Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.

Aller en bas 
AuteurMessage
Stellae
Toute Puissance
avatar

Nombre de messages : 238
En deux mots : Déesse du temps et des Etoiles, Protectrice d'Ynis Witrin
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.   Ven 17 Juil - 10:40

Nous nous retrouvons pour la troisième et dernière épreuve, participant(e) au tournoi d'Ynis !


Le tournoi touche à sa fin ; après deux victoires, deux défaites, ou des résultats moyens, ce dernier défi te permettra de confirmer ton succès ou de te rattraper. Tu n'as plus qu'une seule chance de briller et d'obtenir l'approbation des spectateurs !

Maintenant que tu as épuisé tes capacités de réflexion à force d'agiter tes neurones, nous te proposons à présent quelque chose de plus physique : il est temps d'éprouver tes talents au combat. Possèderas-tu assez de force, d'agilité, de technique pour vaincre ton adversaire ?

On t'a conduit dans un nouveau lieu dont tu ignorais encore la présence sur l'Ile. Il s'agit d'un grand monument à l'aspect antique : c'est un colisée ! Le bruit que tu entends va croissant lorsque tu t'approches : en effet, les habitants d'Ynis sont déjà là pour admirer les futurs exploits des combattants -ce qui n'est pas pour calmer ton stress.

Les instructions sont claires : les participants n'entreront sur scène que chacun leur tour. Ils ignorent encore quel sera leur rival ; s'agit-il d'un champion férocement entrainé ? d'une bête sauvage ? ou bien d'un autre participant ? Ce n'est que sur les feux de la rampe, sous les encouragements de la foule, que les héros découvriront l'adversaire...

Bonne chance pour cette dernière épreuve, qui n'attend que des hauts faits à honorer, et qui pourrait bien renverser la donne pour les résultats du tournoi. Le public sera avec toi, alors prouve ta valeur et montre nous de quoi tu es capable !

Informations complémentaires :
    -La vie des participants ne sera nullement mise en danger lors de l'épreuve. Si le participant est blessé jusqu'à ne plus pouvoir se tenir debout, il aura échoué.
    -Tous les coups sont permis mais les spectateurs font tout de même attention au sens de l'honneur.
    - Il faut avoir la deuxième étape pour poster ici


- Topic commun -

Participants :
- Machi - Done -
- Tate Mukuro - Done -
- Loïs Lleweyn - Done -
- Koutetsu Shinsei - Done -
- Sindanarie - Done -
- Isaac Sagara - Done -
- Katen Saye

Ne pas poster ici avant d'avoir eu le courrier du narrateur

_________________
Toute Puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tate Mukuro
Capitaine des Gardiens de l'Île/ Membre du Conseil
avatar

Masculin Nombre de messages : 291
Age : 28
En deux mots : Mot mot
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.   Lun 20 Juil - 21:37

La dernière épreuve, enfin, Mukuro se rappellera longuement de ce tournois. C'était une bonne expérience, assez amusante, et il espère qu'il pourra terminer en beauté sur cette épreuve qui est, après tout, celle où il devrait le mieux réussir. Du combat, de la force brute, d'après la lettre qu'il venait de recevoir. Il allait combattre contre un minautore. Une chose qui n'est pas humaine, c'est génial, il se retiendra beaucoup moins... Le capitaine était donc conduit sur le lieu du combat. Sur le trajet, on pouvait déjà entendre des cri lointains, des acclamations... Qu'est-ce que ça pouvait-être? Il se rendit rapidement compte que cela venait d'un étrange bâtiments antique, sans doute grec, cela lui rappelait vaguement une architecture grec vu dans les livres en croquis. Un colisée remplit de gens, des spectateurs venus là spécialement pour ça... C'était pas prévu...
Le capitaine tremblait légèrement, tête baissé, entrant dans les couloirs menant à l'arène, il commencera le premier combat, contre un minotaure. Il tremblait beaucoup, tête baissée, son œil caché par ses cheveux, l'autre caché en plus par son bandeau. Il avait la bouche légèrement ouverte, comme si il était absent. Arrivé dans l'arène, les acclamations lui fit reprendre connaissances, il prit un sourire effrayant et releva la tête directement, saluant la foule en levant les bras.


" VOTRE CAPITAINE ADORÉÉ EST ARRIVÉÉÉ !!! "

Il ria alors que la foule commençait à se calmer, légèrement effrayer par l'attitude du capitaine. Comment pourrir une ambiance? Non, juste son excès de confiance... encore... Après tout, à ce moment, il n'a pas encore affronté la demoiselle de ses rêves dans l'entrainement qui lui fera réaliser plus encore sa vrai faiblesse. Peut être que ce combat sera le réel élément déclencheur.
Un grondement se faisait sentir, le sol tremblait légèrement d'un coup sec toutes les secondes, à un rythme régulier. Un bruit aigu tintait, provenant des gonds de la porte qui s'ouvrait, face au capitaine. La bête apparaissait, poussant la porte de ses mains. Elle était au moins deux fois plus grande que le capitaine qui voyait son sourire confiant devenir plus serré.


" Alors c'est toi le minou que je dois vaincre? "

Le minotaure frappa ses deux poings l'un contre l'autre, la puissance du coup agitait les cheveux du capitaine qui ferma son œil, évitant ainsi les projections de poussières. Il Se mit ensuite en position de combat. Il n'avait pas pris sa lance, ce n'était pas un combat à mort pour le capitaine. Le minautore avait sa seule force comme arme, et cela sera surement suffisant. Il s'avança lentement vers le capitaine, faisant trembler le sol à chacun de ses pas, puis une fois assez proche, il colla emmêla ses doigts et leva ses bras en l'air pour les faire retomber à pleine puissance sur le capitaine qui l'esquiva de peu, trop peu. Mukuro fit projeté plus loin, mais il se rattrapa en frappant le sol et atterrir ensuite sur ses pieds. Il était agile, le capitaine, et fort, extrêmement fort... cela suffira-t-il? Le minotaure repartis à l'assaut, fonçant rapidement vers le capitaine, réduisant le délai entre chaque tremblement du sol à quelques dixièmes de secondes. Le capitaine courait vers lui, un sourire sadique aux lèvres, le sourire habituel. Il passa entre ses jambes au dernier moment, esquivant un puissant coup de minotaure, il se rattrapa à la queue du bovin et se hissa jusqu'à son dos. Il frappa de tout ses forces sur le crane de la bête mais celle-ci esquiva le coup en baissant simplement la tête en avant. Mukuro, à cause de son élan, tomba au sol, se blessant l'épaule avec l'une des cornes du minotaure. Les arbitres s'apprêtait à arrêter le match mais le capitaine leva le bras, signe que ce n'était pas la peine.

" Le combat continue. "

Il se redressa, le regard plus sérieux. Il savait maintenant qu'il devait prendre son adversaire au sérieux, il se baissa légèrement, symbole venant de son pays natale.

" Excuse moi monsieur le Minotaure, je me battrais en donnant tout ce que j'ai maintenant. "

Il se redressa ensuite, et retira son bandeau qu'il attacha à son poing droit. Il se plaça ensuite d'une manière différente, jambes écartées, l'une en avant, l'autre arrière, un poing collé à sa cote et l'autre en avant. Il fit signe au minotaure de venir et celui-ci ne se fit pas prier pour foncer plus rapidement encore que tout à l'heure. Le capitaine concentra tout dans son poing droit, celui collé à sa cote et protégé par le bandeau. Il observait dans les minutes qui suivait les possibilités qu'il avait, il n'en vit qu'une seule qui lui permettrait de gagner. Le minotaure arriva assez près du capitaine qui esquiva un coup d'une puissant inouï avant de frapper aussi fort que possible dans le ventre du minotaure qui se plia en deux et tomba au sol. L'onde de choc coupa le souffle des spectateurs non loin, qui le reprit tout de même quelques secondes après. Le capitaine retira ensuite son bandeau en sang, non pas celui de la bête, mais son propre sang, le bandeau étant fait de métal, cela lui a coupé la peau.

" Bon, et bien, je pense que j'ai gagné. "

Le capitaine des gardiens se frotta l'arrière de la tête et sorti en portant son adversaire sur le dos, l'épaule et la main en sang, mais le sourire vainqueur aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://karasu-crow.skyrock.com
Isaac Sagara
Chef des Chevaucheurs d'Ombre / Membre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 05/05/2009

MessageSujet: Re: Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.   Mar 21 Juil - 15:19

Comme pour la seconde épreuve, Isaac avait reçu un message pour lui annoncer l’adversaire qu’il allait devoir affronter lors de la dernière épreuve du tournoi. Rien de bien méchant me direz-vous, après tout Isaac sait ce battre, donc un combat singulier n’a rien de bien méchant. Seulement voilà, le combat singulier en question n’était autre qu’un combattant contre un géant, rien que ça ? Un géant … Autant qu’il s’en souvienne les géants ont toujours eu une intelligence limité, selon les individus parfois il faut l’avouer, mais souvent porter sur taper le premier venu. Et une force hors du commun, en plus de leurs tailles bien entendu. Comment allait-il bien pouvoir faire pour combattre une telle créature ? Heureusement, tout était permis, tant que cela reste dans l’honneur, m’enfin ce n’était qu’un petit détail pour Isaac. En tant que Chevaucheur d’Ombre, il doit s’attendre parfois à devoir faire des missions peux glorieuse, d’ailleurs les membres de la guilde en sont-ils conscients ?
Laissant cette question à part, Isaac regardait le paysage qui défilait devant ses yeux tandis qu’on l’emmener vers une arène que ses accompagnateurs avaient nommé, Colisée. Au vu des ovations qu’il pouvait entendre, quelqu’un venait de terrasser son adversaire, ce qui signifiait qu’il n’était pas le premier venu. Remarque … Il avait souhaiter arriver pile quand ce serait son tour de passage, car il avait du boulot à faire et si il avait été obligé d’assister au combat précédent il aurait été obligé de tout annuler.

À présent c’était autour d’Isaac de faire son entrée dans l’arène de combat. Cette fois Lyre se montrait des plus inquiet pour son ami, car le géant était adversaire difficile à battre puisqu’il était aussi connu pour sa résistance physique et même si la sécurité des participants étaient assuré, il avait juré que s’il risquait de ce faire gravement blessé il agirait. Tant pis si c’était considéré comme de la triche. Isaac était touché par le comportement du Sekkou, même si il savait pertinemment que c’était dans sa nature de le protéger au prix même de devoir lui désobéir. Cependant, Isaac n’était pas inquiet, non pas qu’il avait un surplus de confiance en lui, mais plutôt parce que de toute façon il ne c’était pas inscrit au tournois pour pouvoir gagner.
La porte dans laquelle il venait d’entrée c’était refermé dans son dos, puis dans un léger grincement la porte situé en face s’ouvrit en grand pour pouvoir laisser passer cette créature gigantesque qu’était le géant. Ce dernier entré dans l’arène d’un air agard, comme si il ne savait pas vraiment où il était, ce qui semblait l’énerver d’ailleurs. C’est alors que son regard se porta sur Isaac, quelques secondes passèrent sans qu’aucun des deux n’agissent.

Sans crier gare le géant poussa un hurlement assourdissant avant de foncer d’un pas lourd, mais rapide, sur Isaac. Pour lui pas besoin d’instrument de combat, sa seule force était suffisante pour éventrer une roche et dans le cas présent pour aplatir Isaac. Ce dernier avait longuement réfléchit à la manière de battre un géant sans pour autant montrer ces pouvoirs. Mais après avoir esquivé le premier il se rendit compte qu’il n’aurait d’autre choix que dans utiliser au moins un pour pouvoir en réchapper. Bien que le géant ne fût pas des plus rapides, l’onde de choc des coups qu’il portait, ainsi que la terre qui volait en éclat autour du point d’impacte n’étaient pas là pour arranger Isaac. Ce dernier ayant fait une erreur de jugement se retrouver malgré lui à terre. Heureusement, les réflexes lui était particulièrement utiles. N’attendant pas que le géant comprenne de quel côté il était allé, il s’éloigna rapidement de lui tout en essayant de trouver un moyen. Seulement, le géant ne semblait pas vouloir le laisser réfléchir en paix, il foncé sur lui pour l’écraser avec ces pieds ou avec ces poings. Bien que guère rapide, ces grande enjamber permettait de rattraper facilement Isaac qui devait esquiver en courant le plus rapidement possible. Jusqu’à ce qu’une idée ne lui vienne en tête. Mais avant de mettre son idée en application il avait besoin de faire un teste.

Seul problème c’est à ce moment là que le géant réussi à atteindre Isaac, l’attrapant dans sa poigne de fer il l’envoya valser de l’autre côté de l’arène. Cette chute aurait pu, non aurait du être fatale à Isaac, mais ce dernier activa son pouvoir et forma un bouclier invisible autour de lui. Bien que la chute reste douloureuse, le bouclier qu’il avait activé lui permit de s’en sortir avec un mal de dos. Prenant le temps de reprendre son souffle, Isaac ramener ses jambes contre lui et attendit que le géant vienne à lui. Certains dans le public poussèrent des exclamations de surprise ou de peur lorsque le géant frappe de toutes ces forces sur Isaac. Tout de moins c’est ce que tout le monde croyait. Le point du géant c’était arrêté à moins d’un mètre d’Isaac, comme retenu par une barrière invisible, en fait, il était bien retenu par une barrière invisible, mais en regardant de plus près on avait sensiblement l’impression que le poing se rapprochait inexorablement du corps d’Isaac. Jusqu’à ce que le géant ne l’enlève avec un air d’incompréhension, il ne comprenait pas ce qui l’avait empêché d’écraser cette personne. Profitant de son égarement Isaac s’éloigna un peu du géant dans un rouler boulet avant de se rendre invisible. Ne pouvant plus ce faire voir du géant Isaac couru à l’opposer de l’arène avant de se rendre à nouveau visible et de s’asseoir en tailleur près du mur qui délimité cet endroit.


"C’EST PAR LÀ QUE SA CE PASSE !"

Entendant Isaac, crier, le géant se retourna et hurler une nouvelle fois de rage avant de foncer sur lui. Le jeune homme était près à le recevoir. Le géant se pris un mur invisible en pleine face et se retrouver projeté contre terre. À moitié sonné seulement, il était encore en forme pour lancer une seconde attaque, et Isaac était à moitié sonné contre la puissance qu’il devait fournir pour maintenir un bouclier en place avec une telle force qui s’exerce dessus. Est-ce qu’il allait pouvoir tenir le prochain assaut ?
Le géant pris de l’élan et fonça de plus belle vers Isaac. Le bouclier qu’il avait mi en place retint le géant, mais il était de beaucoup moindre résistance que le précédent qu’Isaac avait mis, c’est pourquoi le géant qui poussait dessus fut surpris quand il disparut tandis qu’Isaac s’évanouissait sous le choc. Le géant tomba en avant et s’assomma contre le sol, là ou était Isaac. Tout du moins, là ou était sensé être le corps d’Isaac. Le public qui c’était tue regardaient le géant inquiet, jusqu’à ce que quelqu’un détourne leur attention pour montrer un point qui venait d’apparaître contre l’un des murs de l’arène. Un mur qi étendant son ombre sur une partie du terrain grâce à l’orientation du soleil. Le jeune homme était installé contre le mur, complètement épuisé, la tête vide et un saignement de nez qui ne semblait pas vouloir. Le public fit une ovation à sa victoire, même si personnes ne devaient comprendre comment il avait fait pour ne pas se faire écraser par le géant. Pourtant l’explication était simple, Lyre, le Sekkou d’Isaac avait tenu sa promesse et l’avait sauvé juste à temps, profitant de l’ombre que projeté le géant pour pouvoir aller récupérer le jeune homme et repartir tout aussi vite qu’il était arrivé. Bien entendu il n’était pas resté près d’Isaac après l’avoir déposé, il ne souhaitait pas ce faire voir par tant de personne. Se levant avec beaucoup de difficulté, Isaac ce dirigea vers la sortie de l’arène jusqu’à ce que des personnes le prenne en charge pour le soigner. Bien qu’il n’y avait pas grand-chose à faire, vu que son saignement de nez et son mal de tête était dû à une trop forte utilisation de son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koutetsu Shinsei
Maître d'Armes
avatar

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 28
Localisation : Sur Ynis pardis ! xD
En deux mots : Membre du clan Koutetsu...
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.   Mar 21 Juil - 18:29

" Mais maitre, je veux venir ! "

" Nan. "

" Mais pourquoi?! "

" Va dans les tribunes. "

" ... "

C'était au tour de Shinsei, il venait d'arriver au colisée. Une acclamation de victoire signalait que c'était déjà à son tour. Tant mieux. Le Koutetsu va pouvoir se battre, enfin, cela lui manquait. Il va combattre un Cyclope, quel joie, un adversaire puissant, résistant, stupide. Il avait demander à son larbin de rester parmi le publique pour ne pas le mettre en danger et aussi pour une question d'honneur, un contre un. Une fois dans le colisée, il se plaça au centre de l'arène, acclamé par la foule, jamais blasé de crier ou d'applaudir. Une personne dans le public hurlais plus fort que les autres, Shinsei soupira, c'était Jaken le troll, son larbin, habillé d'une tunique où était marqué "I love Shinsei" et un drapeau qu'il secouait dans les airs " Shinsei, on t'aime !!! ". Cela fit sourire l'insensible, son troll ne pouvait rien faire de simple sans se faire remarquer. Mais c'était son troll après tout.

" Et bien et bien, où est ma proie? "

La porte commençait à s'ouvrir, petit à petit, un grincement aigu rythmant l'ouverture, un rythme rapidement accéléré par la grosse main de la fameuse proie. Un cyclope, une créature humanoïde qui se différenciais d'un simple homme par sa taille deux fois plus grande et son mono orbite oculaire. Shinsei posa sa main unique sur la poignée de Toukijin. Seulement, alors qu'il s'apprêtait à dégainer, il remarqua quelque chose qui le fit grimacer. Les gens, ils étaient tout autour. Comment allait-il pouvoir lancer une vague d'énergie avec tout ce monde? Et bien, soit. Il se battra de muscle à muscle. Il attrapa les deux fourreaux et les lança à Jaken qui se fit écraser sous leur poids, provoquant les rires de quelques spectateurs. Le troll se releva ensuite, légèrement rouge de honte avant d'ouvrir la bouche pour hurler quelques paroles à son maitre.

" Maitre, mais que faites vous? Vous n'allez pas vous battre à main nue contre cette chose !"

" La ferme et regarde la force du plus puissant des Koutetsu, le fils du génie Koutetsu et d'une démone loup. "

Il jeta la partie métallique de son armure, ne gardant que le kimono et la fourrure. Il leva les doigts, laissant des griffes apparaitre alors que le Cyclope, s'impatientant, attrapa un pilier du colisée comme arme et s'approcha de Shinsei en riant gravement.

" Moi tuer toi, moi rien à faire de règles ! "

" Ah? Toi tuer moi? Toi et quelle armée? "

Shinsei lâcha un rire, légèrement plus effrayant que celui du monstre. Ses griffes s'illuminèrent et d'un mouvement de bras laissaient un tracé lumineux qu'il fit claquer tel un fouet dans l'air. Alors que balança de haut en bas son pilier pour l'envoyer sur le crane de Shinsei, celui-ci trancha en deux d'un simple mouvement du bras le pilier. Le cyclope grogna, envoyant la moitié qui reste sur Shinsei de face. Celui-ci lâcha un sourire et se mit en position pour tourner sur lui même et effectuer une tornade tranchante dont il a le secret. Sa défense absolue réduisit en miette le pilier dont la poussière s'éleva dans les airs, masquant légèrement l'arène, rendant Shinsei invisible aux autres et le masquant quasiment tout le corps du cyclope dont seul la tête était visible, sortant du nuage de poussière.

" Où toi être?! "

Un grognement de loup se fit entendre suivit d'un hurlement. Une forme blanche sortie de la poussière et retomba sur le cyclope, provoquant sa chute. La poussière disparue, un énorme loup blanc à peine plus petit d'une tête que le cyclope était présent dans l'arène, à la place de Shinsei. Jaken pleura de joie en hurlant victoire. La voix grave et résonnante du loup allait ensuite résonner dans l'arène.

" Contemple la puissance, toi qui prétendait il y a peut pouvoir me vaincre, me tuer. Il en faudrait au moins une centaine comme toi, pour OSER PRÉTENDRE MA MORT ! "

Koutetsu Shinsei, le maitre d'arme, hurla avant de mordre la jambe de l'ogre et le faire hurler et appeler au secours.

" AIDE MOI DEMANDER "

" Tu abandonne ? "

" OUI MOI ABANDONNER, TOI PAS TUER MOI, TOI PITIÉ MOI "

Shinsei lâcha un rire, toujours aussi grave et résonnant. Le loup disparu dans une boule de poile qui se releva, c'était Shinsei enroulé dans sa fourrure, il se dirigea vers l'armure posé précédemment et la remit sur lui. Il fit signe à Jaken de lui envoyer ses katana, ce qu'il fit difficilement à cause de sa maigre force, mais il le fit. Il les replaça à sa ceinture avant de dégainer Tensaiga et trancher le cyclope qui avait tenter de l'attaquer par surprise. Le cyclope tomba au sol, laissant une légère flaque en passant, se croyant mort avant de constater qu'il n'avait rien. Tensaiga, l'épée qui ne tue pas.

" Je vais te soigner la jambe. "

Il leva le katana en l'air et le rabaissa vers la jambe du cyclope, produisant une onde qui alla directement sur la blessure du cyclope et le soigner. Il rangea ensuite l'arme dans son fourreau et se tourna vers la foule, inspirant de l'air pour parler à haute voix.

" Plus important, chers habitants d'Ynis, je donne des cours d'arme, si cela intéresse certains, voyez quel niveau vous pourriez atteindre en suivant mes cours. "

Le peuple, légèrement perdue, n'ayant pas encore compris que le combat était terminé finit par acclamé le vainqueur qui sortit de l'arène. Le cyclope quant à lui parti aussi, s'avouant vaincu. Une fois dans les couloirs de la sortie, il attrapa un des organisateurs pour lui demander simplement quelque chose.

" Excusez moi, Tate Mukuro, est-il déjà passé? "

" Oui monsieur, c'était le premier à être passé, vous êtes le troisième. "

Il grimaça et lâcha l'épaule de l'homme avant de partir, déçu, rejoint rapidement par son troll qui s'était rhabiller normalement de sa tunique marron datant de l'époque de leur rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://i-shuku-n.skyrock.com
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 26
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.   Mer 22 Juil - 16:15

Mais qu'est-ce qu'il fout là ce mioche ? Il s'est perdu ? Rentre vite dans les gradins petit, l'arène est réservée aux combattants ! Des murmures parcourent le public qui vient de voir entrer un garçon frêle, pas très grand, après trois gros hommes forts et virils. Sa démarche est sûre lorsqu'il vient se placer à un bout de la piste de sable, face à la grille qui laissera entrer la bête. On s'interroge, on se penche pour mieux l'observer. Lui n'aime pas tous ces regards, tous ces regards curieux, qui font de lui une attraction, aussi reste-t'il concentré sur la grille, droit devant lui.

Cerbère, n'est-ce pas ? Les livres empruntés à la bibliothèque disaient que c'était une espèce de chien à plusieurs têtes, qui aimait le miel et dont les crocs contenaient un poison délétère. Il était le gardien d'un endroit bizarre dont Loïs n'avait pas très bien compris le fonctionnement. Enfin, un chien, ça n'était pas grand chose, il ne tiendrait pas longtemps face à ses griffes...

Tout à coup, c'est le silence dans l'arène. Un grincement sinistre retentit : la grille se lève, lentement, très lentement. Puis un cliquètement métallique semble annoncer l'arrivée du toutou. Ses pas sont lourds, le garçon peut les sentir dans le sol. Une tête apparaît dans la lumière : petits yeux jaunes, museau plissé, gueule à demi ouverte. Il cherche l'adversaire.
Le damoiseau pâlit. Cette tête, elle est peut-être deux fois plus grosse que la sienne. Ce qui veut dire que... une seconde face canine effroyable surgit aux côtés de la première, et enfin une troisième vient les rejoindre. La chose s'avance en flairant l'atmosphère. Loïs ne bouge pas d'un poil, mais on sent une brusque perte de confiance : ce molosse est indubitablement plus grand que lui !

Hé, t'imaginais quoi, un chihuahua ?

Restons zen. Réfléchis, réfléchis. Mais quand ce monstre fixe toute son attention sur lui, pauvre petite chose innocente, et commence à foncer comme s'il avait le feu au derrière, le gamin ne peut pas vraiment réfléchir. Une seule pensée domine les autres : “mais qu'est-ce que c'est moche ce truc.” -autant dire que ce n'est pas très utile à son salut.

Prendre ses jambes à son cou semble une alternative tout à fait honorable : c'est ainsi que le chien fait faire deux tours de terrain à un chat complètement paniqué, criant qu'il est trop jeune pour mourir, et que dégage **** de clébard, et qu'il va faire payer à l'organisateur cette trahison, et autres propos que nous ne retiendrons pas ici. Mais pendant la course, il a le temps de réfléchir.
Ses réflexes et sa vitesse lui permettent de se trouver hors de portée du chien pendant quelques minutes, mais tôt ou tard il faudra l'affronter.

Soudainement, Loïs se retourne, haletant, et fait face au danger. Il regarde droit dans les yeux une des têtes du Cerbère qui tout à coup est désorienté et ralentit. Le garçon grogne, une douleur intense lui vrille les tempes, il chancèle légèrement. Il ne pourra pas l'immobiliser de cette manière : regarder dans six yeux à la fois, c'est impossible !

Va-t'il devoir se transformer, devant tout ce monde ? Pas question de perdre en tous cas, pas question de donner matière à Lyan pour le railler. Tout à coup, un petit poids dans sa poche lui rappelle sa présence : un pot de miel. Que va-t'il bien pouvoir en faire ?
Le chien, ayant repris ses esprits, revient vers lui, les trois gueules béantes dégoulinantes de bave. L'attaquer comme une proie habituelle, en serrant sa gorge entre ses machoires, devrait être réitérée trois fois pour l'achever. Autant de temps pour se faire réduire en bouillie par ce gros tas musculeux. Le terrain n'est pas en sa faveur, il n'y a pas d'endroit pour se cacher, pas d'endroit pour faire des affuts. Décidément ce n'est pas son jour de chance...

Le chat recule prudemment en examinant le corps de son ennemi. A part le sucre, il doit bien cacher une faiblesse quelque part... il fouille également dans son expérience, dans les souvenirs de gros animaux qu'il aurait pû combattre. Les chiens... les chiens ont surtout une mâchoire, mais leur souplesse laisse à désirer et le reste du corps est assez vulnérable. Loïs conclut donc qu'il sera obligé de trouver un moyen de l'approcher sans se faire attraper, ou ce serait la fin de l'épreuve.

-Hé, tu sens pas bon.


Grand sourire. Le public ne sait pas si c'était l'effet attendu, mais Cerbère reprend sa course en poussant un aboiement agressif. L'avantage, lorsque l'on est petit, c'est qu'on aura toujours plus de marge de manoeuvre.
Au dernier moment, manquant de peu de se faire happer par l'animal, le garçon esquive sa charge et plante ses griffes de toutes ses forces dans son flanc, laissant une dizaine de sillons sanglants à travers ses poils bruns. Il a été à moitié emporté par son élan et a du mal à se dégager. Furieux, l'autre arrive à saisir un de ses bras tout mince entre ses mâchoires puissantes. Nom de... ! S'il le mord, il peut dire adieu à son bras ! Poussé par l'adrénaline, Loïs se sert de son autre main pour griffer le museau du chien avec violence. Celui-ci finit par le lâcher, ivre de rage.

C'était sûrement une erreur. A présent, la bête est surexcitée, ses blessures semblent n'avoir que peu d'effet, et Loïs se fatigue.

Les points vitaux, les points vitaux... ses griffes ne sont pas entrées assez en profondeur pour percer convenablement la peau cuirassée du monstre. C'est frustrant. L'adolescent aux cheveux noirs, complètement plongé dans son combat, s'éloigne vivement et sort sa dague de voleur. Il ne voit pas le public captivé par ce duel insolite. Il n'entend pas les encouragements de certaines de ses connaissances.

L'ennemi charge une nouvelle fois, mais la chance ne peut pas être au rendez-vous... ou presque. Avant qu'il ait pu réagir, le garçon est secoué dans tous les sens comme un prunier par la chose qui a attrapé et serre très fort un bout de son tricot entre ses dents, croyant saisir une partie de son torse.

-LACHE MOI ***** de ***** !

Le tissu finit par se déchirer tandis qu'un Loïs sonné, à quatre pattes dans le sable, reprend ses esprits. Le chien met quelques instants avant de comprendre, et c'est ce qui lui sera fatal. Le chat s'est déjà glissé entre ses pattes et vient de planter son couteau dans les entrailles. Il se débat, rue. Un sang noir et épais coule sur le sol, et Loïs se recule, épuisé. Il s'est pris un violent coup lors de l'affrontement. Si le chien parvient à se relever, il aura gagné. Mais celui-ci gémit et se couche sur le flanc afin de lécher la plaie profonde.

Un énorme soupir de soulagement franchit les lèvres du garçon. Que les juges en pensent ce qu'ils veulent, gagné ou non, pour lui c'est terminé ! Sans un regard pour le public, il se hâte de rejoindre la sortie afin de lécher lui aussi les multiples égratignures, soulager les contusions toutes neuves, et nettoyer les traces de sang qui parsèment son corps. Il avait envie de se blottir contre quelqu'un et de ne plus bouger avant des heures.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.   Jeu 23 Juil - 20:44

- Je dois combattre une sale bestiole!

Annonça Machi avec légèreté tout en levant son verre de saké à ses lèvres. Une légère tape sur la tête fut la réponse de sa compagne.

- Tu es bien trop insouciant !

Devant l’air sceptique de Kyoko, il ne put que sourire. Il l’embrassa pour lui faire oublier tout cela et rejoignit le lit conjugal.





C’est à ce souvenir récent que le maître des souhaits se raccrochait. Pourtant lorsqu’il entra dans le colisée sous les acclamations de la foule impatiente, il fit la révérence, porta sa main à son cœur avec un sourire charmeur et gratifia même quelques jeunes filles du premier rang d’un clin d’œil séducteur. Machi n’avait pas peur. Il était fidèle à lui-même, nonchalant, altier, insolent. Après ces salutations, il récupéra un arc qu’il avait posé non loin ainsi qu’une petite dague qui étincelait comme un diamant. Par Stellae, ce qu’il pouvait adoré la réserve de Kyoko !

Le vagabond s’avança au centre de l’arène, adressa un sourire arrogant aux infirmiers et aux dresseurs postés non loin de là pour éviter tout risque. Il trouvait cela tellement inutile. Il leur adressa un salut de la main puis leva son visage vers le ciel. Le soleil d’été brillait d’un éclat particulier. C’était sublime.

- A moi de jouer. Ne me laisse pas maintenant, jolie fortune…Murmura-t-il.


Ces yeux dorés se rivèrent sur l’immense cage qui trônait au cœur du colisée. Le tissu qui le recouvrait fut enlevé et bientôt le cliquetis métallique de la serrure se fit entendre. Le foule se tût, s’immobilisa. Ou plutôt fut-ce Machi qui l’occulta totalement. Un cri surgit, déchirant le ciel, agressant le tympan de tout être humain. Une créature s’envola alors et la cage fut retirée.

- Magnifique.
Souffla-t-il.

Une harpie, c’était une harpie ! Cette créature si rare et si belle. Le visage de celle-ci frisait la déraison tant il était beau. Elle avait d’immenses yeux gris perlé encadré par de longs cheveux bruns qui ondulaient le long de son corps d’aigle. Un aigle ayant portant la taille et la corpulence d’un homme adulte ! Machi l’observait décrire des cercles dans le ciel. Il en aurait presque oublié la raison de sa présence ici tant la créature était majestueuse.

C’est son cri perçant qui ramena le participant à la réalité. La créature fondit sur lui. Sa célérité ne faisait aucun doute. Machi ne put s’écarter qu’à la dernière seconde, ne pouvant échapper à un violent coup de griffe sur le bras droit. La douleur fut intense car la plaie était profonde. Surpris par sa propre faiblesse, il fit une roulade avant, se releva agilement et se mit à courir pour s’éloigner. Le terrain n’était pas favorable. Il était parfaitement découvert, le laissant à la merci de cette fille des cieux.

La vagabond parvint néanmoins a gagné du terrain au bout de quelques minutes, assez tout du moins pour se retourner et pour lui décocher une flèche à l’aveugle. A la surprise générale, celle-ci se ficha directement dans l’aile droite de la harpie qui poussa un insoutenable hurlement de douleur et de frustration. Machi sourit, ravi. Les spectateurs ne cachèrent pas leur surprise. S’agissait-il de chance ou bien de magie ? Qui pourrait le dire ?

La créature se posa au milieu du colisée, fusilla Machi du regard. Ses yeux avaient virés au rouge sang en raison de sa fureur. Avec les dents, elle arracha la flèche de sa chaire, laissant un épais filet de sang souiller ses plumes puis tomber goutte à goutte au sol. Un long moment, les deux concurrents se jaugèrent. La créature semblait trouver son aile trop douloureuse pour se remettre à voler. C’était un bon point pour notre maître des souhaits. Il visa propre l’animal, cherchant à soumettre l’hybride par la peur.

A sa grande surprise, la Harpie sourit. Il fronça les sourcils. Quelque chose clochait ? Pourquoi avait-elle donc cet air si victorieux accroché à son visage de nymphe ? Bientôt il comprit. Ploc. Un goutte de son propre sang venait de toucher le sol, il détourne un instant son regard vers sa blessure. Celle-ci était noire. L’infection se propageait à toute allure dans son bras qui se mit à le lancer furieusement. Il écarquilla les yeux. La créature avait pris une pose majestueuse et savourait sa victoire certaine. Elle semblait attendre que le poison finisse son œuvre pour dévorer sa proie, chair et âme.

Dans son esprit soudainement embué, Machi entendit Kyoko hurler de douleur. Son propre cri s’y joignit. L’arc tomba à terre le premier. L’homme était genoux au sol. Il ne comprenait plus, ne savait plus. Les harpies n’avaient pourtant pas comme talent d’empoisonner leurs proies. Cela ne faisait pas partie de leurs attributs. Le tournoi avait été truqué.
Le poison se répandit en une nouvelle vague. La moitié de son visage fut couverte de noire. Machi ne hurlait plus, il n’en avait même plus la force. Son corps s’effondra d’un bloc sur le sol et la sonnette d’alarme fut tirée. Les infirmiers se ruèrent au cœur du Colysée. Les dressèrent tentèrent en vain de retenir la Harpie qui s’envola bien vite vers d’autres contrées.

Machi sut à cet instant même qu’il allait mourir. Comment ? Le véritable nom de Kyoko ressortie en rouge vif sur son bras. De l’autre côté de l’île, la femme qu’il venait à peine d’épouser s’était elle aussi écroulée sur le sol. Tel était le sort des amants de l’occulte. Ils étaient liés dans la vie et dans la mort. Si l’un s’éteignait, l’autre le suivait. En entendant résonner dans son esprit les cris de sa compagne, en sentant la brûlure de son prénom sur sa chaire, Machi sut. C’en était fini de Machi et de Kyoko. Il regrettait si fort de ne pas lui avoir fait l’amour une dernière fois…




Très vite, les infirmiers emmenèrent le participant dans la maison de vie dans l’espoir de le sauver. Un des organisateurs s’avança au milieu de Colysée pour rassurer le public. Machi avait été grièvement blessé mais il ne mourrait sans doute pas. Le tournoi pouvait donc se poursuivre sans encombre. Des nouvelles de Monsieur Machi seraient données au cœur de la soirée.

- Il n’y a pas lieu de vous inquiétez. Il y a sans doute eut plus de peur que de mal !

Lorsqu’il sortit de l’arène pour laisser place au future candidat, le sol était encore souillé du sang de l’ancien participant.
Revenir en haut Aller en bas
Sindanarie
Admin Diabolique
Mercenaire

avatar

Féminin Nombre de messages : 415
Age : 29
En deux mots : "Jamais je ne me fixe, jamais je ne m'attarde. De même que le vent porte un oiseau, de même je me laisse pousser par la vie. [...] Point de demeure pour moi hors du ciel étoilé, point d'abri dans les toits posés au-dessus de ma tête."
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.   Ven 24 Juil - 1:11

Elle avait décidé de se mêler à la foule en attendant que vienne son tour, et avec la foule elle s'était installée dans les hauts gradins du Colisée pour assister aux premiers combats. D'abord le Capitaine, qu'elle aurait reconnu rien qu'à son assurance face à ses ennemis. Puis l'homme au bandeau qu'elle avait déjà vu parmi les participants du Tournoi. Puis un autre homme qui profita de la fin de son combat pour vanter ses mérites de maître d'armes. Avec un sourire, la semi-elfe s'était demandée si elle irait éprouver ses talents. Puis était venu le pire cauchemar, le garçon-chat, Loïs. Puis était venu le dernier des combattants qui étaient pour l'instant entrés dans l'arène, participant qui avait été blessé et dont la blessure avait mauvais aspect, même de là où Sindanarie la voyait. Quand il fut évacué de l'arène, son sang maculait encore le sol, arrachant un frisson glacé à la semi-elfe.

Se doutant qu'il n'y aurait plus grand monde à passer, elle entreprit de se frayer un chemin dans la foule et descendit quelques rangs quand on appela son nom. L'organisateur qui avait annoncé que l'on aurait bientôt des nouvelles de Machi s'était de nouveau avancé, sans doute alarmé par l'absence apparente de la concurrente. A quoi bon lâcher un monstre si personne n'est là pour le combattre ? Mais Sindanarie était là, et bien là. Sans un mot, silhouette noyée dans une cape sombre au capuchon rabattu sur son visage, la semi-elfe sauta souplement dans l'arène, déclenchant une vague rumeur dans la foule. L'organisateur, qui ne l'avait pas reconnue, s'avança pour la faire évacuer, mais quand elle découvrit son visage, rejetant en arrière d'un geste désinvolte le capuchon, il lui fit signe de rester et s'effaça, rejoignant son poste.

Un sourire se peignit sur les traits de l'ancienne assassine. L'excitation du combat montait dans ses veines, cette délicieuse montée d'énergie qui précède l'action, cette anticipation était presque plus délectable que l'affrontement en lui-même. D'un mouvement fluide, la semi-elfe se débarrassa de son ample cape, dévoilant ses simples vêtements. Longue tunique noire qui dissimulait aux spectateurs le plastron de cuir qui la protégeait habituellement. Long pantalon de même couleur, bottes de cuir souple. Et, à sa taille, brillait doucement, dans la lumière de cette belle journée, d'un côté le pommeau métallique de sa dague, encore enfermée dans son fourreau de cuir, et de l'autre la garde de son épée bâtarde, également cachée dans son fourreau.

Savourant ses impressions d'avant combat, Sindanarie ferma les yeux, relevant légèrement la tête, offrant son visage aux rayons du Soleil et à leur chaleur. Calme, sereine. DAns son élément. Les spectateurs massés dans le Colisée semblaient avoir glissé sur l'entrée en scène peu conventionnelle de la concurrente. Tout allait bien. Tout irait bien, à n'en pas douter. Et un grincement de gonds annonça l'arrivée de la créature qu'elle allait rencontrer.

Sindanarie n'avait entendu parler des Gorgones que par des récits qui lui avaient tous semblé sorti droit d'une imagination délirante, et pourtant, elle allait en affronter une. La créature qui s'avançait dans l'arène, face à elle, était la preuve vivante que ces êtres existaient bien. La Gorgone ne semblait pas, de prime abord, particulièrement terrifiante, d'autant plus qu'elle s'était arrêtée, aussi immobile que la semi-elfe sur laquelle elle dardait son regard, après avoir fait quelques pas dans l'arène. Ce qui attirait surtout l'attention, c'était ses cheveux. Une magnifique chevelure dorée qui ondoyait comme si la légère brise qui balayait la scène avait en réalité été un vent de tempête. Intriguée par cette particularité, encore parfaitement immobile, la semi-elfe focalisa son attention sur la tête de son adversaire. Et son sang se glaça dans ses veines.

Ce n'étaient pas des cheveux, mais cent et mille serpents sinueux qui sifflaient sur sa tête. La semi-elfe eut instinctivement un mouvement de recul, mais maîtrisa sa surprise pour garder toujours la même posture, inspirant profondément. Mais elle n'avait pas encore découvert la véritable force de la Gorgone, foce qu'elle découvrit en voulant détailler son visage. Quand leurs regards se croisèrent, Sindanarie sentit ses muscles se raidir, son sang se figer, son coeur cesser de battre, sa force l'abandonner. Brusquement, comme pour échapper à une étreinte, elle fit quelques pas en arrière, mais sa volonté d'échapper à la Gorgone ne sembla pas suffisante. La semi-elfe se figea dans une posture défensive, la main à quelques centimètres de la garde de sa dague, arrêtée dans son élan par le regard de la créature.

Un sourire satisfait s'était peint sur le visage de la Gorgone. Sans doute estimait-elle qu'elle avait gagné ce combat, devant tant d'insouciance. Après tout... Qui était assez stupide pour oser la regarder dans les yeux ? Réalisant que, pour gagner, il lui fallait mettre Sindanarie à terre, le monstre à cheveux serpentins s'approcha de son adversaire. Mais son orgueil la perdit. Elle commença à tourner autour de l'ancienne assassine, et quand son regard se détacha de sa proie, elle perdit toute emprise sur elle. Le bras de la semi-elfe se détendit comme un ressort alors qu'elle pivotait sur elle-même, yeux fermés cette fois, frappant l'arrière de la tête avec toute la colère que lui avait inspiré son immobilité forcée.

Car la Gorgone ne savait pas une chose : si elle pouvait effectivement pétrifier les humains d'un seul regard, il n'en allait pas de même avec les elfes, êtres supérieurs, plus résistants, endurcis, retranchés en eux-mêmes. Et, par conséquent, le mélange des sangs de ces deux races avait produit avec Sindanarie un être encore sensible au dangereux, au mortel pouvoir de la Gorgone, mais capable de lui résister. Un être qui serait immobilisé contre sa volonté, mais qui, une fois que son regard se détacherait de celui de la Gorgone, retrouverait toutes ses facultés.

Ce "détail", la Gorgone l'apprit à son dépens. Le coup que lui porta Sindanarie à la nuque la déstabilisa et lui fit mettre un genou en terre avant qu'elle ne se relève, furieuse, les serpents sifflant furieusement en une expression animale de la fureur que l'on lisait dans les yeux du monstre. Du moins, que l'on y aurait lu si l'on avait essayé de les fixer. La semi-elfe avait compris que ce n'était qu'en évitant ce regard qu'elle avait une chance face à son adversaire, et elle ferma donc les yeux, laissant son esprit embrasser la scène. Elle sentait les consciences se heurter à la sienne, créant des contacts plus ténus que celui qu'elle entretenait avec Plume-Noire mais bien réels. Elle sentait la présence de la Gorgone, là, tout près d'elle, folle de rage. Et, par ce contact qui n'avait rien de physique, elle sentit la Gorgone se jeter sur elle.

Les yeux toujours fermés, Sindanarie attrapa l'une des mains que la créature tendait dans son élan vers son cou et tordit violemment le poignet de son assaillante. Le craquement sinistre des os fit naître un sourire ambigu sur les lèvres de la semi-elfe. L'assassine reprenait le dessus. Celle qui tuait renaissait. Et avec elle revenait à Sindanarie des souvenirs du plaisir exquis que l'on peut prendre à démolir (car il n'y avait pas d'autre terme) un adversaire. Le sourire s'accentua et découvrit les dents blanches de Sindanarie quand, rouvrant les yeux, elle envoya un rapide coup de poing dans le ventre de la créature, qui se plia en deux.

En quelques coups précis et portés avec la force et la vitesse du vent, la Gorgone roulait à terre. De son nez et de ses lèvres fendues s'écoulaient de minces filets de sang, son poignet avait commencé à enfler. Ses yeux maléfiques s'étaient à moitié clos, et elle s'était recroquevillée. Les serpents pendaient maintenant en sortes de longues mèches ternes, comme privés de toute énergie.

Et, d'un pas assuré, la semi-elfe quitta l'arène. A cet instant, peu lui importait le public. Elle avait remporté ce combat. Elle avait vaincu. Et le Tournoi touchait à sa fin. Quelques combats, encore, peut-être... Mais elle préféra quitter le Colisée pour aller, au bord d'un certain ruisseau qui coulait dans la forêt, se remettre de l'excitation que le combat avait suscité en elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sindanarie.blog.mongenie.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le tournois d'Ynis - Dernière Epreuve - Combat contre une créature mythologique.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le combat contre Pierre the champion.
» Le combat contre le géant
» Pirates contre marine
» (Terminer)Premier combat serieux face au champion !
» [Arène] Un combat contre la copieuse ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ Le Continent ~.*.~ :: Scénarios-
Sauter vers: