Ynis Witrin v3

Les armées démoniaques assiègent le Continent, mais une île résiste toujours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Il y a du monde à l'intérieur ... [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Annastasia Ciang
Voleuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 78
Localisation : Partout ailleurs ...
En deux mots : Il est déjà bien difficile d'expliquer le sens d'un mot en deux, comment voulez vous raconter une histoire ?
Date d'inscription : 02/09/2009

MessageSujet: Il y a du monde à l'intérieur ... [PV]   Mer 16 Sep - 21:17

[HRP : dites moi si ça vous va comme début ! Sinon je suis désolée pour la courte longueur ! ^^"]

Cela faisait à peine quelques heures que la jeune voleuse était arrivée sur l'île qu'elle visitait déjà de fond en comble la ville, les rues, les magasins. Elle n'avait pas vraiment la tête à voler des choses. Quoi que. Elle l'avait bien pour les quelques sucreries de la confiserie non ? Passons ceci. Pourquoi tant de recherche ? Et bien, Anna fut curieuse de vérifier ses informations, c'est pourquoi elle avait demandé à la meneuse de barque si elle avait vu un petit garçon qui pourrait être son jumeau aujourd'hui. La réponse fut un oui très clair. En effet, la jeune fille cherchait son frère. Serte, il ne lui était pas assuré de le trouver le premier jour, mais qui sait ?

C'est donc depuis environs quatre ou cinq heures qu'Annastasia menait ses recherches, sans trop de résultats pour le moment. Elle commençait à vagabonder, à regarder plutôt que de vraiment chercher. Elle était fatiguée, non pas qu'elle avait envie de dormir, mais elle était fatiguée de chercher. C'est pourquoi elle avait décidé de reprendre demain. Elle serrait d'attaque pour recommencer demain ! Pour l'instant, elle voulait juste visiter et repérer les lieux.

C'est alors qu'elle passa devant ce qui semblait être une orfèvrerie. Intriguée, elle finit par se décider à entrer, qui sait ce qu'elle pourrait y trouver d'intéressant ? Lorsqu'elle poussa la porte, Anna entendit le tintement d'une clochette pendue juste au dessus. Passant sa tête à l'intérieur, elle regarda de plus près la clochette, la frôlant du bout de son doigt, elle la fit sonner encore une fois, puis deux. Elle aimait ce son. Elle se stoppa lorsqu'elle sentit une douce chaleur dans son dos. Tournant la tête elle découvrit un feu magnifique. Les flammes dansaient si bien. Hypnotisée par elles, Anna fit quelques pas en avant. C'est au bout de cinq minutes qu'elle quitta la source de chaleur des yeux; ceux ci vagabondèrent sur l'enclume puis les instruments déposés aux côtés de la cheminée dans laquelle se trouvait le feu (logique me direz vous).

Regardant tout autour d'elle, elle finit par remarquer qu'il n'y avait personne.


- Ouhou ? dit elle timidement.

Annastasia n'attendit pas vraiment de réponse. La preuve, elle s'avança vers les objets exposés derrière des vitrines. Des bijoux, des parures, et des armes de l'autre côté. Que des choses inutiles aux yeux d'Anna. Tout d'abord les bijoux. A quoi ça sert, dites moi ? A briller ? Et les yeux alors ? Ils n'ont plus d'utilité dans ce cas ! Et les parures ne m'en parlez même pas ! Quant à ce qui est des armes, serte, leurs gardes sont belles, mais ... Des armes ne servent qu'à faire la guerre, et Anna déteste la guerre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siudern Heavendrop
Forgeron/ Orfèvre
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: Il y a du monde à l'intérieur ... [PV]   Ven 18 Sep - 13:22

Journée calme, tellement calme... Ces derniers temps, Siudern avait eu le plus grand mal à exercer son art. Il lui semblait que le temps ralentissait furieusement, qu'il passait à contrecoeur, lui laissant tout loisir de matérialiser les idées qui lui passaient par la tête. Et pourtant, il n'avait plus la même ardeur, le même enthousiasme. Comme si quelque chose manquait au solitaire qu'il était... C'était une sensation étrange, dont il n'avait aucun souvenir. Jamais encore il ne s'était senti aussi désoeuvré sans raison, et ce alors même qu'il fabriquait à tour de bras les objets bien connus qui meublaient son univers de forgeron.

Les rumeurs grandissaient, garantissant que l'Île était de moins en moins sûre, que des combats avec les démons pourraient bientôt venir... Et sa participation à une expédition menée au coeur d'un campement de ces créatures quelque temps auparavant avait renforcé cette impression. Depuis, il ne forgeait plus ces armes ornementales et ne confectionnait plus ces parures et bijoux si raffinés qui avaient fait sa notoriété dans certains milieux. Non. Il forgeait des armes utilitaires, simples armes destinées à être plus efficaces et solides que belles.

Et, même s'il avait l'impression de ne plus rien faire, il raccourcissait insensiblement ses journées, forgeant les lames de plus en plus tard le soir, indifférent au jour et à la nuit, dormant quelques heures de ci, de là, sans ordre ni plan. Et quand il parvenait à dormir, il s'agitait le plus souvent dans une torpeur entre éveil et sommeil, mêlant cauchemar et réalité jusqu'à ne plus savoir où il était. Une fois, il s'était redressé, haletant, nauséeux, croyant sentir de nouveau l'horrible goût de sang du breuvage contenu dans la flasque du démon contre qui il avait joué.

Le jour dont nous parlons, Siudern s'était endormi au cours de l'après-midi, épuisé par une nuit sans sommeil passée à confectionner poignées et lames d'épées et par une matinée à essayer l'ensemble, à en éprouver la qualité. Il s'était réfugié dans son arrière-boutique et, à même le sol, s'était roulé en boule pour glisser dans un demi-sommeil torturé par l'idée que sa soeur était peut-être liée à ce qu'il se passait sur l'Île ou sur le Continent. Ou sur les deux... Il sentait, ou croyait encore sentir, l'esprit de sa soeur essayer de briser le sien, impitoyablement. Il lui sembla, dans son cauchemar, qu'elle revenait pour parachever son oeuvre quand la clochette de sa porte tinta joyeusement.

Il ne sortit pas de son état immédiatement. Un deuxième tintement de la sonnette le rappela un peu plus à la réalité, et une timide voix de jeune fille le réveilla totalement. ce ne pouvait pas être Alterea. tout allait encore bien. Réprimant autant un soupir lié à ses courbatures, nées de trop de "nuits" sur ce sol froid et nu et de la tension que chaque "nuit" provoquait physiquement sur lui, qu'un bâillement dû à son manque de sommeil, le jeune homme se leva, passa la main dans sa longue chevelure blanche pour la remettre rapidement en ordre et s'épousseta rapidement. Sur quoi, il passa la porte qui menait de son arrière boutique à la forge à proprement parler pour y retrouver la douce chaleur du feu qui brûlait toujours joyeusement.

Esquissant un sourire, essayant de paraître semblable à lui-même et tout à fait normal (ce qui aurait pu être assez réussi, s'il n'avait pas eu des cernes violacés sous les yeux et si lesdits yeux n'avaient pas révélé le morne état d'esprit dans lequel le forgeron se trouvait bien malgré lui), Siudern s'inclina légèrement en disant :


Bonjour, Mademoiselle. Puis-je quelque chose pour vous ?

Se redressant, il posa finalement les yeux sur celle qui avait pénétré son antre, et se permit de la détailler quelque peu, comme à son habitude. Toujours cette manie de tenter de saisir, par le regard, à qui il avait affaire, même si certains avaient horreur de cela et y voyaient soit la curiosité la plus mal placée, soit la plus grande impertinence, soit le plus grand manque de retenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïs Lleweyn
Voleur
avatar

Nombre de messages : 391
Age : 25
Localisation : Sous ton lit :3
En deux mots : Moi vouloir être chaaat ~
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Il y a du monde à l'intérieur ... [PV]   Dim 27 Sep - 23:01

[Anna, c'est "Certes", pas serte ^o^]


Et qu'est-ce qu'il fichait là, lui ? … … …excellente question.

Un jour, il l'avait remarqué. Évidemment, ça ne se rate pas, un jeune homme aux longs cheveux blancs, très calme, qui semblait avoir bien des années de plus que ce qu'en laissait deviner son visage... et il était beau. Remarquablement beau. Loïs s'était arrêté pour le suivre des yeux, mais il avait disparu dans les rues de la cité de verre.

Et, la veille, ce mystérieux damoiseau avait daigné reparaître. Cette fois, attisé par son habituelle curiosité dévorante, le garçon aux cheveux noirs ne l'avait pas laissé filer. D'un bond preste la poursuite avait commencé, jusqu'à une modeste échoppe du nom de “Au fil de l'épée”. Ainsi, c'était le fameux orfèvre...

Au lieu de passer par la porte comme le ferait tout citoyen honnête et sain d'esprit, Loïs avait décidé d'emprunter une fenêtre afin de ne pas se faire remarquer. Et le voilà embarqué dans une nouvelle histoire, aux risques et périls de sa victime toute neuve.

Le silencieux garçon se glissa dans l'obscurité et attendit. Le jeune homme s'était attelé à sa tâche dès son arrivée, quand bien même le soir tombait. Pas de répit pour les braves. Assis discrètement dans un coin de l'arrière-boutique, Loïs avait observé l'animal sous toutes ses coutures sans pour autant montrer le bout de son nez.

Il s'acharnait à la tâche. Son visiteur secret devinait avec une excitation mal contenue les muscles jouer sous le pâle tissu de sa chemise. Mais ce n'était pas un beau mâle jeune et vigoureux, non... il avait l'air usé. Usé, fatigué, éteint. Une myriade de questions fleurirent dans l'esprit du jeune voleur, qui pour une fois ne s'était pas introduit par effraction pour s'enfuir avec des objets de valeur. Non, cette fois c'était la fascination qui avait fait son oeuvre. Cela arrivait parfois lorsque Loïs rencontrait un humain spécial...
Son odeur en elle-même le clamait. L'odeur de son aura, de son âme. Les animaux avaient la faculté de saisir certaines choses imperceptibles pour les hommes, et visiblement cet humain là avait déclenché quelque chose chez l'intrus. Ou alors ce n'était encore qu'un délire paranoïaque.

Au bout d'une heure d'observation envoûtée, Loïs finit par céder à l'appel de son estomac et ressortit tout aussi discrètement qu'il était entré, pour aller se remplir la panse et faire un petit somme. Ce petit somme se transforma bien vite en gros somme et il se réveilla le lendemain après midi dans sa chambre de la Tour de Verre. Petit déjeuner expédié et le revoilà prestement devant le Fil de l'épée...

Même parcours, plus rapide cette fois afin de ne pas attirer l'attention. Il se glissa sous une étagère comme la veille, ne laissant voir de lui que deux yeux jaunes percer la noirceur de la pièce. Il avait été aisé de passer inaperçu même lorsque le forgeron venait chercher des outils. Des voix se faisaient entendre de l'autre côté, un client sans doute. C'était certainement parti pour une longue attente...

Tout à coup, quelque chose de non identifié lui toucha la main. Loïs sursauta violemment et se cogna la tête contre l'étagère, ce qui produisit deux sons bien distincts dans le silence que le hasard venait expressément de placer à ce moment-là :

“Bong” et “Aïe !”

Glacé, Loïs se maudit intérieurement, recula le plus possible pour se tasser dans son coin et se mit à prier très fort. Peut-être qu'il devrait essayer quelque chose comme “Gaaah je suis le fantôme de l'orfèvrerie, n'approchez pas pauvres mortels...” mais une intuition lui dit que cela ne ferait qu'attirer encore plus l'attention sur sa présence incongrue. Ah, monde cruel.

_________________

Avatar by Karineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghost-stories.forum-actif.net/
Siudern Heavendrop
Forgeron/ Orfèvre
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: Il y a du monde à l'intérieur ... [PV]   Lun 28 Sep - 18:35

[Je finis et préviens par MP dès que c'est fait^^] [Désolée, Anna, j'ai un peu zappé ton post Embarassed Si tu veux, je pourrai adapter celui-là si tu veux en refaire un qui se mettrait avant, et donc après celui de Loïs^^]

La réaction fut immédiate, l'énergie sembla envahir de nouveau les veines de Siudern quand un grand bruit doublé d'un "Aïe" sonore émana de son arrière boutique. Il était déjà arrivé qu'une étagère tombe, mais jamais, au grand jamais, aucune étagère n'exprimait de douleur ! Il murmura donc un poli "Excusez-moi un instant, je vous prie" à la jeune femme qui se tenait toujours face à lui avant de tourner les talons pour s'engouffrer dans la pièce du fond de l'échoppe.

L'obscurité était pratiquement totale. C'était d'ailleurs pour cela qu'il parvenait si facilement à y dormir... Surtout ces derniers temps. Mais le forgeron savait que dans ce noir, il y avait quelque chose. Ou, plus exactement, quelqu'un... Quelqu'un qui, quelques secondes auparavant, était sous une étagère, à en juger par le bruit qu'il avait entendu. Mais où donc ?

La vue du forgeron était loin d'être suffisante pour percer les ténèbres de l'arrière boutique, et il en était conscient. Il connaissait la place de chaque objet, de chaque panier, de chaque meuble, mais déceler un changement dans ce qui ne changeait jamais sans y voir était des plus délicats. Se retournant donc pour quitter l'encoignure de la porte, il fit quelques pas rapides vers le feu et en tira une longue branche. Les flammes dansant à son extrémité lui permirent d'allumer la mèche d'une petite lampe à huile, et la silhouette du forgeron se carra de nouveau dans l'ouverture de l'arrière-boutique.

Avant même d'entrer, cependant, quelque chose le frappa de plein fouet. Deux lueurs dans le noir...

Deux yeux. Deux pupilles fendues d'un noir flamboyant au milieu d'iris d'or. Deux yeux de chat... Mais les chats ne parlaient pas, n'est-ce pas ?

Siudern s'avança donc, précédé de peu par la faible lueur de la lampe qu'il tenait. Les ombres reculaient à mesure qu'il avançait, et il redécouvrait sa propre arrière-boutique, jusqu'à ce qu'une forme recroquevillée et inhabituelle lui saute aux yeux. Juste dans le prolongement des yeux de chat, d'ailleurs. A ceci près que c'était un jeune garçon, adolescent sans doute, qui se tapissait dans l'ombre.

Un bref éclat de stupeur passa dans le regard du forgeron, puis il partit d'un grand rire amusé. Une fois n'était pas coutume, n'est-ce pas ? La situation était tellement inhabituelle qu'elle faisait naître en lui un amusement profond qui irradiait de ses yeux aigue-marine. S'accroupissant et posant la lampe à terre, Siudern lança :


Vous auriez un nom, cher visiteur ? Que diriez-vous de passer dans un endroit quelque peu plus lumineux ? Nous pourrions y faire connaissance dans de meilleures conditions.

Et, sans même attendre une réponse, le forgeron fit demi-tour et déboucha de nouveau dans la forge à proprement parler, sans douter un seul instant que son mystérieux visiteur l'y suivrait. Il lui semblait que l'inattendu le faisait renaître. D'abord la jeune fille, et puis un invité mystère... Que demander de mieux pour passer une bonne journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il y a du monde à l'intérieur ... [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a du monde à l'intérieur ... [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» réglement intérieur
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» mon petit jardin d'intérieur
» Slack en intérieur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin v3 :: ~.*.~ La Cité de Verre ~.*.~ :: Rues, places, ruelles, commerces... :: Au Fil de l'Epée-
Sauter vers: