, et non un simple air, que se dansaient les pas de l'ouvrière de la Mort : celui, grandiose, de l'anéantissement d'un race qu'elle abhorrait. La réflexion la troubla donc... Elle n'avait pas d'espoir d'en finir un jour, et ne voyait la piètre existence qui lui avait été offerte que comme une quête infinie... Elle fut tirée de ses songes par le contact, chaud, des lèvres du Prince des Ténèbres sur sa nuque. Bien que créature sensuelle, elle ne s'était pas le moins du monde attendue à cela. A la base, il n'était pas agréable à l'être froid de sentir la moite chaleur des vivants l'effleurer, aussi se raidit-elle, de prime abord. Puis, alors que le Prince poursuivait ses baisers, elle finit par occulter la chaleur de ses lèvres pour n'en garder que la douceur. Une douceur qu'elle n'avait même pas envisagée. Esclave des sens, le toucher était sans doute celui qu'entre tous elle préférait. Elle en vint ainsi à savourer ce contact, savourait la présence de ce corps vivant dans son dos... Comme un lien qui l'enchaînait, un instant, à cette terre de vivants. Un autre monde de vivants. Celui qu'elle avait vu n'avait jamais été que violence. Jamais une caresse pour la retenir en arrière, comme en ce moment même. La douleur n'avait jamais su que la pousser vers le mal, jusqu'à ce que finalement, elle y noie sa propre vie. Portée par ce petit monde des vivants que Katsuo déposait par touches sensuelles sur sa nuque, elle se porta un peu en arrière, cherchant à sentir non plus une présence, mais un corps réel... Il lui fit alors faire volte face.

Elle se laissa faire sans la moindre résistance. Les mains du Prince des Ténèbres. Elle avait confiance en elles. De toutes façons, à quoi bon craindre quoi que ce soit, aucun vivant n'étant en mesure de la supprimer ? Elle plongea son regard d'obsidienne dans celui, posé, du démon. Lorsqu'il approcha son doigt de ses lèvres, elle pencha un peu la tête en arrière, la bouche entrouverte. Ce qu'il dit la fit sourire. Après s'être léché la lèvre ensanglantée, elle ferma les yeux puis lécha cette fois-ci le sang qui perlait de la plaie que le mortel s'était faite. Elle prit son temps... Comme si tous deux avaient oublié les villageois qui observaient leur petit jeu avec terreur. Elle mit dans ce geste une sensualité terrible, puis leva une main qu'elle glissa dans la nuque du Prince. Il voulait donc jouer avec elle sur ce tableau là ? Elle prendrait de cette réalité là, elle en prendrait autant qu'il lui en offrirait. Elle écarta d'un baiser le doigt du Prince des Ténèbres, puis se pencha dans son cou.

"C'est la mort de l'être vivant qui véhicule son énergie, qui la relâche, l'abandonne. Le sang, lui, est le nectar de vie des êtres vivants." Elle ne tirerait aucun pouvoir de cette douceur que lui offrait le Prince. Elle n'en tirait qu'un bien-être qu'elle savourait avec langueur. La bouche au raz de son oreille, elle souffla doucement dans son cou, le goût de ce sang là, ce sang offert, remplaçant celui, volé, de ces immondices. Il s'éloigna alors d'elle, ce qui la contraignit à se redresser.

Ce, qu'une fois assis, il lui dit, l'intéressa réellement. Jusque là, il avait eu tout juste, jusqu'où irait sa perspicacité ? Quelle était donc cette nouvelle qu'il avait à lui confier ? Elle plissa les yeux puis, son visage altier redevenu plus sérieux, elle glissa son regard ombrageux sur le village. Sages. Sages ces petits elfes. Beaucoup avaient fui, seuls demeuraient ce qui, armés, avaient bandé leurs arcs pour en finir avec elle. Elle voyait également d'autres combattants, ceux-là en armure, accourir. Un sourire délicat étira ses lèvres pâles.
Ce fut cet instant que, interprétant fort justement ce signe, les guerriers choisirent pour laisser claquer les cordes. Virevoltant une fois de plus, elle perdit à temps sa consistance physique. Ils passaient aux choses sérieuses, enfin. Elle se glissait tout autour d'eux comme une danseuse, agile, aérienne. Dans un premier temps, elle ne leur fit aucun dommage. Elle fit simplement tomber, au grès de ses pas légers, grandement baisser la température ambiante. Une fois le froid assez mordant à son goût, elle retrouva un corps réel, évitant cette fois les flèches que les uns et les autres décochaient dans sa direction. Les plus sages avaient compris. Ils avaient laissé tomber leur arc pour sortir à la place des lames acérées, croisées en garde. C'est aux autres que Sykanh s'attaqua alors. Tourbillon de lames et d'étoffe de lumière, le visage constellé de tâches de sang, et le regard plus sombre et décidé que jamais, l'elfe déchue rompit toutes les cordes qui lui passèrent sous la main. Vinrent ensuite les nuques, les ligaments, les muscles... les fils de chaque vie qui cédait dans un claquement soyeux à la force de l'escorteuse.

Le combat dura longtemps, les villageois étant nombreux. Son corset de neige, sa chevelure et sa chair mouchetés de sang, elle revint alors auprès du Prince des Ténèbres. Sa démarche était calme, maîtrisée. Elle ne connaissait pas la fatigue, n'ayant plus d'énergie vitale au sens rigoureux du terme. Elle s'apprêtait à lui demander de quoi il s'agissait lorsqu'une pointe de cristal dépassa de sa poitrine, laissant s'échapper quelques gouttes d'un sang sombre, épais et capiteux. Avec un hoquet, elle tomba à genoux face au démon. Un elfe à bout de souffle, l'arc encore vibrant du train qu'il avait laissé échappé, se trouvait non loin de là. Au sol, l'elfe déchue se retourna pour lui faire face. L'autre poussa alors un glapissement, criant à tue-tête qu'elle était déchue, qu'elle méritait son sort, et que les monstres comme elle n'étaient pas dignes de partager son sang. Elle ferma alors les yeux et, avec un profond soupir, laissa sa tête se pencher en arrière. Du sang avait beau couler aux commissures de ses lèvres, elle n'en souriait pas moins. Fulgurante, une vague de froid s'empara du garçon pour le geler entièrement. Seul son visage était préservé de la glace.
Sykanh se leva alors et, avec un nouveau hoquet, retira la flèche de sa poitrine. Il visait bien, le bougre. Si un coeur battait encore là, il l'aurait sans nul doute tuée. Elle s'avança, calmement, comme si rien ne s'était passé, en sa direction. "Il faut toujours une victime. Toujours un conteur" Elle fronça les sourcils
"Oui je suis déchue, je suis un monstre de votre cru, vermine. Laisse moi le plaisir de te faire haïr, toi aussi..."

Elle approcha son visage du sien et déposa sur ses lèvres un baiser qui les lui gela. Il ne pouvait plus crier. Elle souffla ensuite dans ses oreilles un vent glacé qui lui perfora sur le coup les tympans. vinrent ensuite ses yeux, qu'elle rendit aveugles, là aussi d'un souffle. "La glace finira par fondre. Vis donc avec un fardeau semblable au mien. Et tente de te venger de la mort si tu es assez fou pour cela..."

Avec un rire doucereux, elle planta là la statue vivante pour, regardant et tripotant la plaie sur son sein gauche, rejoindre Katsuo. "Ca met toujours des semaines à guérir", grogna-t-elle en arrivant à son niveau. Elle sourit et, le regard quelque peu apaisé, inclina la tête. "Oui, oui il est jouissif de tuer ainsi... parce que j'en ai envie... Combien de sensations jouissives me viendront du Prince des Ténèbres ?" Son visage se fit énigmatique et malicieux, un instant, puis, plus formelle, elle ajouta : "Qu'avais-tu donc à me révéler ?"

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 21:43

Katsuo Kyo a écrit:
Kyo s’était enfin levé de son banc en voyant Sykanh immobile animé de quelques spasmes certainement causés par sa haine envers ses elfes. Lui souriait car les nouvelles étaient plutôt bonnes, quelques insectes de Ynis Witrin étaient sortit de leurs trous pour affronter quelques démons. Il n’avait pas demandé plus d’explication à son subordonné car il avait bien l’intention d’aller observer ces combats. Bien sur il ne s’attendait pas à des affrontements intéressants car ces mortels étaient sans nul doutes beaucoup trop faible pour amuser le prince des ténèbres. Toutefois, l’idée d’observer un massacre ne lui déplaisait pas et peut être aurait il l’occasion de recruter quelques uns de ces démons dans ses rangs.

Il s’approcha d’elle et une fois dans son dos, il lui glissa quelques mots d’encouragement avant de déposer dans son cou quelques baisers bien mérité. Elle se laissa faire sembla prendre du plaisir après s’être habitué à ce doux contact. Il ne s’était même pas poser de question et apparemment, il avait eu raison de faire cela même si au départ la surprise l’avait crispé. Au fur et à mesure, elle se rapprochait de lui comme si cette diablesse en voulait plus, toujours plus. Il ne lui donna pas ce plaisir et soucieux de sa baisse de forme en apparence, il cru bon de lui administrer un petit remède après l’avoir quelque peu excité par ces douceurs. Le prince se coupa volontairement le doigt afin de fournir quelques gouttes de son sang pensant qu’elles apporteraient un peu de puissance à Sykanh. Elle ne se fit pas prier et avec une certaine sensualité, elle s’empara du doigt sanglant et à l’aide da sa langue, elle s’abreuva de ce nectar.

Kyo ne pouvait que sourire devant un tel spectacle, il ne s’était pas imaginé qu’une demoiselle si froide pouvait faire preuve d’un tel charme. Elle glissa sa main sur la nuque tiède de l’archange, le froid ne le dérangeait absolument pas car il avait appris à le supporter lors de ses longs séjours dans son repère. Elle écarta son doigt d’un baiser puis elle lui murmura quelques mots qui amusèrent le prince. Ainsi, ce sang ne lui procurerait rien étant donné qu’elle avait besoin de vie et non de ce liquide pour augmenter ses pouvoirs. Malheureusement, c’était un sacrifice bien trop important même pour lui, il n’était pas près à donner sa vie pour que cette créature amplifie ses pouvoirs. Il se contenta juste d’hausser les épaules d’un air de dire : *tant pis pour toi* avant de s’éloigner.

Il retourna à sa place, assis sur son banc près à admirer l’ultime scène de ce spectacle au combien passionnant. Cette fois, la foule apeurée avait laissé place à des guerriers armés de lance et d’arc bien décidé à punir celle qui troublait la paix dans ce village. Un archer avait même le culot de visé le complice de cette criminelle et bientôt, une flèche fut tirée en direction de Kyo. Cet idiot pensait pouvoir l’assassiné de cette façon…Quel manque de goût. Une gerbe de feu jaillit de nulle part et enflamma ce projectile dont la pointe en acier tomba à terre privé de vitesse. Il avait bien l’intention de lui faire payer cet affront mais quelqu’un d’autre s’en chargea. Elle n’avait sans doute pas remarqué mais l’elfe déchu se rua sur l’ennemi et lui brisa la nuque.

Le massacre continua jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’elfe et ce fut le moment ou Sykanh décida de rejoindre l’hybride. Un fois arrivé à destination, le prince vit un petit objet pointu dépassé de la poitrine de l’efle. Il restait un combattant encore vivant et il avait profité de ce petit moment d’égarement pour frapper mortellement son adversaire. Des lâches, voilà ce qu’il pensait de ces êtres faible et sans intérêt mais il avait dit ne pas vouloir intervenir et même si elle était à genoux face à lui, il ne devait pas intervenir. Il se contenta juste de passer sa main derrière la tête de Sykanh et tout en se baissant vers elle, il nettoya le sang qui avait coulé le long de sa joue en ponctuant par un petit baisé au coin de ses lèvres. Il se redressa ensuite et avec un petit rire moqueur, il dit.

« Touchée ! »

Il savait qu’elle n’allait pas laisser cet inconscient en vie et que sa mort serait des plus douloureuse. Mais il n’avait aucune pitié pour cet elfe car ceux qui osait attaquer dans le dos ne méritait que des souffrances et rien de plus. Elle se releva et arracha cette flèche qui aurait touché cet organe vital, il en résultat une petite coulée de sang le long de sa poitrine. Son ennemi paralysé par la glace, il ne pouvait plus s’échapper et le bourreau avançait à pas lent vers sa victime. En guise de représailles, il eut le droit à un baiser, le baiser de la mort qui le priva de quelque sens sans pour autant le tuer. Un sort pire que la mort certes mais Kyo n’était pas satisfait de ceci. Lui avait toujours terrassé ses ennemis car souvent, lorsqu’il était que blessé, il continuait à traquer leur agresseur et la haine qu’ils éprouvaient à son égard amplifiait leur pouvoir.

Sykanh revint ensuite sur ses pas, sans doute estimait elle que cet elfe avait là une juste punition. Un mutisme et une surdité en guise d’une flèche en plein cœur…Ca n’était pas cher payé mais après tout, le prince s’en moquait. Sa plaie lui causait quelque souci néanmoins car selon ses dires, il lui faudrait quelques temps pour cicatriser.

« Si ça avait été moi, je n’aurais jamais guérit alors ne te plain pas… »

Elle continua sa tirade en répondant à la question qu’il avait posé tout à l’heure. Tout comme il le pensait, elle en voulait toujours plus…Décidément, cette demoiselle était vraiment intéressante.

« Tu n’as qu’à demander princesse et si cela me convient, je te donnerai encore quelques cadeaux semblables à celui là. »

L’archange se redressa un peu sur son banc car depuis le temps, il s’était un peu avachi. Le pour l’instant était de ne pas lui dire ce qu’il se passait mais plutôt de lui montrer. Il s’étira et reprit la parole.

« Allons y plutôt, tu verra bien quant on y sera… »

Derrière eux, il u eut un bruit de branches cassées puis des cris qui semblaient venir d’une forêt un peu éloigné d’eux. Petit à petit il devenait de plus en plus fort et finalement, une armée de monstre sortit des bois en courant vers le village des elfes. Il y avait de tout, des trolls, des minautores, des créatures qu’on ne pouvait identifier tellement ils étaient laids. Une fois entré dans le village, tous s’arrêtèrent devant les deux tourtereaux et s’agenouillèrent. Kyo reprit la parole avec autorité.

« Je vous laisse vous occuper de tout ça, nettoyer moi ce village et si vous trouvez des survivants…Amusez vous bien avec ! »

Des cris de guerre raisonnèrent et sans plus attendre, les démons se jetèrent sur les cadavres pour en faire leurs casses croûte. Le calme revint lorsqu’ils s’enfoncèrent un peu plus dans le village. Il ne resterait bientôt plus de trace de vie ici alors il ne voyait aucune raison d’y rester plus longtemps. Le prince se leva et délicatement, il posa sa main sur le bras de Sykanh avant de disparaître.

Tous deux réapparurent sur une falaise qui dominait un champ de bataille. Celui qui était venu prévenir l’hybride s’y trouvait et lorsqu’il vit son maître, il lui adressa une révérence. Sans lui adresser un seul regard, il dit à son valet.

« Tu peux disposer, je vais surveiller tout ça moi-même. »

Il disparut après avoir fait une autre révérence, il ne restait qu’eux deux et les combattants en pleine action. L’archange usa de son pouvoir afin de faire naître un trône spacieux de cette terre nu et il alla s’y asseoir. Il ne fit rien pour sa compagne car peut être préférait elle regardé le spectacle d’un peu plus près. Appuyant sa tête sur sa main il s’adressa à elle.

« Comme tu peux le voir, certain démons ont attaqué un village comme nous et des habitant de l’île joue les héros. J’ai pensé que ça te ferait plaisir de voir ça…À moins que tu n’aies d’autre projet. »

Syk a écrit:
Le carnage avait finalement trouvé sa fin, Sykanh n’en était pas tout à fait sortie indemne, mais elle avait encore dans la bouche le sang de ses créatures, et c’était à son palais un plaisir incommensurable. Suite à son grognement au sujet de la plaie provoquée par la flèche, le Prince des Ténèbres laissa entendre qu’elle avait tord de se râler, ce qui fit naître sur ce visage pourtant passablement froid un sourire presque espiègle. Que croyait-il donc ? Certes elle était énervée d’avoir été ainsi touchée, mais si elle avait fait la remarque, c’était surtout pour faire une petite pointe d’humour. L’être immortel se plaignait d’une blessure qui aurait tué n’importe quel mortel. Après le carnage qu’elle venait de faire, il était déplacé de sa part de réagir de la sorte. Mais elle n’en dit rien, se contentant de replonger son regard d’obsidienne dans celui du Prince des Ténèbres. Alors comme cela il comptait la gratifier d’autres cadeaux de la sorte ? Sykanh se sentit un peu mal à cette idée. Sans doute parce qu’il la tentait au plus haut point. Sans doute parce qu’il faisait naître en elle ce soupçon d’excitation qui l’envahissait à chaque fois qu’elle entrapercevait un elfe. De la chair tendre, du sang encore chaud. Ce sang à la saveur si étrange, qui autrefois coulait également dans ses veines. Elle était comme un fauve appâté par celui qui aspirait à le dresser. A l’utiliser. Elle n’avait eu d’existence à proprement parler qu’en tant qu’outil. De son vivant, elle n’était que seule, qu’une ombre. Elle n’était plus en vie pour personne. Pas même pour elle. C’était sans doute pour cette raison que la Mort s’était tant intéressée à elle. Elle était assez inexistante pour ne point manquer de son existence. Et là, c’était l’odeur du sang que Katsuo agitait sous son museau. Après Anàrion, risquait-elle de s’allier à lui, en fin de compte ? La question ne se posait pas, puisque sans Anàrion, elle n’aurait pas le moindre allié… Il fallait être fou pour ne serait-ce que l’envisager.
Mais d’un autre côté, l’escorteur semblait s’être totalement désintéressé d’elle. Sans doute aurait-il été plus sage de faire un tour dans les Vallées de l’Averne, pour y chercher des réponses au sujet de son supérieur… Mais elle commençait à s’habituer à cette impression de vivre… Et là, les yeux dans ceux de l’hybride, elle ne pouvait s’empêcher de redouter de partir… Elle n’aurait dans l’Hadès pas la moindre chance de goûter au sang qu’il lui proposait. Elle ne répondit pas non plus à cette remarque là, donc. Trop indécise. Elle se mordilla simplement les lèvres, aveu silencieux de sa tentation, puis récupéra de sa contenance alors que le sujet à nouveau se porta sur cette mystérieuse chose qui l’intéresserait.
Les démons de Prince des Ténèbres choisirent l’instant pour apparaître avec fracas, et Sykanh s’avoua assez surprise de leur venue. Elle s’était trop laissée aller à l’introspection, trop portée par l’envoûtante présence de Seigneur du Malin. Elle passa en revue les créatures présentes, et ne trouva à aucune d’elle un semblant d’harmonie. Elle remarqua surtout que cet homme là ne s’embarrassait pas d’elfes déchus. Quelque part, elle en fut piquée, avant de se reprendre et de sourire. Sur un plan technique ces combattants étaient précieux. Ils avaient l’habileté et la précision de ces archers sylvestres, mais avaient en eux une rage et une soif de destruction qui viendrait à bout même de celle du plus hideux des trolls. Mais il semblait que, tout gracieux qu’il était lui-même, dans un sens du moins, le Prince accordait davantage de crédit à la laideur qu’à la finesse et l’intelligence. Elle pencha la tête de côté alors que, sur ordre de leur maître, les démons se ruaient sur le village. Ces questions soulevaient en elle une curiosité flagrante sur son visage, en décalage total avec le massacre qui allait s’opérer. Elle ne faisait pas grand cas de l’elfe mutilé qu’elle avait volontairement gardé en vie. Certes, elle n’était pas allée au bout, par jeu et par cruauté, mais elle n’était pas bien triste non plus de voir cet être qui avait sans doute cru s’en tirer sauf, sinon sain, mis en pièce par les boucher qui meuglaient déjà en passant autour d’eux. Elle n’accorda pas un regard au massacre, et se contenta de hausser les épaules d’un air détaché.

Alors que le Prince se leva pour poser sa main sur son épaule, elle redressa son visage et ferma les yeux. Elle avait compris ce qu’il s’apprêtait à faire et n’offrirait pas la moindre petite résistance. Toujours cette confiance idiote. Elle avait sans nul doute tord, mais elle était curieuse, et franchement séduite, aussi sourit-elle avec douceur, à l’odeur de mort et de brûlé qui régnait ici, avant même d’ouvrir ses yeux profonds.
Et la vue fut loin de la décevoir.

Des combats s’y opéraient encore, et bien qu’elle sentit un frisson d’excitation la parcourir, Sykanh pressentit qu’il n’était pas dans les intentions du Prince de s’y mêler. La vie d’un Seigneur du Mal est-elle toujours si calme… s’interrogea-t-elle à part elle. Ne passe-t-il donc sa vie qu’à observer la mort se faire de son trône ? Elle délaissa le combat pour l’observer, lui, voir des réactions. Il congédia son homme de main qui s’en fut sans un regard de considération de la créature de glace, et celle-ci releva le menton en direction de l’hybride. Elle avait presque envie de le lui demander, mais se doutait que pour en arriver là, Katsuo avait du combattre. D’autant plus que les démons étaient bien souvent simples, et élisaient leurs dominants au long de combats. Toujours fut-il que Sykanh désirait voir le Prince à l’œuvre, et était presque attristée de ne point avoir encore été exaucée. Mais pour l’heure, elle aussi observerait. Sans jeter un œil au démon, la jeune femme haussa un sourcil. Alors comme cela les insulaires jouaient les héros ? Bah, les démons étaient puissants, après tout, ils s’en sortiraient bien. Il y avait, ça et là, des explosions qui laissaient présager un bon petit spectacle.
L’elfe déchue resta un moment en avant, balayant du regard le champ de bataille, avant de croiser les bras d’un air mécontent.

« Il n’y a là bas aucune de mes connaissances… » Pourtant, elle aurait aimé les voir se faire immoler par des monstres pareils. Elle se tourna, sa mine boudeuse un peu atténuée, vers le Prince, à qui elle demanda, sa voix basse, adoucie : « Dis moi, je ne les ai jamais vues… Les sœurs Aleyna sont-elles là bas ? »

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 21:44

Kyo a écrit:
Ce village puait la mort maintenant que Sykanh s’était employé à massacrer les quelques elfes qui y vivaient. Elle faisait preuve d’une telle haine envers ces créatures que le prince des ténèbres ne pouvait s’empêcher de trouver le spectacle touchant. Cela devait faire pas mal de temps qu’elle ne s’était pas défouler ainsi à en juger par cette soif de meurtre. Mais cela ne dura qu’un temps car après avoir ponctué cette bataille de la plus belle des manières, elle rejoignit enfin l’archange. Kyo en profita pour appeler quelques uns de ses sbires histoire de nettoyer un peu tout ça car une nouvelle venait de lui être communiqué par un de ses plus loyaux serviteurs. Mais au lieu de raconter ce qui était en train de se passer quelques kilomètres plus loin, il préféra se télé porter avec elle.

Ils quittèrent un champs de bataille pour un autre où se déroulait des combats entre quelques insulaires loin de leur île pour une raison qui restait encore mystérieuse et quelques démons de bas étage. Ce n’était pas des hommes de main du prince et pour cause, ils étaient bien trop faibles. Il n’en dit rien mais il savait très bien que l’issus de cette bataille ne tournerai pas à l’avantage des créatures démoniaques. Kyo renvoya le guetteur et prit place sur un trône qu’il venait de façonner en regardant l’elfe déchu. Apparemment, elle s’offusquait qu’il n’y ait pas une de ses connaissance dans la bataille…Une petite pensée traversa l’esprit du prince.

* Tiens donc, ainsi les femmes elfes seraient comparable aux humaines…Toujours insatisfaites ou peut être est ce juste une exception. *

Cette idée amusa beaucoup Kyo et un petit sourire se dessina sur ses lèvres. Mais ce rictus s’effaça bien vite lorsqu’elle se retourna vers lui en lui demandant si les sœurs Aleyna faisaient parti de cette petite sauterie. Il laissa échapper un petit soupir avant de rétorquer.

« Tu penses bien que je ne serai pas resté là à ne rien faire si elles avaient été en bas. C’est d’ailleurs étonnant qu’elle ne soit pas là, il semblerait que ce groupe ait un autre leader. »

Il observait chaque combat avec beaucoup d’attention et vit que cinq démons faisaient face à cinq petits groupes d’insulaires. Mais contrairement à Sykanh, lui connaissait deux personnes qui combattaient encore une fois côte à côte : Namibe et Zane. Kyo se souvenait bien de cet imbécile venu du futur qui prétendait vouloir le terrasser pour sauver le monde…Pathétique. Il s’adressa à sa vis-à-vis sur un ton ironique en montrant le garçon.

« Il y a quelques temps, j’ai été confronté à ce garçon et à la fille qu’il tient dans ses bras. Et bien figure toi que ce type vient du futur et qu’il voulait me tuer pour sauver son monde. Sa dernière attaque était un golem de sang qu’il a invoquer à l’aide de son propre fluide…Je ne sais pas pourquoi, mais je lui ai laissé la vie sauve. Peut être avais je envie de le combattre de nouveau mais je constate qu’il n’est pas plus fort qu’avant…C’est vraiment dure de nos jour de trouver des adversaires valeureux. »

Pourtant, il devait bien reconnaître qu’il s’en sortait plutôt bien face à ce démon qui ne manquait pas d’astuce pour déstabiliser ses adversaires. La fille quant à elle ne devait pas lui faciliter la tache car elle était évanouie sans doute épuisé par les efforts qu’elle avait fourni. Les autres combats n’intéressaient pas vraiment le prince des ténèbres car il ne se passait pas grand-chose. Le prince commençait à s’ennuyer quelque peu et plutôt que de râler, il fit naître autour des chevilles de Sykanh deux mini tornade qui petit à petit augmentait d’intensité. Tout doucement elle s’élevait en se dirigeant vers le trône ou le prince siégeait et une fois à sa hauteur, les tornades se dissipèrent et l’elfe déchu se retrouva assise sur les genoux de Kyo dos face à lui.

« Nous pourrions peut être trouver une autre occupation pendant que tout ce petit monde fait jouejoue… »

Il avança sa tête et déposa une nouvelle fois ses lèvres sur la peau glacial de la demoiselle lui offrant quelque baiser le long du cou. Puis une fois ces quelques douceurs délivrées, il approcha ses lèvres de son oreille et ajouta dans un murmure.

« Qu’en penses tu ?...Refuserais tu ce plaisir devant un tel spéctacle ? »

Syk a écrit:
Elle écouta attentivement les réponses que lui fournit le Prince des Ténèbres. Il n’esquissa qu’un sourire lorsqu’elle évoqua ses « connaissances », ce qu’elle se garda bien d’interpréter, mais elle était bien plus intéressée par ce qu’il dit sur les sœurs Aleyna. Lors donc elles n’étaient pas là ? Anàrion l’avait laissée, comme une coquille vide sans but ni mission, Sykanh avait fait quelques recherches sur les jeunes femmes, et quelque part, l’idée de les affronter ne serait pas pour lui déplaire… Mais elles n’étaient pas là… Elle ne les verrait pas encore en action… Lui faudrait-il questionner Katsuo sur leur compte pour en apprendre davantage, ou trouverait-il cela suspect ?
Elle laissa de côté ses interrogations, justement pour ne pas trop aiguiser les sens du Prince. Elle joua la carte de l’humour, bien que cette carte-ci provoque bien souvent sur son visage un étrange contraste entre la froideur, le mystère et la malice. Elle pencha sa tête de côté, ses cheveux d’argent se glissants sur ses joues diaphanes, et sourit en découvrant ses fines dents d’ivoire. « Je suis alors soulagée par leur absence, elle m’aurait sans doute valut de me retrouver seule ici… »Elle hocha alors la tête pour souligner ses propos, et repris son sérieux en l’entendant reprendre.

Elle porta son regard glacial sur le garçon en question, ainsi que sur la godelurette qu’il tenait dans ses bras. Tous deux n’avaient rien de bien impressionnant à leur goût. Elle sentait leur chaleur d’ici, et leur vie qui allait en déclinant… De simples mortels sans grande puissance. Le fait même que le Prince des Ténèbres les ait épargné était sans nul doute l’évènement le plus décisif de leur pauvre existence, celui qui décida de la date à laquelle ils vogueraient avec Sykanh, le regard vide, le cœur arrêté sur une idée pour l’éternité… Celle de ce garçon serait-elle la défaite, l’orgueil ? Vouloir changer le cours du temps était une lubie, aux yeux de Sykanh. Elle qui avait vu des choses que les mortels ignoraient, était bien placée pour le savoir. Les âmes qui ne devenaient pas anges devenaient ombres… Et les dieux seuls savaient combien les ombres étaient plus nombreuses que les anges… Présences difformes, impalpables, tristes… Elles sublimaient ce que la Mort avait d’alanguissant. Et le temps, les héros, n’étaient pas mieux lotis. Ce jeune homme pouvait toujours espérer, un jour où l’autre, ce qu’il voulait sauver finirait comme le reste : gris, sale… et mort.
Finalement, Sykanh avait de la chance… Finalement, échapper à cela n’était pas si mal…

La jeune femme, elle ignorait ce qu’il en adviendrait. Si elle venait à mourir, elle aurait sans doute également un arrière-goût d’échec, comme beaucoup de guerriers morts au combat. Et ces démons de la peau desquels le Prince ne donnait pas bien cher… Sykanh n’osait même pas imaginer ce qu’il en adviendrait...

Des adversaires valeureux, non, Katsuo n’en trouverait nul ici… Peut-être ce combattant, là bas, avec son félin. Il avait l’allure d’un elfe, mais l’obscurité qui régnait autour de lui titilla les papilles de Sykanh. Déchu, sans doute. Dans tous les cas, lui, il semblait fort.

Elle leva son menton en direction de cet elfe déchu, puis sourit à Katsuo d’un air malicieux. « Celui-ci, avec sa panthère… Il semble assez puissant. Il n’a pas l’odeur de la mort sur lui, il n’a pas tué aujourd’hui… Mais contrairement à tous les autres, il n’a pas pris un seul coup, car il n’a pas non plus l’odeur du sang. Il est orgueilleux et je gage qu’il a attendu quelqu’un de valeureux pour sortir son épée… » Elle hocha la tête « Peut-être cet elfe déchu te ressemble-t-il quelque peu… » Au moins pouvait-elle remercier sa race pour cette vue infaillible, qui lui permettait de saisir le moindre détail…

Elle fut interrompue par de petits tourbillons montant de ses chevilles pour la soulever. Elle n’était pas lourde, mais elle s’étonna tout de même de la délicatesse et pourtant de la fermeté de ce pouvoir. Elle se laissa faire sans sourciller, curieuse de voir ce qui trottait dans l’esprit du Prince, jusqu’à ce qu’elle finisse assise sur ses genoux… Elle ne réagit pas aussitôt, puis posa simplement une main sur le torse de celui-ci, comme pour garder une infime distance et évaluer la situation. De son vivant, Sykanh n’avait pas eu la moindre relation de tendresse avec un mâle, quel qu’il soit. Celle d’une fille dévouée, oui, mais mis à part son père, les autres hommes avec lesquels elle s’était montrée tendre et sensuelle avaient tous fini par sillonner les Vallées de l’Averne aux côtés de leurs ancêtres… Après sa mort, Anàrion ne s’était guère montré tendre avec elle, bien qu’il lui ait attaché beaucoup d’importance. Quant à Cronos… Il avait tout bonnement disparu, après leur entretien… Elle jugea le Prince des Ténèbres du regard, lorsque celui-ci déposa dans son cou des baisers. Comme à chaque fois, la chaleur de la chair vivante la fit frémir. Elle ne s’y faisait pas, elle créature de glace, touchée par la vie… Mais elle lui laissa le temps de la faire changer d’avis et, de fil en aiguille, elle trouva les petits attouchements que les lèvres du Prince faisaient dans son cou fort agréables. Lorsqu’il lui demanda ce qu’elle en pensait, elle se recula un peu, toujours assise sur lui, et le regarda un instant. Il y avait vraiment une grande puissance dans ce regard. C’était un seigneur prometteur. Ce vulgaire petit humain avait eut l’impudence de vouloir l’abattre ? Ce qu’ils étaient stupides… Sykanh se pencha vers lui, glissant une main froide dans le cou du Prince et, se penchant vers lui, elle déposa à son tour un baiser à la commissure de ses lèvres. Lui glissant à son tour quelques mots dans l’oreille, elle descendit sa main le long du bras du Prince. « Alors il me faudra me montrer sage. Mes lèvres n’ont encore frôlé que de futurs cadavres… » Elle sourit, puis se redressa, en signe d’assentiment. Cette fois, elle risquait bien de s’aventurer dans un domaine où, toute érudite qu’elle était sur la Mort, elle qui n’avait que trop peu connue la vie ignorait tout.

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 21:45

Kyo a écrit:
Non elles n’étaient pas ici ces deux laches de dirigeantes et ceci agaça quelque peu le prince des ténèbres. Cela faisait déjà pas mal de temps qu il avait mené son attaque et depuis, il n’avait plus eu la chance de les recroiser. La chance n’était décidément pas avec lui mais qu’importe, il finirai bien tôt ou tard par les avoir et peut être même que sa nouvelle connaissance pourrait l’y aider. Enfin tout cela n’était qu’une idée qui lui avait traversé la tête car Kyo n’était certes pas contre s’entourer d’alliers puissants mais cette fille l’était énormément.

L’archange esquissa un sourire lorsqu’elle lui répondit qu’elle était soulagée de l’absence d Emma et de sa sœur car cela lui aurait valu un petit moment de solitude. Il se doutait bien que si ça avait été le cas, elle se serai précipitée à ses côtés pour abattre ces ennemis qui se faisaient tant désirés. Kyo remarqua même ce sourire révélant une certaine froideur qui le rendait si terrifiant mais en même temps très excitant. Il ne trouva rien de plus à ajouté et toujours assis sur son trône de fortune, il posa son coude sur l’accoudoir et une fois sa main relever, il posa délicatement sa tête dessus en mimant un baisé. Le prince se montrait taquin avec elle et ceci était plutôt de bon augure pour la suite.

Son attention se porta ensuite sur un petit groupe qui affrontait un démon en contre bas car il reconnu deux des combattants. Il n’avait pas eu l’occasion de faire connaissance avec Namibe et d’ailleurs il ne se rappelait même plus son prénom mais le garçon, il l’avait clairement identifié. Le fameux Zane venant du futur, il avait apprécié le combat qu’il avait mené contre lui-même si la différence de pouvoir était plus qu’évidente…Il ne put cependant cacher sa déception lorsqu’il raconta ce combat à Sykanh car il avait laissé ce garçon en vie pour qu’il devienne plus fort. En effet, Kyo ne tuait pas forcement tout ses adversaires car si il jugeait qu’ils avaient du potentiels, il préférait les laissé en vie pour qu’ils progressent. Certains aurait put appeler ça de la pitié mais il était très dure pour un guerrier de vivre avec le poids d’une défaite et ce n’était pas l’elfe déchu qui allait le contre dire.

Elle avait cependant repéré quelqu’un qui semblait être un peu plus puissant que les autres et il écouta tout ce qu’elle racontait sur cet énergumène. Apparemment, il semblait juste bien s’en sortir et attendait un véritable adversaire pour sortir son arme…Quelle plaisanterie. Mais il n’en ria pas vraiment lorsqu’elle affirma que cet elfe ressemblait à sa personne. Le prince arqua un sourcil car il n’était pas franchement d’accord avec cette théorie mais il préféra ne pas se fâcher pour si peut et répondit.

« Je suis unique ma chère et rien ni personne en ce monde n’est en mesure d’affirmer une telle chose ou alors je devrais peut être lui prouver que cet elfe déchu n’est qu’un déchet comparé à moi…Est-ce vraiment nécessaire ? »

Il avait terminé sa tirade par une question qui n’en était pas franchement une car il espérait bien qu’elle ferait preuve de suffisamment de malice pour ne plus continuer sur ce sujet. De toute façon, il ne lui en laissera pas l’occasion car quelque mini tornade se forma autour des membres de Sykanh qui se retrouva sur les genoux de l’archange quelques secondes plus tard. Il ne s’offusqua pas de cette réaction de rejet dont elle fit preuve tout d’abord car la surprise devait en être la cause. Il annonça ses intentions en restant néanmoins un peu vague mais les quelques baisers qu’il déposa dans le cou de l’elfe clarifièrent la situation. Elle ne semblait toutefois pas retissant à cette idée à en juger par le baiser qu’elle déposa au coin de ses lèvres et sa remarque amusa le prince qui rétorqua.

« Crois tu que cette fois sera différente des autres ? Je ne suis pas immortel et tôt ou tard, la mort viendra me prendre… »

Ce froid qui traversa le bras du prince le fit quelque peu frissonner car il n’avait pas vraiment l’habitude que quelqu’un le touche…Avec des mains froides en plus. Des qu’elle se fut redressé, il prit un malin plaisir à la contempler avec un sourire très énigmatique renforcé par sa main qu’il avait placé sous son menton. Tout deux s’amusaient de cette situation et il comptait bien faire durer ce plaisir encore un peu…Peut être même un peu plus d’ailleurs.

Kyo posa son index sur la joue de sa complice et tout doucement il caressa cette joue toute blanche que même la chaleur de son doigt ne suffisait pas à réchauffer. Il le fit ensuite glisser jusqu’à ses lèvres qu’il caressa un petit moment avant de continuer son parcours sur la poitrine de Sykanh pour finalement y mettre un terme un peu en dessous de son nombril. Puis il songea enfin à se redresser à son tour et lorsque ses lèvres furent à quelque centimètre de celle de Sykanh, il ajouta.

« Je suis près à prendre ce risque mais il serait dommage que tu me conduise en enfer…Ca risquerai de plaire à tout mes ennemis ainsi qu’à ce que nous avons en commun. »

Il savait très bien qu’il aurait beau la tuer de n’importe quelle façon, rien ne serait efficace face aux être doté d’une vie sans fin. Pour la première fois, il avait l’impression d’être impuissant face à cet être maléfique. Mais pour l’instant, il préférait ne pas trop y penser et il laissa son regard se perdre dans ces yeux noirs. Le prince ne brisa pas la distance qui séparait leur lèvres et tout doucement, il était en train de défaire son corset…

Syk a écrit:
L’entrevue de Sykanh et Katsuo avait tourné à une conversation beaucoup plus profonde que la demoiselle ne s’en serait doutée. Chacun avait fait quelque pas dans le décors intime de l’esprit de l’autre… Et c’était au tour de Sykanh de le découvrir un peu. Elle lui avait fait remarquer cet elfe, en bas. Il avait attiré l’attention de l’elfe déchue pour une raison singulière : cet elfe ne sentait pas encore la mort. Pourtant, sa puissance était palpable pour un être à la sensibilité de l’escorteuse. Peut-être que d’ici, le Prince des Ténèbres n’était pas capable de le sentir, lui. Ou peut-être l’avait-elle trop braqué pour qu’il n’accepte de le percevoir. Instinctivement, Katsuo réfuta l’idée, s’en offusqua. Non il n’était pas de créature aussi puissantes que lui. Lui était « unique »…

Sykanh pinça ses lèvres, elle aurait aimé lui tenir tête, mais elle n’en fit rien. Elle n’était pas capable de faire accepter l’idée que Katsuo fonctionnait finalement sur un schéma donné. Il appartenait à une lignée de chefs démoniaques, il avait hérité de leur mission… Mais ceci était trop réducteur pour lui, et elle pouvait le comprendre.

Elle reporta pourtant son regard sur l’elfe déchu… Elle se demandait s’il était, au fond de lui, une sorte d’alter ego… Détestait-il tout autant les siens qu’elle le faisait ? Pourquoi… Pourquoi avait-il été déchu, lui ? Elle haussa les sourcils, songeuse, lorsque quelque chose retint son attention.

S’engagea alors un jeu que dirigeait le Prince comme un habile maître d’orchestre. Il la mit, usant de ses pouvoirs, sur ces genoux, comme la poupée de chiffons qu’elle était. Les rapports charnels, Sykanh n’en avait guère eu que de très limités avec certaines de ses victimes. Elle était plus que novice dans le domaine… En revanche, le Prince des ténèbres parvenait à lui faire oublier la moiteur de sa chair… Il était donc loin de débuter en la matière…

Il réagit à ce qu’elle lui avait dit, ce qui la fit sourire. Bien sur, il était mortel… Mais Sykanh doutait de mettre un terme à son existence de sa propre main. Elle fronça les sourcils, haussa les épaules, puis avec un sourire torve, elle participa à leur petit jeu de caresses… Il la taquina en lui parlant de leurs adversaires… Ceux-ci étaient d’ailleurs juste en bas.

« Je n’ai pas l’intention de te montrer les rives Stygiennes. Du moins pas pour le moment… »

Elle qui n’était guère accoutumée aux rites amoureux des mortels, elle était plus spectatrice de ce qu’il se passait qu’actrice. Tous ses gestes n’étaient que réponses à ceux du Prince. Alors que le souffle du mortel effleurait les lèvres de l’elfe déchue, celle-ci sentit son corset se desserrer. Alors c’était par là qu’il comptait commencer ? Elle qui n’était plus personne n’avait nulle pudeur, et ne s’en offusqua pas. Elle se contenta de reculer un peu son torse pour pouvoir observer les doigts du mortel en train d’œuvrer. Ses gestes étaient d’une grande délicatesse. Elle remonta un peu ses genoux, effleurant de ses tibias les flans de Katsuo. De ses doigts fins et blancs, elle se promena sur le torse du Prince. Elle l’avait bien senti se raidir sous ses caresses. Le froid sans doute. Aussi, alors qu’elle aventurait une main dans les plis de ses hardes, elle afficha un léger sourire de défi. Elle appréciait les caresse du mortel, et tout disait qu’elle était désireuse d’en découvrir davantage…

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 21:46

Kyo a écrit:
L’affrontement semblaient toucher à leur fin aux grands désarrois de Kyo…En effet, les démons allaient perdre la bataille et même si ces créatures de bas étage était incapable faire trembler les habitants de Ynis, il aurait espère au moins en voir un triompher. Mais pour l’instant, il avait autre chose à faire que de se soucier du sort de ces démons. En effet, Sykanh avait prit place à son insu sur les genoux du prince car celui-ci avait hérité d’une envie un peu spéciale d’en savoir plus sur elle. En effet, cette créature l’intriguait au plus haut point et sa curiosité était plus que titillé par Sykanh.

Le prince commença par faire quelques caresses bien placé à sa partenaire afin de la rendre un peu plus docile mais il semblait que ces quelques douceurs soient inutiles au vu de la réponse qu’elle lui fourni. L’idée qu’elle puisse à tout moment lui opter sa vie par un baisé mortel ou un autre stratagème le freina quelque peu. Mais elle avoua que l’envoyer dans l’au delà ne faisait pas partie de ses intentions. Kyo avait beau être méfiant, ce démon ne semblait pas avoir de ressemblance avec les mantes religieuse alors il laissa à nouveau ses doigts défaire ce corset.

Elle aussi ne manquait pas d’atout pour rendre les envies du prince des ténèbres encore plus fort et le froid n’avait vraiment rien à voir dans cette réaction. Son sourire en disait long sur ce qu’elle attendait de lui et bientôt, le corset tomba à terre laissant apparaître ses formes certes pas très développées mais du goût du prince.

« Je ne pensais pas que les morts étaient aussi bien conservé…Etais tu aussi belle lorsque la chaleur faisait partie de toi ? »

Sans attendre de réponse, l’archange déposa sur la lèvre inferieur de sa compagne un baiser en prenant bien soin de tester l’élasticité de celle-ci lorsqu’il s’éloigna d’elle. Toutefois, il eut une petite réticence à nouveau et il ajouta.

« Cet endroit ne me semble plus d’aucun intérêt…Je vais y remédier. »

Sans attendre plus de temps, tout deux se téléportèrent et quittèrent ce champ de bataille sans que personne ne les ait remarqué. Le duo se posa délicatement grâce notamment au fait que Kyo puisse voler, sur un lit équipé de draps en soie d’un bleu très claire. Sykanh se tenait à présent à califourchon sur son bassin tandis que lui était à présent couché. Le sang mêlé adressa quelques mots à son valet surpris pas une telle apparition.

« Veille à ce que personne ne nous dérange ! »

« Bien maître »

Puis il disparu derrière la porte. Il les avait téléporté dans sa demeure dans les glaces arctiques et sans nul doute que ce froid allait plaire à la demoiselle. Le prince ne se laissa pas démonté et délicatement, il posa ses mains sur les fesses de la belle et remonta son buste afin de donner quelques baisers à ses seins accessible à présent. Il fit une petite pause et ajouta.

« J’aimerai beaucoup faire de toi ma compagne…Apres tout, nous avons tout deux des intérêts commun n’est pas ? Ainsi que certains ennemis… »

Il reprit ses quelques douceurs en guidant à l’aide de ses mains le bassin de l’elfe déchue dans une danse torride.

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aube Rouge   Ven 27 Juin - 21:50

Le Prince semblait déterminé à la guider sur un chemin dont elle ignorait tout. Ca n’était pas tout à fait fait pour lui déplaire, mais il allait bien falloir qu’elle le laisse lui apprendre certaines choses, elle qui n’était habituée qu’à de très brefs rapports physiques avec les vivants. Après tout, son corps n’avait pas le moins du monde été préservé dans ce but-ci. Elle se demanda un instant ce que la Mort en penserait, mais finit par se dire que cela devait être le cadet de ses soucis… Et puis, Katsuo avait, sa vie pourtant encore courte dans l’histoire, amené à la Mort une quantité de locataires phénoménale. Sykanh le laissa donc lui ôter son corset. Après tout, elle n’avait jamais appris la pudeur. Mais cela lui fit bizarre, car depuis sa mort, elle ne s’en était plus séparée. Il était celui qu’elle avait porté face à sa mère, ce corset blanc et souple, lui aussi restauré par cette nécrose insolite. Mais Katsuo balaya ses pensées d’une question. Sykanh reporta alors sur lui un regard qu’elle avait laissé voguer le temps de quelques secondes, intense. Etait-elle aussi belle ? Cela elle l’ignorait. Son reflet n’avait jamais changé… Sykanh était étrange, et ce regard criait sa déchéance… Personne de son vivant ne s’était risqué à lui faire un compliment. Complimenter un monstre est un blasphème, finalement. En revanche, la chaleur…

Elle n’eut pas le temps de répondre, car il lui coupa la parole d’un baiser bref qui la mit en appétit. La lèvre qu’il effleura des siennes, chatouillée, elle la mordilla quelque peu, puis sourit d’un air mystérieux lorsqu’il se plaignit de l’endroit. Il les avait déjà fait apparaître ici… Qu’inventerait-il cette fois ? Un endroit clos sans doute. Un endroit où ils seraient à l’abris des regards. Elle avait pu remarquer que les vivants prisaient l’intimité.

Ce fut une chambre qui se matérialisa, remplaçant le fauteuil de terre qu’il s’était forgé sur le champ de bataille. Il n’y avait plus de fracas d’armes, plus de cri, plus d’explosions… Non, juste le son feutré des draps soyeux que leur arrivée froissa, ainsi que l’exclamation de surprise du laquet. Sykanh le considéra d’un œil amusé, puis reporta son attention sur Katsuo. Cette position là lui était familière. Elle l’adoptait fréquemment sur ses victimes, pour disposer d’eux à sa guise. Mais cette fois-ci, il semblait que cela soit au tour du démon de disposer d’elle. Non pas qu’elle se soit trouvée à sa portée, mais quelle que fut la durée de son exil en Enfer, Sykanh demeurait novice, aussi vierge que les neiges qui devaient entourer la grotte. Ce qui lui fit grand plaisir aussi ce fut le froid. Il la mordit comme un fauve affamé, pressé de saisir cette chair que l’on lui offrait en pâture. Elle sourit et balança sa tête en arrière une seconde en prenant une profonde inspiration. Bien entendu, respirer ne lui était plus d’aucune utilité, mais ceci lui permettait d’emplir de cet air glacé ses poumons. Cela faisait des décennies qu’ils n’avaient plus subit pareille caresse. Une fois de plus, ce fut à Katsuo de prendre les devant. Agrippé à elle, il remonta afin de poser sur ses seins quelques baisers dont la chaleur contrasta agréablement avec l’air. Elle ramena son visage vers lui, cambrée, et lui sourit lorsqu’il lui adressa encore autre chose…

Sa compagne… ? Elle haussa un sourcil, se demandant ce qu’il entendait par là. Certes, il pouvait ne s’agir que de rapports physiques, certes agréables mais finalement mineurs… Soit il s’agissait de bien autre chose. Soit il était en train d’évincer Anàrion. Il y avait une chose que Kastuo ne concevait pas. Les sœurs Aleyna n’étaient pas les seules proies de Sykanh. Tous les êtres vivants l’étaient. Oh bien sur elle avait une légère tendance à s’en prendre davantage à ceux qui étaient définit par l’histoire comme les bons, mais un jour ou l’autre, Katsuo lui-même aurait à faire face à Sykanh, ou à l’un de ses comparses. Elle s’accorda un instant de réflexion. C’eut été mettre sur les épaules du Prince un poids qu’il ne réalisait pas, car s’allier à Sykanh, comme à Anàrion et aux autres, s’était s’allier à la Mort, c’était signer avec elle un pacte, qu’elle seule pouvait briser, et de la façon la plus radicale qu’il soit. Mais ce pacte pouvait réellement intéresser celle-ci. Il est des êtres qui l’intéressent plus que d’autres, et le Prince en faisait justement partie. Avant qu’elle ne remonte à la surface pour cette mission, elle avait entendu parler de lui comme d’un seigneur démon avec lequel il allait falloir faire. Certes pas comme d’un allié, mais comme d’un éventuel obstacle, s’il s’avérait qu’il s’interpose. Et se rapprocher de lui, c’était peut-être le meilleur moyen de faire en sorte qu’il ne s’interpose pas, justement.

Alors que débutait une danse sensuelle entre ces deux corps, l’un conservé par un pouvoir mystique, l’autre réactif, nerveux, si vivant, Sykanh céda et se pencha sur lui, appuyée d’une main sur son torse, de l’autre effleurant les hanches du Prince.

« J’accepte ta proposition, Prince »

Elle se pencha un peu plus, effleurant de sa poitrine le dos de sa propre main. Elle lui glissa dans l’oreille : « Pour répondre à tes questions, dans les steppes Scandinaves, la chaleur peine à se trouver une place… Quant à mon corps, La magie l’a conservé dans son exact état d’alors. Cependant, on ne dit jamais à un monstre qu’il est beau. » Et les Elfes déchus en étaient bien. Sykanh avait eut la chance de n’avoir point été défigurée par sa déchéance, mais cela pouvait arriver, de temps à autres. De plus, leur regard noir attestait de leurs crimes, et les rendait parias, que leur taille soit fine, les membres élancés ou leur charme puissant. Les Elfes déchus n’étaient pas beaux, ils étaient les ordures des Elfes Sylvains, rien de plus.

Elle se redressa lentement, plus cambrée encore, avec un très léger sourire. Oh il allait bien falloir qu’elle le laisse la guider. Elle-même ne savait pas du tout de quelle manière s’y prendre. Les rapports dont elle s’était privée, vivante, étaient-il aussi délicieux que la mort de l’un des siens ? Elle effleura du bout des doigts le haut des chausses du Prince, puis en agrippa un lacet pour le défaire. Elle remonta ensuite sur sa poitrine pour y défaire les attaches de sa tunique. « Je joue le jeu, Prince des Ténèbres. Je serais ta compagne, mais pour cela tu vas devoir diriger la danse. » Ses cheveux glissant avec sensualité sur son front pour dessiner un voile sur son visage délicat, elle sourit plus largement, prenant un plaisir singulier à leur petit prologue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aube Rouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aube Rouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Gladiateurs de L'aube Rouge!
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Hors Rp ~.*.~ :: Archives :: Topics-
Sauter vers: